bible

Hier et aujourd'hui . . .

parchment

Ce que cette page vous réserve . . .

     

Les lectures bibliques des dimanches et jours de fête de l'année liturgique offrent un trésor dont la richesse est toujours actuelle.

De semaine en semaine, elles nous donnent l'occasion de faire de nouvelles découvertes.

La parole de Dieu devient alors signifiante et active dans nos vies et nous permet de rencontrer celui qui est lui-même Parole de Vie.

24è dimanche de l’année, C

Perdre quelque chose est souvent une expérience frustrante, parfois désolante… Prenant conscience de l’objet perdu, s’il a de la valeur à nos yeux, on se met à sa recherche : on regarde ici, soulève cela, on se rend dans les endroits les plus plausibles où on pourrait avoir échappé, ou oublié, telle ou telle chose. On s’impatiente, on s’accuse peut-être d’étourderie, on se décourage de ne pas pouvoir mettre la main sur l’objet en question.

Perdre quelque chose peut être troublant mais que dire lorsque la perte que l’on déplore est celle de quelqu’un?… Un conjoint, un parent, une amie, un enfant… Les parents qui ont fait l’expérience de perdre un enfant emporté par la maladie ou fauché dans un accident, seront peut-être davantage touchés par la parabole de Jésus dans l’évangile d’aujourd’hui (24è dimanche, année C – Lc. 15 :11-32).

004-prodigal-sonLe père de la parabole a ‘perdu’ son fils cadet, mais il faudrait corriger cette expression en précisant que le père a laissé le fils partir, il a même contribué à son départ – et cela fait toute la différence! Le père ne s’est pas opposé au désir de son fils de quitter la maison, il n’a pas mis obstacle à ses plans ‘d’aller voir le monde’, comme le diraient les jeunes d’aujourd’hui.

Et nous savons depuis longtemps que le père de la parabole nous est présenté comme l’image de Dieu. Il y a un vieux dicton qui affirme : « L’homme propose et Dieu dispose. » Personnellement, je crois que c’est souvent l’inverse qui se produit! Dieu nous propose son plan pour nos vies et pour notre 019-prodigal-son300x225monde mais, nous ayant créés libres, il nous permet de disposer de notre existence, il nous laisse prendre nos décisions même si elles ne correspondent pas toujours à son plan. Il n’entrave pas nos choix, même s’Ils sont à l’opposé de ceux qu’il désire que nous fassions.

Lui, il sait a t t e n d r e… Il attend que nous revenions à nous-mêmes – l’étape essentielle avant de revenir à lui… Il sait si bien patienter… jusqu’à ce que nous réalisions ce que nous sommes devenus et ce que nous pourrions devenir. Il nous faut prendre conscience de notre condition et peut-être aussi perdre notre assurance que nous savons mieux que Dieu ce qui est bon pour nous. Et alors on peut se mettre en chemin… lui n’a pas cessé de guetter notre retour.

Source: Images: www.freebibleimages.org     childrenschapel.org

23è dimanche de l’année, C

Chaque semaine, la célébration dominicale nous offre des lectures choisies selon un plan précis, lectures qui s’échelonnent au long des semaines.
Certains textes sont encourageants, certains sont stimulants, d’autres nous semblent quelque peu étranges. Mais il y en a qui sont définitivement… dérangeants!
C’est le cas de l’évangile de ce dimanche (23è, année C – Lc.14-25-33).

consultant-prix-de-vente-calculettesOn nous recommande un exercice qui nous est familier : compter – oui, compter… le coût de quelque chose. Les prévisions budgétaires, les évaluations, ça nous connaît. Certains d’entre nous sont spécialistes dans ce domaine.
Mais ce à quoi l’évangile nous invite est une évaluation des plus exigeantes et elle n’apparaît pas toujours sur notre agenda de planification!
Il s’agit d’anticiper ce qu’il en coûte… d’être disciple du Christ!…

Et quand on s’y met, quand on commence à penser concrètement et à regarder les détails… c’est plutôt… effarant. Quand on s’attarde à considérer toutes les footsteps-of-Jesusimplications d’un tel choix, on y pense à deux fois! En termes simples et précis, il faut :

 – renoncer à ses possessions,
 – placer ses relations au deuxième rang,
– abandonner ses propres intentions pour adopter celles de Dieu (Sa.9 :13, 1ère lecture).

Avouons-le, tout cela a bien la forme… d’une croix! Et c’est justement ce à quoi s’engage un disciple du Christ : prendre sa croix et le suivre, jour après jour, jusqu’au bout. Impossible? Évidemment! Nous le savons bien : « Les réflexions des mortels sont incertaines, et nos pensées, instables ; car un corps périssable appesantit notre âme, et cette enveloppe d’argile alourdit notre esprit… » (1ère lecture).

Mais « tout est possible pour Dieu » (Lc.1 :37). Il n’y a donc que ce chemin qui est ouvert devant nous : s’en remettre à lui et à son Esprit Saint « envoyé d’en-haut » qui nous fait connaître ses volontés comme le dit le texte de la Sagesse de la 1ère lecture (Sa.9 :17). C’est lui qui rend possible l’impossible…

Source: Images: www.macreationdentreprise.fr   quotesgram.com

22è dimanche de l’année, C

Il y a des choses qu’on n’aime pas tellement entendre – certains conseils qu’on nous dit être pure sagesse, des recommandations de prudence que l’on juge inutiles, des mises en garde que l’on juge superflues. On ne prête pas une oreille bien attentive à tout cela.
Il se peut que la toute première phrase de la première lecture de ce dimanche (22è, année C – Si.3 :17-20,28-29) ait pris place parmi ce genre de propos qui ne retiennent pas notre attention. Elle pourrait facilement être reléguée parmi ces choses que l’on n’aime pas assimiler.

Le texte dit : « Accomplis toute chose dans l’humilité. » L’humilité… on nous l’a souvent prêchée par le passé, de nos jours les homélies sont souvent silencieuses sur ce sujet. Certains diront : ‘Ça rappelle ‘l’ancien temps’, pire ‘Ça ne sonne pas authentique.’ On veut paraître ‘humble’ mais en fait… c’est justement cela : seulement une apparence, une façade…

Exactement ce que Jésus reprochait fortement aux Scribes et aux Pharisiens en les accusant de ressembler à « des sépulcres blanchis : au dehors ils ont belle apparence, au-dedans ils sont pleins de pourriture. » Il leur dit clairement: « Vous-mêmes au dehors vous offrez l’apparence de juste, mais au-dedans vous êtes pleins d’hypocrisie» (Mt.23 :27-28).

L’exemple est bien connu de gens qui répètent qu’ils/elles n’ont pas de qualités, pas d’aptitudes, pas… de ceci ou cela mais qui, secrètement, espèrent être contredits quand on leur affirme : « Mais voyons, vous êtes intelligent, vous êtes charmante, vous êtes habile!…’ Cette attitude a été décrite – avec humour – comme étant de… ‘l’humilité… à crochet!’

Mais qu’est-ce donc que l’humilité ? Il est dit que : « L’humilité c’est la vérité » et combien vraie est cette définition!dirty-feet-traveler-rocky-ground-40869975
Et notre vérité à nous les humains c’est… d’avoir les deux pieds sur la terre! Il est intéressant de noter que le mot lui-même ‘humilité’ est issu du latin ‘humus’ qui traduit précisément le terme ‘terre’ ou ‘sol’. Le livre de la Genèse montre le Créateur tirant le premier homme de… la glaise! « Dieu modela l’homme avec la glaise du sol » (Gn.2 :7). Voilà notre vérité, dès le début de l’humanité sur cette terre!

Peut-être que l’expressions populaire exprime quelque chose de l’humilité en affirmant de quelqu’un qu’il  ‘ne se prend pas pour un autre’ – cette personne est vraie dans ses attitudes et ses façons d’interagir avec les autres.
Et le texte de la 1ère lecture nous assure : « Les humbles rendent gloire au Seigneur ». N’est-ce pas là raison suffisante de… se glorifier… en toute humilité?!

Source: Image: www.dreamstime.com

21è dimanche de l’année, C

43_i-am-the-bread-of-life_1800x1200_300dpi_2J’admire la pédagogie de Jésus! Un aspect de cette pédagogie est ce que j’appelle : ‘L’art de ne pas répondre aux questions’… mais de faire bien plus!
Le texte de l’évangile d’aujourd’hui (21è de l’année, C – Luc 13 :22-30) en est un exemple typique. Quelqu’un approche Jésus et lui demande : « Seigneur, n’y a-t-il que peu de gens qui soient sauvés ? »

Question importante s’il en est une! Et Jésus qui est venu ‘pour le salut du monde’ doit la reconnaître comme une question essentielle mais… il ne donne pas l’information attendue de la personne qui a posé la question. Sa réponse vient claire et exigeante : « Efforcez-vous d’entrer par la porte étroite, car, je vous le déclare, beaucoup chercheront à entrer et n’y parviendront pas. »

Ce qu’il dit, en fait, est : « Peu importe le nombre des élus, assurez-vous d’être parmi eux! » C’est là l’essentiel! Quelqu’un disait récemment : ‘L’évangile est si simple et nous pouvons être si compliqués!’ Oui, nos vies sont parfois compliquées, enchevêtrées, débordées et… désordonnées! Il y manque l’ordre de… la justice.

Jésus continue son enseignement en donnant comme exemple les gens qui tenteront d’entrer dans le royaume sans passer par cette ‘porte étroite’. Ils affirment avoir mangé et bu avec lui et l’avoir entendu prêcher dans leur village mais il leur répondra : « Éloignez-vous de moi, vous tous qui commettez l’injustice. »

Qu’est-ce donc que la justice que le Seigneur attend de nous? Plusieurs définitions peuvent se présenter à l’esprit. Pour moi, la justice c’est de faire justement – précisément – ce qu’il convient de faire dans telle ou telle situation envers les personnes concernées et y mettant tout ce dont je suis capable. Voilà!

Et qui dira ce qu’il convient de faire dans cette situation – ici et maintenant? La Parole de Dieu et son Esprit ne peuvent manquer de guider quiconque le demande...

Source: Image: johnib.wordpress.com

20è dimanche de l’année, C

En cette saison, un poste de télévision étrangère fait la publicité d’une série d’émissions avec des expressions qui suscitent l’intérêt. On nous promet la rencontre avec des personnes qui ont réalisé quelque chose de spécial dans leur vie et on nous propose leur exemple comme inspiration en nous disant de ces gens:
Certains relèvent des défis; d’autres surmontent les obstacles, d’autres encore vainquent la peur; nombreux sont ceux et celles qui réussissent des exploits extraordinaires; tous et toutes se surpassent.running-track-athletics-competition-49413938

Notre monde nous offre des exemples frappants d’hommes et de femmes qui excellent dans le domaine de leur compétence : les athlètes qui participent aux Jeux Olympiques ont un but bien défini : obtenir les médailles tant convoitées et monter sur le podium célébrant ainsi leur victoire. Les artistes de cinéma qui se méritent un ‘Oscar’ reçoivent le prix de leurs performance exceptionnelle, la reconnaissance de leurs collègues et l’adulation de leur public.

Les mots entendus à la télévision me sont venus à l’esprit en lisant les lectures de ce 20è dimanche (année C). Chacun des trois textes nous présentent justement des personnes qui ont réalisé une mission spécifique qui exigeait à la fois audace, courage, endurance. La lettre aux Hébreux en parle comme « Une immense nuée de témoins. » Témoins du Christ qui, le premier, a accompli jusqu’au bout la mission qu’il avait assumée – celle « d’allumer un feu sur la terre. »

Et nous, disciples du Christ, où en sommes-nous de notre performance? Il ne s’agit pas, bien sûr, de l’accomplissement d’une tâche dans le but d’épater les gens ou de s’attirer une gloire passagère. Notre quotidien est sans doute assez banal. Les occasions de prouver notre fidélité, au jour le jour, n’ont sans doute rien de bien extraordinaire. Ce qui nous occupe et nous préoccupe est tout à fait prosaïque. Mais le banal, l’ordinaire et le prosaïque peuvent être le lieu d’une fidélité exceptionnelle – et c’est vraiment ce qui compte!

Se distinguer par l’attention aux petites choses, se surpasser dans ce qui semble sans importance, savoir durer alors que tout invite au découragement, n’est-ce pas l’essence même de… l’excellence? N’est-ce pas là aussi la nature même de l’engagement à suivre le Christ à travers tout, malgré tout, jusqu’au bout?

Source: Image : www.dreamstime.com

19è dimanche de l’année, C

abraham-face-starsjpg“Immigrés, étrangers, voyageurs…”
Vous pensez sans doute que cette réflexion – une autre qui s’ajoute aux articles sans nombre de l’actualité – portera sur les sinistrés syriens, les immigrés d’Iraq, les étrangers venant de l’Afghanistan, de la Lybie, du Yemen, et de tant d’autres endroits ou la guerre et la persécution sévissent sans relâche…

Mais non, je pense à un peuple qui a vécu cette expérience quelques 18 siècles avant la venue de Jésus sur cette terre – terre où eux aussi ont été migrants, étrangers, pèlerins quoi!
Et… c’est ce que nous sommes aussi! Oui, sans nous rendre en Terre Sainte, à Rome, à Lourdes, ou à Compostelle, nous sommes des pèlerins vers… une ‘terre promise’.

Dans le monde de ‘Ur en Chaldée’ – patrie d’Abraham – la cartographie était inexistante, la boussole était inconnue et le GPS ne faisait pas partie de l’alphabet des gens de ce temps-là.
Alors qu’avaient-ils pour les guider? Ils avaient comme seul guide et soutien : leur FOI – c’est tout.
Mais voilà : c’est TOUT!

Le début de la 2è lecture de ce 19è dimanche (année C, – He.11 :1-2,8-19) affirme avec force :old-hand
 « La foi est une façon de posséder ce que l’on espère,
un moyen de connaître des réalités qu’on ne voit pas. »

Il ne s’agit pas de définition dogmatique, d’adhérence à une longue liste de croyances ou d’énoncé de formules précises – c’est tout autre chose!
C’est être sûr de quelqu’un – Paul le dira sans hésitation :
« Je sais en qui j’ai mis ma foi » (2 Tim 1 :12).

D’Abraham il est dit : « Il partit sans savoir où il allait… »  « Dieu n’a pas honte d’être appelé leur Dieu… »!

Formule à la fois… étrange et… bien réconfortante!
¸

Source: Images: Abraham : nuoctroi.org   Marcheur: publicdomainpictures.net

18è dimanche de l’année, C

child hands sunsetVoyant un enfant courir dans le vent et ouvrir grand ses bras pour les refermer ensuite espérant y engouffrer le vent, on sourit et on peut dire: « Il est encore jeune; il apprendra bientôt qu’on ne peut ainsi emprisonner le vent! »
Mais si on apercevait un adulte en faire autant, que dirait-on? Sans en prononcer les mots, on penserait sans doute que la personne n’est plus… en contact avec la réalité, avec la ‘vraie vie’…

C’est un peu ce qu’exprime la 1ère lecture de ce dimanche (18è dimanche, année C – Qohélet 1 :2; 2 :21-23). L’auteur de ce livre exprimant la sagesse hébraïque, répète à qui veut bien l’entendre que : « Tout est vanité! » Un mot que l’on n’entend pas très souvent de nos jours. Et dans un verset qui n’apparaît pas dans la lecture d’aujourd’hui (2 :11), l’auteur répète ces mots et ajoute : « Tout est vanité et poursuite de vent, il n’y a pas de profit sous le soleil! »

Certains diront que ce texte biblique révèle que l’auteur est pessimiste. Mais peut-être est-il plus réaliste qu’il ne paraît à prime abord. Un peu plus tôt, il a avoué avoir recherché et acquis tout ce qui peut apporter le bonheur sur cette terre mais… sans en retirer satisfaction. « Poursuite de vent… »

Il se peut que nous en ayons fait l’expérience à certaines périodes de nos vies… Rêves basés sur des illusions… Attente du partenaire idéal, qui évidemment n’existe pas… Projets dont l’issue est vouée à l’échec… Aventures folles enfantant multiples regrets… Recherche de gains illicites qui n’entraîne que déboires… Poursuite du bonheur là où il est impossible de le  trouver… et quoi encore? Chacun/e dissimule sa liste secrète, et cache aussi habilement les regrets, le désappointement, le cynisme qui l’habitent peut-être.

Et si… notre vie allait prendre fin… bientôt, très bientôt… comme celle de l’homme que Jésus nous propose en exemple dans le récit de l’évangile. Si « cette nuit même »  toutes nos poursuites, nos recherches, nos attentes allaient se terminer, où en serions-nous?

Il est bon d’y réfléchir et  de prier le Psaume d’aujourd’hui (Ps.90) : « Que nos cœurs pénètrent la sagesse… Rassasie-nous de ton amour au matin…. »
Seule la Sagesse, Dieu lui-même, peut redonner « à nos jours leur vraie mesure » (Ps.90).


Source: Image: breakopenword.blogspot.com

17è dimanche de l’année, C

Des promesses… Les gens prudents n’en font pas spontanément. Hésitation et délibération précèdent leur engagement à faire ceci ou cela.
Quand on nous  promet quelque chose de désirable ou d’agréable, on se réjouit si la personne qui a promis est fiable. Si, par le passé, elle a fait ses preuves qu’elle ne manque pas à sa parole.

Et si… la promesse vient de Dieu lui-même? Alors, pourrait-on douter que ce qu’il affirme se réalisera?ManPraying-2
Dans le texte de l’évangile de ce dimanche (17è, année C – Lc.11 :1-13), Jésus lui-même nous donne une promesse répétée en trois images bien claires :

« Moi, je vous dis:
 Demandez, on vous donnera;
 cherchez, vous trouverez; 
frappez, on vous ouvrira. »

C’est simple, peut-être trop simple pour nos esprits compliqués!
Jésus devine – non, il connaît – notre hésitation à croire, notre crainte de nous fier trop facilement à de belles paroles pour être ensuite déçus amèrement. Alors, pour éveiller notre confiance et faire naître notre conviction, il ajoute :

«  En effet, quiconque demande reçoit;
 qui cherche trouve;
 à qui frappe, on ouvrira. »

Et comme si cela ne suffisait pas, selon sa pédagogie ordinaire, Jésus nous offre un récit. Il fait alors appel à ce que nous sommes, nous les humains, dont la compassion et la générosité ne peuvent se comparer à celles de Dieu et qui pourtant savons donner une réponse à un besoin.

Que dire après cela? Une seule attitude est possible… Prendre Dieu au mot, miser sur sa promesse avec une audace telle que le doute devient impossible! 


Source: Image: www.newlifespiritrecovery.com

16è dimanche de l’année, C

Marthe et Marie: la scène nous est familière (Luc 10:38-42).martha, mary, painting-like
Malgré tout, chaque fois qu’on nous la représente, il se peut qu’un malaise surgisse en nous…
On  y retrouve quelque chose de choquant, quelque chose qui ne va pas…

Une requête et… une rebuffade.
Une requête à Jésus et une rebuffade de Jésus!
Inouï ! Inédit !
De Jésus? Impossible, ça ne ‘cadre pas avec son caractère,’ direz-vous, et avec raison.
C’est bien lui qui a dit : « Celui qui vient à moi, je ne le rejetterai pas » (Jn.6 :37).

Martha demande tout simplement à Jésus de se ranger de son côté et voilà qu’il prend la défense de Marie!
La pauvre Martha trop occupée, surchargée, demande à être un peu soulagée et… elle ne reçoit pas la sympathie de Jésus – du moins c’est ce que plusieurs remarquent dans ce texte.

Mais peut-être la réponse de Jésus est-elle une invitation à Marthe…
Le genre d’invitation qu’il avait, un jour, adressée à ses apôtres en leur disant :
« Passons sur l’autre rive » (Mc.4 :35).
Pour les apôtres, il y avait eu un temps pour l’enseignement et les miracles et il y avait maintenant un temps pour ‘lâcher prise’, selon l’expression courante.

Et il pourrait en être ainsi pour Martha. Une invitation à un temps de répit, un moment pour reprendre haleine. Un temps de ‘relâche’… Les tâches, les corvées, les ‘devoirs’ suspendus momentanément font place à la présence à Sa Présence…

La tension de bien des situations, la pression de gauche et de droite, l’agitation : on y est soumis bon gré mal gré.
Mais vient le moment où il faut tout simplement… ‘passer sur l’autre rive’ et se mettre à l’écoute, à l’écoute de celui qui a tant à nous partager, tant à nous donner pour que nous connaissions vraiment « la meilleure part »!

Martha l’a sûrement compris, même si l’évangile ne nous le révèle pas!

Source: Image: godswordforwomen.wordpress.com

 

15è dimanche de l’année, C

bom-samaritano-820x450La plupart d’entre nous ont fait cette expérience : quelqu’un nous aborde pour nous poser une question. Mais l’attitude de la personne démontre que la réponse lui est déjà connue. Peut-être ne s’agit-il pas précisément d’un piège mais… il est évident qu’on veut tout au moins tester notre savoir ou notre mémoire! D’ordinaire, une telle situation n’a rien d’agréable.

L’évangile de ce dimanche (15è, année C, Lc.10 :25-37) nous présente Jésus dans une telle situation et, dans son cas, il s’agit bien d’un piège, l’évangéliste l’indique clairement : « Un docteur de la Loi se leva et mit Jésus à l’épreuve. » Le scribe, un spécialiste de la Loi, connaît sûrement le texte qui répondrait à sa question.

En observant Jésus dans l’évangile, on ne peut manquer de remarquer qu’il répond rarement à de telles questions. De lui, on obtient jamais un ‘Oui’ ou un ‘Non’, et rarement une réponse directe. Sa réplique vient d’ordinaire dans une autre question à son interlocuteur, ou bien par un exemple, ou encore une parabole. C’est ce qu’il fait dans le texte d’aujourd’hui avec sa double technique coutumière : d’abord un récit – cette parabole qui nous est bien familière du Bon Samaritain – et ensuite la question adressée à celui qui en avait posé une : « Lequel des trois, à ton avis…? »
   
Le scribe est confronté à une situation qui le remet lui-même en cause, Il ne pourra pas juger Jésus, encore moins le condamner par ses propres paroles, mais il est devenu celui qui est en jugement. 017-parable-good-samaritanUn prêtre et un légiste n’ont pas fait bonne figure alors qu’un Samaritain détesté a mis en pratique ce que la Loi requiert. Et lui, un scribe à la science éprouvée, ou prend-il place?

Il est trop facile de penser : ‘Tout cela s’est passé il y a bien longtemps. De nos jours, les choses sont différentes.’ C’est évident, mais le cœur humain, lui, a souvent les même résonnances que par le passé et, on ne peut le nier, les gens du 21è siècle on souvent des réactions bien proches de celles des personnages de l’évangile!

En relisant la parabole, je regarde un prêtre passer outre, un spécialiste en liturgie faire de même, et je me pose la question : ‘SI j’avais été la 3è personne sur la route qui descend de Jérusalem à Jéricho, comment la parabole se terminerait-elle?…’

Source: Images: lds.org      www.freebibleimages.org