image-i-nations trésor

21è dimanche de l’année A – 2023

 

Le texte de l’évangile de ce dimanche nous montre Jésus… en questionnement –
un questionnement qui peut nous surprendre (Matthieu 16:13-20).
Il demande à ses apôtres comment les gens le perçoivent – qui est-il aux yeux des foules qui viennent l’entendre?

On peut se demander pourquoi il pose cette question…
Il ne doute sûrement pas de son identité comme messager de Dieu –
il se sait, et s’affirme ouvertement, comme le Fils du Père (Matthieu 11:27).
Mais voilà, il est conscient que cette réalité n’est pas comprise par ceux qui l’entourent.

Cela est évident dans la réponse des apôtres qui révèlent les pensées de leurs compatriotes.
Ils considèrent Jésus comme « Jean le Baptiste… Élie… ou encore, Jérémie ou l’un des prophètes. »
En réalité: des personnes du PASSÉ qui seraient revenues à la vie!
Ces grands personnages du peuple juif sont décédés, certains d’entre eux depuis bien longtemps!

Mais voilà que le questionnement prend une autre direction: il s’adresse aux apôtres eux-mêmes.
Pierre, dont on reconnaît la spontanéité, parle pour le groupe et proclame avec conviction:
« Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant ! »
Une affirmation au temps PRÉSENT!

Les paroles de Pierre expriment une réalité qui leur est présente.
Il s’agit d’une re-connaissance –
ses disciples le connaissent comme leur Maître dont ils partagent la vie au fil de jours,
et ils reconnaissent en lui « le Fils du Dieu vivant » – une proclamation de foi plus qu’étonnante!

De nouveau, le questionnement se situe dans une autre direction, il s’adresse maintenant à nous…
Nous les gens du 21è siècle.
Et LA question se pose en ces termes: Lui, le Christ, est-il, pour nous quelqu’un du PASSÉ?

Notre référence est-elle seulement à ce Jésus de Nazareth qui allait et venait en Palestine?
Lui, le Maître qui enseignait aux foules, guérissait les malades, chassait les démons, et pardonnait aux pécheurs.
Tout ce qui le concerne appartient-il uniquement à l’histoire?

Ou, osons-nous le reconnaître aussi comme le Christ PRÉSENT à nos côtés, partageant notre quotidien?
Notre quête de sens, nos angoisses, nos attentes, lui permettons-nous de les ajuster aujourd’hui à son message?

Nos luttes pour un monde plus juste, plus égalitaire, plus respectueux des autres et de notre planète, le laissons-nous, lui, les orienter selon son plan pour nous, les humains?

Savons-nous reconnaître ce Dieu qui s’implique dans le vécu des humains, ici et maintenant?…
En termes de vécu humain, il s’y connaît… d’expérience!

C’est là un questionnement toujours actuel… et en attente d’une réponse personnelle…
 

Note: Une autre réflexion, sur un thème différent, est disponible en anglais à: https://image-i-nations.com/21st-sunday-of-year-a-2023/

 

Source: Image: https://www.churchofjesuschrist.org

4è dimanche de l’Avent, année A – 2019

On l’a dit et écrit, mais il faut le répéter :
Les scènes de l’évangile nous sont parfois trop connues!
Nous les avons lues et entendues bien souvent et nous pensons les connaître.
Nous prétendons savoir le message qu’elles nous donnent… mais…

Oui, il y a un MAIS!
La ‘leçon’ que nous croyons avoir reçue nous empêche peut-être de découvrir un aspect différent du message.
Nous pensons que les choses ne pouvaient pas se passer autrement que ce qui nous est rapporté.
Et pourtant…

La scène de l’évangile de ce dimanche (Mt.1:18-24),
celle où nous voyons Joseph averti par un ange de prendre Marie comme épouse,
est un bon exemple de notre interprétation trop hâtive.

Nous concluons qu’il fallait que Joseph accepte,
il n’avait pas le choix,
il ne pouvait faire autrement!

Si nous tentons de ‘décoder’ ce texte bien connu,
si nous le lisons dans un langage du 21è siècle, la scène pourrait devenir la suivante.

Une jeune couple marié depuis 5 ans, toujours amoureux l’un de l’autre,
ne parviennent pas, malgré tous leurs efforts, à avoir un enfant.
La femme craint que le problème réside en elle, l’homme se demande si c’est lui qui en est la cause.
Mais voilà que, soudain, des signes bien visibles montrent que… quelque chose se développe chez la femme.
Une forme ‘caractéristique’, penserait-on, se manifeste.

Le mari en proie à la peine, au regret, maîtrise difficilement sa colère.
Il est certain que ce que ‘porte’ sa femme n’est pas de lui.
Un jour, il suit sa femme et la voit entrer dans une clinique –
il est en proie à une amertume proche du désespoir.
Il voit sa femme sortir en pleur.

Après avoir lui-même rencontré le médecin, il saura la vérité.
Ce que porte sa femme est une tumeur qui menace sa vie… une intervention est requise d’urgence…

À la lecture de cette ‘histoire’ cette forme d’adaptation, certains demanderont : ‘Mais où est la morale’?
Il n’y a PAS de morale, simplement une invitation – une invitation à…’humaniser’, je dirais, le texte de l’évangile.
Nous comprendrons alors le questionnement, le doute, l’angoisse, l’hésitation…
Et, finalement, oui, finalement, la FOI de Joseph et son acceptation d’une ‘mission impossible’!

Note : Une autre réflexion est disponible sur un thème différent en englais à : https://image-i-nations.com/4th-sunday-of-advent-year-a-2019/

 

Source : Image : fineartamerica.com (painting Francisco Goya)

 

Ça, ça m’interpelle – 3è épisode

La philosophie!
Bien des gens s’y intéressent, pour d’autres, ça n’a rien d’attirant –
et pourtant, si ç’était d’une importance capitale
et ce dès le jeune âge.
Marie-Claude Bouchard nous en parle
dans la vidéo qui suit.

 

27è dimanche de l’année, A

Il y a plusieurs manières de parler de Dieu.
Il faut admettre que nos explications et nos évocations ne sont toujours que des balbutiements.

Il y a une méthode que l’on nomme ‘anthropomorphisme’ – un mot savant qui veut simplement dire que l’on prête à Dieu des comportements et des sentiments humains.
On peut le comparer à un semeur, à un potier, à un juge, ou toute autre occupation qui est nôtre.

C’est le cas en ce dimanche (27è de l’année A) alors que dans la 1ère lecture (Is.5 :1-7) Dieu est présenté comme le propriétaire d’une vigne.
Ce propriétaire prend grand soin de son vignoble –
il l’a planté sur « un coteau fertile ayant retourné la terre et retiré les pierres;
Il a choisi un plant de qualité et bâti une tour de garde;
Il a aussi creusé un pressoir. »
 
Tant de précautions et de soins attentifs devraient porter le meilleur des fruits.
Et voilà que le résultat n’est pas du tout à la hauteur de la minutie du maître du vignoble.
Quelle déception, beaucoup de regret et… de questionnement!

« Pouvais-je faire pour ma vigne
plus que je n’ai fait ?
J’attendais de beaux raisins,
pourquoi en a-t-elle donné de mauvais ? »

Par son prophète, Isaïe, Dieu exprime sa désillusion, pourrait-on dire, et ses paroles ont le ton d’une lamentation.
Il attendait… il anticipait… il espérait… et son rêve ne s’est pas réalisé, son plan a échoué.
Tous les préparatifs et les prévisions étaient donc en vain… pour RIEN ?

Mais ici doit prendre fin la comparaison entre Dieu et le maître du vignoble humain.
Le désappointement qui donne lieu à la colère et à la punition n’a pas de place chez Dieu.

Ces images de Dieu dans le Premier Testament (Ancien Testament) ont été corrigées par Jésus dans la parabole de l’enfant prodigue (Lc.15 :11-32).
Dieu continue d’attendre le retour du fils et ce ‘Père prodigue’ en pardon ne peut que réserver un accueil riche de tendresse et de miséricorde.

Mais le questionnement de Dieu : « Pouvais-je faire pour ma vigne plus que je n’ai fait ? » devrait conduire… au nôtre !
Que devrais-je encore faire pour répondre à cette tendresse toujours en attente de MON retour ?…

Source: Image: St. Mary Magdalene, Gilbert, AZ

26è dimanche de l’année, A

« J’ai changé d’idée… »
On entend souvent ces paroles et il se peut que nous les ayons prononcées nous-mêmes à un moment ou un autre.
Que veut-on exprimer en parlant ainsi?

On veut dire qu’on s’était engagé sur une voie et on décide de changer de direction.
Il se peut qu’on ait d’abord émis une opinion et on voit maintenant les choses d’une autre manière.
On avait peut-être pris une décision – possiblement à la hâte – on se ravise et on opte pour une autre prise de position.

Sagesse ou manque de persévérance?
Ne pas le faire serait-il fidélité ou entêtement, endurance ou insouciance des valeurs en cause?

L’évangile de ce dimanche (26è de l’année A – Mt. 21 :28-32) nous offre une bonne occasion de… revoir nos positions, justement.  
Comme il le fait bien souvent, Jésus propose une parabole à ses auditeurs.
Nous le savons bien : ce que certains qualifieraient de ‘petites histoires’ ont toujours un but précis : celle d’inviter les gens à se questionner.

Le but du questionnement en cause aujourd’hui est de s’assurer que notre agir est ajusté à ce que Dieu attend de nous au quotidien – rien de moins!
Pas toujours facile cet ajustement… un ajustement qui touche à nos façons de penser, de parler, d’agir et de réagir…

Mais n’est-ce pas là l’essence même de notre vie à la suite du Christ?
C’est ce qui définissait sa vie comme il l’affirmait lui-même : « Ma nourriture c’est de faire la volonté de mon Père » (Jn.4:34 ).

Et c’est la question de la parabole d’aujourd’hui : « Lequel des deux a fait la volonté du père ? »
La question demeure : En ferons-nous autant ?…

Source: Image: Free Bible Images

Si c’était moi…

Des messages, il nous en vient d’un peu partout.
Chaque jour, des voix nous rejoignent, d’ici, de là, qui apportent une vérité, suggèrent un questionnement, invitent à la réflexion.
Il suffit de prêter l’oreille, et de donner… l’attention du cœur!

Récemment, un message m’est parvenu par l’entremise de… ma voisine.
Elle serait surprise de l’apprendre, mais ses paroles ont suscité en moi une réflexion qui se poursuit.
Lors de nos rencontres occasionnelles, souvent je l’entends dire : « Si c’était moi… »
Et ces mots ont encore un écho en moi.

La semaine dernière, elle me racontait une visite qu’elle avait faite à une dame âgée qui se sent bien seule.
Ma voisine me racontait sa sortie et ajoutait : « Tu sais, je n’avais vraiment pas le goût de me préparer, me maquiller, prendre l’autobus et me rendre chez cette dame, mais je me suis dit : ‘Si c’était moi…’ moi qui me sens seule, qui n’ai jamais de visite… si c’était moi… alors, j’ai fait un effort et je suis allée. »

Ma voisine n’en est pas consciente mais, pendant nos conversations, elle utilise cette expression assez souvent.
Chaque fois, je me sens interpelée et, de retour chez moi, je continue à imaginer des situations en me répétant : ‘Si c’était moi…’

  • Si c’était moi qui suis prisonnier de mon fauteuil roulant et ne peut sortir que rarement…
  • Si c’était moi qui n’ai plus de famille et me sens inutile et souvent ‘déprimée’…
  • Si c’était moi qui me répète toujours les mêmes choses et… qui en oublie tant d’autres…
  • Si c’était moi qui suis lente à comprendre et… gauche pour m’exprimer…
  • Si c’était moi le jeune qui cherche… qui se cherche…
  • Si c’était moi la mère monoparentale encore enceinte sans le vouloir…
  • Si c’était moi le réfugié qui balbutie avec peine les mots d’une langue difficile…
  • Si c’était moi le prisonnier condamné injustement… (ça arrive parfois, vous savez!…)

SI C’ÉTAIT MOI…

Oui, si c’était moi, j’aimerais, oh combien j’aimerais une visite amicale, une parole encourageante, un regard qui dit qu’on comprend, une taquinerie qui me fasse sourire – alors que j’ai presque oublié ce que c’est que de sourire!
J’aimerais tellement qu’on pense un peu à moi, qu’on réalise que je suis là et que j’ai besoin d’un peu de chaleur humaine.

Évidemment, on ne peut pas dire ces choses-là, mendier ouvertement, ça ne se fait pas… mais… peut-être qu’un jour quelqu’un se dira : ‘Si c’était moi…’ et… et fera quelque chose…

Source: Images: dissolve   thegioiamxuc.vn, psst.ph

Vendredi-Saint, année A

Vendredi-Saint… Jour de questionnement…

La première question qui me vient à l’esprit est : ‘Où sont-ils donc tous passés?…’
 
Oui, où sont-ils les boîteux qui ne boitillent plus.
Les aveugles maintenant voyants.
Les sourds percevant les voix et les sons.
Les paralytiques désormais libres d’aller ici et là.
Les lépreux à la peau renouvelée.
Tous ces gens libérés, affranchis, guéris, de leurs afflictions et de leurs limitations.

Mais où sont-ils allés, où sont-elles disparues?…
Il n’y en a pas un pour dire : ‘Il m’a fait du bien…’
Il n’y en a pas une seule pour affirmer : ‘Je suis guérie grâce à lui…’
La peur, la honte, le souci de ne pas se compromettre, eux, sont bien là.

On reste caché pour ne pas avoir à témoigner.
On se dissimule pour ne pas être pris pour cible.
Les criards crient, ces meneurs à la voix stridente qui entraînent les autres.

Un seul verdict est admissible : coupable.

La deuxième question est celle que j’entends… si faible… des lèvres de Jésus :
« Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné? » (Mt.27 :46).
Dieu mourant… questionne… Son Dieu, l’Éternel.
On a dit que Dieu ne peut pas mourir –
mais le Dieu-fait-homme est tout près de rendre son dernier souffle d’être humain…

Et la dernière question surgit du plus profond de moi : ‘POURQUOI?…’
 
Un jour, contemplant la scène du Christ en croix, quelqu’un a dit : « L’amour fait de telles choses… »

Source: Image: IndianGoogle.com  H&BPHOTOGRAPHY

4è dimanche de l’Avent, année A

‘Parole du Seigneur’ – ces mots reviennent après chaque lecture durant notre célébration.Nous y sommes bien habitués, elles ne nous surprennent plus. Et nous ne penserions pas à en douter. Le lecteur, ou la lectrice, a lu les paroles du texte sacré, qui oserait douter que c’est Dieu lui-même qui nous parle?

En réfléchissant ainsi, je regarde Joseph que nous rencontrons dans l’évangile d’aujourd’hui (4è A, Mt.1 :18-24) et je me dis que, pour lui, cela n’allait pas de soi de reconnaître que le message qui lui était adressé était vraiment ‘Parole du Seigneur’.

La ‘version des faits’ qu’on lui présentait était assez extraordinaire, c’est le moins qu’on puisse dire.
La femme qui allait être son épouse était enceinte, et pas de lui.
Mais pas d’un autre homme non plus!
L’enfant avait été conçu par l’Esprit Saint, l’Esprit de Dieu – une conception comme nulle autre vous allez dire, et Joseph devait bien le dire aussi…

Était-ce seulement possible?
Ce message était-il vraiment de Dieu?
Peut-être que son imagination lui suggérait cette explication pour lui épargner la douleur de la réalité : Marie ENCEINTE!
N’était-ce pas… un rêve?Oui, justement, c’était un rêve mais la sorte de rêve qui est porteuse d’un message authentique.
Le rêve présentait un visiteur céleste, un ange, qui, au nom de Dieu, disait à Joseph ce qu’il devait faire.

Les dernières lignes de l’évangile disent : « Quand Joseph se réveilla, il fit ce que l’ange du Seigneur lui avait prescrit : il prit chez lui son épouse. »
Pas de doute, pas d’hésitation, pas de délai… ‘Parole du Seigneur…’Le questionnement fait place à la confiance.

Face à de telles situations (et il y en a, de bien réelles dans nos vies à nous aussi), je me demande si j’aurais la même audacieuse confiance de Joseph – celle qui est adhésion pure et simple à ce que la ‘Parole du Seigneur’ demande.

Source: Image: Wikimedia Commons,  Rembrandt ‘Dream f Joseph’ (Le rêve de Joseph)

 

 

                                                                                                                                                                 æ

1er dimanche de l’Avent, A

school-bus

outing« Êtes-vous prêts? » Les parents le demandent aux enfants le matin et ils ajoutent : « C’est l’heure… »
L’heure de partir pour l’école, l’heure de prendre l’autobus scolaire qui n’attendra pas.
Un groupe d’amis s’interpellent : « Êtes-vous prêts? On nous attend! »

Des scènes familières, des expressions mille fois répétées, un sujet toujours actuel et… exigeant: Être prêt!

Prêt pour quoi? Un départ? Une rencontre? Un voyage? Un examen? Une chirurgie? Un nouvel emploi? Un déménagement? Un deuil?…

En sous-entendu, il y a toujours la réalité de l’attente, de l’anticipation… de quelque chose qui doit se produire, de quelqu’un qui doit arriver…
Alors une autre question suit : ‘Prêt pour qui?’

Ce questionnement vient naturellement alors que commence la saison de l’Avent.
L’évangile de ce 1er dimanche, année A, (Mt.24 :37-44) l’exprime clairement : « Tenez-vous donc prêts, vous aussi . »

Il est intéressant de noter combien le mot attention ressemble au mot attente!
Serait-ce l’attitude requise pour attendre comme il le faut?!
Durant l’Avent, peut-être s’agit-il précisément de cela: donner son attention à Celui qui, Lui, nous attend toujours!

Source: Images: www.yummymummyclub.ca    stock photos