image-i-nations trésor

Pentecôte, année B – 2021

Un poète mystique persan a dit: « La vérité est un miroir tombé de la main de Dieu et qui s’est brisé. Chacun en ramasse un fragment et dit que toute la vérité s’y trouve. » (Djolâl ad-Din Rumi, 1207-1273)

Ce texte m’est revenu à la mémoire en lisant l’évangile de cette fête de la Pentecôte (Jn.15:26-27; 16:12-15).
Alors qu’il partage avec ses apôtres le dernier repas avant sa Passion, Jésus leur parle de celui qui viendra en son nom
et, à deux reprises, il le nomme: ‘l’Esprit de vérité’.
Et Dieu sait combien nous avons besoin de lui!

Sans honte aucune, certains segments de la société présentent comme vérité tout un amas de ‘fake news’ –
fausses nouvelles fabriquées au gré de ceux qui en font la promotion.
Certains politiciens peu scrupuleux et des responsables de médias qui ne le sont pas davantage mènent une propagande destinée à s’assurer des disciples qui soutiennent leur cause envers et contre tous!
Les médias sociaux emboîtent le pas et rajoutent des éléments peu fiables à ce qui circule déjà.
La vérité? Elle n’est pas une denrée monnayable, alors pourquoi s’en embarrasser?

Les paroles de Jésus sont vieilles de plus de 2000 ans mais sont message reste toujours d’actualité.
Il nous assure que c’est son Esprit qui nous guidera vers la vérité entière.
MA vérité n’est pas LA vérité, pas plus que celle de tout un chacun.
Il nous faut être prêt à recueillir les fragments de vérité où qu’ils se trouvent.

La fête de ce jour nous offre une invitation à devenir les disciples de celui qui a affirmé :
« Je suis la vérité » Jn.14:6).
Lui dont l’Esprit est toujours là pour nous guider vers la vérité tout entière (Jn.16:13).
 
Évidemment, une invitation attend une réponse…

Note: Une autre réflexion sur un thème différent est disponible en anglais à: https://image-i-nations.com/pentecost-year-b-2021/

 

Source: Image: www.focuselectro.com

 

 

Journée internationale pour le droit à la vérité – 24 mars 2021

Journée internationale pour le droit à la vérité
L’intitulé intégral de cette journée proposée par les Nations Unies est : « Journée internationale pour le droit à la vérité en ce qui concerne les violations flagrantes des droits de l’homme et pour la dignité des victimes ».Les résolutions votées par cet organisation à cette occasion précisent qu’elles concernent essentiellement les guerres déclarées depuis la création de l’ONU, la protection des victimes, la fin de l’impunité pour les crimes commis.

Protéger ceux qui recherchent la vérité

« Alors que nous célébrons ensemble aujourd’hui le courage des défenseuses et défenseurs des droits humains partout dans le monde, nous devons nous engager à protéger toutes celles et ceux qui recherchent la vérité et la justice et proposer aux victimes des recours efficaces, en leur rendant leur dignité. » António Guterres, secrétaire général des Nations Unies

Une date symbolique

Cette célébration annuelle rend hommage à la mémoire de Monseigneur Óscar Arnulfo Romero (photo), assassiné le 24 mars 1980. Monseigneur Romero s’était activement engagé à dénoncer les violations des droits de l’homme des personnes les plus vulnérables au Salvador.

Un site à visiter : www.un.org   Source: Texte & Image: Journée mondiale

34è dimanche de l’année A, Fête du Christ, Roi – 2020

Ce dernier dimanche de l’année liturgique célèbre la Fête du Christ, Roi de l’univers.
Cette fête date de 1925 et a été mise au calendrier des célébrations par le Pape Pie Xl.

Presqu’un siècle s’est écoulé depuis et, de nos jours, bien des gens n’ont pas une admiration particulière pour la royauté comme telle.
Le pouvoir des monarques est souvent purement symbolique car la politique est désormais le domaine attitré des présidents et des premiers ministres.

Pour plusieurs, une célébration du Christ comme Roi aura une signification si on l’explique, si on en ‘purifie’ la notion, si on lui donne un sens bien spirituel, etc.
Le titre de ROI que l’on attribue à Jésus glorifié est précisément cela : un titre que les humains lui ont conféré.
Sa réponse à Pilate sur le sujet était… une déclaration plutôt énigmatique référant à une royauté en vue d’un témoignage à la vérité (Jn.18:37).

Comment Jésus s’est-il présenté à nous? Il a dit clairement et définitivement :

 « Je suis le chemin, la vérité et la vie. » (Jn.14:6)
« Je suis le pain de vie. » (Jn.6:35)
« Je suis la lumière du monde. » (Jn.8:12)
« Je suis la porte des brebis. » (Jn.10:9)
« Je suis le bon berger. » (Jn.10:14)
« Je suis la résurrection et la vie. » (Jn.11:25) 
 
Et, étonnamment, un jour bien solennel entre tous, il a affirmé en disant à ses amis, les apôtres :

            « Je suis parmi vous comme celui qui sert… » (Lc.22:27)
 
Chacun/e a son image préférée de Jésus – les illustrations abondent qui le présentent de bien des manières.
Nul ne saurait, nul ne devrait imposer son choix.

Mais il est essentiel de demeurer conscient que notre perception de LUI reste toujours partielle et… en devenir.

Et, c’est à LUI d’en parfaire l’image dans nos esprits et nos cœurs, tout au long de notre existence.

 

Note: Une autre réflexion est disponible en anglais sur un thème différent à: https://image-i-nations.com/34th-sunday-of-year-a-feast-of-christ-the-universal-king-2020/

 

Source: Images: The Spiritual Forum    Deposit Photos

Le Pape François… un journaliste?

Avant-hier, 2 juin, nous avons souligné la Journée mondiale des Communications Sociales – journée initiée par l’Église catholique à l’issue du Concile Vatican ll.
On se rappelle que l’an dernier le thème choisi par le Pape était : ‘les fausses nouvelles’ – nouvelles erronées inventées de toute pièce pour capter l’attention d’un public avide de sensation.

À la fin de mai cette année, le Pape a reçu en audience un groupe de journalistes de Rome appartenant à la Foreign Press Association.
Le Pape a alors déclaré : « La liberté de la presse et liberté d’expression est un indice important de la santé d’un pays.

Le Pape compte des journalistes parmi ses amis et il a donné un nombre exceptionnel d’entrevues à des groupes de ces professionnels.
Lors de sa rencontre avec eux la semaine dernière, il a assuré ses visiteurs qu’il considère leur travail comme étant très important puisqu’il contribue à la recherche de la vérité
et que « la vérité vous rendra libres (Jn.8:32).

De leur côté, les journalistes ont fait le Pape un membre de leur Association et lui ont donné une carte d’identité de journaliste dont le numéro est 5313!
 

Source : Information : The Tablet, 25 mai 2019   Image : comshalom.org

Journée mondiale des communications sociales – 2 juin 2019

Nous célébrons la Journée mondiale des communications sociales chaque année le dimanche suivant la fête de l’Ascension. Chaque année également, le 24 janvier-en la fête de Saint François de Sales (patron des journalistes) – le Pape publie un message annonçant le thème de l’année.

Depuis Vatican II
Instituée à l’initiative de l’église catholique, à l’issue du concile Vatican II, la journée des communications sociales manifestait à l’époque la prise de conscience des enjeux de société (moraux et spirituels) que représentaient les moyens de communication de masse. En France, cette journée est connue sous le nom de Journée Chrétienne de la communication et est une occasion de réfléchir aux enjeux d’une communication fidèle à l’enseignement de l’église et respectueuse de la dignité humaine.

Dire que la situation a changé depuis 40 ans relève de l’évidence et le fait que vous lisiez cette notice directement sur votre ordinateur fait rapidement prendre conscience du chemin parcouru. Le thème choisi pour la journée mondiale des communications sociales en 2011 avait d’ailleurs été: « Vérité, annonce et authenticité de vie à l’ère du numérique ».

En 2013, elle s’intéresse aux réseaux sociaux.

En 2014, elle est axée sur « La communication au service d’une authentique culture de la rencontre ».

La journée mondiale des communications sociales du 13 mai 2018 (veut) s’attaquer à la problématique des « fausses nouvelles » souvent dénommées « fake news », c’est-à-dire les informations infondées qui contribuent à générer et à alimenter une forte polarisation de l’opinion. l’Église catholique souhaite offrir sa contribution en proposer une réflexion sur les causes, les logiques et les conséquences de la désinformation dans les médias. Elle souhaite aussi promouvoir un journalisme professionnel, à la recherche de la vérité, et favorisant la compréhension entre les personnes.

Chaque année, le Saint-Siège publie un message à l’occasion de cette journée, à retrouver directement sur le site officiel du Vatican. On peut aussi directement suivre les messages du Saint-Père sur Twitter.

Source : Texte & Image : Journée Mondiale

Message pour la 53ème Journée Mondiale de la Communication 2019

La prochaine Journée mondiale de la communication, qui se tiendra le dimanche 2 juin 2019,aura pour thème : « Nous sommes membres les uns des autres » (Ép. 4,25). Des communautés de réseaux sociaux à la communauté humaine.

« Chers frères et sœurs,
Depuis l’avènement de l’Internet, l’Église a toujours cherché à en promouvoir l’utilisation au service de la rencontre entre les personnes et de la solidarité entre tous. Avec ce Message, je voudrais vous inviter une fois de plus à réfléchir sur le fondement et l’importance de notre être-en relation et à redécouvrir, dans l’immensité des défis du contexte actuel de la communication, le désir de l’homme qui ne veut pas rester dans sa solitude. »

Source : Texte : https:eglisecatholique.fr/vatican  Publié le 24 mai 2019

 

 

8è dimanche de l’année C – 2019

L’évangile de ce dimanche (Lc.6:39-45) adresse un message auquel il serait difficile de se soustraire. 
L’exemple folklorique qu’on retrouve dans ce texte nous est familier – les paroles, du moins, nous sont bien connues.
En ce qui concerne la pratique de ce que le message requiert… chacun/e peut juger du progrès de sa démarche!

La paille que l’on désire retirer de l’œil d’un autre alors qu’une poutre se trouve dans le nôtre!
On sourit en lisant les mots mais… à nos dépens!

Un auteur spirituel a dit que ce phénomène si bien décrit par Jésus n’est autre que ce que la psychologie moderne qualifie de… projection!
Cette affirmation en rend peut-être quelques-uns/es un peu… inconfortables… et pour cause!…

Il faut bien en convenir : la vérité qui y est exprimée a quelque chose d’assez embarrassant parfois.
On se sent visé, inculpé.
On ne peut échapper à la conclusion qui fait écho à ce qu’il y a bien longtemps un prophète avait osé dire à un roi :
« Cet homme, (lire : cette personne) c’est toi! » (2 Sam.12:7)

  • Moi qui accuse l’autre d’hypocrisie alors que mes actions en sont l’expression même!
  • Moi qui professe l’innocence alors que l’entourage a découvert chez moi une culpabilité incontestée.
  • Moi qui cache des raisons d’agir bien peu dignes et répands des soupçons sur la bonne volonté d’autrui.
  • Moi qui se réclame d’une attitude sans reproche et sème le doute sur la motivation du voisin.
  • Moi qui prétends avoir des intentions irréprochables et questionne sans honte les pensées d’un autre.

Le 21è siècle est-il donc si peu différent du 1er?!
Les humains semblent esclaves des même tendances hypocrites révélées par les spécialistes de la ‘projection’!
Tous et toutes sont en besoin de l i b é r a t i o n !

On nous l’a promis : « LA VÉRITÉ vous rendra libres. » (Jn.8:32)
Encore faut-il le vouloir et… s’y ajuster.
Honnêteté, authenticité, transparence – n’est-ce pas là l’essentiel de cet ajustement?

Note : Une autre réflexion est disponible sur un thème différent en anglais à : https://image-i-nations.com/7th-sunday-of-year-c-2019/

Source : Image : YouTube

 

 

 

 

Un test de SAGESSE…

 Je suis toujours à l’affut de paroles de SAGESSE – sous quelle que forme qu’elle se présente :
proverbes, paraboles, poèmes, propos de tous genres – je fais feu de tout bois.

Aujourd’hui c’est le bon vieux philosophe Socrate (5è siècles av. J.C.) qui m’offre une réflexion pertinente susceptible à la fois d’instruire et… de faire rire! Je vous la partage. 

Socrate avait, dans la Grèce antique, une haute réputation de sagesse. 
Quelqu’un vint un jour trouver le grand philosophe et lui dire:

– Sais-tu ce que je viens d’apprendre sur ton ami?-
– Un instant, répondit Socrate, avant que tu ne me racontes tout cela, j’aimerais te faire passer un test très rapide. 

Ce que tu as à me dire, l’as-tu fait passer par le test des trois passoires?
        – Les trois passoires? 
        – Mais oui, reprit Socrate. Avant de raconter toutes sortes de choses sur les autres, il est bon de prendre le temps de filtrer ce que l’on aimerait dire. C’est ce que j’appelle le test des trois passoires.

La première passoire est celle de la vérité. 
     – As-tu vérifié si ce que tu veux me raconter est vrai?
     – Non, pas vraiment. Je n’ai pas vu la chose moi-même, je l’ai seulement entendu dire…
     – Très bien ! Tu ne sais donc pas si c’est la vérité.

Voyons maintenant. Essayons de filtrer autrement, en utilisant une deuxième passoire, celle de la bonté. 
– Ce que tu veux m’apprendre sur mon ami, est-ce quelque chose de bien ?
– Ah non ! Au contraire ! J’ai entendu dire que ton ami avait très mal agi.
– Donc, continua Socrate, tu veux me raconter de mauvaises choses sur lui et tu n’es pas sûr si elles sont vraies. Ce n’est pas très prometteur !

Mais tu peux encore passer le test, car il reste une passoire, celle de l’utilité.
– Est-il utile que tu m’apprennes ce que mon ami aurait fait ?
– Utile ? Non pas réellement, je ne crois pas que ce soit utile…

Alors, de conclure Socrate, si ce que tu as à me raconter n’est ni vrai, ni bien, ni utile,  pourquoi vouloir me le dire ? 
Je ne veux rien savoir et, de ton côté, tu ferais mieux d’oublier tout cela !

Source : Texte (anonyme)   Image : tripadvisor.com

 

      

23è dimanche de l’année B

Les textes de l’évangile – en général, ils nous sont bien connus, pas de problème.
Mais oui, justement, il y a un problème!
Et, selon moi, l’obstacle principal n’est pas la distraction quand on les proclame,
ni le doute quand on les lit.
Le problème c’est… l’habitude – précisément : nous les connaissons trop bien!
Trop? Oui. Bien? Non!

L’évangile de ce dimanche (23è dimanche de l’année B – Mc.7:31-37) nous donne l’occasion d’y réfléchir.
Il s’agit de la scène où Jésus guérit un sourd-muet.
Cet homme était doublement affligé : il ne pouvait ni entendre ni s’exprimer clairement.
Des gens de sa région l’amènent à Jésus et le supplient de lui imposer les mains.
Les faits et gestes nous sont familiers mais peut-être y a-t-il encore matière à découverte…

Ceux qui accompagnent l’homme sont bien intentionnés;
ils suggèrent à Jésus quoi faire – intéressant, n’est-ce pas?
Jésus va intervenir mais d’une façon… inédite.

Il ne dira pas comme il l’a fait pour le lépreux : « Je le veux, sois purifié »   (Mc.1:41).
À l’homme à la main desséchée, Jésus avait simplement dit : « Étends la main » (Mc.3:1-6).
Il ne demandera pas : « Que veux-tu que je fasse pour toi? » comme il l’a fait pour l’aveugle (Mc.10:51) car il est conscient de la condition de l’homme devant lui.

Que se passe-t-il alors?
« Jésus emmena l’homme à l’écart, loin de la foule, lui mit les doigts dans les oreilles,
et, avec sa salive, lui toucha la langue.
Puis, les yeux levés au ciel, il soupira et lui dit : « Effata ! », c’est-à-dire : « Ouvre-toi ! »
Et le miracle se produit.
 
« Ouvre-toi ! »
Voilà le message qui me parvient, simple, clair et… combien exigeant !
Le soulagement, la santé, le salut, résident dans… l’ouverture !

Exigeant ? Oui.
Ouverture de l’esprit à la réalité, à la vérité, à la proximité de Dieu.
Ouverture du cœur à ce qui est plus profond que les apparences, aux besoins des proches et des moins proches,
à l’Esprit qui sans cesse nous sollicite, à la fois discret et… insistant.

Ouverture libératrice – elle a délié la langue, mais elle délie aussi les liens multiples qui enserrent de tant de manières…
Elle défait les ‘nœuds’ de toutes sortes qui emprisonnent, bien souvent insoupçonnés…

Ouverture – le mot-thème de ce dimanche, et davantage…

Note : Une autre réflexion est disponible sur un thème différent en anglais à : https://image-i-nations.com/23rd-sunday-of-year-b/

 Source : Image : Free Bible Images