image-i-nations trésor

29è dimanche de l’année C, 2022

Avez-vous des ennemis?
À cette question, un visage oublié vous revient peut-être à l’esprit.
Ou, une image nette et précise de quelqu’un dont vous soupçonnez les motifs.

Il se peut que nous ayons des ennemis – des ennemis… réels ou imaginaires – mais ce ne sont pas ceux dont je parle.
Je fais allusion à des ennemis plus… subtils, souvent cachés sous de multiples couches de camouflage.
L’un d’eux nous est présenté dans l’évangile de ce 29è dimanche (Luc 18:1-8).
C’est… le DÉCOURAGEMENT!

Jésus lui-même nous en parle dans une parabole typique et tellement riche de sens.
Les personnages du juge injuste et de la veuve sont connus et leur attitude respective l’est également.

Mais la leçon que Jésus veut nous donner à travers eux ne nous rejoint peut-être pas aussi bien qu’il le désire.
Pourtant, l’auteur tu texte évangélique dit clairement dès le début:

« Jésus disait à ses disciples une parabole
sur la nécessité pour eux de toujours prier sans se décourager. » 

Qu’est-ce qui a obtenu à la veuve ce qu’elle désirait?
Elle n’avait pas d’argent à offrir, semble-t-il, et une femme juive n’aurait sans doute pas beaucoup d’influence sur un homme de loi.
Mais elle avait un atout majeur: sa détermination!

Son insistance agaçante aux yeux du juge, la répétition de sa requête avec une persévérance inlassable –
voilà ce qui a vaincu celui qui avouait ne pas craindre Dieu ni respecter personne.

Étonnamment, Jésus nous recommande d’adopter la même attitude avec… Dieu, son Père!

Ne PAS nous laisser décourager même s’il tarde à écouter nos pétitions.
Même s’il tarde à satisfaire nos requêtes, nous ne devons pas cesser de crier vers lui jour et nuit.

Mais… sommes-nous prêt/es à le faire ou permettons-nous à notre ennemi – le découragement – de nous priver de ce que nous désirons?

Note: Une autre réflexion est offerte sur un thème différent en anglais à: https://image-i-nations.com/29th-sunday-of-year-c-2022/

 

Source: Image: FreeBibleimages                

4è dimanche de Pâques, année C – 2022

Une station de télévision (dont je ne mentionnerai pas l’identité) présente un programme qui semble bien populaire… et pour cause!
Il s’agit d’une émission où les gens peuvent apporter à des experts en évaluation toutes sortes d’objets hétéroclites trouvés dans un grenier, ou lors d’un déménagement, et qui pourraient se révéler… un trésor!

Évidemment, la plupart du temps, ce n’est pas le cas.
Mais il arrive que l’une ou l’autre personne ait de la chance et se retrouve avec quelque chose d’une richesse insoupçonnée.

Cette émission me revient à l’esprit en lisant le texte de l’évangile de ce dimanche (Jean 10:27-30).
Le texte est court mais porteur, lui aussi, d’un message d’une richesse peut-être insoupçonnée!

Jésus parle de son troupeau, il décrit sa relation avec ses brebis, et il affirme:
« Je leur donne la vie éternelle. »

Il est à noter que le verbe est au temps présent, non pas au futur :
« Je leur donne… » maintenant, en ce moment même,
PAS dans un futur hypothétique mais présentement!

La vie éternelle – maintenant, déjà en ce jour et… pour toujours!
Et cette vie éternelle n’est nulle autre que celle du Christ ressuscité, celle-là même qu’il partage avec le Père.

Se pourrait-il que, pour plusieurs, ce soit un trésor… caché, bien enfoui quelque part dans les ‘articles de foi’ répétés à voix haute mais un trésor… que l’on ne s’est pas approprié?…
Serait-il possible que l’on n’ait pas répertorié cette richesse qui est nôtre – présentement – de la présence du Seigneur ressuscité qui partage notre quotidien au jour le jour?

Peut-être nous faut-il retourner là où sont remisés les ‘trésors’ que nous avons oubliés…
Pour y retrouver le plus précieux de tous: ‘Dieu-avec-nous’ et la vie qu’il nous offre, qu’il nous donne…
 
Note: Une autre réflexion, sur un thème différent, est disponible en anglais à: https://image-i-nations.com/4th-sunday-of-easter-year-c-2022/

 

Source: Images: 80 Level    Chrétiens lifestyle

 

Des ‘Mercis’ de toutes sortes…

Il y a des mots que l’on utilise souvent et d’autres… pas aussi souvent qu’il le faudrait.
Il y en a un bien court et qui pourtant est lourd, oui, lourd de gratitude.
Puissant aussi car il peut susciter des réactions inattendues et tellement agréables!

Vous l’avez deviné… MERCI – c’est de ce mot qu’il s’agit!

Des ‘Mercis’, il y en a de toutes les sortes –

  • Ceux qu’on dit à la hâte, pressé de se mettre en route.
  • Ceux que l’on formule par habitude, parce qu’on est poli!
  • Ceux qu’on murmure parce qu’il le faut bien, mais le cœur n’y est pas.
  • Ceux qu’on prononce avec le sourire et une chaleureuse poignée de main.
  • Et… ceux qu’on oublie de dire parce qu’on est trop préoccupé avec soi-même, ‘on est dans sa bulle’, comme disent les gens…

Il y a…

  • les ‘Mercis’ pour services rendus,
  • les ‘Mercis pour dons reçus,
  • les ‘Mercis’ pour l’aide apportée,
  • les ‘Mercis’ pour les conseils donnés – et tant d’autres.

Dernièrement, j’ai lu un texte qui m’a secouée.
Oui, j’ai été soudainement interpelée à la lecture des paroles d’un testament.
Il s’agit du testament de Christian de Chergé, le prieur du monastère des moines de Tibhirine, en Algérie.
En 1996, sept moines trappistes y ont été assassinés.
Les détails du massacre n’ont jamais fait jour mais il a été attribué au GIA (Groupe islamique armé).

Ce qui nous est parvenu c’est le texte de son testament que le Père Christian avait confié à sa mère à Paris.
« Dans ce testament, il remercie ses parents, sa famille, ses frères moines, ses amis – et quelqu’un d’inattendu :

‘Dans ce ‘MERCI’ où tout est dit désormais, de ma vie, je vous inclus bien sûr, amis d’hier et d’aujourd’hui… et toi aussi l’ami de la dernière minute, qui n’a pas su ce que tu faisais. Oui, pour toi aussi je le veux, ce MERCI et cet ‘À-DIEU’ envisagé de toi. Et qu’il nous soit donné de nous retrouver, larrons heureux, en paradis, s’il plaît à Dieu, notre Père à tous les deux. Amen ! Inch Allah !’ *

Un tel… MERCI a quelque chose d’absolument extraordinaire !
Une telle re – connaissance qui reconnaît un frère dans l’assassin étant convaincu qu’il ne sait ce qu’il fait.
Le Christ avait prononcé ces paroles (Luc 23:34), et Christian – qui portait le nom même du Christ – les a répétées à sa manière dans ce testament exceptionnel !

* (Christian de Chergé, l’invincible espérance, p. 204, cité par Jean Vanier, Recherche la PAIX, p. 67.)

Source: Images: 123RF   Aleteia

Fête de la Sainte Trinité, année B – 2021

Inutile de chercher: on ne trouve pas la ‘Sainte Trinité’ dans la Bible –
on ne trouve pas, précisons-le, ce vocable ou ce titre pour identifier Dieu.
Mais Jésus nous en a définitivement fait la révélation dans l’évangile.
L’évangile de Jean, et tout particulièrement les paroles de Jésus durant le dernier repas qu’il a partagé avec ses apôtres, nous présentent le Père et l’Esprit avec qui Jésus affirme ne faire qu’un.

C’est le Pape Jean XXll (1316-1334) qui a institué cette Fête pour toute la chrétienté et, en 1911, Le Pape Pie X en a fait une fête encore plus solennelle pour l’Église entière.

Mais cette fête souligne quoi exactement?
Que voulons-nous célébrer précisément en fixant notre regard –
l’attention de notre esprit et la dévotion de notre cœur sur la TRINITÉ.

Les théologien/nes et les exégètes ont chacun/e leur manière d’approcher cette réalité.
Pour ma part, je dirais que cette fête nous aide à réaliser que notre Dieu est un Dieu de relation.
Un Dieu de relation en lui-même et un Dieu qui nous invite à partager cette relation.

Un Dieu qui nous rejoint avec la tendresse d’un Père – le meilleur des pères que nous puissions imaginer!
Un Dieu qui a partagé notre humanité – et continue de le faire – et nous accompagne comme un Frère et un Ami sans pareil, lui le Fils du Père.
Et un Dieu qui se fait notre Conseiller et notre Défenseur en toutes situations, lui l’Esprit du Père et du Fils qui nous attire à eux, les Trois.

De nombreux textes, des thèses variées, des volumes multiples disent et redisent cela de bien des manières.
Mais cette réalité e x t r a o r d i n a i r e nous est révélée par LUI, par EUX, en nous faisant y participer…
si nous osons y croire!

 

Note: Une autre réflexion sur un thème différent est disponible en anglais à: https://image-i-nations.com/feast-of-pentecost-year-b-2021-2/

 

Source: Image: Toi suis moi

 

 

6è dimanche de Pâques, année B – 2021

Comprendre et… ne pas comprendre…
C’est une réalité dont plusieurs d’entre nous faisons l’expérience bien souvent.

Je pense à la situation de quelqu’un qui lit un texte et qui s’arrête soudain et avoue :
« Je comprends bien chacun des mots mais… la signification… je n’y comprends rien! »

Il se peut aussi que l’on pense comprendre le sens du texte mais sa profondeur et sa richesse nous échappent.

 

Cette réflexion m’est venue à l’esprit en lisant l’évangile de ce dimanche
(Jn.15:9-17).

Ces versets font partie des paroles que Jésus adressait à ses apôtres lors du dernier repas qu’il prenait avec eux avant sa passion et sa mort.

Ce qu’il leur dit est absolument… e x t r a o r d i n a i r e – littéralement!

 

« Comme le Père m’a aimé, moi aussi je vous ai aimés. »
 
« Si vous gardez mes commandements… comme moi, j’ai gardé les commandements de mon Père… »
 
« Je vous ai dit cela pour que ma joie soit en vous, et que votre joie soit parfaite. »

« Je ne vous appelle plus serviteurs… je vous appelle mes amis. »
 
« Tout ce que j’ai entendu de mon Père, je vous l’ai fait connaître. »
 
« Tout ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donnera. »
 
Le vocabulaire est simple, la syntaxe et la grammaire ne posent pas de difficulté, et pourtant…
La réalité exprimée est tout à fait stupéfiante!

Être aimé/e comme Jésus l’est de son Père! – Le croyons nous?…
Garder ses commandements comme Jésus l’a fait! – Avons-nous tenté de le faire?
Jouir d’une joie parfaite! – Est-ce possible?
Ne pas être serviteurs mais amis! – Le réalisons-nous?
Connaître les ‘secrets’ du Père et de Jésus! – Peut-on seulement l’imaginer?
Être assuré/e que nos demandes seront exaucées! – Vraiment?
 
Réalité vieille de 2,000 ans…
Richesse vieille de 2,000 ans…
Toujours en attente de devenir vraiment vraie pour moi…    

Note: Une autre réflexion sur un thème différent est disponible en anglais à: https://image-i-nations.com/6th-sunday-of-easter-year-b-2021/

 

Source: Image: Daily Manna

 

 

5è dimanche de Pâques, année B – 2021

Depuis les temps anciens, on reconnaît chez les humains le désir de rejoindre L’Être Suprême.
Ce désir s’exprimait par des rites et des pratiques particulières pour entrer en contact avec la divinité.
On lui attribuait des qualités et des pouvoirs de toutes sortes.
On s’en remettait à lui (la plupart du temps au masculin…) pour protection et guérison, soutien et succès.

Les siècles se succédant, ce désir s’est généralisé parmi les peuples qui habitaient désormais différentes régions.
Chaque tribu avait son dieu, ou ses dieux, qu’on invoquait dans des circonstances précises avec paroles et gestes précis.

Qui aurait pu soupçonner que ce désir était le pâle reflet du… désir de Dieu lui-même ?!
C’est pourtant la réalité et depuis longtemps déjà.

L’auteur du livre du Deutéronome disait :
« Elle est tout près de toi, cette Parole,
elle est dans ta bouche et dans ton cœur,
afin que tu la mettes en pratique.   (Deutéronome 30:14)

Mais nous sommes lents à comprendre et plus lents encore à croire.
Croire ces choses extraordinaires que Dieu veut pour nous.
Et non seulement les désire-t-il mais il les réalise.

C’est ce que la venue de Jésus parmi nous a rendu visible:
Dieu lui-même est venu chez nous.
Il est venu chez nous comme l’un de nous – si proche, si accessible, si réel – toujours présent.

Et il nous révèle et nous redit le désir – dirais-je le ‘rêve’ de Dieu – quand il nous dit
dans l’évangile de ce dimanche (Jn.15:1-8):
« Demeurez en moi, comme moi en vous. »

Et il insiste:
« Celui qui demeure en moi et en qui je demeure,
celui-là porte beaucoup de fruit. »

Il ajoute encore :
« Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous,
demandez tout ce que vous voulez, et cela se réalisera pour vous. »

Lorsque nous répétons quelque chose trois fois, c’est que cela est important pour nous.
Si Jésus fait de même, assurément cela est vraiment important pour lui… et pour son Père!
Et pour nous alors?…
  

Note: Une autre réflexion sur un thème différent est disponible en anglais à: https://image-i-nations.com/5th-sunday-of-easter-year-b-2021/

 

Source: Image: vasedargile – Centerblog

 

 

1er dimanche de l’Avent, année B – 2020

Si on vous demandait comment on doit approcher Dieu, vous répondriez sans doute avec respect, en étant conscient de sa majesté.
D’autres affirmeraient qu’il faut se présenter devant lui avec humilité, reconnaissant notre indignité.
D’autres encore mentionneront que louange et gratitude sont l’attitude première de quiconque se met en prière.
Certains diront qu’il est essentiel de venir à Dieu avec foi et confiance.

Personne ne mentionnerait donc qu’on peut l’approcher avec… audace!
C’est pourtant ce que les prophètes ont osé faire.
La 1ère lecture de ce dimanche l’illustre clairement dès le début (Is.63:16-17,19; 64:2-7):

« Pourquoi, Seigneur, nous laisses-tu errer hors de tes chemins ?
Pourquoi laisser nos cœurs s’endurcir et ne plus te craindre ?
Reviens, à cause de tes serviteurs. »

Étonnant vraiment!
Le prophète Isaïe se plaint à Dieu – c’est presque… une accusation – qu’il les abandonne à leur errance.
Il questionne l’attitude de Dieu qui semble permettre leur dureté de cœur !
Il ose demander à Dieu de ‘revenir’ alors qu’on sait bien que la conversion doit être… nôtre!
C’est bien le sens de la conversion, revenir à Dieu!

J’aime cette audace du prophète qui est en si bons termes avec Dieu qu’il peut lui parler ainsi.
Il peut oser PRIER ainsi!

Approcher Dieu avec respect et humilité, certainement.
Venir à lui avec louange et confiance, évidemment.
Mais aussi oser avoir avec lui une relation dans laquelle est présente l’audace confiante d’un enfant
avec son père – un père dont il n’a jamais fini de découvrir la tendresse inouïe.
 
«C’est toi, Seigneur, notre père, » rappelle à Dieu son prophète audacieux.
Tout est là!

 

Note: Une vidéo sur les thèmes de ce dimanche est disponible à : https://youtu.be/lQnK0YDmLTw

Une autre réflexion est disponible en anglais sur un thème différent à: https://image-i-nations.com/1st-sunday-of-advent-year-b-2020/

 

Source: Images : Depositphotos   DNA India   MpumalangaNewshorn   toutinfos.centerblog.net

Fête de la Pentecôte, année A – 2020

En ce dimanche de la Pentecôte, la 1ère ligne de la 2è lecture (1 Co.12:3-7,12-13) nous dit,
mieux encore, le texte nous avertit :

« Personne n’est capable de dire : « Jésus est Seigneur »
sinon dans l’Esprit Saint. »

Comment exprimer l’inexprimable?
Par définition, ce n’est pas possible.
Comment parler… de Dieu, oui, DIEU?
Et comment parler… à Dieu?

Les humains que nous sommes ne peuvent que balbutier.
Mais un humain parmi nous – Emmanuel, l’Homme-Dieu – a bien su le faire.
Il a nommé Dieu de son vrai nom : ‘Père’, avec l’accent unique qui était le sien.

Et il nous rend capable de le faire nous aussi.
Il le fait en nous donnant – et sans réserve – SON Esprit.

En écrivant aux premiers chrétiens de Rome, l’apôtre Paul les assure:

« L’Esprit Saint vient au secours de notre faiblesse, car nous ne savons pas prier comme il faut.
L’Esprit lui-même intercède pour nous par des gémissements inexprimables. » (Rom.8:26)
 
Et si c’était cela le secret de la Pentecôte… permettre à Dieu d’être Dieu en nous?
La SAGESSE de la Pentecôte, l’Esprit de Dieu –
Dieu avec nous, Dien en nous, Dieu pour nous…

Un secret à découvrir… une sagesse à s’approprier…

Note: Une autre réflexion est disponible sur un thème différent à: https://image-i-nations.com/feast-of-pentecost-year-a-2020/

 

Source: Image: Pxfuel

5è dimanche de Pâques, année A – 2020

À la lecture d’un texte de l’évangile, il vous arrive peut-être, comme à plusieurs,
en notant une opinion ou une question de quelqu’un dans l’entourage de Jésus,
de vous dire à vous même: ‘J’aurais dit la même chose! J’aurais posé la même question!’

C’est bien normal: les gens du temps de Jésus, les apôtres eux-mêmes, étaient différents de nous,
mais ils /elles partageaient bien des caractéristiques de notre humanité!

La scène de l’évangile de ce dimanche nous les présentent (Jn.14:1-12)
partageant avec Jésus le repas de la pâque juive.
L’occasion semble plus solennelle que d’ordinaire, Jésus paraît triste…
Il parle longuement, il dit des choses qui, à certains moments, leur paraissent bien mystérieuses.

Il faut se rappeler que ces disciples de Jésus n’étaient pas des maîtres en théologie,
pas d’exégètes parmi eux, ou de professeurs de doctrine,
mais des gens du peuple, remplis de bonne volonté, fidèles à suivre Jésus,
mais souvent perplexes en entendant ses propos.
L’évangile le mentionne à plusieurs reprises: ils voulaient souvent l’interroger
n’ayant pas compris ce qu’il voulait dire à un moment ou l’autre (Mc.4:13;

Mc.9:32; Lc.8:9; Jn.16:19).

Et voilà que pendant ce dernier repas avant sa Passion,
Jésus parle à plusieurs reprises du Père, de SON Père.
Dans l’une des traductions des chapîtres 13 à 16 de l’évangile de Jean (Bible de Jérusalem),
Jésus répète le mot ‘Père’ 45 fois!
Et le chapitre 17 est le texte de la prière de Jésus à son Père.

Dieu: Yahweh/Jéhovah-l’Éternel, Elohim-Créateur, Adonai-Seigneur éternel,
tous ces titres étaient des noms familiers aux apôtres mais… Père ?

Messager de Dieu, le prophète Osée avait dit en son nom:
“Quand Israël était jeune, je l’aimais, et j’appelai mon fils hors d’Égypte.” (Osée 11:1)
Mais Jésus parle de Dieu-Père avec un accent nouveau, il mentionne ce nom avec un tel respect…

Philippe parle sûrement au nom de tous les apôtres – et possiblement du nôtre aussi – en disant:
Seigneur, montre-nous le Père; cela nous suffit.

Ces paroles lui obtiennent une réponse bien énigmatique de la part de Jésus:
Il y a si longtemps que je suis avec vous, et tu ne me connais pas, Philippe !
Celui qui m’a vu a vu le Père.
Comment peux-tu dire : ‘Montre-nous le Père’ ?
Tu ne crois donc pas que je suis dans le Père et que le Père est en moi !”

“Je suis dans le Père et le Père est en moi.”
Mystère? Oui, celui d’une identité partagée, d’une intimité unique.

Philippe a-t-il compris? Seul LE FILS peut vraiment comprendre…
Et nous? Nous sommes invité/es à en vivre dans la foi: PÈRE!

Note: Une courte vidéo offre une réflexion sur un autre aspect de ce texte de l’évangile à: https://youtu.be/Pw2twpSRmt8
Et une autre réflexion est disponible sur un thème différent en anglais à: https://image-i-nations.com/5th-sunday-of-easter-year-a-2020/

 

Source: Image: Pinterest

24è dimanche de l’année C – 2019

Certaines personnes n’aiment pas qu’on leur répète quelque chose une 2è fois et, encore moins, une 3è fois!
C’est pourtant ce que Jésus fait dans l’évangile d’aujourd’hui (Lc.15:1-32).
Il répète son message à trois reprises – avec des variantes, certes, mais c’est le même message!

Dans le groupe devant lui, il se trouve sans doute bien des hommes et plusieurs sont des bergers.  
Jésus s’adresse d’abord à eux.
Il leur parle d’un berger qui a perdu l’une de ses bêtes et qui la cherche jusqu’à ce qu’il l’ait trouvée (Lc.15:4-7).
Une brebis était une possession précieuse en ce temps-là.

 

Mais des femmes étaient aussi présentes dans son auditoire. 
C’est à elles que Jésus parle de la femme qui a perdu une pièce de monnaie.
Perdre une partie de sa dot pouvait devenir une tragédie pour la malheureuse à qui cela arrivait.
Elle aussi fait tout en son pouvoir pour retrouver ce qu’elle a égaré (Lc.15 :8-10).

Chaque fois, les paroles sont répétées :
« C’est ainsi qu’il y aura de la joie dans le ciel
pour un seul pécheur qui se convertit. »

Il y a sans doute, ici et là dans le groupe d’auditeurs, des jeunes – intéressés ou simplement désoeuvrés – et Jésus les interpelle à leur tour avec la 3è parabole.
Mais cette 3è parabole vise également ces hommes et ces femmes à qui Jésus a déjà adressé son message.
Plusieurs d’entre eux sont sans doute des parents et Jésus veut leur donner l’image de Dieu
qui est lui aussi Parent !
Et, un Parent – un PÈRE – qui n’a pas son pareil!

Un Père dont la tendresse, la patience, la compassion, la miséricorde, ne se laissent jamais décourager
par nos exigences infantiles, nos abandons ingrats, nos refus insensés, nos retours aux motifs égoïstes –
retour à lui qui est toujours prêt à nous accueillir et à nous combler de nouveau.

Pas étonnant que Jésus ait voulu répéter ce message 3 fois!
Et combien de fois nous faudra-t-il l’entendre pour en être convaincu/es?…

« Il fallait festoyer et se réjouir ;
car ton frère était mort, et il est revenu à la vie ;
il était perdu, et il est retrouvé ! »

Et… nous avons  été retrouvé/es tant de fois !…

Note : Dans une courte vidéo, Eugena Nogaüs nous offre une présentation de la 1ère parable du texte évangélique de ce dimanche à : https://youtu.be/PSQXj_vP45I
Une image symbolique illustre bien la 3è parabole à : https://image-i-nations.com/des-mains-differentes/
Et une autre réflexion est disponible sur un thème différent en anglais à: https://image-i-nations.com/24th-sunday-of-the-year-c-2019/

 

Source : Images : Free Bible Images   Pinterest   worshiphousemedia.com