image-i-nations trésor

C’est la journée du blog… vous bloguez?

Eh oui, c’est bien aujourd’hui la Journée Mondiale du BLOG (31 août) –
il ne faut surtout pas manquer l’occasion de… bloguer!
Vous serez tenté/es de le faire en lisant le texte qui suit…

 

B L O G U E . . .

 
Je blogue…
Tu blogues…
Il blogue…

C’est à la mode!

Sur des thèmes variés
Laisser venir les idées
Et la pensée s’envoler
En toute liberté.

On se met à lire
Voilà qu’une phrase inspire
Un mot fait sourire
Il suffit de se laisser conduire.

Se laisser conduire par Lui
Toujours présent, l’Esprit
Qui au cœur murmure et dit
Le message qui réconforte, réjouit…
 

Nous bloguons
Vous bloguez
Ils bloguent…

Ils voguent
C’est la mode!

 

N.B. Le blogue est une forme de littérature assez récente. Il présent, tout particulièrement sur la grande toile de l’internet (world wide web = www)
L’office québecois de la langue française dit ceci au sujet des blogues :
« Dans les blogues, on peut donner son point de vue, publier des billets (courts textes) ou des articles (textes plus longs) dont le contenu et la forme, très libres, restent à l’entière discrétion des auteurs, qui peuvent ainsi communiquer leurs idées et leurs impressions.

Un soldat… son expérience

Depuis plus d’un an déjà, les reportages de la guerre en Ukraine
nous en font voir de toutes les couleurs – et c’est peu dire!
Mais ce que les combattants, eux, voient et vivents
c’est une expérience bien différente et tout à fait personnelle.

Dans la vidéo qui suit, Allen Bédard partage ce que cela peut représenter
d’être soldat au combat…

 

Journée mondiale des communications sociales – 21mai 2023

Journée mondiale des communications sociales

Nous célébrons la Journée mondiale des communications sociales chaque année le dimanche suivant la fête de l’Ascension. Chaque année également, le 24 janvier-en la fête de Saint François de Sales (patron des journalistes)- le Pape publie un message annonçant le thème de l’année.

Depuis Vatican II

Instituée à l’initiative de l’église catholique, à l’issue du concile Vatican II, la journée des communications sociales manifestait à l’époque la prise de conscience des enjeux de société (moraux et spirituels) que représentaient les moyens de communication de masse. En France, cette journée est connue sous le nom de Journée Chrétienne de la communication et est une occasion de réfléchir aux enjeux d’une communication fidèle à l’enseignement de l’église et respectueuse de la dignité humaine.

Dire que la situation a changé depuis 40 ans relève de l’évidence et le fait que vous lisiez cette notice directement sur votre ordinateur fait rapidement prendre conscience du chemin parcouru. Le thème choisi pour la journée mondiale des communications sociales en 2011 avait d’ailleurs été « Vérité, annonce et authenticité de vie à l’ère du numérique ». En 2013, elle s’intéresse aux réseaux sociaux. En 2014, elle est axée sur « La communication au service d’une authentique culture de la rencontre ».

Chaque année, le Saint-Siège publie un message à l’occasion de cette journée, à retrouver directement sur le site officiel du Vatican. On peut aussi directement suivre les messages du Saint-Père sur Twitter.

Parler avec le cœur, « Selon la vérité, dans la charité » (Ep 4, 15)

C’est le thème retenu par le Pape François pour la 57ème journée mondiale des communications sociales du 21 mai 2023. Le Pape François lui-même nous l’indique dans son texte publié en janvier 2023 (lien en bas de page).

Nous en avons reproduit un court extrait, à méditer.

Communiquer cordialement signifie que celui qui nous lit ou nous écoute est amené à saisir notre participation aux joies et aux craintes, aux espoirs et aux souffrances des femmes et des hommes de notre temps. Celui qui parle ainsi aime l’autre parce qu’il se soucie de lui et veille sur sa liberté, sans la violer. Nous pouvons voir ce style dans le mystérieux Voyageur qui converse avec les disciples sur le chemin d’Emmaüs après la tragédie advenue sur le Golgotha. Jésus ressuscité leur parle avec le cœur, accompagnant respectueusement le chemin de leur douleur, se proposant plutôt que s’imposant, leur ouvrant avec amour l’esprit à la compréhension du sens plus profond de ce qui est arrivé. En effet, ils peuvent s’exclamer avec joie que leur cœur brûlait intérieurement tandis qu’Il conversait en chemin et leur expliquait les Écritures (cf. Lc 24, 32).

Un site à visiter: www.vatican.va    Source: Texte & Image: Journée mondiale

Journée Mondiale de la liberté de la presse – 3 mai

Ce séminaire s’est déroulé à Windhoek (Namibie) en 1991, et a conduit à l’adoption de la Déclaration de Windhoek sur la promotion de médias indépendants et pluralistes.La Déclaration de Windhoek exigeait l’établissement, le maintien et la promotion d’une presse pluraliste, libre et indépendante et mettait l’accent sur l’importance d’une presse libre pour le développement et la préservation de la démocratie au sein d’un État, ainsi que pour le développement économique. La Journée mondiale de la liberté de presse est célébrée le 3 mai de chaque année, date à laquelle la Déclaration de Windhoek a été adoptée.

L’histoire

Même si l’on célèbre depuis 1993 la Journée mondiale de la liberté de presse, celle-ci s’enracine encore plus loin dans l’histoire des Nations Unies. En effet, il est stipulé, dans l’Article 19 de la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 que : « Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit. »

Aujourd’hui, dans le monde entier, le 3 mai est devenu l’occasion d’informer le public à propos des violations du droit à la liberté d’expression et le moment de se rappeler que plusieurs journalistes risquent la mort ou la prison en transmettant la nouvelle aux gens.

Selon l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), qui coordonne chaque année les activités qui soulignent le 3 mai, la Journée mondiale de la liberté de presse, c’est :

  • une journée d’action, qui favorise et permet de mettre sur pied des initiatives qui visent la défense de la liberté de la presse.
  • une journée d’évaluation, afin de dresser le portrait de la liberté de la presse à travers le monde.
  • une journée de rappel, qui permet de rappeler aux États le respect des engagements qu’ils ont pris envers la liberté de la presse.
  • une journée d’alerte, pour alerter le public et accroître la sensibilisation à la cause de la liberté de la presse.
  • une journée de réflexion, pour stimuler le débat parmi les professionnels des médias sur les problèmes qui touchent la liberté de la presse et l’éthique professionnelle.
  • une journée commémorative en mémoire des journalistes qui ont perdu la vie pendant qu’ils exerçaient leur profession.
  • une journée d’appui envers les médias qui sont victimes de mesures qui entravent la liberté de la presse ou qui visent à l’abolir.

Une seul arme… la presse

La liberté de la presse est considérée comme une pierre angulaire des droits de la personne et comme une assurance que les autres droits seront respectés. Elle favorise la transparence et une bonne gouvernance et représente, pour la société, la garantie que régnera une véritable justice. La liberté de la presse est le pont qui relie la compréhension et le savoir. Elle est essentielle à l’échange d’idées entre les nations et les cultures, qui est lui-même une condition menant à une compréhension et à une coopération durables.

 

Un site à visiter : www.rsf.org      Source: Texte & Image: Journée mondiale

4è Dimanche de Pâques, année A – 2023

  Liberté et abondance – peut-on désirer davantage?
Il semble que ces deux mots résument nos aspirations profondes.

Étonnamment, c’est ce dont parle l’évangile de ce dimanche.
Vous ne l’aviez pas remarqué?
Le texte de Jean le dit pourtant clairement (Jean 10:1-10):

« Si quelqu’un entre en passant par moi, il sera sauvé ;
il pourra entrer; il pourra sortir et trouver un pâturage
Moi, je suis venu pour que les brebis aient la vie, la vie en abondance. »

C’est Jésus lui-même qui parle se présentant à la fois comme le Bon Berger
et la porte par laquelle les brebis peuvent entrer et trouver sécurité.

Aller, venir, entrer, sortir, trouver ce qui peut satisfaire et cela en abondance!
C’est ce que Dieu offre… si seulement nous l’acceptons!…

L’acceptation s’exprime en nous mettant à la suite de Jésus,
reconnaissant sa voix, lui qui nous appelle chacun/e par notre nom.

L’imagerie, ou l’expression traditionnelle du Bon Pasteur, peut nous sembler ancienne, démodée.
Il se peut qu’elle ne traduise pas pour nous la réalité d’un Dieu personnel –
un Dieu proche pour qui chacun/e de nous est important/e, précieux/se.

Un Dieu qui veut nous combler – c’est cela l’abondance qu’il offre.
Un Dieu qui veut nous sauver, littéralement, de tout ce qui nous empêche d’être la personne qu’au plus intime de nous-mêmes nous désirons être.

Il se peut que nous ne l’ayons encore jamais réalisé…
Heureux, heureuses, sommes nous si nous en faisons maintenant la découverte!

 

Une autre réflexion, sur un thème différent, est disponible en anglais à: https://image-i-nations.com/4th-sunday-of-easter-year-a-2023/

 

Source: Images: Unsplash     Pexels (Lawrence Schaefer       

 

Journée mondiale de prière et de réflexion sur la traite des êtres humains – 8 février

Cette journée mondiale a été instituée en 2015 à l’initiative du Pape François.
Le choix du 8 février ne doit rien au hasard puisque cette date correspond à la fête de Sainte Joséphine Bakhita, une Soudanaise qui a été vendue comme esclave, maltraitée puis rendue libre.

Des millions de personnes concernées

Lors de la première édition, le Cardinal Peter Turkson, Président du Conseil pontifical Justice et Paix, avait rappelé que des millions de personnes de par le monde sont privées de liberté et contraintes à vivre pratiquement en esclavage.

Pour ces hommes et ces femmes, sainte Joséphine Bakhita est un modèle d’espérance et l’Eglise Catholique encourage les fidèles à suivre les pas de cette sainte.

De la prise de conscience à l’action

Le Pape désire que les hommes de tous pays et toutes origines prennent conscience d’un phénomène global qui dépasse la responsabilité de tel ou tel état. Il appelle à une véritable mobilisation contre ce fléau:

« Nous devons tous mieux analyser la situation et mobiliser les consciences:
De la conscience à la prière, de la prière à la solidarité, de la solidarité à l’action, afin que la traite et les nouvelles formes d’esclavage disparaissent. »

Source: Texte: Journée mondiale    Image: Unsplash

Martin Luther King Day – 15 janvier 2024

Le Martin Luther King Day (ou journée de Martin Luther King) est un jour férié aux États-Unis, et nous avons gardé à dessein le nom anglais de la journée. La date retenue est celle de l’anniversaire de la naissance du pasteur et prix Nobel de la paix Martin Luther King.Il est fêté chaque année le troisième lundi du mois de janvier (le plus proche du 15 janvier, date de l’anniversaire du pasteur). Pour 2023, la date retenue est donc le lundi 16 janvier.

Une naissance difficile

L’idée de cette célébration voit le jour immédiatement après l’assassinat de Martin Luther King, mais il faudra attendre 1986 pour qu’elle soit célébrée officiellement pour la première fois. Nous nous souviendrons des différents soutiens politiques (Jimmy Carter, président des Etats-Unis) ou personnalités du monde artistique (Steevie Wonder) qui ont oeuvré pour la création de cette journée. Nous passerons rapidement sur les opposants (Ronald Reagan, autre président des Etats-Unis).

Plus récemment, en 2010, le président Barack Obama marquera la journée en prononçant un discours aux Américains la veille du Martin Luther King Day…

I have a dream…

« Je rêve qu’un jour sur les collines rousses de Georgie les fils d’anciens esclaves et ceux d’anciens propriétaires d’esclaves pourront s’asseoir ensemble à la table de la fraternité.

Je rêve qu’un jour, même l’Etat du Mississippi, un Etat où brûlent les feux de l’injustice et de l’oppression, sera transformé en un oasis de liberté et de justice.

Je rêve que mes quatre petits-enfants vivront un jour dans une nation où ils ne seront pas jugés sur la couleur de leur peau, mais sur la valeur de leur caractère. Je fais aujourd’hui un rêve !

Je rêve qu’un jour, même en Alabama, avec ses abominables racistes, avec son gouverneur à la bouche pleine des mots “ opposition ” et “ annulation ” des lois fédérales, que là même en Alabama, un jour les petits garçons noirs et les petites filles blanches pourront se donner la main, comme frères et sœurs. Je fais aujourd’hui un rêve !

Je rêve qu’un jour toute la vallée sera relevée, toute colline et toute montagne seront rabaissées, les endroits escarpés seront aplanis et les chemins tortueux redressés, la gloire du Seigneur sera révélée à tout être fait de chair.

Telle est notre espérance. C’est la foi avec laquelle je retourne dans le Sud. »

Vous pouvez découvrir le texte intégral en Français en suivant le lien ci-dessous :

Un site à visiter : ml.usembassy.gov        Source: Texte & Image: Journée mondiale

27è dimanche de l’année C, 2022

Bien des gens fixent sur la porte du réfrigérateur de courtes notes – des mémos leur rappelant quelque chose d’important à ne pas oublier.
Vous le faites peut-être vous-même.

Au temps du prophète Habacuc, qui nous parle dans la 1ère lecture (Habacuc 1:2-3; 2 :2-4),
les réfrigérateurs n’existaient pas, mais ce messager de Dieu avait reçu une consigne:

« Tu vas mettre par écrit une vision, clairement, sur des tablettes,
pour qu’on puisse la lire couramment. »

Nul doute, il s’agit de quelque chose d’important que Dieu veut que les gens de son peuple n’oublient pas.
Et quel est ce message qu’Habacuc doit transmettre?
Le dernier verset de la lecture nous le dit:

« Le juste vivra par sa fidélité. »
 
La FIDÉLITÉ… une valeur importante, essentielle, dans les relations humaines mais…
De nos jours, elle n’a pas toujours bonne presse… on lui préfère souvent… la liberté.
S’engager à fond et pour de bon… c’est exigeant, dérangeant, et… coûteux en termes de choix quotidiens!

La FIDÉLITÉ est aussi une valeur essentielle dans la relation… avec Dieu.
Si on y pense bien, c’est elle qui fait toute la différence!

Peut-être une seule note, un mémo unique sur le bureau de l’ordinateur, pourrait suffire…
« VIVRE… LA FIDÉLITÉ… »

 

Note: Une autre réflexion est offerte sur un thème différent en anglais à: https://image-i-nations.com/27th-sunday-of-year-c-2022/

 

Source: Images: unsplash.com   Pinterest                

Journée mondiale de la liberté de la presse – 3 mai 2022

Le 3 mai sert à rappeler aux gouvernements la nécessité de respecter leur engagement en faveur de la liberté de la presse et constitue également une journée de réflexion pour les professionnels des médias sur les questions relatives à la liberté de la presse et à l’éthique professionnelle.

Tout aussi importante, la Journée mondiale de la liberté de la presse est une journée de soutien aux médias qui sont des cibles pour la restriction ou l’abolition de la liberté de la presse. C’est aussi une journée de commémoration pour les journalistes qui ont perdu la vie dans la poursuite d’une histoire.

Du 2 au 5 mai 2022, l’UNESCO et la République d’Uruguay accueilleront la conférence mondiale annuelle de la Journée mondiale de la liberté de la presse dans un format hybride à Punta Del Este, en Uruguay. Sous le thème « Le journalisme sous l’emprise du numérique », il sera question de l’impact de l’ère numérique sur la liberté d’expression, la sécurité des journalistes, l’accès à l’information et la vie privée.

MESSAGE DE LA DIRECTRICE GÉNÉRALE

« Il  nous  incombe  à  tous  d’en  faire  plus  pour gérer  les  risques  et  saisir  les  possibilités  qu’offre  l’ère  du  numérique.  En  cette  Journée  mondiale  de  la  liberté  de  la  presse, j’invite les États membres, les entreprises technologiques et la communauté des médias, ainsi que le reste de la société civile, à unir leurs forces pour établir une nouvelle configuration numérique qui protégerait à la fois le journalisme et les journalistes. »
— Audrey Azoulay, Directrice générale, Journée mondiale de la liberté de la presse

Source: Texte & Image: https://fr.unesco.org/

Journée mondiale du travail invisible – 2 avril 2024

Donner de la visibilité à de l’invisible, tel est le challenge relevé par cette journée mondiale d’origine canadienne, célébrée depuis quelques années déjà*.

Mais qu’est-ce que le travail invisible ?

Si vous cherchez quelquechose de louche, de glauque, de honteux… vous n’y êtes pas du tout !

On parle habituellement du travail invisible dans le cadre familial avec le travail des mères de familles, essentiel et pourtant toujours aussi méconnu. Son qualificatif d’invisible lui vient du fait que sa valeur n’est pas reconnue ni comptabilisée dans les comptes nationaux comme par exemple le PIB (produit intérieur brut).

D’après l’association canadienne Afeas à l’origine de cette réflexion, on estimait déjà, en 1995, à 11 000 milliards de dollars américains la valeur annuelle du travail invisible et non rémunéré des femmes à travers le monde (source ONU).

Une journée pour donner de la visibilité

Difficile de changer le cours des choses en la matière… espérons tout de même qu’une telle journée permettra à tous de mieux comprendre et apprécier la valeur de ce travail « invisible ».

* la date retenue par l’Afeas est en principe le premier mardi de chaque mois d’avril. Ce qui fait que pour 2023 la journée est célébrée le 4 avril

Source: Texte & Image: Journée Mondiale