image-i-nations trésor

33è dimanche de l’année B – 2021

La Bible nous offre des textes de différentes sortes dont nous retrouvons des extraits dans les lectures de chaque dimanche de l’année.
Les paroles interpellantes de Jésus nous rejoignent par l’évangile.
Les épitres de l’apôtre Paul nous adressent des injonctions souvent exigeantes.
Alors que les livres de l’Ancien Testament nous livrent les visions des prophètes ainsi que des messages de sagesse.

Mais on y trouve également des phrases qui, à prime abord, peuvent paraître banales et sans conséquence.
Et pourtant…

C’est le cas de l’évangile de ce dimanche (Marc 13:24-32) où nous pouvons lire:
« Laissez-vous instruire par la comparaison du figuier… » 
 
Au pays de Jésus, cet arbre était bien connu – sa nature, la période de sa floraison et celle de l’apparition de ses fruits n’avaient rien de mystérieux.
Cet arbre pouvait-il réserver un enseignement quelconque?
C’est ce que Jésus affirme.

Mais Jésus ne donne pas ici une leçon de botanique.
Non, ce qu’il nous donne c’est une leçon de vie!
Et cette leçon consiste à pratiquer l’art de trouver des messages dans les choses ordinaires du quotidien.
C’est aussi simple que cela mais combien exigeant!

Chaque jour, nous faisons l’expérience d’un contact avec des gens, des situations, des événements, qui peuvent changer bien des choses dans notre vie…
si seulement nous prêtons attention aux messages qu’ils nous réservent.

  • Un appel téléphonique d’un ami.
  • Un panneau publicitaire.
  • Un texte reçu par courriel.
  • Une nouvelle entendue à la télévision.
  • Une visite inattendue d’une collègue.
  • Une lecture enrichissante.
  • La vue d’un paysage apaisant.
  • Et tant d’autres…

« Laissez-vous instruire… »  nous dit l’évangile.

Et l’un des messages qui peut alors nous parvenir est celui que ce même évangile nous livre:
« Sachez que le Fils de l’homme est proche, à votre porte… »
 
Est-il message plus important, plus urgent… et plus encourageant?!
 

Note: Une  2è réflexion sur un autre thème de cet évangile est présenté à: https://image-i-nations.com/33e-dimanche-de-lannee-b/

Et une autre réflexion, sur un thème différent, est disponible en anglais à: https://image-i-nations.com/33rd-sunday-of-year-b-2021/

 

Source: Image: iStock

Fête de Marie, Mère de Dieu, année A – 2020

 C’est aujourd’hui la célébration de Marie MÈRE –
mère d’un enfant comme les autres, et pourtant… d’un enfant pas comme les autres…
Le texte de l’évangile (Lc.2:16-21) attire l’attention sur le choix du nom que cet enfant reçoit :
 
« L’enfant reçut le nom de Jésus,
le nom que l’ange lui avait donné avant sa conception. »

Dieu a choisi Marie pour être la mère de son Fils et ce choix impliquait bien d’autres choix…
Ce nouveau-né porterait un nom choisi, non par Marie et Joseph, mais par Dieu.
Cet enfant serait Juif, Nazaréen plus précisément.
Il vivrait en Palestine et parlerait Araméen.
Sa vie se déroulerait selon le plan de celui qu’il nommerait son ‘Père’.

Des choix lourds de sens et de conséquences… que Marie n’a pas faits.
Elle en a fait UN, un seul peut-être :
celui de dire OUI à ce Dieu qui voulait avoir besoin d’un être humain !
De ce ‘Oui’, tout le reste suivrait.

En ce premier jour d’une nouvelle année, bien des choix nous attendent…
Plusieurs d’entre eux, pour nous aussi, seront faits… par Dieu –
situations, événements, rencontres seront ses messagers…

Comme par le passé, il attendra notre ‘Oui’…
Un ‘Oui’ duquel jailliront pour nous dons et bénédictions
« de sa plénitude, grâce pour grâce… » (Jn.1:16).
 

Note : Une autre réclexion est disponible sur un thème différent en anglais à : https://image-i-nations.com/feast-of-mary-mother-of-god-year-a-2020/

 

 

Source : Images : www.ldsdaily.com   mustardseedlings.com

 

 

 

 

 

 

Fête du Corps et du Sang du Christ, année B

On donne à Dieu, bien des noms – ceux que lui-même nous a révélés dans l’Écriture
et les autres que nous choisissons au gré du temps et des événements.
Au gré de nos besoins, de nos attentes et de nos espoirs,
Au gré aussi, peut-être de notre joie ou… de notre désespoir!

Notre prière reflète notre foi et elle exprime – en balbutiant parfois – les attributs de Dieu.
Il est grand, il est tout-puissant, il est bon, il est miséricordieux –
et la liste n’en finirait pas si on tentait de tous les mentionner!

Pour ma part, le qualificatif que je préfère est plutôt… inédit.
Je l’ai recueilli d’un prédicateur anglophone :
Dieu est le réellement RÉEL!
La traduction est boîteuse, j’en conviens, mais le concept est authentiquement théologique !

La fête célébrée aujourd’hui est celle du CORPS ET DU SANG DU CHRIST.
On traduit parfois cette expression en la nommant : la Présence réelle.
Pour ma part, je ne peux imaginer une présence de Dieu – dans le Christ – qui ne soit pas réelle!

Dieu est réellement présent ici, maintenant, partout et toujours.
Dans les moments les plus prosaïques comme les plus magnifiques.
Dans les situations les plus banales comme les plus spéciales!

Lui-même nous demande de le célébrer :
« Prenez et mangez… Prenez et buvez… »
On ne peut mieux le faire!

Source : Image : stage.crossroardsinitiative.com

7è dimanche de Pâques, année B

L’évangile mentionne souvent que Jésus priait.
Les textes répètent qu’il se retirait à l’écart et parlait à son Père.

Chaque fois que je lis ces paroles, la question me vient à l’esprit :
‘Comment priait-il ?
Que disait-il à Dieu ?
Que demandait-il à celui qu’il nommait : ‘Père’ ? 

En ce dimanche, le texte tiré de l’évangile de Jean donne une réponse :
Jésus, dans cette prière pendant le dernier repas avec ses amis, la veille de sa mort,
demande à son Père :

« Garde mes disciples…
Sanctifie-les. »

Jésus affirme que durant sa vie dans notre monde il a veillé sur ceux qu’il avait choisis, ses apôtres.
Il les confie maintenant à la vigilance de son Père.
Une demande un peu… étonnante – sûrement le Père ne pourrait pas abandonner les disciples !
Et pourtant, Jésus en fait la requête spécifiquement.

Puis il supplie le Père de les sanctifier !
Et ici, je me réjouis : la sainteté ce sera l’œuvre de Dieu lui-même.
On se décourage parfois de ne pas y parvenir, d’être encore si loin de ce que l’on nomme ‘la perfection’ –
qui n’est pourtant pas la sainteté !

La sainteté, elle est d’une nature différente – celle même de Dieu !
On doit, bien sûr, la désirer, s’y disposer, accepter que Dieu nous ‘travaille’ –
comme pour un enfantement – car c’en est un !

Mais c’est l’œuvre de Dieu en nous, jour après jour, expérience après expérience.
Situations et circonstances importent peu, elles peuvent toutes servir à Dieu !

Et… pourrait-on douter que la prière de Jésus soit exaucée ?!…

Note : Une autre réflexion est disponible en anglais sur un thème différent à : https://image-i-nations.com/7th-sunday-of-easter-year-b/

Source : Images : fos.cmb.ac.lk YouTube

5è dimanche de Pâques, année B

Quand quelqu’un répète quelque chose une 2è, et une 3è fois, on comprend que, pour cette personne, la chose est importante.
Quand on répète, quand on insiste, quand on rappelle à l’attention des autres un sujet quelconque,
c’est que ce sujet a une importance particulière à nos yeux.

Il est intéressant – et plus qu’étonnant – de noter que dans l’évangile de ce dimanche (5è dimanche de Pâques, année B – Jn.15:1-8)
on retrouve le mot ‘demeure’ 8 fois.

Oui, vous avez bien lu : 8 fois et ce n’est pas un parent ou ami/e qui prononce le mot mais c’est… Jésus lui-même qui répète!
C’est lui qui nous exprime ce que Dieu désire de nous, ni plus ni moins!
Étonnamment, c’est Dieu qui veut qu’il en soit ainsi : que lui demeure en nous et que nous demeurions en lui!
 
Une question surgit : Qu’est-ce que cela veut dire en fait?…
Chacun/e trouvera sa réponse personnelle, personnalisée par son expérience quotidienne où Dieu rejoint cette personne et l’accompagne.
Une ébauche de réponse pourrait dire que vivre en Dieu et lui permettre (!) de vivre en nous c’est :

  • prendre, peu à peu, sa manière de penser, de voir les situations, d’agir et de réagir;
  • nous mettre à l’écoute de son Esprit et le laisser nous guider dans les situations de notre quotidien;
  • accepter qu’il nous indique le chemin dans la réalisation de nos plans et nos projets, dans nos excursions et nos aventures;
  • lui faire confiance, absolument, sans réserve;
  • s’en remettre à lui pour tout ce qui est du passé et… de l’avenir.

« Je demeure… Il demeure… » Au présent et… en continu!

Note: Voir aussi: https://image-i-nations.com/un-shack-ou-un-chateau/ et https://image-i-nations.com/demeurer-et-porter-du-fruit/

Une autre réflection est disponible en anglais sur un thème différent à: https://image-i-nations.com/5th-sunday-of-easter-year-b/

Source: Image: Collection personnelle

Nouvelle série de productions: Ça, ça m’interpelle !

Nous le savons très bien:
des situations diverses provoquent en nous différentes réactions –
certaines circonstances suscitent une interrogation,
d’autres nous invitent à une prise de conscience.
Mais il y a de ces moments qui nous présentent un réel défi
et nous interpellent directement.
Nathalie Ménard nous présente la série de productions
qui, au fil des semaines, feront exactement cela:
elles nous interpelleront!

 

 

 

Easter Sunday, Year B

It may have happened to you :
In a moment of candid admission, someone will say:
‘I rush all the time; my life is a non-stop running here and there. I can hardly breathe any more…’
Life can be hectic and the demands placed on us often fill our days.
Speed is of the essence if we are to carry out all the tasks we have taken on.

Many of those in such a situation will probably feel some comfort fromtoday’s gospel text
(Easter, Year B – Jn.20:1-9) where people are also running:

“Mary of Magdala… came running to Simon Peter and the other disciple, the one Jesus loved.”
“Peter set out with the other disciple to go to the tomb. They ran together.”
 
Reading this text, it is good to pause – yes, to stop running – and ask ourselves what our running is for, and where it is taking us to…

We are told that Mary of Magdala set out very early, it was still dark…
Why? She was looking for Jesus. At least, for Jesus’ body as she did not expect to see him alive.
The same can be said of the two apostles who made for the tomb after Mary’s report that Jesus’ body was no longer there.

The Easter celebration is, in fact, all about this: Jesus’ absence and Jesus’ presence.
A new mode of presence to which the disciples – and we – must adjust to.
And this, more than anything else perhaps, demands that… we stop running a little –
long enough to realize that he is always with us and often in the most unexpected situation!

Note: another reflection is available in French on a different theme at: https://image-i-nations.com/dimanche-de-paques-annee-b/

Source: Images: children’s chapel.org   padredelisle.blogspot.com

26th Sunday of Year A

« What is your opinion? » 

These are not my words but those of Jesus himself in the gospel of this Sunday (26th of Year A – Mt.21:28-32).
He was speaking to the people who had come to hear him, but he is now addressing also each one of us today.

I imagine that when Jesus started speaking to the crowds in this way, they must have been wondering what was to follow.
They might have guessed – as we do – that, in fact, Jesus did not only want to know what they thought.
What he wanted them to be aware of was how they, themselves, would act in a given situation.

This is the case with this gospel text.
He uses strong language to reproach them their attitude.

What is it exactly that Jesus condemns?

  • They saw, but they did not believe.
  • They heard, but they did not change their way.

“You refused to think better of it,” says Jesus.
In other words: You did not change your mind… and your behaviour.
An indictment that many would deserve nowadays as well.
Perhaps even some of us, at some time… in some circumstances…

Changing, accepting to correct, to amend, to improve our ways – our ways

  • of thinking,
  • of judging situations,
  • of reacting to events,
  • of relating to people.

A time to change our minds… and our ways – this is God’s gift today.
An opportunity to identify with the first son of Jesus’ parable.

Source: Image: viewsfromthetreehouse.com

 

 

15th Sunday of the Year, A

The words we use can express different levels of meaning.
Some words go deeper than others, we know it.

To get a glimpse of something or to catch sight of someone, is different from truly looking at the thing or the person.
Looking at a scene, staring at somebody, this too is different.

Seeing itself is also different from perceiving which implies something more…
And we all know that we may be looking… without seeing!…

This reflection came to me as a few words of today’s gospel caught my attention (15th Sunday of Year A – Mt.13:1-23).

A single line suddenly caught my sight.
It is the one which gives Jesus words as he says:

“Happy are your eyes because they see.” (v.16)

 

I stopped reading, there and then I paused…
I paused and… I asked myself whether this ‘beatitude’ is mine!

My questioning led me to ask whether I truly see the sights, the scenes, the situations of my daily life, as God would want me to…

More still, do I perceive there God’s presence?
Do I discern God’s message?

Perhaps much of life is about SEEING… as God sees!…

Source: Images: Dissolve, Masterfile, goodtherapy,org, Masterfile

Si c’était moi…

Des messages, il nous en vient d’un peu partout.
Chaque jour, des voix nous rejoignent, d’ici, de là, qui apportent une vérité, suggèrent un questionnement, invitent à la réflexion.
Il suffit de prêter l’oreille, et de donner… l’attention du cœur!

Récemment, un message m’est parvenu par l’entremise de… ma voisine.
Elle serait surprise de l’apprendre, mais ses paroles ont suscité en moi une réflexion qui se poursuit.
Lors de nos rencontres occasionnelles, souvent je l’entends dire : « Si c’était moi… »
Et ces mots ont encore un écho en moi.

La semaine dernière, elle me racontait une visite qu’elle avait faite à une dame âgée qui se sent bien seule.
Ma voisine me racontait sa sortie et ajoutait : « Tu sais, je n’avais vraiment pas le goût de me préparer, me maquiller, prendre l’autobus et me rendre chez cette dame, mais je me suis dit : ‘Si c’était moi…’ moi qui me sens seule, qui n’ai jamais de visite… si c’était moi… alors, j’ai fait un effort et je suis allée. »

Ma voisine n’en est pas consciente mais, pendant nos conversations, elle utilise cette expression assez souvent.
Chaque fois, je me sens interpelée et, de retour chez moi, je continue à imaginer des situations en me répétant : ‘Si c’était moi…’

  • Si c’était moi qui suis prisonnier de mon fauteuil roulant et ne peut sortir que rarement…
  • Si c’était moi qui n’ai plus de famille et me sens inutile et souvent ‘déprimée’…
  • Si c’était moi qui me répète toujours les mêmes choses et… qui en oublie tant d’autres…
  • Si c’était moi qui suis lente à comprendre et… gauche pour m’exprimer…
  • Si c’était moi le jeune qui cherche… qui se cherche…
  • Si c’était moi la mère monoparentale encore enceinte sans le vouloir…
  • Si c’était moi le réfugié qui balbutie avec peine les mots d’une langue difficile…
  • Si c’était moi le prisonnier condamné injustement… (ça arrive parfois, vous savez!…)

SI C’ÉTAIT MOI…

Oui, si c’était moi, j’aimerais, oh combien j’aimerais une visite amicale, une parole encourageante, un regard qui dit qu’on comprend, une taquinerie qui me fasse sourire – alors que j’ai presque oublié ce que c’est que de sourire!
J’aimerais tellement qu’on pense un peu à moi, qu’on réalise que je suis là et que j’ai besoin d’un peu de chaleur humaine.

Évidemment, on ne peut pas dire ces choses-là, mendier ouvertement, ça ne se fait pas… mais… peut-être qu’un jour quelqu’un se dira : ‘Si c’était moi…’ et… et fera quelque chose…

Source: Images: dissolve,  thegioiamxuc.vn, psst.ph