young woman thinking d.man thinkingÀ bien y penser... Blogue

Sous cette rubrique, divers thèmes sont abordés. Ils se veulent à la fois intéressants, percutants et, oui, intéressants.

Les textes présentés ici seront un peu plus longs que ceux des autres sections.

Comme tous les autres, ils invitent à une réflexion personnelle et à un échange avec d'autres internautes.

 

L’or…

medal_lead_1471850187Les Jeux Olympiques de Rio se sont terminés hier. Plusieurs athlètes retournent dans leur pays avec la grande joie d’avoir atteint l’objectif qu’ils ou elles s’étaient fixé : la conquête de… l’or! Ils et elles ont obtenu une – ou même plusieurs, médailles d’or. Bien sûr, on accepte l’argent, on se console avec le bronze, mais ce que tous visent c’est l’or.
king-midas
Dans la mythologie grecque, le mythe de Midas est bien connu. Roi de Phrygie, il avait la réputation d’un souverain cupide et un peu stupide. Il avait un désir insatiable pour l’or. En récompense d’une faveur rendue à un ami du dieu Dionysos, celui-ci promit à Midas promit de réaliser pour lui un vœu. Sans hésitation, Midas demanda que tout ce qu’il toucherait tourne en or. La suite est facile à deviner : Midas allai bientôt mourir car il ne pouvait même plus se nourrir – la grappe de raisin qu’il touchait se changeait en billes d’or, la cuisse de poulet qu’il essayait de croquer allait lui briser les dents. Il dut implorer le dieu de le libérer de sa folle requête.

Même lorsqu’on obtient quelque chose que l’on convoitait depuis longtemps notre joie est parfois de courte durée et fait place à l’insatisfaction. À ce sujet, l’exemple de Michael Phelps est inspirant. Lui, phelps_200mim_rio-olympics-swimming_webf-2le nageur le plus médaillé de tous les Jeux Olympiques a connu d’expérience ce que le dicton populaire affirme – notamment que tout l’or du monde n’achète pas le bonheur. Par le passé, il a avoué ne pas avoir d’estime de lui-même et de devoir dépendre de l’alcool et des drogues pour vivre d’un jour à l’autre. Tous ses succès, sa réputation, l’admiration de tant de gens, ne réussissaient pas à donner un sens à sa vie.

Une tentative de suicide, puis un emprisonnement s’ensuivent. Un livre donné par un ami le mettre sur le chemin de la guérison : The Purpose Driven Life de Rick Warren. Cette lecture lui sert de révélation et dans une entrevue il dira plus tard : « Ce livre m’a incité à croire en une force supérieure. Il m’a montré que j’avais ma place sur terre ». C’était là l’or qu’il n’avait pas obtenu en compétition mais reçu en pur don.
Et… cet or, ce pur don, nous est aussi offert… pas à Rio, ni à Tokyo, mais là où nous sommes en ce moment…

Source: Images: daily.bhaskar.com;  nuclear-news.net;    nbcolympics.com

Une question… d’importance!

huge_2_14393Dans l’évangile de dimanche dernier (17è dimanche, année C – Luc 11:1-13) nous avons rencontré Marthe de Béthanie qui tentait de persuader Jésus de prendre sa part, de se mettre de son côté, pour convaincre sa sœur, Marie, de l’aider dans les tâches domestiques qui l’occupaient. Ce dimanche (18è dimanche, année C – Luc 12:13-21) un individu approche Jésus et, lui aussi, s’efforce de gagner la collaboration de Jésus. Comme Marthe, il veut que Jésus se range de son côté pour convaincre son frère de partager l’héritage reçu.

En bons Juifs qu’ils étaient, ils connaissaient sûrement le Psaume 56 :10 : « Je le sais : Dieu est pour moi. »
Pourtant… leur tentative à chacun n’a pas eu de succès et l’un et l’autre ont reçu de Jésus un message personnel pour les aider à… changer de perspective!

Mais, peut-être leur attitude reflète-elle la nôtre à certains moments… Ne désirons-nous pas… avoir Dieu de notre côté? Contre tout ce qui met entrave à nos attentes…

On désire qu’il nous protège contre les injustices, qu’il guérisse les maladies, qu’il prévienne les accidents, qu’il empêche les attaques terroristes, qu’il nous épargne des tremblements de terre, qu’il nous sauve des déboires qui nous arrivent si souvent, qu’il… Qu’attendons-nous encore de lui?
C’est simple, qu’il soit pour nous – envers et contre tout et tous! Oui, on veut que Dieu se mette de notre côté, ni plus ni moins.

Et s’il fallait plutôt NOUS mettre de SON côté? Adopter sa vision des événements et des gens, faire nôtre sa perspective sur la réalité, sur notre vécu qui se déroule au fil des jours… Je me pose la question !

Source: Image: www.illustrationsource.com
 

Elle LE connaissait…

MaggiAujourd’hui, je veux vous parler de Maggi. J’ai lu son histoire, il y a de cela bien longtemps. J’ai oublié et le titre du livre et le nom de l’auteur. Mais je n’ai jamais oublié Maggi. Bien des gens disaient d’elle qu’elle était un caractère. D’autres, plus critiques, disaient qu’elle avait un caractère! Ce qui est certain c’est que Maggi savait ce qu’elle voulait et ce qu’elle ne voulait pas. Et l’une des choses qu’elle ne voulait pas c’était ce qu’elle nommait ‘les affaires de religion’! Dans un rare moment de confidences murmurées à sa voisine, Thérèse, elle avait avoué être née dans une famille où l’on ne parlait pas de religion et on ne faisait pas de religion.

Un jour, Maggi tomba malade et sa condition se détériorait au point où elle dû être hospitalisée. Elle fut inconsciente pendant deux jours et quand elle ouvrit les yeux, elle put reconnaître, assise près du lit, sa fidèle voisine, Thérèse. Celle-ci vit que Maggi refermait vite les yeux mais Thérèse constata que ses lèvres bougeaient. Après une dizaine de minutes, Maggi regarda Thérèse droit dans les yeux et lui dit : « Je suis prête; tu peux dire à ton Monsieur le Curé que je suis prête à avoir de l’eau sur ma tête. »

Thérèse se demandait si elle avait bien compris. Avec hésitation, elle se rapprocha du lit et demanda à Maggi : « Tu veux dire que… tu es prête à être baptisée? Tu veux recevoir le baptême?! » D’un signe de tête, Maggi indiqua que c’était bien ce qu’elle désirait. À vrai dire, cela lui trottait dans la tête depuis plusieurs mois mais elle savait que si elle demandait le baptême alors qu’elle était en bonne santé, il lui faudrait remplir certaines conditions : d’abord, assister à certaines rencontres de préparation, puis mémoriser des prières, etc. Elle se disait qu’à son âge « les méninges ne fonctionnent plus comme quand on est jeune. » Mais maintenant, la situation était différente. Qui demanderait à une vieille dame bien malade de mémoriser des prières?

Monsieur le Curé vint rendre visite à Maggi et il fut vite conscient que son état était sérieux. La catéchèse en fut réduite à sa plus simple expression. Il s’assura que Maggi fît connaissance avec Dieu le Père, le Fils et l’Esprit-Saint. Il dit quelques mots sur la naissance de Jésus de la Vierge Marie. I expliqua que, par le baptême, Maggi allait devenir enfant de Dieu et que les chrétiens seraient ses frères et sœurs. Il ajouta que, lorsqu’ils quittent cette terre, Dieu prépare à ses enfants une place où ils peuvent être avec lui pour toujours. Maggi pouvait espérer.

Durant tout ce temps, Maggi avait gardé les yeux fermés. À la question de Monsieur le curé lui demandant si elle comprenait et si elle était d’accord avec tout cela, un signe de tête silencieux apporta une réponse positive. C’est ainsi que Maggi fut baptisée. Deux semaines plus tard, Maggi était assise dans son appartement, encore faible mais beaucoup mieux. Comme d’habitude, Thérèse vint la visiter et lui dit : « Tu as reçu de très bons soins à l’hôpital, tu es maintenant beaucoup mieux et tu reprends des forces. » « Oui, et je suppose que le baptême n’a pas fait de tort… » Une profession de foi pas très conventionnelle, vous direz, mais profession de foi tout de même.

Un an plus tard, Maggi reçut une visite inattendue; sa cousine, Claire, arriva des États-Unis. Elles avaient grandi ensemble mais depuis plusieurs années Maggi disait que sa cousine était allée s’exiler aux États. » Après avoir épuisé bien des sujets de conversation couvrant une période de plusieurs années, Claire baissa la voix et dit à Maggi : « J’ai entendu dire que tu as été baptisée. Tu as dû apprendre bien des choses sur le bon Dieu… » Maggi est demeurée silencieuse pendant un moment puis, lentement, elle a dit à Claire : « Pour te dire la franche vérité, tu sais, j’connais pas bien des choses sur Lui, mais… LUI, j’LE connais! »

Source: Image: www.theepochtime.com » by Tara MacIsaac

Sage, bien sage…

petite fille sageDans ma petite enfance, j’ai maintes fois entendu ces paroles : « Il faut être sage, bien sage. » Il y avait tant de raisons d’être sage et beaucoup de situations où il fallait l’être! « Il faut être sage pour faire plaisir à maman… » « Il faut être sage pour ne pas déranger grand-maman… »

Puis le temps est venu d’aller à l’école où j’ai vite appris à réciter les dons du Saint-Esprit. Il y en avait un qui retenait toujours mon attention plus que les autres : le don de… SAGESSE! L’Esprit-Saint était-il donc ‘complice’ de ceux qui me répétaient d’être sage?

Mais au fil des ans, ma compréhension de cette prescription d’être sage évoluait dans une direction insoupçonnée de ceux et celles qui m’avaient dirigée dans la voie d’une petit fille bien sage. Il devenait de plus en plus évident pour moi qu’être sage et avoir la sagesse étaient des réalités différentes et témoignaient de valeurs d’un ordre différent aussi.

Voici que dernièrement, un prophète de notre monde moderne, l’Abbé Pierre, venait apporter un support non équivoque à ma compréhension d’une personne vraiment sage. Je vous partage ici ses paroles :

« La sagesse, ce n’est pas ‘être sage’. Sagesse, ça vient du mot latin sapere : savourer, déguster. Je l’expliquais autrefois à l’un ou l’autre de mes compagnons. Tu me demandes : Dieu, qu’est-ce que ça veut dire? Rappelle-toi, il y a un mois, tous les deux, on s’est crevés pendant toute une journée pour arranger un local où allait être logé un vieux couple; quand tout a été fini, on a mis des fleurs, on a accroché des rideaux, on a fait la soupe, et puis on a été les chercher. Tu te souviens de leur joie!

On est rentré, on avait froid, on avait faim… et tu m’as dit : Père, comme je suis heureux de ma journée. Cette sorte de bonheur, cette joie-là qui ne ressemble à aucune autre… N’oublie jamais cette joie, car tu viens de recevoir le don le plus parfait qui puisse exister, tu viens de recevoir le don de sagesse – le don de savourer, le don de goûter comme c’est bon de s’être donné du mal pour que d’autres aient moins de mal. À ce moment-là, tu as rencontré Dieu. »

Je veux bien « être sage » de cette façon!

Abbé Pierre, Dieu Merci, pp.71-72       Source: pixabay.com
                        
                        

 

Faire ses pâques?…

pixabay.com, man streetC’était la veille de Pâques. Et, tout à coup, il était là devant moi, mon ami, l’homme de la rue. Après les salutations initiales, son regard inquisiteur m’a adressé des paroles qui ne l’étaient pas moins : « Vous n’allez plus à l’église? » En fait, il questionnait le fait qu’il ne m’avait pas vue depuis un bon moment.

J’ai répondu en l’assurant que je suis encore une ‘catholique pratiquante’ mais que je vais parfois prier à une autre église et que nous avions ainsi manqué de nous rencontrer. Il a vite poursuivi en disant – moitié affirmation, moitié question : « Demain… c’est Pâques?… » – « Oui… » Puis, en baissant la tête, il a ajouté : « Dans l’temps, j’faisais mes pâques… » Et sans plus attendre, il a enchaîné : « Bon ben, Joyeuses Pâques là! »

Il était déjà parti, boitant légèrement en avançant sur la rue transversale. J’ai poursuivi ma route le suivant en pensée. Je n’énumérais pas mentalement les raisons pour lesquelles il avait utilisé le verbe à l’imparfait référant à cette période passée : ‘Dans l’temps’ – ce temps-là où il faisait ses pâques, selon son expression. Non.

Je pensais plutôt – avec regret – à un article lu il y a longtemps mais qui est resté avec moi depuis. L’auteur traitait de la ‘réification’ des réalités de la foi. Un mot savant qui cache bien des choses, vous allez dire avec raison. Mais dans notre langage quotidien cela veut simplement dire : faire des ‘choses’ de réalités abstraites…

En ce qui concerne la FOI, cela peut amener à la considérer comme des vérités à croire, des dogmes à accepter, des attitudes à adopter ou à éviter, des comportements à assumer… comme ‘faire ses Pâques’… – oui, tout cela MAIS… sans l’exigence essentielle de la rencontre personnelle de quelqu’un…

Car, la FOI, n’est-ce pas cela : la rencontre personnelle de quelqu’un, quelqu’un à qui je me fie absolument?… Celui-là même que certains ont rencontré sur les sentiers de Galilée, les rues de Jérusalem, le chemin d’Emmaüs… et qui est présent certainement aussi sur cette rue transversale qu’a empruntée mon ami, l’homme de la rue…

Source: Image: pixabay.com

Invraisemblable et pourtant… vrai!

Celeste Nurse et sa fille Zephany, peu de temps après sa naissance.
Celeste Nurse et sa fille Zephany, peu de temps après sa naissance.

Il y a deux semaines (10 mars 2016), le bulletin des nouvelles internationales de la BBC avait un article des plus… inusités! On relatait qu’il y a de cela 20 ans, une mère hospitalisée pour la naissance de son premier enfant voyait le bébé de 3 jours kidnappé par une prétendue aide-infirmière. De multiples recherches avaient été faites sans que la petite fille ne soit retrouvée.

L’an dernier, la jeune fille de 19 ans, maintenant étudiante au collège, s’était liée d’amitié avec une compagne, Cassidy, un peu plus jeune mais qui lui ressemblait beaucoup. Le père de cette dernière obtint que Zephany, l’aînée, se soumette à un prélèvement d’ADN qui révéla la vérité : les deux jeunes filles étaient des sœurs et le père avait, en fait, retrouvée sa fille disparue pendant tout ce temps. Les parents biologiques de la jeune fille, Céleste et Morné Nurse, pouvaient à peine croire cette merveilleuse ‘apparition’ et les mots leur manquaient pour exprimer la joie de leurs retrouvailles.

Alors que je réfléchis sur les récits de la résurrection de Jésus, je me dis que l’état d’esprit – et la réaction évidente – des apôtres devaient ressembler de bien des manières à celles des parents de Zephany. Eux aussi croyaient ne jamais revoir Jésus – il était mort et reposait dans un tombeau jusqu’à… la résurrection des morts à laquelle bien des Juifs croyaient.

Mais le revoir, ici et maintenant, le 3è jour après son crucifiement! C’était tout à fait invraisemblable… et pourtant… VRAI!

Source: Image: tempsreel.nouvelpbs.com

Ce vendredi-là…

jesus-story.netUn homme est mort crucifié, les pieds et les mains fixés avec des clous dans le bois d’une croix.
Tout le monde pense : « C’est fini. »
Les Juifs sont satisfaits, ils se sont défaits de quelqu’un qui questionnait leur autorité.
Les soldats romains ont complété une tâche désagréable.
Le groupe de gens qui s’étaient rassemblés par curiosité réalisent qu’il n’y a plus rien à voir.
Et les personnes qui avaient suivi ce condamné par compassion constatent qu’il est mort.
Ils s’en retournent chez eux en secouant la tête.

Un centurion romain lui à percé le côté pour s’assurer que la vie s’était retirée de son être.
Marie, sa mère, et Jean son disciple bien-aimé, l’ont vu de près.
On l’a finalement descendu de là et on a remis son corps inerte à sa mère.
Plus rien, plus un souffle, une simple dépouille comme toutes les dépouilles humaines.
C’est fini, vraiment fini…

Puis deux hommes généreux, deux hommes courageux, bravant la colère, possiblement aussi la moquerie de leurs compatriotes, sont venus chercher celui qu’ils avaient connu, admiré, suivi comme ses disciples.
Ils l’ont déposé dans un tombeau taillé à même le roc et ils ont roulé devant cette grotte une lourde pierre.
Le soleil tombe et c’est déjà le repos du sabbat qui s’impose – l’embaumement devra attendre et les femmes patienter avec leurs aromates et leurs parfums.

Selon toute apparence, oui, c’était fini.
Alors que chacun retournait chez soi ce vendredi soir, chacun et chacune avait ses propres pensées et ses sentiments profonds:
Les chefs des Juifs étaient soulagés.
Les soldats étaient probablement fatigués.
Les gens discutaient peut-être de toute l’affaire comme on parle des événements quotidiens.
Le Centurion s’en est allé bien surpris.
Et Jean et Marie ressentaient sûrement beaucoup de tristesse et de peine.

Mais y avait-il quelqu’un qui ESPÉRAIT?
Est-ce qu’il y avait quelqu’un qui s’attendait à ce que quelque chose se produise?
Est-ce que quiconque osait penser que ce n’était pas la fin mais seulement le commencement?

Possible? Improbable? Absurde?
Une foi infantile? Une espérance trompeuse? Une attente indigne de l’intelligence humaine…
C’est lui qui avait dit: « Qui croit en moi, fût-il mort, vivra » (Jn.11:25).
Mais voilà, il faut y CROIRE . . . d’une « foi à transporter les montagnes » (Mt.21:21) – rien de moins!

Source: Image: jesus-story.net

Fais ceci. Ne fais pas cela…

IMG_20160316_0001Les parents prononcent ces mots, les professeurs aussi, les chefs d’entreprise les répètent.
Il faut bien former les enfants, éduquer les étudiants, diriger les employés.

Mais il arrive que nous – oui, sans doute chacun de nous – prononce les mêmes paroles en nous adressant à… Dieu!
Et voilà que dernièrement ce livre m’est apparu, il m’est apparu et me disait bien clairement : NE DITES PAS À DIEU CE QU’IL DOIT FAIRE.
Il faut dire que chez nous, les humains, il y a une longue tradition de faire exactement cela!

Depuis Abraham qui, informé par Dieu qu’Il est prêt à détruire les villes de Sodome et de Gomorrhe, lui dit de n’en rien faire et commence un marchandage bien connu : « Vas-tu vraiment supprimer le juste avec le pécheur?… Loin de toi de faire cette chose-là! » (Gn.18 :23-25).

Moïse agit d’une façon semblable lorsque Dieu lui dit qu’il veut détruire son peuple rebelle : « C’est un peuple à la nuque raide… Maintenant laisse-moi… je les exterminerai » (Ex.32 :9-10). Moïse s’empresse de répliquer : « Renonce au mal que tu voulais faire à ton peuple » (Ex.32 :12).

Les prophètes continuent la tradition de ‘diriger’ Dieu: « Ne nous retire pas ta grâce… Ne nous laisse pas dans la honte » (Dn.3 :35,42).
« Jette au fond de la mer tous nos péchés » (Mi.7 :19).

Et le Psalmiste s’adresse à Dieu sur le même ton : « Réveille-toi, regarde… «  (Ps.59 :5).
« Lève-toi, O Dieu, plaide ta cause… » (Ps.74 :22).

Pierre aura la même attitude quand Jésus annoncera au groupe des apôtres qu’il devra beaucoup souffrir. « Pierre, le tirant à lui, se mit à le morigéner en disant :
‘Dieu t’en préserve, Seigneur! Non, cela ne t’arrivera point!’ » (Mt.16 :22).

Nos prières liturgiques n’en font-elles pas autant lorsqu’elles nous font dire :
« Ne sois pas sourd à nos prières, Seigneur. »
« Ne tiens pas compte de nos fautes. »
« Souviens-toi de ton amour. »
« Garde-nous ta fidélité. »

Je regarde mon livre qui ne traite aucunement de spiritualité mais qui, parallèle à la sagesse biblique, m’offre une sagesse authentique.

Mais que dire du Notre Père, la prière que Jésus lui-même nous a enseignée? Elle… demande bien des choses à Dieu… Voilà toute la différence: elle demande.
« Donne-nous, aujourd’hui… »

Peut-être la solution consiste-t-elle à demander à Dieu de faire en moi, pour moi, par moi, ce qu’il désire faire!
Et d’être prête à… en assumer les conséquences!…

Les étoiles…

images-26As-tu compté les étoiles?
Un jésuite américain, Guy Consolmagno, est directeur de l’Observatoire du Vatican. Il fait partie de ce groupe de savants qui étudient les étoiles, les planètes et tous les ‘habitants’ de ‘l’au-delà’. Il est spécialiste en météorites. Les textes qu’il publie attirent toujours mon attention. Pourquoi? Parce que cet auteur sait faire de la théologie en… regardant les étoiles!

Son nom me vient à l’esprit aujourd’hui alors que je lis la 1ère lecture de ce 2è dimanche du Carême (Gn.15 :5-12,17-18). De toutes les invitations de Dieu dans la Bible – et il y en a plusieurs, il faut en convenir – celle mentionnée dans cette lecture est assez spéciale : Dieu invite Abraham à… compter les étoiles, rien de moins!

Des étoiles, nous nous en créons et de toutes sortes. Il y a les artistes qu’on a précisément surnommés les ‘pop stars’. Il y a es personnalités du monde des sports qui nous donnent d’assister justement au ‘Match des étoiles’! Et nous avons tous et toutes des héros et héroïnes qui remplissent ce rôle : ils/elles éveillent en nous admiration et inspiration.

Mais pourquoi Dieu demande-t-il à Abraham de compter les étoiles? Pour lui redonner… ESPOIR! Abraham avançait en âge et il n’avait pas d’enfant – une situation considérée chez les Juifs de ce temps comme une honte sinon une malédiction. Alors Dieu promet à Abraham que ses descendants seront aussi nombreux que les étoiles du ciel que le pauvre homme n’arrive évidemment pas à compter! Et choses absolument étonnante, Abraham y a cru à un tel point que Dieu s’est réjouit de sa foi – dans le langage biblique : « Dieu le lui compta comme justice » (v.6).

Alors quand je suis en manque… en manque d’espoir, je compte les étoiles – les étoiles des multiples interventions de Dieu dans ma vie – en ‘comptant’ aussi que ma foi, à son tour, réjouira Dieu!

Source: Image: absfreepic.com

 

Théologienne sans diplôme

barbaigNous sommes au pays Barbaig en Tanzanie, Afrique de l’est. Les Barbaig – cousins des Maasai mieux connus ici – sont des gardiens de troupeaux nomades et de vaillants guerriers. Élégants dans leur démarche et nobles de caractère, ils sont fiers et très attachés à leurs coutumes ancestrales. La scène est celle de l’assemblée du Grand Conseil des femmes du secteur de Mwanga (lumière) où j’habite. Elles sont réunies pour le jugement qu’elles doivent porter sur un homme qui a manqué à l’un de ses devoirs envers sa femme qui vient de donner naissance à un 2è fils – un apport bien important pour la tribu où chaque membre a une fonction spécifique.

Depuis près d’un an je fais ce que l’on nomme de ‘l’évangélisation première’ ou ‘évangélisation de base’, c’est-à-dire une approche initiale en vue – éventuellement – de présenter le message évangélique à une tribu dont la plupart des membres n’a jamais entendu parler de Jésus et de l’évangile. Pour ce faire, je m’efforce discrètement de gagner la confiance des individus et des groupes, petit pas par petit pas, car il faut y mettre beaucoup de respect et de patience.

J’étais consciente que pouvoir assister à la rencontre mentionnée me serait une aide précieuse pour mieux connaître ce peuple. Je demande donc à ma voisine, Mama Mabe, si je peux l’accompagner. Silence… suivi d’une explication entrecoupée d’encore plus de silence, me faisant comprendre que je devrais d’abord y être admise pas ‘la Grande Mère des femmes Barbaig’. Sans hésitation, j’ai affirmé que j’étais prête à présenter ma requête, mais en fait c’est ma voisine qui devrait plaider ma cause. En chemin, elle m’a fait comprendre que, pour être acceptée du groupe, il faut être mariée et avoir mis au monde au moins un enfant. Il était bien évident que je ne n’avais pas les qualifications requises!

Arrivées sur les lieux, elle m’a fait signe de me tenir à distance pendant qu’elle irait parler à cette Grande Mère. La conversation se poursuivait et, plus les minutes s’écoulaient, plus mon doute grandissait que je puisse me joindre au groupe. Ma voisine m’a finalement fait signe de m’approcher et de m’asseoir (par terre, il va sans dire) parmi les femmes rassemblées. Vous devinez sûrement que tous les yeux étaient sur moi. Par l’entremise de ma voisine, la vieille dame (car elle avait vu bien des saisons de pluie et des saisons sèches comme on les connaît là-bas), m’a demandé d’expliquer pourquoi je n’étais pas mariée et pourquoi je n’avais pas d’enfant. Comment dire, comment expliquer la vocation de vie consacrée à ces femmes d’une société polygame et qui ne connaissent pas Jésus?

À mon tour, j’ai regardé chacune dans les yeux et me suis adressée à celles que je connaissais individuellement. La vallée où nous nous trouvions était entourée de collines marquées de petits sentiers que l’une et l’autre avaient dû emprunter pour se rendre à la rencontre. J’ai alors dit : « Toi…… tu es venue de cette colline et ce soir tu y retourneras pour rejoindre ton mari et tes 2 enfants par ce petit sentier, n’est-ce pas? » Signe de tête affirmatif. Et j’ai répété des paroles semblables mais adaptées pour 4 ou 5 des femmes. Chaque fois, le signe de tête me montrait que je disais vrai. J’ai alors ajouté : « Tous ces sentiers sont les sentiers de nos villages, de notre terre, mais il y a aussi les sentiers du cœur… »

La traductrice s’est arrêtée. Jusqu’alors elle avait traduit mon message de la langue bantoue que je parlais à la leur, bien différente. Mais voilà qu’elle ne parlait plus. Puis elle a repris; après qu’elle eut terminé, j’ai simplement ajouté : « Pour chacune de nous, Dieu a dessiné dans son cœur un sentier qu’elle doit suivre dans sa vie et c’est cela qui est bon pour elle, c’est cela qui plaît à Dieu. » La traduction est venue, mot après mot, puis le s i l e n ce. Les femmes attendaient, elles regardaient la vieille dame qui a finalement prononcé ces paroles : « Si Dieu trouve qu’il est bien de faire ainsi, qui sommes-nous pour dire que ce n’est pas bien? »

J’ai réalisé avec une clarté éblouissante que l’Esprit parle… la langue Barbaig et que la vieille dame le comprenait bien! De mon côté, je me réjouissais d’avoir ainsi obtenu ma place au sein du groupe de la théologienne sans diplôme!

Source: Image: Femme nomade, nord du Mali – Emilia Tjemström -flickr.com