image-i-nations trésor

5è dimanche de Pâques, année B -2024

Pour attirer l’attention, informer, et convaincre les gens, il y a une méthode qui a fait ses preuves.
Les parents la connaissent, les professeurs également, et les dirigeants de l’industrie et du ‘marketing’ l’utilisent aussi.
Il s’agit de la répétition!

Les enfants et les élèves peuvent tarder à prêter attention, les clients peuvent mettre du temps à accepter une offre, mais la répétition atteint très souvent son but!

Il semble que Jésus lui-même ait cru à son efficacité, car il a utilisé cette technique.
Le texte de l’évangile de ce dimanche nous est présenté dans 8 versets (Jean 15:1-8).
Dans les 5 derniers de ces versets on retrouve 8 fois le mot ‘demeurer’!
La répétition est pour le moins… persistante!

C’est qu’elle concerne quelque chose de très important pour Jésus.
Les paroles qu’il prononce dans ce texte sont adressées à ses apôtres lors du dernier repas qu’il prit avec eux.
Mais Jésus ne pensait pas uniquement à eux mais aussi à nous tous et toutes qui allions devenir ses disciples.

« Demeurez en moi, comme moi en vous…

Le sarment ne peut pas porter de fruit par lui-même
s’il ne demeure pas sur la vigne,
de même vous non plus, si vous ne demeurez pas en moi…

Celui qui demeure en moi et en qui je demeure,
celui-là porte beaucoup de fruit…

Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous,
demandez tout ce que vous voulez, et cela se réalisera pour vous ».

Ces quelques lignes résument, en fait, ce que l’aventure chrétienne nous propose.
Ces paroles de Jésus sont à la fois son testament et son invitation.
Ce qu’il veut avant tout c’est une vie de proximité, d’intimité, avec lui.

Il ne faut évidemment pas penser en termes de lieu, de location physique, de cette demeure.
Il ne faut pas tenter de découvrir la logistique d’une telle présence.

Ce que le Christ attend de nous, il me semble, c’est
– de recevoir son message,
– d’accepter ses valeurs,
– de vivre selon son enseignement
– de le suivre au fil des jours dans les différents situations qui sont nôtres.

Il ne s’agit pas de ‘mimer’, ou de copier, les gestes de l’Homme de Nazareth,
mais plutôt de permettre au Seigneur ressuscité de reproduire en nous l’expression de sa compassion pour tous et toutes.
Il ajustera l’expression de sa présence à la personnalité de chacun/e de nous.

Tout est là!

 

Note: Dans la courte vidéo qui suit, Judith Poulin nous livre sa réflexion sur ce texte de l’évangile à: https://youtu.be/U0xaR-e5zL4?si=TXDBv6Xyxn56S62s

Une autre réflexion, sur un thème différent, est disponible en anglais à: https://image-i-nations.com/5th-sunday-of-easter-year-b-2024/

 

Source: Image (texte ajouté) unsplash.com (Moritz Knoringer)

The Alphabet of Lent – Letter Y

Y for Yeast

Some people dream of doing great things in life.
Many want to achieve some worthwhile goal.
Others try to distinguish themselves with important achievements.

There is nothing wrong with this – on the contrary, it is important to have some ideal in life.
But this should not make us forget the importance of… small things.
Do you remember the slogan of some years ago: “Small is beautiful”?
It is even the title of a well-known book in some circles. *

What is interesting to remember is that Jesus thought along those lines!
Two sentences of what he said have been made into a parable –
only two sentences to describe God’s kingdom!

“Again he asked, “What shall I compare the kingdom of God to?
It is like yeast that a woman took and mixed into about sixty pounds of flour
until it worked all through the dough” (Luke 13:20-21).

Women know it, and chefs do also: it takes a tiny bit of yeast to have a large amount of dough rise.
Jesus compares the kingdom of God to this process!

The kingdom of God – an amazing reality that includes so much… coming from very little, if we think of it…
God’s life-giving presence, God’s saving action… reaching people through:

– a little good-will to recognize someone’s need…
– a small amount of generosity…
– a bit of true compassion…
– a little thoughtfulness for people around…
– a small gesture of forgiveness to someone…
– a bit of readiness to give help…
– a tiny bit of self-forgetfulness…
– a small amount of empathy…

Every ounce of each one’s contribution – the personal ‘yeast’ of you and me –
this builds and spreads God’s kingdom since God himself makes use it!

 

* Note: SMALL IS BEAUTIFUL, A study of Economics as if People Mattered, E.F. Schumacher

 

Source: Image: www.pexels.com (Felicity Tai)

3è dimanche du Carême, année B – 2024

Un jour, avec sa bonhomie caractéristique et un sens de l’humour assez particulier, quelqu’un a dit:
« Avec Jésus, Dieu est venu nous déranger… pour nous arranger! »

En entendant cette expression, on peut sourire, on peut même rire franchement mais…
On se ravise en réalisant combien ces paroles expriment une sagesse vraie.

Jésus est venu ‘nous arranger’…
En lui, Dieu est venu nous associer intimement à lui-même:

  • il nous ajuste à sa justice
  • il nous initie à sa compassion
  • il nous ramène de nos errances
  • il nous libère de nos dépendances
  • il nous ouvre à une vie en abondance
  • il nous invite à devenir comme lui – rien de moins!

Étonnamment, c’est ce que Jésus fait dans la scène de l’évangile de ce dimanche.
Elle peut susciter des réactions diverses chez ceux/celles qui entendent ce récit.
Il peut choquer et provoquer de l’indignation… à tout le moins de l’incompréhension.

« Dans le Temple, il trouva installés les marchands de bœufs,
de brebis et de colombes, et les changeurs.
Il fit un fouet avec des cordes, et les chassa tous du Temple,
ainsi que les brebis et les bœufs;
il jeta par terre la monnaie des changeurs, renversa leurs comptoirs,
et dit aux marchands de colombes : « Enlevez cela d’ici.
Cessez de faire de la maison de mon Père une maison de commerce. »

L‘attitude de Jésus ne manifeste pas une impatience incontrôlée ou une colère injustifiée.
Elle révèle plutôt le sens des valeurs qui doit nous habiter.
Quand le sacré est bafoué, on ne peut rester indifférent.
Il faut prendre position et démontrer ses convictions.

‘Arranger’ une situation… en intervenant…
‘Arranger’ une relation… en s’impliquant…
‘Arranger’ ce qui doit l’être… en étant, à notre mesure, comme Il était, Lui…

 
Note: Une autre réflexion, sur un thème différent, est disponible en anglais à: https://image-i-nations.com/3rd-sunday-of-lent-year-b-2024/

 

Source: Image: The Church of Jesus Christ of Latter-Day Saints

 

 

L’alphabet du Carême – Lettre E

E pour Ennemis 

Il y a des choses qui ne sont pas faciles à faire…
Il y en a d’autres que nous trouvons vraiment difficiles à réaliser…
Il y en a d’autres que nous considérons absolument impossibles à accomplir!…

Si on demandait à chaque chrétien/ne ce qu’il, ou elle, trouve le plus difficile pour être fidèle au message du Christ,
je crois que chacun/e répondrait sans hésitation: Pardonner ses ennemies.
J’imagine plusieurs lecteurs et lectrices de ce texte approuver intérieurement…

Les paroles de Jésus sont pourtant sans équivoque.
Elles nous rejognent chaun/e personnellement (Matthieu 5:43-45):

« Moi, je vous dis: Aimez vos ennemis,
Priez pour vos persécuteurs. »
 
Il nous semble que cela est vraiment… impossible.
Ceux qui nous persécutent
les traiter à l’opposé de la manière dont eux se comportent envers nous!

Tout notre être se révolte, on ne veut même pas y penser.
Qui peut agir ainsi?

Mais Jésus ajoute :

« Afin que vous soyez fils (filles) de votre Père qui est dans les cieux;
car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons,
et il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes ».

Voilà la motivation qui peut nous aider: devenir comme notre Père des cieux…
Il sait aussi bien que nous – encore mieux que nous – que laissé/es à nous-même nous ne pouvons pas être comme lui.

S’il nous demande cela, nous pouvons à notre tour lui demander de nous en rendre capables!
Nous en rendre capables en nous donnant son Esprit qui nous rendra comme lui: compatissant et miséricordieux.

 

Note: Dans la vidéo qui suit, Diane Conte nous aide à poursuivre cette réflexion:https://youtu.be/JJQ6-D5w548?si=HQ0aN0xgDlsNIsy3

 

Source: Image: Doyenné Pau-périphérie

L’alphabet du Carême – Lettre D

D pour Disciples 

L’expression nous est familière: ‘Les DISCIPLES de Jésus’.
Outre les douze apôtres dont nous connaissons les noms, l’évangile nous parle aussi de soixante-douze disciples (Luc 10:1-24).

Nous les imaginons à l’écoute de Jésus et le suivant sur les chemins qu’il emprunte.
Notre imagination ne nous induits pas en erreur: être à l’écoute de Jésus et le suivre, c’est essentiellement le sens d’être un disciple.

Un autre élément est pourtant requis pour être un disciple authentique du Christ.
Ayant entendu son message et marchant sur ses traces, il faut alors vivre selon son enseignement.

Mais alors quelque chose de merveilleux se produit.
L’évangéliste Luc en parle en ces termes:

« Il se tourna vers ses disciples et leur dit en particulier:
« Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez !
Car, je vous le déclare:
beaucoup de prophètes et de rois ont voulu voir ce que vous-mêmes voyez, et ne l’ont pas vu,
entendre ce que vous entendez, et ne l’ont pas entendu » (Luc 10:1-24).

Être chrétien, n’est-ce pas être disciple du Christ? Évidemment!
Pourrions-nous dire que notre expérience à la suite du Maître, nous permet de voir ce dont Jésus parle?

Avons-nous reconnu en lui l’image de Dieu incarné?
Avons-nous reçu les paroles qu’il adresse à chacun/e de nous?
Avons-nous fait l’expérience de l’amour et de la compassion qu’il a pour nous personnellement?

Alors, oui vraiment, heureux sommes-nous!

 

Source: Image: The Church of Jesus Christ of Latter Saints

The Alphabet of Lent – Letter D

D for DISCIPLES

The expression: ‘The DISCIPLES of Jesus’ is familiar to us.
Apart from the twelve apostles whose names we know, the gospel speaks also of seventy-two disciples (Luke 10:1-24).

We imagine them listening to Jesus and following him on the roads where he walks.
Our imagination does not lead us astray: to listen to Jesus and to follow him, this is the true meaning of being a disciple.  

However, there is another aspect that is required to be an authentic disciple of Christ.
Having listened to his message and walking in his steps, we then need to live according to his teaching.

But then, something wonderful takes place.
The gospel writer, Luke, speaks about it in these terms:

“He turned to his disciples and said privately, 
“Blessed are the eyes that see what you see. 
For I tell you that many prophets and kings wanted to see what you see but did not see it,
and to hear what you hear but did not hear it” (Luke 10:1-24).

To be a Christian, is it not to be a disciple of Christ? Of course, it is!
Could we say that our experience following the Master allows us to see what Jesus speaks about?

Have we recognized in him the image of God made flesh?
Have we received the words that he addresses to each one of us?
Have we experienced the love and compassion that he has for us personally?

If so, then we are indeed happy!!

 

Source: Image: The Wandering Shepherd

 

 

 

Journée mondiale des malades – 11 février 2024

Thème: Il n’est pas bon que l’homme soit seul

La Journée mondiale des malades (JMM) nous invite à la solidarité avec les personnes qui, autour de nous, expérimentent la dure réalité de la maladie et de la souffrance. Sous l’inspiration de Jean-Paul II, cette journée rappelle la dignité de toute personne, malade ou âgée.

Source: Texte & Image: https://www.saint-joseph.org/fr/evenement/journee-mondiale-des-malades-2024/

Au début de l’année, le Vatican a publié le message du pape François pour la 32e Journée mondiale du malade, célébrée chaque année le 11 février. Le message du Saint-Père pour cette année s’intitule : « Il n’est pas bon que l’homme soit seul » – Soigner le malade en soignant les relations.

La Journée mondiale du malade nous offre une fois de plus l’occasion de prier pour toutes les personnes qui souffrent et de réfléchir à notre engagement envers elles. La CECC invite tous les fidèles à adopter le regard compatissant de Jésus envers ceux qui souffrent, sont seuls, marginalisés, ou rejetés. En coopérant pour contrer la culture de l’individualisme et de l’indifférence, nous pouvons faire croître la culture de la tendresse et de la compassion au sein de notre société. La CECC (Conférence des évêques catholiques du Canada) encourage tous les membres de la communauté à prendre des mesures concrètes pour accompagner ceux qui sont malades et isolés, que ce soit par la prière, la visite à un proche, l’offre de reconnaissance aux professionnels de la santé et aux bénévoles, ou d’autres actes de solidarité.

Source: Texte & Image:  https://www.diocesegatineau.org/fr/message-du-pape-francois-pour-la-32eme-journee-mondiale-du-malade-11-fevrier-2024

World Day of the Sick – 11 February 2024

Earlier this year, the Vatican published Pope Francis’ message for the 32nd World Day of the Sick, celebrated each year on February 11. The Holy Father’s message for this year is entitled: “It is not good that man should be alone” – Caring for the sick by caring for relationships. Echoing the Holy Father’s message, the Canadian Conference of Catholic Bishops (CCCB) renews its commitment to prayer and accompaniment of the sick. Pope Francis reminds us of the fundamental importance of human relationships in the process of healing and comforting the sick.

The Holy Father refers to the biblical passage from the Book of Genesis, emphasizing that God created man by endowing him with vital relationships, and that loneliness, the result of sin, can lead to suffering and isolation. Pope Francis’ message urges us to care for relationships with compassion and tenderness, while recalling the example of the Good Samaritan who approached his neighbor with deep compassion. The Holy Father also stresses that the sick, the fragile and the poor must be at the heart of the Church and at the center of our pastoral concerns.

The World Day of the Sick offers us another opportunity to pray for all those who suffer, and to reflect on our commitment to them.

 

Source: Text: https://www.cccb.ca/media-release/pope-francis-message-for-the-32nd-world-day-of-the-sick-february-11-2024/    Image: Vatican News

34th Sunday of Year A, Feast of Christ the King – 2023

Today’s feast celebrates Christ as King of the universe.
But, in the texts of our celebration, God is presented not as a king but as… a SHEPHERD.
This is how he wants to be known.
Both the first reading (Ezekiel 34:11-12,15-17), and the gospel text (Matthew 25:31-46), describe him as such.

We see him searching for the lost, rescuing those in darkness,
showing them where to rest, bringing back the stray,
bandaging the wounded and making the weak strong.
watching over all of them…

And it is to a shepherd that Jesus has identified himself as he said:
“I am the good shepherd. The good shepherd lays down his life for the sheep” (John 10:11).

In the gospel text, He invites us to have for others the same concern and care that he has for us, his sheep.
In fact, it will be on this very attitude that we will be judged –
not only on what we did but also… on what we did not do!…

We celebrate, not his dominion, but his compassion.
And he expects us to show this compassion to all those we live and meet with…

 

Note: Another text is available on a different theme, in French, at:https://image-i-nations.com/34e-dimanche-de-lannee-a-christ-roi-2023/

 

Source: Image: The Church of Jesus Christ of Latter-Day Saints

30th Sunday of Year A – 2023

Often, those in power do not pay much attention to ordinary people.
People who enjoy wealth and influence are not always keen to be associated with those who are less fortunate.

We know that God is almighty and his power is infinite, yet…
Yet, he does not keep at a distance from the human beings he has created.
Amazingly, he identifies with them, even the poorest and most needy.

This is what today’s 1st reading tells us very clearly (Exodus 22:20-27).
This text of the Book of Exodus speaks of the foreigner, the widow, the orphan, the poor who pledged even his own cloak.
All such people are people in need and not only does God cares for them, but he also wants us to do the same.
He tells us to do so in very strong words.

God insists that we must not take advantage of people in need.
“My anger will be aroused”, says God, if we do not obey his command.

And he adds: When they cry out to me, I will hear, for I am compassionate”.
 
To the people listening to him, this is precisely what Jesus will teach:
“You must be compassionate, just as your Father is compassionate” (Luke 6:36).

This is what is expected of us in these our days…
The migrants and the refugees are at our door…
The widow and the orphans are waiting for help…

The poor of all kinds are begging for assistance…
Compassion is what they are all hoping for…

 

Note: Another text is available on a different theme, in French, at: https://image-i-nations.com/30e-dimanche-de-lannee-a-2023/

 

Source: Images: pexels.com  (Ahmed Akacha) unsplash.com (Jon Tyson)  Bible Portal