image-i-nations trésor

33è dimanche de l’année C, 2022

Nous approchons de la fin de l’année liturgique.
Les dimanches se sont succédé, chacun apportant son message.
Celui d’aujourd’hui revient chaque année à cette période et il est toujours… déroutant.
Déroutant par les scènes qu’il décrit, déroutant aussi parce que ces scènes nous sont trop familières.

Violence, destruction, guerre, trahison, famines, épidémies –
toutes ces situations qui nous affligent, nous désorientent et nous découragent.

Vous aurez remarqué que les verbes sont… au temps présent!
Nous pouvons facilement identifier des endroits et des situations qui répondent à ces réalités de notre temps.
Il est facile de repérer des points géographiques et de nommer des personnes impliquées dans de tels événements tragiques.

Peur et anxiété nous assaillent parfois et nous osons espérer que nous et les nôtres serons épargnés.
Mais… il y a toujours la possibilité qu’un virus nous atteigne, qu’un ennemi nous rejoigne et alors…

C’est la condition humaine – celle de la vie fragile, exposée, menacée…
Menacée par l’égoïsme, la haine, l’ambition, la corruption…
Tous ces virus qui ne relèvent pas du monde médical mais…
Ils minent l’être humain qui n’a pas accepté la libération que Dieu offre.

L’ambition et la corruption alimentent la violence et font surgir les guerres.
La jalousie et l’égoïsme provoquent les conflits entre individus et sociétés.
La discrimination et le mépris conduisent aux tueries de masse que l’on connaît.

Nous en sommes conscient/es: pour survivre il faut être guéri.
Et la guérison est précisément cela: une libération
C’est ce que la 1ère lecture promet dans les mots du prophète Malachie qui nous assure (Malachie 3:19-20):

« Pour vous qui craignez mon nom, (dit le Seigneur)
le Soleil de justice se lèvera:
il apportera la guérison dans son rayonnement. »

Addiction, compulsion, obsession,
colère, cupidité, insouciance – ce sont là nos vrais ennemis.
Ils font de nous les esclaves qui ont oublié le chemin de la paix, de l’acceptation des autres, de la réconciliation.

La guérison nous est offerte mais encore faut-il que nous la désirions
et que nous la demandions à Celui qui désire nous la donner…

 

Note: Une autre réflexion est offerte sur un thème différent en anglais à: https://image-i-nations.com/33rd-sunday-of-year-c-2022/

 

Source: Image: foienchrist.org

 

World Polio Day – 24 October

World Polio Day highlights the global efforts to end poliomyelitis (polio) worldwide. Polio is a life-threatening disease caused by the poliovirus, which the World Health Assembly committed to eradicate in 1988. The WHO European Region was declared polio-free in 2002 and has sustained this status every year since then.

Every year on 24 October, we observe World Polio Day to raise awareness of the importance of polio vaccination to protect every child from this devastating disease, and to celebrate the many parents, professionals and volunteers whose contributions make polio eradication achievable.

To ensure a polio-free future for everyone, efforts must continue to maintain high immunization coverage, implement high-quality surveillance to detect any presence of the virus, and prepare to respond in the event of an outbreak.

Source: Text: WHO   Image: Vecteezy

 

Journée mondiale des abeilles – 20 mai

Journée mondiale des abeilles

Les Nations Unies ont désigné le 20 mai Journée mondiale des abeilles (ou « Beeday » pour les familiers de la langue de Shakespeare). Le 20 mai coïncide avec l’anniversaire d’Anton Janša, l’apiculteur slovène reconnu aujourd’hui comme etant le père de l’apiculture moderne. Il a en son temps rendu hommage à l’abeille pour sa capacité à travailler dur tout en n’ayant besoin que de peu d’attention… mais les temps ont bien changé et l’abeille vit aujourd’hui des jours difficiles avec une mortalité en croissance préoccupante d’année en année.

Le déclin des abeilles

Il existe de multiples raisons à la disparition des abeilles : dérèglement climatique, virus et agents pathogènes, acariens (varroa destructor), parasites (nosema ceranae), disparition des habitats naturels liée aux monocultures et, bien évidemment, l’abus de traitements par produit phytosanitaires.

Un rapport récent (2019) de GreenPeace permet de se faire une idée plus complète sur la question. Télécharger le document.

Indispensables abeilles…

Elles jouent bien entendu un rôle clé en tant que pollinisatrices, et les menaces auxquelles elles sont confrontées les empêchent de jouer correctement ce rôle et mettent en péril notre biodiversité.

En instituant la journée mondiale des abeilles, les Nations Unies nous incitent une fois de plus à réfléchir sur les enjeux et modifier nos comportements.

Protéger les abeilles, c’est pas sorcier !

Les initiés auront compris le clin d’oeil et on ne se lassera pas de voir ou revoir l’émission consacrée à ce sujet dans la série « C’est pas sorcier ».

Un site à visiter : www.un.org.   Source: Texte & Image:  Journée Mondiale

33rd Sunday of Year A – 2020

The text of the 2nd reading of this Sunday could be addressed to us, and it is!
The words of Paul to the Thessalonians seem to take on a new meaning in this period of pandemic (1 Th.5:1-6).

“While people are saying, “Peace and safety,” destruction will come on them suddenly.”

Unfortunately, there are still among us many people who refuse to acknowledge the danger of the virus that is threatening our health and our lives.
They like to believe that all the talk about the situation is only that: talk.
They pretend they are safe; they remain unaware that they might be the next victims…

Paul’s letter was not referring precisely to our own situation, it is true.
But it has a message that is valid for everyone of us.
I am not thinking especially of the Coronavirus, but of so many other threatening agents –
threatening our life as Christians…

  • the virus of selfishness where all decisions are in view of ‘me, myself, and I’…
  • the virus of pride looking down on so many people judged not as good as one pretends to be…
  • the virus of injustice where decisions are taken in view of what will achieve one’s goals…
  • the virus of resentment which feeds a desire for revenge…
  • the virus of indifference to important issues thinking only of what is gratifying for oneself…
  • the virus of chronic dissatisfaction with life while forgetting all the blessings received from God…

And you may add a few of your own findings…
They are life-threatening, they jeopardize the fullness of living that Jesus wants for us.

We need to wake up and not allow ourselves to be lulled into a false sense of security.
Strange how ‘old’ parables can have a very ‘modern’ meaning!
 

Note: Another reflection on a different theme in French can be found at: https://image-i-nations.com/33e-dimanche-de-lannee-a-2020/

 

Source: Image : Picuki.com

Journée mondiale des abeilles – 20 mai 2020

 Journée mondiale des abeillesLes Nations Unies ont désigné le 20 mai Journée mondiale des abeilles (ou « Beeday » pour les familiers de la langue de Shakespeare). Le 20 mai coïncide avec l’anniversaire d’Anton Janša, l’apiculteur slovène reconnu aujourd’hui comme étant le père de l’apiculture moderne. Il a en son temps rendu hommage à l’abeille pour sa capacité à travailler dur tout en n’ayant besoin que de peu d’attention… mais les temps ont bien changé et l’abeille vit aujourd’hui des jours difficiles avec une mortalité en croissance préoccupante d’année en année.
Le déclin des abeilles
Il existe de multiples raisons à la disparition des abeilles : dérèglement climatique, virus et agents pathogènes, acariens (varroa destructor), parasites (nosema ceranae), disparition des habitats naturels liée aux monocultures et, bien évidemment, l’abus de traitements par produit phytosanitaires.Un rapport récent (2019) de GreenPeace permet de se faire une idée plus complète sur la question.       Télécharger le document.Indispensables abeilles…
Elles jouent bien entendu un rôle clé en tant que pollinisatrices, et les menaces auxquelles elles sont confrontées les empêchent de jouer correctement ce rôle et mettent en péril notre biodiversité.

En instituant la journée mondiale des abeilles, les Nations Unies nous incitent une fois de plus à réfléchir sur les enjeux et modifier nos comportements.

Source: Texte & Image: Journée mondiale

Une bonne nouvelle

L’appel de l’ONU à déposer les armes entendu 

Le Pape a appelé ce dimanche à un cessez-le-feu global à cause de la pandémie de Covid-19, se joignant à l’appel lancé lundi en ce sens par le secrétaire général de l’ONU. La menace que représente le virus a poussé plusieurs belligérants à travers le monde à faire une pause dans leurs combats pour affronter ce défi commun à toute l’humanité.

Lundi 23 mars, Antonio Guterres avait appelé à déposer les armes pour éviter que la pandémie de Covid-19 ne se transforme en catastrophe mondiale. La priorité est bien selon lui de se préparer au choc que provoquera ce virus et non la poursuite d’intérêts politiques et militaires. Depuis le début de la semaine, des cessez-le-feu ont été évoqués aux Philippines, au Cameroun, au Yémen et en Syrie.

Source: Texte & Image: Xavier Sartre, Cité du Vatican   Image: The Atlantic

Journée mondiale de l’eau – 20 mars 2020

L’eau est un élément essentiel de la vie. Essentielle pour étancher la soif ou protéger la santé; l’eau est également vitale pour créer des emplois et soutenir le développement économique, social et humain. La Journée mondiale de l’eau célébrée par l’UNESCO se tient chaque année le 22 mars pour attirer l’attention sur l’importance de l’eau douce et plaider en faveur de la gestion durable des ressources en eau douce. Cette journée est l’occasion d’en apprendre davantage sur les questions liées à l’eau, d’inspirer les autres et de prendre des mesures pour faire la différence.

Source: Texte & Image: Unesco

A l’heure où, partout dans le monde, les hommes, les femmes et les enfants sont engagés dans une lutte sans merci contre un adversaire invisible nommé COVID-19, n’oublions pas ceux qui doivent continuer à se battre pour disposer d’eau potable et de meilleures conditions sanitaires. Aujourd’hui encore le manque d’eau potable tue 5 personnes chaque minute dans le monde.

A l’occasion de la journée mondiale de l’eau 2020, l’ONU invite à se concentrer sur l’eau, le changement climatique et les liens indéniables entre eux.

L’eau et le changement climatique sont depuis de nombreuses années au cœur de l’action d’Eau Vive Internationale et de ses associations membres. À travers divers projets et initiatives en Afrique, elle développe de nouvelles dynamiques afin que les populations soient en mesure de s’adapter face au changement climatique et d’agir pour préserver la ressource en eau.

(…)

La mobilisation actuelle pour vaincre la pandémie de COVID-19, nous rappelle l’importance de l’eau dans cette lutte. Si ce virus est un adversaire invisible, le manque d’eau est un tueur silencieux qui aura un bel avenir faute de mobilisation, d’engagement et d’action de tous.

En ce jour du 22 mars 2020, Eau Vive Internationale invite à la mobilisation générale pour l’eau : pour la vie.

Source: Texte: Burkina 24   Image: United Nations

World Polio Day – 24 October

World Polio Day was established by Rotary International over a decade ago to commemorate the birth of Jonas Salk, who led the first team to develop a vaccine against poliomyelitis. Use of this inactivated polio virus vaccine and subsequent widespread use of the oral polio virus, developed by Albert Sabin, led to the establishment of the Global Polio Eradication Initiative (GPEI) in 1988. As of 2013, GPEI had reduced polio worldwide by 99%.

Polio is a crippling and potentially fatal infectious disease. There is no cure, but there are safe and effective vaccines. Polio can be prevented through immunization. Polio vaccine, given multiple times, almost always protects a child for life. The strategy to eradicate polio is therefore based on preventing infection by immunizing every child until transmission stops and the world is polio-free.

Source: Text: WHO  Image: Actu.fr

 

 

Journée Mondiale de la lutte contre le SIDA – 1er décembre

« Notre stratégie pour l’avenir doit être de donner aux femmes les moyens d’agir dans ce combat. Les véritables héros de cette guerre, c’est parmi elles qu’il faut les chercher, et il nous appartient de leur fournir l’arme de l’espoir. »
Extrait du message de M. Kofi Annan, Secrétaire général de l’ONU

En 1988, l’Assemblée générale avait exprimé sa vive préoccupation devant la pandémie de sida. Notant que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) avait choisi la date du 1er décembre 1988 comme Journée mondiale du sida, l’Assemblée a souligné l’importance de cette manifestation (résolution 43/15). Aujourd’hui, plus de 41 millions de personnes sont séropositives et sidéennes. La journée mondiale de lutte contre le SIDA n’est pas la seule occasion de revenir sur ce dossier brûlant, mais en insistant sur le fait que nous devons être tous ensemble contre le SIDA, elle a toute sa place dans le calendrier des journées internationales.

La mobilisation doit rester entière
Cette année encore (2017), la journée a pour thème « Objectif zéro: zéro nouvelle infection due au VIH, zéro discrimination, zéro décès lié au sida ». A cette occasion, la ministre des Affaires sociales et de la Santé française, Marisol Touraine, a rappelé la mobilisation totale du gouvernement pour la lutte contre le virus et l’INPES (Institut national de prévention et d’éducation pour la Santé) a relancé une campagne de sensibilisation pour inciter chacun à se protéger et se faire dépister.

De son coté, l’église catholique (audience générale du pape Benoît XVI, le 28 novembre 2012) a précisé que la journée mondiale « est une occasion de rappeler que cette maladie cause la mort de millions de personnes et entraîne de grandes souffrances, aggravées dans les régions du monde les plus pauvres où l’accès des médicaments efficaces est très difficile ». La pensée du Pape va en particulier au grand nombre d’enfants contaminés par leurs mères alors qu’il existe des thérapies pour bloquer cette contagion. Benoit XVI souhaite notamment encourager les initiatives qui (…) incitent à combattre ce fléau.

Combler l’écart
A l’occasion de la journée 2014 l’OMS se fixe un objectif ambitieux: combler l’écart en matière de prévention et de traitement. L’OMS publiera de nouvelles recommandations pour aider les pays à combler les importantes disparités des services disponibles pour prévenir et traiter le VIH.

Un site à visiter : www.inpes.sante.fr   Source: Texte & Image: Journée Mondiale

Je suis atteinte…

D’ordinaire, quand une personne prononce ces paroles, elle baisse le ton, un ton de confidence.
Souvent son visage reflète une profonde tristesse et une inquiétude troublante…
« Je suis atteinte.. »
On pense immédiatement à une condition grave et à une affliction sérieuse…
L’avenir sans doute incertain pour celui ou celle qui parle ainsi.

Présentement, la porte d’entrée d’un Centre d’achats de mon quartier affiche un panneau visuel de grandeur moyenne qui montre une dame prononçant ces mots : « Je suis atteinte… »

Mais son visage ne manifeste aucun signe de regret ou de peine.
Il semblerait même qu’elle considère sa condition comme… enviable!

Et, elle l’est ! Car cette dame affirme « Je suis atteinte d’altruisme. »
Je me demande combien de gens visitant les magasins de ce Centre auront aperçu l’image ET le message…
Personnellement, il m’a fait réfléchir et… je me surprends à désirer contracter la même infection!

L’altruisme : on le définit comme « un sentiment désintéressé d’amour pour autrui » (Larousse).
Il est à l’opposé de l’égoïsme. On dit qu’il peut être instinctif ou réfléchi selon les personnes.
Le vocabulaire chrétien utilise le terme : ‘charité’ mais ce mot est employé si souvent et pout tant de situations qu’il a parfois perdu son sens profond et dynamique.

Penser à l’autre…
Être touché par ce qui lui arrive, se sentir concerné par sa condition quelle qu’elle soit.
Partager sa joie, soulager sa peine, apprécier ses qualités.
Lui redonner courage et l’aider à retrouver l’espérance.
Minimiser ses erreurs, pardonner ses fautes, oublier ses négligences.
Faire valoir ses dons, stimuler ses efforts, récompenser ses succès.
Ne pas l’abandonner quand tous les autres le font.

L’altruisme : à la fois empathie, compassion, indulgence…
Un sérieux virus !

Source: Image: Dissolve