image-i-nations trésor

18è dimanche de l’année C, 2022

Une personne qui possède tout ce qu’on peut désirer et qui n’est satisfaite de rien –
c’est le portrait qui nous est donné dans la 1ère lecture de ce dimanche (Qohélet 1:2; 2:21-23).
Désillusion, découragement, ce qu’on nomme communément ‘la déprime’ quoi!

Rien qui donne la satisfaction anticipée.
Rien qui agisse comme un baume aux blessures quotidiennes.
Rien qui ne dissipe la tristesse lancinante.
Rien qui apporte le bonheur espéré.
RIEN qui vaille – VANITÉ!

Ce mot ne désigne pas la suffisance ou l’orgueil mais plutôt la futilité, l’absence de sens au quotidien.
Le diagnostic est sérieux… et la condition qu’il décrit l’est aussi…

Et il semble que, malheureusement, cette situation soit celle de bien des gens autour de nous.
Certain/es jouissent – non, possèdent – tout ce que l’argent peut procurer mais…
leur malaise persiste…
C’est que justement ce dont ils/elles ont vraiment besoin ne s’obtient pas avec les devises les plus en valeur sur le marché mondial.

D’une telle personne, Qohélet, le sage affirme:
« Même la nuit, son cœur n’a pas de repos. »
 
Le texte de l’évangile nous donne le message de Jésus lui-même qui rappelle à ses auditeurs,
et à nous également:
« La vie de quelqu’un, même dans l’abondance, ne dépend pas de ce qu’il possède. »

La vie, la vraie, celle qui est riche non de possession mais de signification,
c’est celle que lui-même nous offre, la vie en abondance (Jean 10:10).
Cette vie qui nous permet d’être, dans les mots de Jésus: « riche en vue de Dieu » (Luc 12:13-21).

Être riche… à la manière de Dieu!
Richesse de partage et de compassion.
Richesse de sympathie et de compréhension.
Richesse d’attention aux autres et de disponibilité pour leur venir en aide.

Cette richesse ne s’évalue pas en termes monétaires, elle ne se perd pas, elle ne s’épuise pas…
mais elle est si précieuse que… seul Dieu en connaît vraiment la valeur!
 

Note: Une autre réflexion est offerte sur un thème semblable mais présenté différemment en anglais à: https://image-i-nations.com/18th-sunday-of-year-c-2022/

 

Source: Images: iStock  L’Évangile de Dieu

 

Journée mondiale de la poupée – 11 juin 2022

Journée mondiale de la poupée

Cette journée est connue aux Etats-Unis sous le nom de World Doll Day et a été lancée en 1986 par une collectionneuse américaine, Mildred Seeley. Elle voulait à l’époqque lancer un message de bonheur et d’amour !

La première édition s’est tenue un 14 juin, mais la date de la journée est variable et tombe en principe sur le deuxième samedi de juin. En 2022, c’est donc le 11 juin (36 ème édition).

Une collectionneuse remarquable

Mildred Seeley était auteure de nombreuses publications sur les poupées et les collections de poupées anciennes.

Cette dame, née en 1918, est décédée le 10 décembre 2001. Sa collection a été vendue en 2002 et a battu le record de l’époque pour une vente de poupées (1,8 million $ pour la collection, et 215000 $ pour une seule poupée).

Un site à visiter : worlddollday.com       Source: Texte & Image: Journée Mondiale

Journée Mondiale du coloriage – 6 mai 2022

Journée Mondiale du coloriage

« […] Sous les huées des enfants prodiges
Avec des craies de toutes les couleurs
Sur le tableau noir du malheur
Il dessine le visage du bonheur
. »

                                    Jacques Prévert

Quelle belle journée que celle du coloriage, non pas qu’elle soit forcément « utile » (au sens du mot dans le jargon de l’économie) mais au moins elle met de la couleur dans nos vies. Et c’est n’est pas le Cancre de Jacques Prévert qui nous démentira !

Un thème par an

Cette journée existe depuis quelques temps déjà (depuis 2008) et, chaque année, un thème lui est atribué. En 2017, le thème retenu était « De petites têtes, de grandes idées« . Quelques années avant, en 2013, il s’agissait de colorier la protection de l’environnement. Les années précédentes avaint été illustrées de thèmes aussi différents que la gastronomie (en 2012), les arbres et les animaux de la forêt (en 2011), et même la fratrie ou encore l’astronomie un peu plus tôt.

Le thème retenu pour la journée en 2022 est « Découvre la nature – dans l’air« 

A vos crayons…

Plus d’une vingtaine de pays participent à l’événement, répartis sur tous les continents. Espérons que ce nombre ira en augmentant chaque année !

Un site à visiter : www.coloriage.info    Source: Texte & Image: Journée Mondiale

Journée internationale du bonheur – 20 mars

Prenez un jour « normal », sans guerre, sans catastrophe, sans aucun viol, sans fermeture d’usine, sans expulsion… ç’est bon, vous l’avez trouvé ? il ne vous reste plus qu’à créer la journée internationale du bonheur.

Présenté comme cela, c’est presque drôle. Ce qui l’est moins, c’est que cette journée existe bel et bien et qu’elle a été décrétée par l’ONU à l’unanimité des pays membres. Mieux, ni la Russie ni la Chine n’ont exercé leur droit de veto.

Une journée alibi ?

La résolution de l’assemblée générale de l’ONU est explicite, elle invite chaque état-membre à célébrer cette Journée comme il se doit, notamment dans le cadre d’initiatives éducatives et d’activités de sensibilisation.

Pour faire bonne mesure l’auguste assemblée associe à cette démarche les différents organismes des Nations Unies, toutes les organisations internationales et régionales ainsi que la société civile.

Un objectif fondamental de l’être humain

On aurait pu aussi parler de journée gadget… mais c’est loin d’être le cas et la déclaration du Secrétaire Général des Nations Unies est explicite: 

Le monde a besoin d’un nouveau paradigme économique qui reconnaît la parité entre les trois piliers du développement durable. Les bien-être social, économique et environnemental sont indissociables. Ensemble, ils définissent le bonheur brut mondial.

La journée mondiale du bonheur est bien dans l’air du temps et de la recherche d’un « mieux vivre ». Les économistes cherchent aujourd’hui à élaborer de nouveaux outils de mesures pour mieux prendre en compte l’importance du bonheur pour le développement afin d’orienter les politiques nationales.

Se lever de bonheur…

On en arrive ainsi au véritable but de cette journée : la prise de conscience par les gouvernements que la seule croissance économique ne suffit plus à assurer le « bonheur » d’un pays et qu’un développement plus équitable, équilibré et durable permettrait de mieux éliminer la pauvreté et assurer le bien-être de tous les peuples.

Un site à visiter : www.un.org      Source: Texte: Journée Mondiale   Images: abenchaalors.fr   thepressfree.fr

6è dimanche de l’année C – 2022

Dieu travaille à la racine…
C’est ce qui m’est venu à l’esprit en voyant – par hasard – cette image.

Et la 1ère lecture de ce dimanche le confirme (Jérémie 17:5-8):

« Béni soit l’homme qui met sa foi dans le Seigneur…
Il sera comme un arbre, planté près des eaux,
qui pousse, vers le courant, ses racines…
L’année de la sécheresse, il est sans inquiétude. »

Oui, Dieu travaille en profondeur – c’est là qu’il nous rejoint,
là où nous sommes vraiment nous-mêmes.
Et c’est précisément là que nous devons le retrouver.

C’est une tentation constante que de nous laisser attirer par les apparences, le superficiel.
On est souvent fasciné par ce qui semble intéressant, enrichissant, satisfaisant.

Les promesses abondent d’un bonheur à portée de la main, mais…
Ce bonheur est trop souvent non seulement facile mais… factice.
Il est trompeur et n’arrive pas à assouvir notre soif… en profondeur.

Dans un décor moins exotique, on fait parfois l’expérience du voyageur dans le désert face à ce qu’il croit être…
une oasis mais qui n’est, en fait, qu’un… mirage.

L’aridité de la vie quotidienne nous pousse souvent à chercher justement une oasis –
quelque chose de moins difficile, moins contraignant, moins exigeant que ce à quoi nous devons faire face.
Qui d’entre nous n’est pas à la poursuite du bonheur avec un B majuscule?…

L’Homme de Nazareth, ‘le Maître’, nous a enseigné où le trouver sans faire fausse route…
(évangile de ce dimanche: Luc 6 :17,20-26).

 

Note: Une autre réflexion, sur un thème différent, est disponible en anglais à: https://image-i-nations.com/6th-sunday-of-year-c-2022/

 

Source: Images: emcitv.com   PxHere

3è dimanche de l’année C – 2022

La 1ère lecture de ce dimanche nous donne une description imagée d’une célébration liturgique chez les Israelites, le peuple que Dieu a choisi (Néhémie 8:2-6,8-10).
Revenus dans leur pays après l’exil, ceux-ci peuvent désormais continuer d’honorer Dieu selon les prescriptions que, bien des siècles auparavant, Moïse leur a léguées.

De ce long texte, une phrase m’a frappée:
« Esdras lisait un passage dans le livre de la loi de Dieu,
puis les Lévites traduisaient, donnaient le sens, et l’on pouvait comprendre. »

Il y a bien longtemps j’ai lu un texte d’un auteur de livres de spiritualité.
L’une de ses paroles est demeurée avec moi jusqu’à ce jour.
Il s’exprimait en des termes semblables à ceux-ci:

« Plus que la nourriture et le breuvage,
plus que la détente et le repos,
plus que quoi que ce soit que l’on juge essentiel pour l’être humain,
ce qu’il lui faut absolument c’est de découvrir un sens à son existence. »

Si vous considérez ce que ce texte affirme, j’ose croire que vous serez bien vite convaincu/es. 
Et peut-être une question surgira-t-elle à votre esprit vous interpelant et vous incitant à vous demander:
‘Ai-je découvert un sens à MA vie sur cette planète?…’

Il en va de notre équilibre et de notre bonheur au quotidien – rien de moins!
Le taux de suicides chez les gens qui, selon l’expression courante ‘ont tout pour être heureux’, en est la preuve évidente.

Si l’on manque cet élément essentiel: la signification de l’existence sur cette planète,
alors, pourquoi se lever chaque matin, vaquer aux occupations du quotidien, s’abandonner au repos et… recommencer le lendemain?

La parole de Dieu nous livre ce secret.
Le message de Dieu qui nous rejoint personnellement nous révèle le pourquoi de notre être, la raison de notre existence.

Et alors, une joie indicible peut devenir nôtre –celle-là dont le sage disait:
« La joie du Seigneur est votre rempart ! »
 
Un rempart… symbole de protection et de sécurité…
Une sécurité qui procure la sérénité à travers tout…
 

Note: Une autre réflexion, sur un thème différent, est disponible en anglais à: https://image-i-nations.com/3rd-sunday-of-year-c-2022/

 

Source: Images: Redeedming God   unsplash.com

Le Pape François visite la Slovaquie – 13-15 septembre 2021

On peut dire du Pape François qu’il est un pèlerin sur les chemin de notre monde du 21è siècle. Il se dirige particulièrement vers les périphéries, comme il les nomme, vers les zones d’exclusion.

Il en est à son 34è voyage apostolique qui l’amène, cette fois, en Slovaquie. À chaque groupe, à chacun et chacune, il adresse un message qui les rejoint dans leur situation existentielle.

Un groupe de 20,000 jeunes sont venus le rencontrer à Kosice, dans l’est de la Slovaquie, où ils se sont réunis dans le stade de Lokomotiva.

À son arrivée, le pape a fait plusieurs tours de papamobile dans le stade après quoi il a parlé aux jeunes leur disant de ne pas entrer dans « la logique du jetable ».

Il continue de les interpeler avec ces paroles: « La vraie originalité aujourd’hui, la vraie révolution, c’est de se révolter contre la culture du provisoire. C’est aller au-delà de l’instinct et au-delà de l’instant, c’est aimer pour toute la vie et de tout notre être. »

Et le pape ajoute avec conviction: « N’écoutez pas ceux qui vous parlent de rêves et, au contraire, vendent des illusions: ce sont des manipulateurs de bonheur. »

Des paroles percutantes, un message pertinent, et non seulement pour les jeunes de Slovaquie!…

Source: Image: AP

Journée mondiale du bonheur – 20 mars 2021

Prenez un jour « normal », sans guerre, sans catastrophe, sans aucun viol, sans fermeture d’usine, sans expulsion… ç’est bon, vous l’avez trouvé ? il ne vous reste plus qu’à créer la journée internationale du bonheur.

Présenté comme cela, c’est presque drôle. Ce qui l’est moins, c’est que cette journée existe bel et bien et qu’elle a été décrétée par l’ONU à l’unanimité des pays membres. Mieux, ni la Russie ni la Chine n’ont exercé leur droit de veto.

Une journée alibi ?

La résolution de l’assemblée générale de l’ONU est explicite, elle invite chaque état-membre à célébrer cette Journée comme il se doit, notamment dans le cadre d’initiatives éducatives et d’activités de sensibilisation.

Pour faire bonne mesure l’auguste assemblée associe à cette démarche les différents organismes des Nations Unies, toutes les organisations internationales et régionales ainsi que la société civile.

Un objectif fondamental de l’être humain

On aurait pu aussi parler de journée gadget… mais c’est loin d’être le cas et la déclaration du Secrétaire Général des Nations Unies est explicite:

Le monde a besoin d’un nouveau paradigme économique qui reconnaît la parité entre les trois piliers du développement durable. Les bien-être social, économique et environnemental sont indissociables. Ensemble, ils définissent le bonheur brut mondial.

La journée mondiale du bonheur est bien dans l’air du temps et de la recherche d’un « mieux vivre ». Les économistes cherchent aujourd’hui à élaborer de nouveaux outils de mesures pour mieux prendre en compte l’importance du bonheur pour le développement afin d’orienter les politiques nationales.

On en arrive ainsi au véritable but de cette journée : la prise de conscience par les gouvernements que la seule croissance économique ne suffit plus à assurer le « bonheur » d’un pays et qu’un développement plus équitable, équilibré et durable permettrait de mieux éliminer la pauvreté et assurer le bien-être de tous les peuples.

Un site à visiter : www.un.org     Source: Texte: Journée mondiale  Image: Le Devoir

L’actualité: Covid-19, tempête de neige, et…

L’actualité, c’est un sujet qui couvre bien des choses: des événements importants, des faits divers et quoi encore?
Bien souvent, ce qu’on nous présente sous ce titre n’a rien pour nous encourager ou nous stimuler.
Mais il arrive que, parmi bien d’autres informations, une nouvelle a de quoi nous inspirer, littéralement.
C’est ce qui s’est produit avec le bulletin de nouvelle à l’antenne de TVA hier.
Le texte qui suit vous donne plus de détails.

Le cadran montre 6 h 30. Après une première journée éreintante, Donald Hargray est de retour dans le stationnement des employés de l’hôpital de Saint-Jérôme avec tout son équipement. Sa mission? Déneiger le plus de véhicules possibles pour remercier les travailleurs de la santé de leurs sacrifices en ces temps difficiles.

Le retraité de 65 ans avait déneigé plus de 200 véhicules dimanche en milieu d’après-midi. Une besogne amorcée la veille qui lui a valu toutes sortes de remerciements de la part des employés, comme des pourboires ou des cartes-cadeaux.

«Je ne les accepte pas parce que ce n’est pas le but du tout, dit-il. Ce qui fait mon bonheur, c’est quand ils me disent merci avec un petit sourire.»

Il encourage maintenant tous ceux qui, comme lui, sont en bonne forme et ont un peu de temps libre, à trouver une façon de remercier le personnel de la santé. 

«On ne sait jamais, c’est peut-être à eux qu’on va laisser le soin de nous traiter», rappelle-t-il.

Note: Un blogue sur le même thème a aussi de quoi inspirer et encourager à penser aux autres. On le retrouve à: https://image-i-nations.com/je-suis-atteinte/

 

Source: Texte: TVA Nouvelles, publié le 17 janvier 2021 à 15:02 Image: tvanouvelles.ca