image-i-nations trésor

26è dimanche de l’année A – 2023

 

Des paroles qui choquent…
Jésus ne les a pas évitées, il a même employé un langage offensant, diront certains,
pour interpeller ceux qui en avaient besoin!

C’est le cas du texte de l’évangile de ce dimanche (Matthieu 21:28-32).
Jésus, s’adressant aux grands prêtres et aux anciens du peuple, leur dit que les prostituées ont fait mieux qu’eux.
Jésus affirme que celles que l’on nommait jadis des ‘courtisanes’, ou des ‘filles des rues’, ont su accepter un messager de Dieu – Jean le Baptiste –
alors que ces chefs religieux ne l’ont pas fait.

« Amen, je vous le déclare: les publicains et les prostituées vous précèdent dans le royaume de Dieu.
Car Jean le Baptiste est venu à vous sur le chemin de la justice, et vous n’avez pas cru à sa parole;
mais les publicains et les prostituées y ont cru. »

Jésus utilise une parabole pour souligner leur entêtement – la parabole des deux fils.
Le premier accepte, en paroles, ce que son père lui demande, mais il n’en fait rien.
Alors que le deuxième fils, d’abord récalcitrant, corrige son attitude et agit selon la volonté de son père.

Sans hésitation, Jésus pointe du doigt l’attitude rebelle des chefs religieux:
« Vous ne vous êtes même pas repentis plus tard. »

L’attitude de ces gardiens de la doctrine et du culte se répète face à Jésus.
Ils refusent de le reconnaître comme le messager de Dieu parmi eux.

La parole de Dieu qui nous rejoint est souvent un appel, une invitation.
Il arrive parfois aussi que Dieu nous interpelle, directement et avec persistance.
Son invitation, d’abord discrète, peut devenir insistante.

Il se peut que nous tentions d’échapper à sa requête…
Nous prétendons ne pas y discerner un appel personnel…
Nous essayons de nous soustraire à ses exigences…

Dieu attend, Dieu patiente, Dieu anticipe… notre OUI…
Ce OUI qui est participation à son œuvre, collaboration à son plan, son dessein –
ce plan que l’apôtre Paul décrit aux premiers chrétiens de Rome :

« Nous savons qu’avec ceux qui l’aiment,
Dieu collabore en tout pour leur bien,
avec ceux qu’il a appelés selon son dessein »  (Romains 8:28).

C’est donc… Dieu qui collabore avec nous… pour notre bien!…
 
 

Note: Une autre réflexion, sur un thème différent, est disponible en anglais à: https://image-i-nations.com/26th-sunday-of-year-a-2023/

Source: Image: Mormonism Research Ministry   Scripture Images

 

Journée Mondiale de la liberté de la presse – 3 mai

Ce séminaire s’est déroulé à Windhoek (Namibie) en 1991, et a conduit à l’adoption de la Déclaration de Windhoek sur la promotion de médias indépendants et pluralistes.La Déclaration de Windhoek exigeait l’établissement, le maintien et la promotion d’une presse pluraliste, libre et indépendante et mettait l’accent sur l’importance d’une presse libre pour le développement et la préservation de la démocratie au sein d’un État, ainsi que pour le développement économique. La Journée mondiale de la liberté de presse est célébrée le 3 mai de chaque année, date à laquelle la Déclaration de Windhoek a été adoptée.

L’histoire

Même si l’on célèbre depuis 1993 la Journée mondiale de la liberté de presse, celle-ci s’enracine encore plus loin dans l’histoire des Nations Unies. En effet, il est stipulé, dans l’Article 19 de la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 que : « Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit. »

Aujourd’hui, dans le monde entier, le 3 mai est devenu l’occasion d’informer le public à propos des violations du droit à la liberté d’expression et le moment de se rappeler que plusieurs journalistes risquent la mort ou la prison en transmettant la nouvelle aux gens.

Selon l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), qui coordonne chaque année les activités qui soulignent le 3 mai, la Journée mondiale de la liberté de presse, c’est :

  • une journée d’action, qui favorise et permet de mettre sur pied des initiatives qui visent la défense de la liberté de la presse.
  • une journée d’évaluation, afin de dresser le portrait de la liberté de la presse à travers le monde.
  • une journée de rappel, qui permet de rappeler aux États le respect des engagements qu’ils ont pris envers la liberté de la presse.
  • une journée d’alerte, pour alerter le public et accroître la sensibilisation à la cause de la liberté de la presse.
  • une journée de réflexion, pour stimuler le débat parmi les professionnels des médias sur les problèmes qui touchent la liberté de la presse et l’éthique professionnelle.
  • une journée commémorative en mémoire des journalistes qui ont perdu la vie pendant qu’ils exerçaient leur profession.
  • une journée d’appui envers les médias qui sont victimes de mesures qui entravent la liberté de la presse ou qui visent à l’abolir.

Une seul arme… la presse

La liberté de la presse est considérée comme une pierre angulaire des droits de la personne et comme une assurance que les autres droits seront respectés. Elle favorise la transparence et une bonne gouvernance et représente, pour la société, la garantie que régnera une véritable justice. La liberté de la presse est le pont qui relie la compréhension et le savoir. Elle est essentielle à l’échange d’idées entre les nations et les cultures, qui est lui-même une condition menant à une compréhension et à une coopération durables.

 

Un site à visiter : www.rsf.org      Source: Texte & Image: Journée mondiale

World TB Day – 24 March 2023

World TB Day 2023, with the theme ‘Yes! We can end TB!’, aims to inspire hope and encourage high-level leadership, increased investments, faster uptake of new WHO recommendations, adoption of innovations, accelerated action, and multisectoral collaboration to combat the TB epidemic. This year is critical, with opportunities to raise visibility and political commitment at the 2023 UN High-Level Meeting on TB.

The spotlight of World TB Day will be on urging countries to ramp up progress in the lead-up to the 2023 UN High-Level Meeting on TB. WHO will also issue a call to action with partners urging Member States to accelerate the rollout of the new WHO-recommended shorter all-oral treatment regimens for drug-resistant TB.

World TB Day is observed annually on March 24 to raise awareness about TB and efforts to end the global epidemic, marking the day in 1882 when the bacterium causing TB was discovered.

 

Source: Text: https://www.who.int/campaigns/world-tb-day/2023        Image: YouTube

Journée mondiale de l’orthoptique – 7 juin 2021

Journée mondiale de l'orthoptique

On désigne habituellement par orthoptie la discipline médicale dont la vocation est le dépistage et, surtout, la rééducation des troubles de la vision. Comme vous pouvez le voir, rien de louche la-dedans…

International Orthoptic Association

C’est cette association qui est à l’origine de la journée mondiale. Elle est fixée chaque année au premier lundi du mois de juin. Son but, en créant cette journée, est de faire connaître le rôle et les activités de ces professionnels, qui travaillent en collaboration directe avec les ophtalmologistes et les opticiens.

Un site à visiter : www.internationalorthoptics.org    Source: Texte & Image: Journée Mondiale

Journée Internationale des droits des consommateurs – 15 mars

Journée Internationale des droits des consommateurs

Depuis 1983, l’association internationale des consommateurs « Consumer International » célèbre la journée mondiale des droits des consommateurs le 15 mars.

Dans un discours devant le Congrès américain, le 15 mars 1962, le président américain J.F. Kennedy avait énoncé les quatre droits fondamentaux du consommateur : droit à la sécurité, droit à l’information, droit de choisir et droit d’être entendu. En France, la « défense du consommateur » est relayée par de nombreuses associations et une revue telle que « 60 millions de consommateurs », réalisée par des journalistes professionnels travaillant en étroite collaboration avec les experts de l’INC, assure une mission de service public en totale indépendance vis-à-vis des fabricants et des distributeurs.
Un site à visiter : www.60millions-mag.com    Source: Texte & Image: Journée mondiale

3rd Easter Sunday, Year C – 2019

Last Sunday’s reflection brought us to realize that God – our God – is a surprising God.
He does things, and relates to people, often in a manner that is not what we would expect from him.
He shows this constantly in our own lives, if we only take time to notice it!

In today’s gospel text (Jn.21:1-19), there is an interesting detail that illustrates this.
When the apostles return from the lake with an amazing catch of fish, totally unexpected,
they see on the shore Jesus near a charcoal fire with fish on it and bread.
Breakfast has been prepared and is ready for them!

But then, Jesus tells them:
“Bring some of the fish you have just caught.” (v.10)
 
This is, shall I say, typical of God!
While some of us are not keen on… collaboration, God is.
This seems to be his preferred mode of action: interaction!
He does not want only to do things for us but he wants our cooperation.
He wants our contribution to the great things he is ready to work in our lives and in our world.

It is not often the idea we have of Someone with almighty power as we believe God to be!
But then, our God is not just ‘a’ god, he is the God of Jesus.
He who has become one of us to live with us as one of us.

Something we have never finished learning and reminding ourselves of!

Note: Another reflection is available on a different theme in English at: https://image-i-nations.com/3e-dimanche-de-paques-annee-c-2019/

 

Source: Image: Free Bible Images

Journée internationale des maladies rares – 28 février

Chaque semaine, 5 nouvelles pathologies touchant moins de 0,2% de la population sont découvertes dans le monde. En 2013, plus de 7 000 maladies rares différentes étaient identifiées en France. 80% de ces pathologies sont d’origine génétique, mais on dénombre également des maladies infectieuses.

Ces nouvelles maladies, dites « rares » ou « orphelines » nous interpellent pourtant et, afin de sensibiliser le public à leur existence, des manifestations sont prévues dans 34 pays chaque 29 février, journée rare s’il en est*.

Maladies en voie de banalisation
Avec 30 millions de personnes concernées dans toute l’Europe, les maladies dites rares sont en voie de banalisation… paradoxe inquiétant. Cette montée en puissance a incité 34 pays du vieux continent à célébrer la première Journée européenne des maladies rares et ce depuis 2008.

Destinée au grand public, cette journée poursuit trois objectifs :
sensibiliser le public européen aux maladies rares et à leurs répercussions sur la vie des malades
diffuser de l’information sur ces maladies
renforcer la collaboration européenne dans la lutte contre ce fléau.

Peu de personnes en effet, connaissent aujourd’hui le lupus, le syndrome de Gougerot-Sjogren, la maladie de Huntington ou le syndrome de Vaquez.

D’après la définition médicale, une maladie est considérée comme rare lorsqu’elle touche moins d’une personne sur 2 000, soit 0,2% de la population. Pour un pays de la taille de la France, cela équivaut à moins de 30 000 personnes atteintes d’une même maladie. 

Mal aimées de la recherche ?
Le paradoxe des maladies rares est qu’elles peinent à trouver les financements pour que les chercheurs puissent mieux les cerner et les vaincre… les grands laboratoires sont malheureusement cadrés dans une logique de profit et ne peuvent consacrer les moyens suffisants aux maladies rares. Le jeu n’en vaudrait-il pas la chandelle ?

Faisons mentir cette affirmation et remarquons que, dans plusieurs domaines, des institutions – publiques ou privées – relèvent le défi et se lancent dans des programmes ambitieux de recherche. Parmi elles, l’Institut de la Vision tient une place remarquable: centre de recherche européen pour les maladies oculaires, il regroupe 280 cliniciens et chercheurs qui participent au développement de nouvelles stratégies thérapeutiques pour lutter contre ces maladies dévastatrices.

* Le choix du 29 février fait de la journée européenne des maladies rares une journée rare dans la mesure où elle ne pourrait avoir lieu qu’une fois tous les quatre ans… en réalité elle sera fêtée le 28 février chaque fois qu’il n’y aura pas de 29 février !

Un site à visiter : www.alliance-maladies-rares.org   Source : Texte & Image : Journée Mondiale

2è dimanche de l’Avent, année B

À quelqu’un qui décrit l’avenir comme offrant des possibilités positives et réjouissantes, on dira parfois :
« Tu rêves en couleur! »
Le beau tableau de santé et succès, de chaleur et de bonheur nous laisse incrédule – allons donc, dans la ‘vraie vie’ les choses ne sont pas comme ça!

En parcourant l’une après l’autre les lectures de ce 2è dimanche de l’Avent, je me dis que ces textes nous font… rêver en couleur!
On dirait que c’est le monde… à l’envers!
Pas étonnant car on nous promet « un ciel nouveau et une terre nouvelle », rien de moins !
Ce sera un univers où les choses sont… AUTREMENT – oui, autrement que ce dont nous faisons l’expérience trop souvent dans la réalité quotidienne.

Peut-être la période de l’Avent est-elle le moment de… nous ajuster à Dieu et à sa manière de faire, plus encore à sa manière d’être!
Pas facile, vous pensez… et vous avez raison.
Ses promesses, ses dons, vont tellement au-delà de ce que nous osons imaginer.

C’est un Dieu qui ‘parle au cœur’, un Dieu qui parle de consolation.
Il fait paître son troupeau, porte sur son cœur les brebis qui allaitent. (Is 40:1-5.9-11)
Ce qu’il dit, c’est la paix…

Son salut est proche.
Le Seigneur donnera ses bienfaits. (Psaume 85)
Il prend patience… il veut que tous parviennent à la conversion. » (2è lecture – 2 P 3:8-14)

Je me répète ces paroles et j’essaie de me convaincre qu’elles se réaliseront.
Et voilà qu’une petite voix intérieure se fait entendre qui dit : ‘Elles se réaliseront si…

Si nous nous mettons à la tâche, celle-là même que décrit Isaïe dans la 1ère lecture et que répète le début de l’évangile de Marc (Mc.1:1-8).
Évidemment, il faut adapter les concepts et le vocabulaire à notre époque.
Mais la réalité demeure : Dieu fait des merveilles… avec notre collaboration.

Oui, l’Avent c’est le moment de s’ajuster à Dieu.
S’ajuster à Dieu et collaborer avec lui pour aplanir, élever, redresser… les montagnes de nos difficultés, les vallées de nos découragements, les chemins tordus de nos esclavages.

Source : Image : Pixabay

Note: Une autre réflexion sur des thèmes différents est offerte en anglais à: https://image-i-nations.com/2nd-sunday-of-advent-year-b/

Une présentation vidéo est aussi disponible à: https://image-i-nations.com/2e-dimanche-de-lavent-ghislaine-parle/

 

 

Journée Internationale des personnes handicapées – 3 décembre

Afin de favoriser l’intégration et l’accès à la vie économique, sociale et politique des personnes handicapées, une Journée Internationale des Personnes Handicapées à été proclamée, en 1992, par les Nations Unies, à la date du 3 décembre.

Cette journée mondiale est par ailleurs l’occasion idéale de réaffirmer certains principes de base, trop souvent oubliés:
« Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits ».

Le respect de cette dignité due à chaque personne, valide ou non, implique la reconnaissance de droits fondamentaux comme l’éducation ou l’accès au travail.
Les manifestations organisées à cette occasion nous invitent à de modifier le regard que nous portons sur les personnes handicapées.

Sortir la journée du 3/12 de l’ombre médiatique
Depuis 2011, cette journée possède son étendard, son symbole… sous la forme d’un badge à porter sur soi.
Cette initiative revient à une association belge, l’ASPH en collaboration plus d’une trentaine d’autres associations.

Lors de la création du badge, le choix définitif s’est porté sur le cercle violet:
le cercle est synonyme de perfection, d’absolu, d’infini,
le violet symbolise l’unité, le peuple et la démocratie chez le romains.

Oui, les personnes handicapées font partie de la société civile.
Oui, les personnes handicapées sont des citoyennes à part entière.
Oui, les personnes handicapées revendiquent leur place.

Le grand public est amené à reconnaître la personne handicapée comme l’une des leurs.
Le badge rappelle que la personne handicapée est une personne avant d’être un handicapé.
Il rappelle que la personne handicapée fait partie intégrante de la société.
Rassembleur, fondamental, facile, ce badge est le symbole d’un secteur… celui du handicap.

Un site à visiter : www.handicap-international.org   Source : Texte & Image: Journée Mondiale

Journée Mondiale de l’environnement – 5 juin

 

Cette journée a été promulguée par le PNUE, comprenez le Programme des Nations Unies pour l’Environnement. Elle est célébrée depuis de nombreuses années et soulève régulièrement les questions essentielles de la protection de l’environnement et ses conséquences sur la qualité de vie des populations et la survie de notre planète.

Le PNUE a établi une liste de points noirs sur lesquels un effort important doit être entrepris de toute urgence :
lutte contre la destruction de la couche d’ozone
lutte contre la déforestation
préservation de la qualité des réserves d’eau
lutte contre la désertification et la sécheresse

Le constat du PNUE est sévère car peu de ces objectifs ont été atteints et le cri d’alarme lancé à l’occasion de la conférence RIO + 20 paraît désespéré !

Economie verte, en faisons-nous partie ?
Le développement économique est souvent pointé du doigt par les instances internationales qui tentent de promouvoir un développement raisonné respectueux de la planète. Notre fameux développement durable…

Le décalage entre les pays dits développés et les pays en voie de développement est criant. Si les économies européennes prennent de plus en plus en compte ces problématiques dans leur développement, que dire d’une économie US encore très en retrait sur toutes ces questions et celle de certains pays du sud-est asiatique où ces recommandations sont surtout l’expression de l’égoïsme des pays riches.

Message d’espoir
Le message envoyée par Irina Bokova, la directrice générale de l’UNESCO, à l’occasion de la Journée mondiale de l’environnement 2012, est riche de promesses : 
« Nous voulons un avenir où nous pourrons vivre dans un environnement sain en entretenant des liens solides avec la nature et des relations sociales riches et diversifiées. Pour cela, nous devons créer un environnement florissant. Nous devons créer des économies vertes ».     

Un site à visiter : www.unesco.org  Source: Texte: Journée Mondiale  Image: ONU

« L’esprit de collaboration qui habite les Canadiens est l’une des raisons qui font du Canada l’hôte tout désigné pour accueillir la Journée mondiale de l’environnement. Cette journée sera un volet important des célébrations du 150e du Canada. Le 5 juin 2017, nous allons réunir notre fierté de Canadiens pour notre environnement et notre détermination en vue de trouver des solutions aux défis des changements climatiques. Nous sommes heureux de présenter au monde les approches canadiennes qui nous permettront de créer un pays écologique et concurrentiel pour nos entreprises. »
– Catherine McKenna, ministre de l’Environnement et du Changement climatique

« La Journée mondiale de l’environnement est le jour où la planète entière célèbre notre amour commun et notre dépendance à l’égard de la nature. Cette journée nous incite à protéger notre environnement et à cultiver une grande appréciation de la nature. Étant donné les défis environnementaux majeurs que nous devons relever, nous avons plus que jamais besoin de leadership en environnement. Je suis heureux que le Canada, qui a fait preuve d’un engagement empathique à l’égard des questions environnementales, accueille la Journée mondiale de l’environnement en 2017. À titre de pays hôte, le Canada a l’occasion de montrer encore plus son engagement et d’élargir son leadership à l’échelle internationale. »
– Erik Solheim, directeur exécutif du Programme des Nations Unies pour l’environnement

Source: Texte: Communiqué de Presse, Gouvernement du Canada, 21 sept.2016