?

De ceci... de cela...

Sous cette rubrique vous trouverez des mots, des idées, des propos, des pensées

se voulant une avenue pour aider à réfléchir, à découvrir, à franchir - peut-être -

une nouvelle étape vers... ce que vous désirez, espérez, anticipez!

Journée Mondiale de la gentillesse – 3 novembre

Les gens gentils sont en meilleure santé…

Présentée comme cela, l’affirmation n’a rien d’évident, mais si on se dit qu’être gentil au quotidien traduit une tournure d’esprit positive et une approche apaisée de « l’autre », cela se conçoit plus aisément !

L’origine de cette journée est anglo-saxonne et son nom d’origine est le « World Kindness Day », promulgué par le World Kindness Movement , que nous traduirons pas  » Mouvement mondial pour la gentillesse », un organisme international né à Singapour en 2000.

A l’origine, cette journée était célébrée le 13 novembre. Pour des raisons que chacun imagine (commémoration des attentats de Paris 2015) elle a migré au 3 novembre.

Un site à visiter : journee-de-la-gentillesse.psychologies.com             Source: Texte: Journée mondiale  Image: youtube.com

 

Journée mondiale de la Vie – 30 octobre

Si il y a bien une journée mondiale qui se fait tout doucement une place dans le calendrier, c’est celle de la Vie. En 2012, nous en sommes à la cinquième édition. Elle remonte donc à 2008 et son origine est à rechercher en Côte d’Ivoire.

Célebrer la Vie
A cette occasion sont organisées différentes manifestations ayant toutes un rapport avec la défense et le promotion des valeurs de Vie :

  • conférences sur les droits de l’homme, la santé mentale, la nutrition, la sécurité routière.
  • organisation d’un don du sang géant.
  • consultations médicales et soins gratuits dans plus de 10 disciplines médicales.
  • défilé des vivants, sur le thème de la préservation de la vie,  notre bien le plus précieux.
  • concerto de la Vie avec de nombreux artistes locaux de tous horizons.

C’est l’ONG locale « Les amis de la Vie » qui l’a mise en place et elle est désormais célébrée dans plusieurs pays dont la Côte d’Ivoire, le Bénin, la France, la Norvège, Haïti et Hawaï aux Etats-Unis.

Leçon africaine 
Avec cette journée, le sens de l’histoire s’inverse et ce sont les pays africains qui nous montrent l’exemple. Formons le voeu que leur « culture de vie » nous permettra de chasser la « culture de mort » trop souvent mise en avant dans les pays dits « avancés »…

Une chaine planétaire a été lancée depuis quelques années, elle consiste à organiser partout dans le monde une minute mondiale d’acclamation.

De quoi s’agit-il ? Chaque 30 octobre, à 13 h 00 GMT précises, l’humanité tout entière est appelée à observer 1 minute d’acclamation en l’honneur de la Vie. Et ce vaste mouvement laisse libre cours à de nombreuses formes d’expression selon les cultures locales. Cette minute a fait son chemin et a déjà été observée jusquà Hawaï aux U.S.A. Elle permet à chacun de se rendre compte qu’être en vie est un privilège et que cela se fête.

Source: Texte: Journée mondiale  Image: Dreamstime.com

Journée mondiale des accidents vasculaires cérébraux – 29 octobre

L’accident vasculaire cérébral tue ou peut laisser des séquelles irréversibles… 

Agir Vite pour le Cerveau
Tel pourrait être le mot d’ordre de la journée de l’AVC, célébrée chaque 29 octobre.

L’objectif principal de cette journée est essentiellement de sensibiliser le maximum de personnes à cette grande cause de santé publique en les incitant à composer le 15 (pour la France) dès l’apparition des premiers symptômes.

Connaissons-nous les signes avant-coureurs des AVC ?

  • Paralysie ou engourdissement brutaux d’un coté du corps
  • difficultés soudaines à s’exprimer
  • perte de l’attention
  • diminution très brutale de la vision d’un oeil
  • céphalée brutale et inhabituelle
  • nausées, vomissements (témoignent de HTIC)

Faute d’une prise en charge très rapide, les lésions peuvent devenir irréversibles. Chaque minute compte.

L’ancienne ministre de la santé français, Madame Roselyne Bachelot, avait en son temps rappelé la nécessité de se mobiliser pour réduire la fréquence et la gravité des séquelles fonctionnelles des AVC.

La ministre dressait alors un état des lieux chiffré de la situation française, pour le moins alarmant : Les attaques cérébrales touchent chaque année 150.000 nouvelles personnes, se positionnant ainsi à la troisième place dans les cause de mortalité en France (la deuxième chez les femmes).

Les enfants aussi…
Dans notre inconscient collectif, les AVC touchent essentiellement les adultes et le risque s’accroit avec l’âge. Et pourtant, les enfants aussi sont concernés et on recense de nombreux cas d’AVC chez des nourissons ou des enfants. L’association AVC de l’enfant s’est créée pour informer les parents sur la maladie, les causes connues, les séquelles et les conduites quand survient un accident vasculaire cérébral chez un enfant.

Un site à visiter : sante-medecine.commentcamarche.net         Source: Texte: Journée mondiale  Images: Journée mondiale   Voix des patients

Journée mondiale de lutte contre la polio – 24 octobre

L’origine de cette journée mondiale revient au Rotary International et ses nombreux partenaires pour cette cause (de façon non exhaustive et dans le désordre, l’OMS, l’UNICEF, la Fondation Bill & Melinda Gates mais aussi des gouvernements de par le monde, …).

Les actions lancées depuis 25 ans dans le cadre de cette campagne ont permis d’obtenir des résultats spectaculaires et permettent d’affirmer avec un optimisme raisonnable:

En finir avec la polio, on y est presque…
Au début des années 1990, la poliomyélite touchait 350.000 personnes par an dans 125 pays. Elle était encore une des maladies les plus redoutées, paralysant des milliers d’enfants tous les ans et provoquant de nombreux décès.

Depuis cette époque, les campagnes de vaccination ont permis de faire reculer le fléau et on observe un déclin rapide. De nombreuses zones de la planète sont débarrassées presque complètement de la maladie.

Il reste encore des points noirs
Trois pays constituent encore des foyers de résistance à la polyo, il s’agit du Nigéria, du Pakistan et de l’Afghanistan. Les efforts entrepris doivent y être poursuivis pour arriver à une disparition totale de la maladie.

Un site à visiter : www.endpolio.org         Source: Texte: Journée mondiale  Image: End Polio

 

Journée Internationale pour la Résolution des Conflits – 18 octobre

Depuis 2005, le troisième jeudi du mois d’octobre a été choisi pour célébrer la « journée internationale pour la résolution des conflits ». Cette initiative est née de l’Association pour la Résolution des Conflits.

Parce que chaque conflit mérite d’abord une solution
Face à un différend, qu’il soit d’ordre familial, de voisinage, commercial, ou social, la médiation s’impose. Lorsque les oppositions se font au niveau de régions ou de pays, touts les énergies doivent être employées à la résolution amiable du conflit, à la négociation, sans arriver jamais aux confrontations physiques, ou militaires.

La solution durable d’un conflit ne saurait être basée sur l’humiliation de l’autre. Celle-ci génère la rancune et le ressentiment, et finit toujours par relancer un nouveau conflit. L’histoire mondiale récente est pleine de ces coups de forces et négociations biaisées qui ont portées en elles nombre de révoltes et de guerres.

L’armée aussi
De nombreuses organisations relayent cette journée et s’il ne surprendra personne de retrouver parmi elles le réseau médiation, il est intéressant de voir que des forces armées (en l’occurrence canadiennes) s’investissent aussi dans ces questions et prônent la négociation comme préalable à toute intervention. Comme quoi…

Un site à visiter : www.cmp-cpm.forces.gc.ca

Journée mondiale du don d’organes et de la greffe – 17 octobre

Depuis 2005, l’OMS a promulgué la journée mondiale du don d’organes et de la greffe. Elle se tient chaque année le 17 octobre.

Cette journée est partie d’un constat alarmiste : en France, en 2005, il n’y a eu que 4238 transplantations d’organes pratiquées alors que près de 12 000 malades avaient besoin d’une greffe.

Des milliers de patients subissent toujours l’angoisse de l’attente, alors qu’on sait que chaque jour passé sur la liste dans l’espoir d’une greffe est une perte de chance.

Chaque jour, des hommes, des femmes et des enfants meurent faute d’avoir pu être transplantés à temps, alors que la médecine aurait été en mesure de les sauver. Cette situation est essentiellement due à un déficit d’information du grand public…

Un site à visiter : www.greffedevie.fr   Source : Texte : Journée mondiale Image : GMPA

Le 17 octobre dernier, dans le cadre de la Journée mondiale du don d’organes et de la greffe, vous avez été nombreux à releverle DÉFI CHAINE DE VIE! 

Le DÉFI CHAÎNE DE VIE appuie un projet unique et intergénérationnel qui vise à éduquer les jeunes de 15-16 ans au don d’organes et de tissus afin d’en faire des ambassadeurs de la discussion en famille. Ce projet d’une valeur sociale inestimable réunit les secteurs de la santé et de l’éducation pour ultimement sauver des vies.

Le DÉFI CHAÎNE DE VIE contribue à appuyer financièrement la mission éducative et le déploiement du projet CHAÎNE DE VIE dans toutes les écoles secondaires du Québec.

Source : Texte : www.transpplantquebec.ca Image : Conseil de l’Europe

Journée Mondiale de l’alimentation – 16 octobre

Chaque année, le 16 octobre, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture célèbre la Journée mondiale de l’alimentation, qui commémore la date de sa création, en 1945.

La naissance de l’agriculture
Bien que le passage de la chasse et de la cueillette à une production alimentaire fondée sur la culture et l’élevage – autrement dit, la naissance de l’agriculture – se soit produit de façon indépendante dans de nombreuses régions du monde voilà environ 10 000 ans, l’histoire de l’agriculture est riche d’exemples d’échanges interculturels aux conséquences majeures. La première trace archéologique d’activité agricole en Europe atteste d’une technologie avancée, en l’absence d’outils plus élémentaires.

Selon une théorie en vigueur, les populations du Moyen-Orient auraient apporté en Europe leurs outils et leurs technologies. Il semblerait que de telles migrations de populations agricoles aient eu lieu en Afrique, en Amérique centrale et du Sud, en Chine, en Inde et en Asie du Sud-Est.

Pourquoi ces individus se sont-ils déplacés? L’agriculture, en offrant une source de nourriture plus sûre, entraînait un accroissement de la population, dont une partie finissait par migrer vers de nouvelles terres pour éviter la surpopulation.

Lutter contre le gaspillage alimentaire
Le gouvernement français a lancé, en 2013, une contribution à la journée de l’alimentation sous la forme d’une journée nationale de lutte contre le gaspillage alimentaire. L’objectif affiché est de diviser par deux les quantités jetées. Nous ne pouvons ici que saluer cette initiative en stigmatisant les comportements des sociétés « riches » par rapport à l’alimentation !

Lutter contre la malnutrition
Cette page serait incomplète si on y évoquait pas les ravages causés dans le monde par la malnutrition.

Dans un contexte où plus de 3 millions d’enfants de moins de 5 ans meurent chaque année dans le monde de causes de malnutrition, et où 159 millions d’enfants de moins de cinq ans souffrent d’un retard de croissance, l’enjeu est essentiel.

La FAO a décidé la mise en place d’une décennie pour lutter contre la malnutrition et, dans ce cadre, défini ses axes d’action :

  • intégrer la nutrition dans les programmes scolaires,
  • contribuer à la prise en compte de la nutrition dans les politiques des pays particulièrement affectés par la malnutrition,
  • contribuer à accroitre la mobilisation internationale et européenne en faveur de la nutrition,
  • contribuer à la recherche scientifique sur la nutrition.

Ce programme de travail doit être soumis à la prochaine assemblée mondiale de la santé, à la FAO, ainsi qu’au secrétaire général des Nations Unies.

Un site à visiter : www.fao.org   Source : Texte : Journée mondiale Image : FAO

Un film… avec une différence

Un article un peu plus long qu’à l’ordinaire mais qui intéressera sûrement plusieurs d’entre vous…

Madame Acarie, une sainte qui s’ignore 

Acarie, mystique du XVIIe est devenue bienheureuse Marie de l’Incarnation. Aleteia a rencontré Marlène Goulard, co-réalisatrice du film « Madame Acarie, une sainte qui s’ignore » un film-documentaire qui retrace le parcours de Barbe.

Épouse, mère de six enfants, puis veuve et enfin carmélite, Barbe Acarie a eu une vie bien remplie au tournant du XVIe et du XVIIe siècle. Pourtant rien ne prédisposait cette femme, contrariée dans sa vocation religieuse par des parents, à devenir une figure du renouveau spirituel de l’époque. Pleine d’entrain et douée d’une rare sensibilité à la souffrance d’autrui, elle demeure, 400 ans après sa mort, un exemple de la sainteté vécue dans le monde et de la fécondité d’une vie contemplative source d’un authentique renouveau ecclésial.

En collaboration avec son père Xavier, Marlène Goulard, comédienne, musicienne et réalisatrice, a relevé le défi de faire un film sur cette « sainte qui s’ignore ». Un bel hommage qui s’attache à souligner le rôle fondamental de Barbe Acarie dans le renouveau mystique et spirituel chrétien du monde d’aujourd’hui.

Aleteia : Comment est né ce film ? 

Marlène Goulard : Avec mon père, je venais de réaliser un clip sur l’Ordre des Carmes Déchaux Séculier afin de promouvoir son charisme auprès des laïcs. Cette troisième voie de l’Ordre du Carmel est pratiquement méconnue alors que des laïcs y sont appelés et s’y engagent. Il a eu beaucoup de succès à l’étranger, mais aussi chez les Carmes et les Carmélites ! Les Carmélites de Pontoise et les Carmes de Paris nous ont alors proposé la réalisation d’un film qui retracerait la vie de Madame Acarie. Le but était de révéler à quel point l’exemple de cette sainte est d’une actualité frappante aujourd’hui même. Ce n’était pas prévu, j’avais beaucoup de choses en cours, mais j’ai tout de suite eu envie de relever le défi.

Aleteia: Connaissiez-vous Madame Acarie avant de faire le film ?

Marlène: Pas du tout ! Je connaissais les œuvres de sainte Thérèse d’Avila, de sainte Thérèse de Lisieux, de saint Jean de la Croix ou encore de sainte Élisabeth de la Trinité… Madame Acarie a été pour moi une véritable découverte. Je n’étais pas la seule à ne pas la connaître : même au sein de l’Ordre, peu savent qui elle est. Pour une femme qui a œuvré à la re-fondation du Carmel thérésien en France, c’est un comble. J’espère qu’avec notre film, l’injustice est réparée !

Aleteia: Qu’est-ce qui vous a touché personnellement chez elle ?

Marlène: La lecture de livres sur elle et surtout celle de ses propres exercices spirituels m’a saisie immédiatement. Quelle femme étonnante ! Son histoire, les épreuves qu’elle a traversées dans sa vie, celle de son couple comme celle de la France de l’époque… Elle a tout vécu ! La guerre, la maladie, la ruine, les accidents de santé… Elle a traversé sa vie en vivant une conversion intérieure profonde. Ce qui m’a le plus marqué chez elle, c’est qu’elle l’a fait dans un consentement perpétuel qui dépassait parfois ce qu’un humain peut accepter, et cela dans une joie profonde !

Ses propres plans ont été contrariés très tôt dans sa vie. Forcée au mariage alors qu’elle voulait être religieuse, elle a épousé un homme qui lui-même avait voulu devenir prêtre ! Elle passait de l’oraison à l’action constamment. Et vice-versa, comme on passe d’une pièce à l’autre. Elle a tout accepté, grâce à son consentement quotidien. Pourtant, sa vie a été d’une fécondité incroyable. Elle a trouvé, en tant que laïque, un équilibre entre l’oraison et l’action que je n’avais jamais rencontré. Pour le monde d’aujourd’hui, le silence, l’oraison semblent être une perte de temps. Chez elle, c’est la vie intérieure qui nourrit la vie active. Elle était une femme pleinement ancrée dans le réel comme dans l’abandon à Dieu, qu’elle vivait dans la prière et parfois en extase.

Source: Texte (abrégé): Marzena Devoud, 10 octobre 2018, Aleteia  Images: YouTube   www.xaviergoulard.com   Wikimedia Commons

Une belle histoire

La plupart d’entre nous aimons… les belles histoires! Dans sa section sous ce titre, Aleteia nous présente celle de Nadia Murad, la jeune femme de 26 ans récipiendaire du prix Nobel de 2018.

De l′enfer de Daech au prix Nobel de la paix… en passant par le Vatican

Victime des pires horreurs de l’État islamique, Nadia Murad a reçu ce vendredi 5 octobre le prix Nobel de la Paix pour l’année 2018. L′année dernière, la jeune femme avait rencontré le pape François.

A peine rentré d’Égypte, le 3 mai 2017, le pape François résume en quelques mots son voyage sur la place Saint-Pierre lors de l’audience générale. Ce jour-là, il évoque le sang des chrétiens et des martyrs des attentats qui venait d’ensanglanter l’Église copte.

Mais sait-il, qu’en bas des marches de la basilique Saint-Pierre, une autre martyr, non catholique, l′écoute attentivement ? Il s’agit de Nadia Mourad Basee Taha, une Yézidie âgée d’une vingtaine d’année, elle aussi victime des violences islamistes. A la fin de l’audience, elle s’approche de l′homme en blanc pour le saluer et échanger quelques mots avec lui.

Sait-il également, comme certains l′augurent, qu’elle est déjà pressentie pour recevoir le prix Nobel de la paix ? Lorsqu’elle arrive enfin à la hauteur du chef de l’Église catholique, un intermédiaire la présente : ″Très Saint-Père, voici Nadia, ambassadrice de bonne volonté des Nations unies contre la drogue et la traite des êtres humains″. Un an plus tard, la voilà récompensée par le comité norvégien qui reconnaît sa lutte pour mettre fin aux violences sexuelles, qu’elle dénonce comme étant aussi dévastatrices que les armes de guerre les plus puissantes.

Le long calvaire d’une esclave sexuelle
Nadia Mourad a aujourd′hui 26 ans, mais elle a déjà connu les pires atrocités que l’on puisse imaginer. Cette Yézidie irakienne est passée à travers les griffes des islamistes qui l’ont réduite en esclavage dans les pires conditions : un esclavage sexuel au service des combattants – ou apparentés – du groupe djihadiste État islamique.

 Victime de toutes sortes d′abus, la jeune femme a été traînée de propriétaires en propriétaires. Lorsque son calvaire semble avoir pris fin la jeune femme kurde est parvenue à se libérer en s’enfuyant à toutes jambes.

Depuis, les Nations unis en ont fait une icône de choix pour lutter contre l′esclavage. Son histoire douloureuse, explique-t-elle est une arme efficace pour lutter contre le terrorisme. ″J’ai bien l’intention de m’en servir jusqu’à ce que ces criminels soient traduits en justice″, avait-elle écrit dans un ouvrage publié avec la ferme volonté d’être la dernière fille au monde à devoir raconter une telle histoire.

Source: Texte & Image : Paul de Dinechin, 06 octobre 2018 Aleteia, ‘Belles histoires’ 

 

Journée mondiale des soins palliatifs – 12 octobre

En France, depuis juin 1999, la loi « vise à garantir l’accès aux soins palliatifs » à tout un chacun, sans condition de ressource, de milieu social, de lieu de résidence ou encore de maladie.

En pratique, ce droit semble loin d’être respecté de façon uniforme et repose d’une façon criante un débat éthique dont notre société ne pourra pas faire l’économie très longtemps.

Mourir dans la dignité ?
Ne nous trompons pas de débat… il ne s’agit pas ici de proposer une aide à mourir mais bel et bien des soins qui permettent aux personnes en fin de vie de terminer leur parcours dans la dignité, jusqu’à leur mort naturelle.

Nos comités d’éthiques, nos églises et nos partis politiques se sont légitimement emparés de cette question et il est intéressant de lire leurs écrits: ils en disent long sur leur vision du respect de la dignité de l’homme.
Plus exactement, « L’engagement Citoyen dans l’accompagnement des malades ». C’est le thème retenu pour 2018. A lui seul une invitation au débat et à la réflexion…

Un site à visiter : www.sfap.org   Source : Texte (abrégé) : Journée mondiale Image : McGill University

Bienvenue à l’Association québécoise de soins palliatifs
Notre association regroupe près de 600 membres constituant un réseau d’intervenants, de bénévoles et de professionnels, tous unis pour former une équipe multidisciplinaire dont le patient et ses proches font partie.

Bonne visite!

Texte & Logo : https://qsp.org