image-i-nations trésor

4th Sunday of Easter, Year B – 2021

It happens that, all of a sudden, two children start quarreling while each one claims:
“My father is stronger than yours.”
Or, “My father is more clever than yours, he can do this and that…”

We smile at such a behavior and we understand clearly that what is at stake is
the child’s pride at being the son, or the daughter, of that father who is so strong, so clever!

The 2nd reading of this Sunday (4th Easter Sunday, year B) is very short (1 John 3:1-2).
Yes, the text of John’s first epistle given to us has only two verses but they express an amazing message.
They invite us to become aware of who we are.

“Beloved, now are we the children of God.”
 
Probably, most of you reading these lines have been baptized long ago.
Has it ever happened to you, even only once, that you said to yourself:
I AM the child of God?
Have you ever had this experience of a sudden flash of awareness prompting you to exclaim:
“But it is true, I AM God’s son, God’s daughter!”?

If you have, I would venture to think that you still remember that occasion as a blessed experience.
This Sunday may be a good moment to recapture this graced happening and… repeat it with renewed thanksgiving to HIM – your Father…

 

Note: Another reflection on a different theme is available in French at: https://image-i-nations.com/4e-dimanche-de-paques-annee-b-2021/

 

 Source: Image: Inspirational Bible Verse Images – Knowing Jesus

Palm Sunday, Year B – 2021

At the mention of Palm Sunday, the scene immediately comes to mind (Mark 11:1-10).
The scene, and the actors as well.

  • Two disciples are sent by Jesus to bring him a colt tied, on which no one has sat”.
  • Some people observing the disciples’ intervention object but finally accept.
  • Many people spread clothes on the road, they wave branches in welcome.
  • They acclaim Jesus as the one who comes in the name of the Lord”.
  • The Pharisees protest at this glorious welcome (Luke 19:40).
  • Jesus tells them: “If they remain silent, the very stones will cry out.”

An event that took place some 2000 years ago.
A scene of the distant past.
And yet…
A reality ever present.
A message ever meaningful.
A coming ever happening…

WE could be in our world today…
Those who are sent by Jesus…
Those who object or protest…
Those who welcome and acclaim…

On this Palm Sunday, I ask myself: ‘Where do I stand?’
 

Note: Another reflection on a different theme is available in French at: https://image-i-nations.com/dimanche-des-rameaux-annee-b-2021/

 

 

Source: Image: Meridian Magazine

3rd Sunday of Year B – 2021

The usual tasks, the ordinary occupations, the habitual duties – yes, the everyday routine.
Not very attractive, not especially inviting, and… not really inspiring…

Yet, inspiration can be found there – this is the message I discover in today’s gospel text (Mk.1:14-20).

The four fishermen who were to become the first apostles were not in the Temple.
They were not joining in a ritual celebration, or even offering alms for the priests.
They were simply busy with the daily chore of mending their nets and getting food for their family by fishing, as they were used to.

The inspiration comes precisely in the fact that it is there, in the usual and the ordinary, that Jesus meets us.
It is in these day-to-day tasks that he calls us to share in ‘his task’, that of doing the will of the Father.

We sometimes think of the special occasions and the unusual situations as meeting-places with God.
We may see our daily work as just too ordinary for God.

What about 30 years spent as a carpenter by the Man of Nazareth?
Was that not very ordinary and commonplace?

But, I am personally convinced that, to God nothing is too common.
Nothing is too low for him to join us where we are, precisely at what we are doing.

And then… things can take on such a different meaning.
 

Note: Another reflection on a different theme is available in French at: https://image-i-nations.com/3e-dimanche-de-lannee-b-2021/

  

Source: Image: Free Bible Images

4th Sunday of Advent, Year B – 2020

We get used to things that we do often; used also to the words we repeat day after day.
The words we speak during our liturgical celebrations are no exception and…
sad to say, all too often we repeat them with our minds busy with all kinds of other thoughts.

During the Eucharistic celebration (the Mass) more than once, the priest tells us:
“The Lord be with you.”
We respond immediately – or at least, most of us do –
“And also with you.”
 
These 5 words addressed to us by the celebrant sound somehow like a wish,
a prayerful one but still a wish.
I know a few priests who rather say: “The Lord IS with you.”
 
These are the very words with which the angel Gabriel greeted Mary.
We hear them again in today’s gospel text (Luke 1:26-38).
I wonder if Mary was surprised?… Amazed?… Delighted?…
Wondering what would follow this greeting?…
Did she truly believe the message these words expressed?
 
The first time I heard the words repeated during Mass, I was suddenly made aware of what was said… to ME!
And, for some time after, I kept repeating silently to myself: The Lord is with me…
 
Perhaps this is the purpose of the period of Advent: to realize that God is with us –
yes, already with us!
We need not wait for the Nativity scene to make us believe it.

The reproduction of the Holy Family in a stable, or a cave, or any kind of shelter, will not make this more real.
It will only be a reminder of who God is now and for ever: EMMANUEL – GOD-WITH-US.

Note: Another reflection on a different theme is available in French at: https://image-i-nations.com/4e-dimanche-de-lavent-annee-b-2020/

 

Source: Image: YouTube

NOËL… en pandémie

NOËL ! Décorations et célébrations!
Les cadeaux, les voeux, les visites.
Oui, tout cela faisait partie de nos Noëls du passé.
Celui de cette année sera différent, évidemment,
car le Noël de maintenant n’est pas celui d’antan!
C’est… NOËL… en pandémie!

La courte vidéo qui suit nous aide à recevoir le message que ce Noël nous réserve.

 

 

 

27è dimanche de l’année A – 2020

Vol, violence, homicide – des détails de l’information quotidienne à la radio, la télé, ou les médias sociaux?
Oui, évidemment, mais en ce dimanche c’est un texte vieux de plus de 2000 qui rapporte de telles actions (Mt.21:33-43).
C’est Jésus lui-même qui les mentionne dans une parabole.

On définit parfois les paraboles comme ‘de petites histoires avec un message’.
C’est en effet ce que sont les paraboles.
Jésus les utilisait fréquemment pour faire passer son message d’une manière qui pouvait facilement rejoindre son auditoire.

Certain/es diront que le texte d’aujourd’hui n’est pas très édifiant, bien au contraire.
Mais il offre quand même un message significatif pour nous, oui, pour nous en ce 21è siècle.
En fait, c’est un message qui nous interpelle –
il nous invite à passer à un autre niveau que celui qui est évident.

Le texte nous présente des vignerons attaquant les serviteurs envoyés par le propriétaire du vignoble pour collecter ce qui lui est dû.
Tour à tour maltraités, les serviteurs perdent la vie les uns à la suite des autres.
Le fils du propriétaire envoyé lui aussi avec la même mission subira un sort identique.

Et le message dans tout cela?
« Le royaume de Dieu » sera enlevé à ceux qui prétendent en être maîtres (les chefs religieux qui réclament une telle prérogative, évidemment).
C’est le message que Jésus donne bien clairement ce jour-là.

Et le message demeure le même aujourd’hui :
le royaume de Dieu n’est pas quelque chose que l’on possède, que l’on gagne, que l’on s’approprie avec force ou astuce.

Il est un don, il est plus exactement l’œuvre de Dieu lui-même par son Esprit qui nous habite et nous transforme en citoyens du royaume.
Cette nouvelle identité nous est conférée si nous permettons à l’Esprit de nous façonner à l’image du Fils.
De vignerons indignes, nous devenons héritiers privilégiés!
 

Note: Une autre réflexion est disponible en anglais sur un thème différent à: https://image-i-nations.com/27th-sunday-of-year-a-2020/

 

Source: Image : A CHRISTIAN PILGRIMAGE – WordPress.com

19è dimanche de l’année A – 2020

Vous a-t-on déjà dit : ‘Écoute ta petite voix.’
La personne qui parle ainsi suggère de prêter attention à… à quoi au juste?

Une intuition, peut-être, le souvenir d’une expérience passée…
Avant de faire un choix, ou de prendre une décision, on affirme qu’il est sage justement d’écouter cette ‘petite voix’.
Ce n’est pas un commandement, ni une injonction, mais quelque chose de plus intime et de plus urgent.
Quelque chose qui inspire et engage à une prise de conscience.

C’est l’expérience du prophète Élie que nous présente la 1ère lecture de ce dimanche (1 R.19:9,11-13).
Mais sa ‘petite voix’ à lui est personnifiée – elle est celle-là même de l’Éternel!

La section du texte présentée aujourd’hui affirme d’abord d’où la voix ne vient PAS –
pas dans l’ouragan, le tremblement de terre ou le feu.
Autrement dit : pas dans les manifestations traditionnelles de Yahweh auxquelles se fiaient les Juifs y reconnaissant la présence du Dieu de leurs pères.

Pour Élie, c’est la mention d’une brise légère qui identifie cette voix unique –
légère, oui mais combien puissante et engageante!

Se pourrait-il que notre ‘petite voix’ à nous le soit aussi?
Se pourrait-il que nos intuitions, nos ‘inspirations’ soudaines soient également porteuses de révélation?
Pourraient-elles nous mettre en présence de l’Éternel qui est toujours en attente de se manifester à nous?

Évidemment, ce n’est pas chaque idée que nous qualifions de ‘lumineuse’ qui est de lui.
On ne peut lui attribuer tout ce qui vient soudainement à l’esprit et nous pousse ici et là.
Mais à certains moments, dans une situation ou une autre, il parle, il attire, il inspire – définitivement.

Il s’agit d’identifier SA voix, de reconnaître son message et… de suivre l’inspiration qu’il offre.
 

Note: Une autre réflexion est disponible en anglais sur un thème différent à: https://image-i-nations.com/19th-sunday-of-year-a-2020/
 
 
Source: Image: Free Bible Images

Fête du Corps et du Sang du Christ, année A – 2020

Le texte de l’évangile de cette fête (Jn.6:51-58) nous offre…

Une PAROLE : « Moi, je suis le pain vivant. »
Une PROMESSE : « Si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement. »
Une PRÉSENCE : « Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi, et moi, je demeure en lui. »

Tout ce dont nous avons besoin pour vivre –
Vivre d’une vie qui n’aura pas de fin…

Un message qui nous rejoint en ce jour d’aujourd’hui –
message personnel, ponctuel, permanent.

Sous la forme de signes – signes d’une RÉALITÉ intangible mais bien réelle…
Si seulement nous osons y croire…

 

Note: Une autre réflexion est disponible en anglais sur un thème différent à: https://image-i-nations.com/feast-of-the-body-and-blood-of-christ-year-a-2020/

 

Source: Image: Freeimages.com

 

 

En temps de crise…

Des temps de crise –
il y en a eu de toutes sortes
à travers l’histoire.
Chacune apporte son lot de misère
qui touche chacun et chacune
causant des souffrances multiples.
Nous faisons présentement l’expérience 
d’une crise qui a visage de pandémie.
Pour cette période unique,
un message particulier est requis.
La vidéo qui suit offre un tel message de réconfort et d’espoir…

 

 

 

« Comme un ami à son ami… »

Des films, il y en a de toutes sortes; certains nous intéressent, d’autres nous laissent indifférents.
D’autres encore nous procurent détente et divertissement.

Il y en a, par contre, qui nous posent question…
Quelque-uns restent dans notre mémoire pendant longtemps.
Notre imagination fait reparaître certaines scènes… en boucle!
C’est un peu comme si nous revivions le moment encore… et encore…

Le message nous a accroché/es et… nous interpelle! On ne peut y échapper…
C’est ce qui s’est produit pour moi il y a quelques jours avec le film:

EXODE: DIEUX ET ROIS (réalisation de Ridley Scott, long métrage de 150 minutes).

Dans une scène qui reste gravée dans mon esprit, on voit Moïse qui a fait sortir son peuple d’Égypte.
Ils sont parvenus à la Mer des Roseaux et… les flots n’ont rien de rassurant.
C’est alors que Moïre réalise – il réalise ce à quoi il fait face…

Seul devant la mer, il lève la tête vers le ciel et dit: “Il faut que tu m’aides.”
Et baissant la tête vers le sol, il ajoute: “Je ne suis pas l’homme que je croyais être.”
Le moment de… vérité!

Dans le livre de l’Exode, qui est la source principale du récit, on retrouve ce verset:
“L’Éternel parlait avec Moïse face à face, comme un homme parle à son ami.”  (Ex.33:11)
 
Et cette scène démontre à l’évidence que Moïse en faisait autant!
Il ose réclamer l’assistance de Dieu d’une manière audacieuse!
Il s’adresse à Dieu – l’Éternel – sans ambages, sans hésitation, sans douter qu’il sera entendu.
Il fait preuve d’une familiarité déconcertante… à laquelle Dieu accédera de bonne grâce!

Mais ce moment de vérité évoqué plus haut présente un deuxième volet.
C’est l’admission de Moïse qui reconnaît: “Je ne suis pas l’homme que je croyais être.”

Une confession si simple… vérédique, authentique.
Une admission vraie de ses limites et de son besoin.
Comment Dieu pourrait-il y être indifférent?

Il ne serait pas le Dieu de Moïse.
Il ne serait pas non plus NOTRE Dieu!

 

Source: Images: Best HD Wallpaper   Fandime Filmu