?

De ceci... de cela...

Sous cette rubrique vous trouverez des mots, des idées, des propos, des pensées

se voulant une avenue pour aider à réfléchir, à découvrir, à franchir - peut-être -

une nouvelle étape vers... ce que vous désirez, espérez, anticipez!

Journée mondiale des ONG – 27 février

Journée mondiale des ONG

Imaginée par un étudiant en 2009, puis reconnue par 12 pays situés autour de la Mer Baltique en 2010, la journée mondiale des ONG prend une dimension internationale le 27 février 2014 avec sa reconnaissance par l’ONU.

Défendre les droits fondamentaux

Déclarées d’utilité publique, les ONG (organisations non gouvernementales), ont pour but de défendre et de promouvoir les droits fondamentaux de la personne humaine (les droits de l’Homme), et donc de se dresser face aux injustices ; parfois même à leurs risques et périls.

La journée mondiale des ONG

On peut légitimement se poser la question de l’utilité de cette journée, dans la mesure où de nombreuses organisations bénéficient déjà d’un éclairage médiatique important au travers de la cause qu’ils défendent…

Ce serait oublier la multitude de petites organisations qui, pour oeuvrer dans l’anonymat, n’en font pas moins un travail indispensable. Leur consacrer une journée mondiale, c’est donc reconnaître leurs caractère incontournable et rendre hommage à tous leurs membres qui travaillent en permanence dans les zones les plus exposées de la planète. 

 

Un site à visiter : www.mediaterre.org     Source: Texte & Image: Journée mondiale

Journée mondiale de l’anosmie – 27 février

 journée mondiale de l'anosmieTous ceux qui ont vu « L’aile ou la cuisse » connaissent l’agueusie (la perte du goût). La journée mondiale dont il est question ici, concerne l’anosmie, c’est à dire la perte de l’odorat.
Cette journée mondiale a été lancée pour sensibiliser la population sur les troubles de l’olfaction et plus particulièrement sur l’anosmie, qui est la perte totale de l’odorat qui touche 5% de la population mondiale. Elle n’est pas encore connue en France et son origine est anglo-saxonne (Anosmia Awareness Day).

Qui est concerné ?

Cette affection est fréquemment causée par l’altération du nerf olfactif qui se trouve au-dessus de la racine du nez. C’est une lésion assez fréquente dans les cas de traumatismes crâniens. Elle peut également être congénitale (acquise dès la naissance).

Le nombre de personnes touché par l’anosmie est incertain. Une étude réalisée en 2014 au Royaume-Uni estime qu’environ 5 % de la population mondiale souffrirait d’anosmie.

Un site à visiter : www.anosmie.org     Source: Texte & Image: Journée mondiale

Journée mondiale pour sauver les ours – 23 février

Journée mondiale pour sauver les ours

Cette journée exsite depuis 2007 aux Etats-Unis et semble avoir un peu de mal à se faire une place dans le calendrier européen.

International Save Bears Day

Quoiqu’il en soit, la date du 23 février doit être inscrite dans le calendrier de tous ceux qui aiment les ours (pas seulement en peluche) et qui militent pour la sauvegarde de cette espèce protégée.

Nous devrions parler au pluriel car elles sont nombreuses et toutes également menacées, qu’il s’agisse de l’ours blanc de la banquise ou des populations des forêts américaines et africaines menacées par la déforestation, la chasse et le braconnage.

Un site à visiter : www.journeemondialepoursauverlesours.fr

Journée mondiale de la justice sociale – 20 février 2021

S’il est bien une notion aussi peu et mal partagée sur les différents continents, c’est bien celle de la justice sociale. Et quand l’assembée générale des Nations Unies a proclamé le 20 février, Journée mondiale de la justice sociale, elle a certainement mesuré la distance qui séparait le voeu de certaines réalités…
Elle invite les États Membres à célébrer cette journée mondiale en menant à l’échelon de leur pays des activités concrètes visant à promouvoir les buts et les objectifs proclamés lors du sommet mondial pour le développement social.Cette journée existe depuis 2009 et doit rappeler à tous que les gouvernements se sont engagés à faire de l’élimination de la pauvreté et du chômage une de leurs priorités. Le renforcement de la justice, la promotion de l’équité, la démocratie, la participation et la transparence sont les axes de travail proposés par l’assemblée.

Mais d’où nous vient-elle ?

Parler de justice sociale nous amène invariablement à nous interroger sur l’origine de cette notion. Habituellement, les historiens nous situent l’émergence de ce combat au début du 20° siècle, à l’époque des premières réactions organisées contre la société industrielle toute puissante et son étalage insolent de richesse côtoyant l’extrême pauvreté de la classe ouvrière.

Les combats menés alors ont permis d’une part une réelle prise de conscience et, pratiquement, des avancées notables dans le droit du travail, au moins dans les pays développés.

Les uns y ont vu l’influence directe de la pensée marxiste, les autres ont d’avantage reconnu l’affirmation d’un courant de pensée humaniste en lien avec l’émergence de la doctrine sociale de l’Érichesse

pauvreté

glise promue par le Pape Léon XIII.

Il ne nous revient pas d’arbitrer ce débat. L’important ait qu’il ait eu lieu et que la prise de conscience des uns et des autres ait pu faire avancer les choses. Les raisons de se réjouir existent, celles de s’alarmer aussi car, dans de trop nombreux pays, la notion de justice sociale reste un voeu pieu et n’entre pas en compte dans les réflexions gouvernementales.

Un site à visiter : www.un.org     Source: Texte: Journée mondiale  Image: 123rf.com
 

Journée mondiale du pangolin – 20 février 2021

Journée mondiale du pangolin

Un animal méconnu et pourtant célèbre. Et il aura fallu la menace d’extinction de ce petit mammifère pour que l’actualité braque ses feux sur lui en lui consacrant pas moins qu’une journée mondiale…

Le mammifère le plus trafiqué au monde

Cette petite « boule d’écailles » est aussi le mammifère le plus trafiqué au monde, ce qui en fait une espèce en danger d’extinction. Chaque année, ce sont plus de 40 tonnes d’écailles de pangolin qui sont saisies en Afrique, ce qui revient à dire que plus de 30 000 animaux sont massacrés chaque année.

Il est encore temps d’agir

Peuplant de vastes régions d’Asie et d’Afrique, cet animal est recherché et abattu pour de bien mauvaises raisons : on attribue à son armure de kératine des vertus curatives. On le chasse également parce que sa viande est considérée comme un mets très raffinés dans certaines cultures.

Le pangolin n’est pas encore une espèce disparue… le but de cette journée mondiale « exotique » est la sensibilisation des populations et des gouvernants à cette grave question. Espérons !

La journée mondiale du pangolin est théoriquement célébrée le 3ème samedi du mois. Ce sera la 20 février en 2021.

 

Journée internationale de la baleine – 19 février

Journée internationale de la baleine

Pour les écologistes du monde entier, le 19 février est traditionnellement celui où on célèbre la Journée internationale de la baleine.

Par extension, cette journée est également consacrée à la défense et la protection de l’ensemble des mammifères marins.

Interdiction de la chasse commerciale

En 1982, la Commission Baleinière Internationale avait pu interdire la chasse « commerciale » aux cétacés, cette subtilité de langage permettant tout de même à certains états de poursuivre leur chasse à des fins « scientifiques » (pauvre science !).

Le combat des protecteurs des baleines est loin d’être gagné !

 

Source: Texte & Image: Journée mondiale
 

Journée mondiale de la radio – 13 février 2021

Journée mondiale de la radio

En 2012, afin de mettre en relief la puissance de la radio comme plate-forme pour l’éducation et la liberté d’expression ainsi que son rôle vital dans la réponse aux crises et aux catastrophes, l’UNESCO a appelé à célébrer le 13 février de chaque année, une Journée Mondiale de la radio.

Toutes les radios sont invitées à s’associer à cet événement

a déclaré le porte parole de l’UNESCO dans son communiqué de presse.

Média peu coûteux, nécessitant la mise en oeuvre d’une technologie relativement simple, la radio atteint des auditeurs éloignés sur tous les points du territoire et des groupes nomades. Selon l’union internationale des télécommunications, plus de 75% des foyers des pays en développement possèdent au moins un récepteur radio.

Afin d’encourager les diffuseurs publics, privés et communautaires à célébrer la Journée, l’UNESCO a créé un site web avec des messages audio en plusieurs langues ou des manuels à l’usage des radios communautaires.

Un vecteur de liberté

Nous ne saurions terminer sans faire une rapide évocation de la radio comme vecteur de liberté en en citant quelques unes de celles qui sont restées dans l’histoire : Radio Londres qui transmettait les messages à la résistance française aux plus sombres heures de l’occupation, Radio Free Europe qui permet aux populations situées derrière le rideau de fer de recevoir une information différente de celle transmise par les autorités, Radio Caroline qui émettait depuis un bateau ou encore l’épopée des radios libres de 1981 et la fin du monopole d’état en France.

Source: Texte & Image: Journée mondiale

Journée internationale Darwin – 12 février

Journée internationale Darwin
La journée internationale Charles Darwin, ou « International Darwin day » en anglais a été instaurée en l’an 2000 à l’initiative de trois amateurs du célèbre naturaliste : Robert Stephens, Massimo Pigliucci et Amanda Chesworth. Elle est l’occasion de célébrer les sciences et l’humanité.

Le pionnier de l’évolutionnisme

Instaurée le jour de l’anniversaire de Charles Darwin, né le 12 février 1809, la « journée Darwin » rend hommage à la vie et aux découvertes du naturaliste anglais en matière de sciences, et plus particulièrement sa théorie de l’évolution (évolution biologique des espèces et sélection naturelle).

Sa théorie de l’évolution, particulièrement novatrice au début du XIXème siècle, a ouvert la porte à des avancées scientifiques considérables. Ceci dit, on aurait tort de réduire Darwin à sa seule théorie. N’oublions pas qu’il a aussi été un grand découvreur de terres inconnues, notamment la Patagonie et la terre de Feu.

La journée Darwin

Cette journée est l’occasion pour de nombreuses associations, pour des étudiants, pour des scientifiques à travers le monde de promouvoir les sciences – surtout celles liées à l’Homme (naturalisme, biologie…) – dans le but de comprendre le fonctionnement du corps humain et de soigner les maladies.

Un site à visiter : darwinday.org    Source: Texte & Image: Journée mondiale

Journée mondiale des malades – 11 février 2021

Journée mondiale des malades

La maladie et la souffrance peuvent parfois bouleverser nos vies ou celles de nos proches: pour nous encourager à donner de notre temps, soutenir les malades, être attentif à leurs besoins, une journée mondiale des malades, créée en 1992 par le Pape Jean-Paul II, est célébrée chaque année, le 11 février, jour de la fête de Notre-Dame de Lourdes.

Avoir le souci des malades

Les malades se sentent très rapidement mis à part de la vie des bien portants, c’est pourquoi les liens de solidarité, et tout ce qui permet aux personnes atteintes de maladie de se sentir écoutées, reconnues est extrêmement important. Bien que cette journée ait un sens tout particulier pour les Chrétiens, il n’est pas nécessaire d’avoir des convictions religieuses pour apporter son aide et sa compassion à des personnes souffrantes, un petit geste suffit !

Source: Texte & Image: Journée mondiale

Message du Pape François pour la journée 2021

 Vous n’avez qu’un seul maître et vous êtes tous frères (Mt 23, 8). La relation de confiance à la base du soin des malades

 Chers frères et sœurs ! La célébration de la 29ème Journée Mondiale du Malade le 11 février 2021, mémoire de Notre-Dame de Lourdes, est un moment propice pour réserver une attention spéciale aux personnes malades et à celles qui les assistent, aussi bien dans les lieux dédiés aux soins qu’au sein des familles et des communautés. Ma pensée va en particulier vers tous ceux qui, dans le monde entier, souffrent des effets de la pandémie du coronavirus. Je tiens à exprimer à tous, spécialement aux plus pauvres et aux exclus, que je suis spirituellement proche d’eux et les assurer de la sollicitude et de l’affection de l’Église.

L’expérience de la maladie nous fait sentir notre vulnérabilité et, en même temps, le besoin inné de l’autre. Notre condition de créature devient encore plus claire et nous faisons l’expérience, d’une manière évidente, de notre dépendance de Dieu. Quand nous sommes malades, en effet, l’incertitude, la crainte, et parfois même le désarroi, envahissent notre esprit et notre cœur ; nous nous trouvons dans une situation d’impuissance car notre santé ne dépend pas de nos capacités ou de notre “ tourment ” (cf. Mt 6, 27). (…)

La maladie impose une demande de sens qui, dans la foi, s’adresse à Dieu, une demande qui cherche une nouvelle signification et une nouvelle direction à notre existence et qui, parfois, peut ne pas trouver tout de suite une réponse. La famille et les amis eux-mêmes ne sont pas toujours en mesure de nous aider dans cette quête laborieuse. (…)

La maladie a toujours un visage, et pas qu’un seul : il a le visage de chaque malade, même de ceux qui se sentent ignorés, exclus, victimes d’injustices sociales qui nient leurs droits essentiels (cf. Lett. enc. Fratelli tutti, n. 22). La pandémie actuelle a mis en lumière beaucoup d’insuffisances des systèmes de santé et de carences dans l’assistance aux personnes malades. L’accès aux soins n’est pas toujours garanti aux personnes âgées, aux plus faibles et aux plus vulnérables, et pas toujours de façon équitable. Cela dépend des choix politiques, de la façon d’administrer les ressources et de l’engagement de ceux qui occupent des fonctions de responsabilités. Investir des ressources dans les soins et dans l’assistance des personnes malades est une priorité liée au principe selon lequel la santé est un bien commun primordial.

En même temps, la pandémie a également mis en relief le dévouement et la générosité d’agents sanitaires, de volontaires, de travailleurs et de travailleuses, de prêtres, de religieux et de religieuses qui, avec professionnalisme, abnégation, sens de la responsabilités et amour du prochain, ont aidé, soigné, réconforté et servi beaucoup de malades et leurs familles. Une foule silencieuse d’hommes et de femmes qui ont choisi de regarder ces visages, en prenant en charge les blessures des patients qu’ils sentaient proches en vertu de leur appartenance commune à la famille humaine. (…)

Chers frères et sœurs, le commandement de l’amour que Jésus a laissé à ses disciples se réalise aussi concrètement dans la relation avec les malades. Une société est d’autant plus humaine qu’elle prend soin de ses membres fragiles et souffrants et qu’elle sait le faire avec une efficacité animée d’un amour fraternel. Tendons vers cet objectif et faisons en sorte que personne ne reste seul, que personne ne se sente exclu ni abandonné.

Source: Texte (extraits):  http://www.vatican.va/content/francesco/fr/messages/sick/documents/papa-francesco_20201220_giornata-malato.html  Image: Catholic News Agency

Journée internationale des femmes et des filles de science – 11 février

Journée internationale des femmes et des filles de science
C’est seulement en 2015 que l’assemblée générale de l’ONU a adopté la résolution A/RES/70/212 qui proclame que, désormais, le 11 février de chaque année, c’est la Journée internationale des femmes et des filles de science. C’est fait.

Une avancée inéluctable

Quels sont les points communes entre Henrietta Leavitt, Rosalind Franklin et Marie Curie ?
Vous vous en doutez, ce soit trois immenses femmes scientifiques, précurseurs en leur temps, et qui ont dû -en plus- affronter de nombreux préjugés pour pouvoir être reconnues comme scientifiques par la société de l’époque.

L’égalité des genres est une des priorités de l’UNESCO, et l’accompagnement des jeunes filles, leur formation et leur pleine aptitude à faire entendre leurs idées sont considérés comme des leviers de développement et de paix.

Les grands défis du développement durable nous imposent également de fomer un maximum de talents parmi les nouvelles générations. C’est pourquoi il est impératif d’augmenter le nombre de femmes actives dans les domaines scientifiques. La diversité dans la recherche élargit le bassin de chercheurs talentueux, apportant ainsi de nouvelles perspectives, du talent et de la créativité.

Une journée à relayer

La Journée internationale des femmes et des filles de science, sera donc célébrée chaque année le 11 février. Son but est de promouvoir l’accès et la participation des femmes et des filles à la science. Cette journée permet de rappeler que les femmes et les filles jouent un rôle essentiel dans la communauté scientifique et technologique et que leur participation doit être renforcée.

Un site à visiter : fr.unesco.org   Source: Texte & Image: Journée mondiale