?

De ceci... de cela...

Sous cette rubrique vous trouverez des mots, des idées, des propos, des pensées

se voulant une avenue pour aider à réfléchir, à découvrir, à franchir - peut-être -

une nouvelle étape vers... ce que vous désirez, espérez, anticipez!

3 décembre: Journée nationale de la générosité

Cette année, Mardi je donne sera la plus grande journée de générosité au monde! Aidez-nous à marquer l’histoire le 3 décembre.

Après le Vendredi noir et le Cyber lundi, Mardi je donne est un mouvement mondial qui encourage et multiplie la générosité et l’altruisme, nous rappelant l’importance de soutenir nos organismes communautaires.

Mardi je donne est un mouvement pour tous ceux qui souhaite donner quelque chose en retour, célébrant tout type de dons.

Il réunit également le pouvoir collectif d’un mélange unique de partenaires – organismes à but non-lucratif, organismes civiles, entreprises et sociétés ainsi que les familles et individus – pour encourager et amplifier des petits gestes de générosité.

Source: Texte & Image: mardijedonne.ca

 

 

 

La “Maison d’Abraham“

Le projet inédit des trois religions monothéistes

Baptisé “Maison d’Abraham“, un projet inédit a été présenté vendredi 15 novembre au pape François par le grand imam al-Tayeb en visite au Vatican. Il prévoit la construction aux Émirats arabes unis sur un même site d’une église, d’une mosquée et d’une synagogue. En réunissant ainsi les trois religions monothéistes, il s’agit de promouvoir la fraternité humaine.

Neuf mois après s’être retrouvé à Abou Dabi pour signer un document appelant à la fraternité entre les religions, le pape François et le grand Imam al-Tayeb se sont rencontrés une nouvelle fois au Vatican. Le pape l’a reçu au Palais apostolique avec sa délégation composée du vice-premier ministre des Emirats arabes unis, Saif Bin Zayeb. Après des échanges chaleureux, l’Éyptien a présenté au pontife un projet inédit dans la péninsule arabique : un gigantesque complexe interreligieux au style architectural ultra-moderne. Le projet avait été annoncé lors de la visite historique du pape aux Émirats, voilà qu’il prend désormais vie. Une fois achevé, il représentera un lieu unique dans la péninsule arabique.

 

Source: Texte: Arthur Herlin, Aleteia, fr 16 novembre 2019, Image: aleteia

 

 

 

 

Troisième Journée Mondiale des Pauvres – 17 novembre 2019

Message du pape François

Dans un message intitulé « L’espérance des pauvres ne sera jamais déçue » le pape François relit le psaume 9 et en réaffirme la pertinence pour aujourd’hui : rendre l’espérance perdue devant les injustices, les souffrances et la précarité de la vie.

Les pauvres, souvent considérés comme des parasites de la société, on ne pardonne même pas aux pauvres leur pauvreté. Le verset 11 du psaume 9 nous offre toutefois une belle définition du pauvre : il est celui qui fait confiance au Seigneur.

Le pauvre sait que Dieu ne peut l’abandonner et cela ne fait qu’exprimer la grandeur de Dieu lorsqu’il se trouve devant une personne pauvre.

Se référant au regretté Jean Vanier, le Pape le surnomme « le saint de la porte d’à-côté » et nous redit que l’espérance se communique aussi à travers la consolation. Les pauvres acquièrent de l’espérance surtout lorsqu’ils reconnaissent dans notre sacrifice un acte d’amour gratuit qui ne cherche pas à être récompensé.

Ce message est un appel à la conversion : découvrir la bonté qui se cache dans le cœur des pauvres en nous faisant attentifs à leur culture et leurs façons de s’exprimer, pour pouvoir entamer un véritable dialogue fraternel.

Il faut parfois peu de choses pour redonner l’espérance : il suffit de s’arrêter, sourire, écouter.

 

Source : Texte : CRC.   Image : Vatican News : Le Pape François inaugure un centre d’accueil pour personnes sans-abri près du Vatican

Journée mondiale de la qualité – 7 novembre

On a l’habitude de déplorer les impacts économiques, sociaux, humains et environnementaux de la non qualité. Nos voisins tunisiens ont depuis quelques années décidé de prendre le taureau par les cornes en instituant le 2ème jeudi du mois de novembre comme Journée Mondiale de la Qualité. Une occasion de réfléchir sur la mise en place de procédures qualité qui permettront à terme des améliorations économiques et sociales tangibles.

Qualité des produits, qualité des services ?
Les enteprises connaissent déjà les normes ISO 9000, 9001 et désormais la norme ISO 14001 qui intégre un volet environnemental. Le respect de ces normes permet de garantir au consommateur final une conformité des produits et services concernés par rapport à un certain nombre d’exigences. Il permet aussi aux différents professionnels de « parler la même langue » et mieux travailler ensemble. L’industrie a été la première à se lancer dans cette démarche, mais elle a aujourd’hui été rejointe par de très nombreux secteurs d’activités, comme par exemple les services (assurances par exemple) ou même la distribution et la restauration.

Qualité des relations ?
Révons un peu… à bien y réfléchir, l’amélioration de la qualité dans les productions des société humaines peut aussi passer par une amélioration de la qualité dans les relations humaines, les relations inter-entreprises, les relations entre états. A ce titre, il nous paraît intéressant de relever que les pays à l’origine de cette journée sont tous des pays communément nommés « en voie de développement » : Algérie, Lybie, Maroc, Mauritanie et Tunisie (par ordre alphabétique). Rendons-leur hommage dans ce combat pour la Qualité !

Un site à visiter : www.forumqualite.com       Source: Texte : Journée mondiale Image : dessin d’humour par JM Ucciani

Journée mondiale des animaux – 4 octobre 2019

Cette « journée mondiale » fait partie des nombreuses journées dont les Nations Unies sont inspiratrices…

Particularité tout de même ici, le site internet des Nations Unies ne parle pas de la journée proprement dite mais propose des sujets forts documentés sur différents animaux en danger : autant d’invitations à s’informer et, pourquoi pas, réagir !

L’ONU travaille pour protégér les espèces en voie de disparition.

Le tigre
Le majestueux tigre n’a plus que quelques endroits où se cacher. A une époque, il rodait librement dans les vastes forêts mangroves, qui aujourd’hui ont pratiquement été détruites par les hommes. Les braconniers obtiennent un prix plus élevé pour les peaux de tigre et d’autres parties de l’animal utilisées en médecine traditionnelle.

Le panda
Le panda géant a capturé le coeur des gens dans le monde entier en devenant un symbole reconnu de l’effort pour sauver les espèces en danger. L’une des attractions favorites des zoos, le panda est extrêmement rare.

L’élephant
Dans les cirques et les zoos, les temples hindous et même dans les livres d’enfants, l’éléphant a toujours captivé les audiences ainsi que ses adorateurs à travers les siècles. Tragiquement le plus grand mammifère de la planète a été décimé à travers les âges pour assouvir la demande mondiale d’ivoire.

Saint François d’Assise
La date du 4 octobre a été choisie pour célébrer les animaux parce que c’est aussi la fête de Saint François d’Assise qui a manifesté tout au long de sa vie un grand amour pour les animaux. Il affirmait que chaque créature, en tant que créature de Dieu, méritait le respect.

« Le monde animal, comme toute la création, est une manifestation de la puissance de Dieu, de sa sagesse et de sa bonté, et comme tel, mérite le respect de l’homme. » (Saint François d’Assise)

La journée mondiale des animaux a été initiée par Heinrich Zimmermann et célébrée la première fois le 24 mars 1925. Elle a été déplacée au 4 octobre en 1929.

Un site à visiter : www.worldanimalday.org.uk      Source: Texte & Images: Journée Mondiale    journalhorizon.com

Journée Mondiale de l’Arthrose – 17 septembre

L’arthrose est une maladie qui s’attaque aux articulations et, progressivement, les déforme. L’arthrose est caractérisée par des douleurs aux mouvements et une raideur des articulations.
On estime qu’en 2050, ce seront pas moins de 315 millions d’êtres humains de plus de 60 ans qui souffriront d’arthrose dans le monde et que, parmi ceux-ci, 105 millions présenteront un handicap sévère causé par la maladie.

La Recherche médicale sur l’arthorse est en marche (si on peut dire…) et l’arrivée à court terme d’un biomédicament très prometteur, pourrait changer la donne en profondeur.

La journée du 17 septembre
Des espoirs sont permis pour les patients souligne le docteur Laurent Grange, Président de l’AFLAR, association française de défense des patients arthrosiques, qui relaye en France la journée mondiale de l’arthrose créée par la fondation belge de l’arthrose. Le but de la journée est la sensibilisation du grand public à cette maladie, ainsi que le soutien à la recherche.

Wodies (World Osteoarthritis Day Intergenerational Events)
A l’échelle internationale, les Wodies 2019 (site en anglais uniquement) visent à sensibiliser le grand public autour de différents événements concernant l’arthrose. 

Un site à visiter : www.stop-arthrose.org

 

Source : Texte & Image : Journée Mondiale

 

Librairie Vaticane

Des bonnes nouvelles, on n’en a jamais assez.
En voici une qui vaut son pesant d’or!

La librairie vaticane offre maintenant ses trésors en format numérique.
Plus d’un million de livres et de nombreux documents de références sont disponible en ligne.

Pour votre plaisir, votre intérêt et votre avantage : Avis aux intéressé/es!
 

Source : Image : Littera Carolina

Un monument exceptionnel et… son message

Dans l’évangile de ce 17è dimanche (année C: Lc.11:1-13) Jésus nous affirme que nos prières sont toujours exaucées…

Un ancien aumônier d’un club de football a initié une campagne de financement pour la production d’un monument fait d’un million de briques représentant des prières exaucées.

Cette initiative est celle de Richard Gamble de Leicester (UK), un chrétien de l’Église Évangélique, qui affirme que cette idée lui est venue de Dieu en 2004.
Ici et là, il rencontre des chrétiens et leur demande d’acheter une brique et de mentionner quelle est la prière qu’ils ont vu exaucée. Les briques devront recéler 75,000 de ces témoignages.

134 bureaux d’architectes de 24 pays ont pris part à la compétition qui allait décider de la structure de ce monument qui se veut absolument original. L’illustration ci-contre montre la forme de cette sculpture une fois réalisée.
Il s’agit d’un ‘ruban de Möbius’ – une forme mathématique symbole de l’infini.

On estime qu’un demi-million de véhicules passeront près de cet endroit chaque semaine. La technologie disponible permettra aux visiteurs d’utiliser leur téléphone cellulaire pour accéder aux récits cachés dans les briques pour s’en inspirer.

Source: Texte: BBC,   churchtimes.co.uk, 17/2/2017   The Tablet, 25/5/2019   Images: BBC   churchtimes.co.uk

 

 

Un Apéro… avec un différence!

Les apéros, c’est bon! On les déguste, on les aime… et pour cause! Mais avez-vous déjà goûter à un… Apéro Di’vin?

Le journal La Croix nous parle un peu de cette expérience…

Au cœur d’un domaine viticole de l’Aude, chaque fois différent, Cécile Caizergues et Marie-Bénédicte de Chantal proposent les Apéros Di’Vin. Ces rendez-vous régulier s’adressent à des jeunes croyants et non-croyants « pour partager et échanger autour du vin et du divin ».

Le soleil décline sur les vignobles des Corbières. Le chant des oiseaux accompagne, à la lueur du soir, les paroles du père Théophane, chanoine de l’abbaye de Lagrasse. Dans le jardin du domaine viticole Serres-Mazard à Talairan (Aude), le prêtre, debout devant un tonneau de vin sur lequel trône une statuette de la Vierge, parle de la notion de l’engagement, sans fioriture ni cérémonial.

Ce soir-là, une trentaine de participants sont venus écouter, déguster et échanger pour la quatorzième édition des Apéros Di’Vin. « L’engagement est un état d’esprit. Donner, c’est vrai, coûte un peu de notre temps. Pourtant, c’est un épanouissement », développe le prêtre tout en remerciant Marie-Bénédicte de Chantal (surnommée Marie-Bé) à l’origine de la naissance de ces rencontres avec son amie Cécile Caizergues.

Un vigneron, des croyants, des non-croyants et un prêtre
Liées d’une amitié forte, ces deux trentenaires ont eu l’idée en avril 2017 de créer les Apéros Di’Vin pour les moins de 40 ans : un rendez-vous régulier – tous les deux à trois mois environ – dans un domaine viticole « pour partager et échanger autour du vin et du divin » avec un vigneron, des croyants, des non-croyants et un prêtre différent à chaque rencontre.

« Je ne connaissais pas beaucoup de jeunes chrétiens et je trouvais ça dommage. Alors on a proposé cette idée en faisant marcher notre petit réseau sans savoir si ça intéresserait d’autres personnes », raconte Cécile. « Lors de la première soirée, je me sentais portée. Nous nous sommes rendu compte que nous ne le faisions pas pour nous », se souvient Marie-Bé. (…)

Au cours de la soirée, le prêtre intervient une quinzaine de minutes sur un thème choisi par les organisateurs. Ensuite, les participants partagent un buffet tout en dégustant les vins du domaine. « Les Apéros Di’Vin se sont construits sur la valeur de l’amitié, se réjouit le père Théophane. Une alchimie entre le bon vin et le partage de la connaissance de Dieu s’est créée. C’est la clé de la réussite de ces rencontres. » Forte du succès de ces vendanges spirituelles, l’équipe veut dupliquer l’idée dans d’autres diocèses, en commençant par le voisin des Pyrénées-Orientales.

Source: Texte (abrégé) & Image: Ysis Percq, envoyée spéciale à Talairan (Aude), La Croix, 08/07/2019

Journée mondiale contre le travail des enfants – 12 juin

L’Organisation internationale du Travail (OIT) marque la Journée mondiale contre le travail des enfants le 12 juin pour attirer l’attention sur l’étendue de ce problème, qui est loin d’être résolu. Chaque année depuis 2002, la journée mobilise les gouvernements, les employeurs et toute la société civile afin de reporter l’attention sur la situation des enfants qui continuent à travailler dans le monde, ainsi que sur les actions à mettre en place pour les aider.

« C’est l’exploitation des enfants qui constitue le mal… le plus insupportable au cœur des hommes. Un travail sérieux en matière de législation sociale commence toujours par la protection des enfants. »

Cette année, la Journée mondiale contre le travail des enfants passera en revue les progrès accomplis en 100 ans de soutien de l’OIT aux pays pour combattre le travail des enfants. Depuis sa création en 1919, la protection des enfants est inscrite dans le Préambule de la Constitution de l’OIT.

L’année 2019 marque les 20 ans de l’adoption de la Convention (n° 182) sur les pires formes de travail des enfants, 1999. Avec seulement quelques pays qui ne l’ont pas encore fait, cette Convention est proche de la ratification universelle. En cette Journée mondiale, nous appelons à l’entière ratification et mise en œuvre de la Convention n° 182 et de la Convention (n° 138) sur l’âge minimum, 1973.

Source: Texte & Image: www.un.org

 

 

Le cri d’alarme de l’Organisation internationale du travail
Les chiffres montrent que l’esclavage n’a pas disparu, puisque quelque 5,7 millions de jeunes sont asservis ou sont forcés de travailler. Ces enfants ont souvent beaucoup de problèmes pour obtenir de l’aide, non seulement parce qu’ils sont jeunes, mais aussi parce qu’ils ne possèdent aucun certificat de naissance ou papiers officiels et qu’ils sont donc « invisibles » aux yeux des autorités.

« Les formes les plus dangereuses de travail des enfants dépassent largement nos estimations précédentes », s’alarme l’OIT. Sept enfants sur dix travaillent dans des exploitations agricoles, souvent pour une production locale destinée à leur propre famille. Mais environ 10 millions d’enfants (en Asie, en Afrique, en Amérique du Sud) travailleraient pour une activité d’exportation, c’est-à-dire, in fine, pour des entreprises occidentales. Les secteurs les plus exposés à ce genre de pratique sont le textile, la fabrication des tapis, la récolte de tabac ou de cacao à destination des grands groupes internationaux.

Le travail des enfants concerne également les pays développés : 2,5 millions d’enfants y travailleraient. Ce phénomène touche surtout l’agriculture aux Etats-Unis, les services à la personne en Grande-Bretagne et le textile et le bâtiment en Europe du Sud.

Source: Texte: Journée Mondiale