young woman thinking d.man thinkingÀ bien y penser... Blogue

Sous cette rubrique, divers thèmes sont abordés. Ils se veulent à la fois intéressants, percutants et, oui, intéressants.

Les textes présentés ici seront un peu plus longs que ceux des autres sections.

Comme tous les autres, ils invitent à une réflexion personnelle et à un échange avec d'autres internautes.

 

Un vendredi différent de tous les autres…

Un homme est mort crucifié, les pieds et les mains fixés avec des clous dans le bois d’une croix.  
Tout le monde pense : « C’est fini. »
Les Juifs sont satisfaits, ils se sont défaits de quelqu’un qui questionnait leur autorité.
Les soldats romains ont complété une tâche désagréable.
Le groupe de gens qui s’étaient rassemblés par curiosité réalisent qu’il n’y a plus rien à voir.
Et les personnes qui avaient suivi ce condamné par compassion constatent qu’il est mort.
Ils s’en retournent chez eux en secouant la tête.

Un centurion romain lui à percé le côté pour s’assurer que la vie s’était retirée de son être.
Marie, sa mère, et Jean son disciple bien-aimé, l’ont vu de près.
On l’a finalement descendu de là et on a remis son corps inerte à sa mère.
Plus rien, plus un souffle, une simple dépouille comme toutes les dépouilles humaines.
C’est fini, vraiment fini…

Puis deux hommes généreux, deux hommes courageux, bravant la colère, possiblement aussi la moquerie, de leurs compatriotes, sont venus chercher celui qu’ils avaient connu, admiré, suivi comme ses disciples.
Ils l’ont déposé dans un tombeau taillé à même le roc et ils ont roulé devant cette grotte une lourde pierre.
Le soleil tombe et c’est déjà le repos du sabbat qui s’impose – l’embaumement devra attendre et les femmes doivent patienter avec leurs aromates et leurs parfums.

Selon toute apparence, oui, c’était fini.
Alors que chacun retournait chez soi ce vendredi soir, chacun et chacune avait ses propres pensées et ses sentiments profonds:
Les chefs des Juifs étaient soulagés.
Les soldats étaient probablement fatigués.
Les gens discutaient peut-être de toute l’affaire comme on parle des événements quotidiens.
Le Centurion s’en est allé bien surpris.
Et Jean et Marie ressentaient sûrement beaucoup de tristesse et de peine.

Mais y avait-il quelqu’un qui ESPÉRAIT?
Est-ce qu’il y avait quelqu’un qui s’attendait à ce que quelque chose se produise?
Est-ce que quiconque osait penser que ce n’était pas la fin mais seulement le commencement?

Possible? Improbable? Absurde?
Une foi infantile? Une espérance trompeuse? Une attente indigne de l’intelligence humaine…
C’est lui qui avait dit: « Qui croit en moi, fût-il mort, vivra » (Jn.11:25).

Mais voilà, il faut y CROIRE . . . d’une « foi à transporter les montagnes » (Mt.21:21) – rien de moins!

Source: Image: jesus-story.net

Disciples du Christ… Semaine Sainte

Pour apprendre à lire, on commence par… l‘A, B, C – ça va de soi !
Et pour apprendre à VIVRE… à la suite du Christ, on commence par l’A…

Alors que débute la Semaine Sainte, cette réflexion m’est venue à l’esprit et je vous la partage –
Réflexion sur les attitudes du disciple du Seigneur…
 
A ccueillir les imprévus, les entrevues, les inconnus, les bévues…

A cepter ce qui plaît ou déplaît, ce qui se fait ou défait…

A vancer quoi qu’il en coûte, sur la route, malgré le doute…

A bandonner ce qui, à nos yeux, est précieux, faire de son mieux…

A nticiper ce qui est promis, attente de confiance et d’espérance…

A ssuré que Lui est là en tout, partout, à travers tout…

A vant-goût d’un ‘je-ne-sais-quoi’… à saveur d’éternité!

 

C’est simple… Euh…  
Exigeant? Assurément,
Mystérieux et merveilleux…
comme Dieu peut nous paraître à l’aube de la RÉSURRECTION !
  

Source : Images : YouTube   Crosswalk.com   Pinterest  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Connaissez-vous les SARs?

Connaissez-vous les SARs? Non, pas les STARS mais bien les SARs – l’acronyme qu’utilise le monde anglo-saxon pour présenter les Socially Assistive Robots.

Nous les nommerions sans doute: Assitants Sociaux Robotiques, ou simplement: Robots Assistants Sociaux.

Évidemment, leur origine se trouve dans… vous l’avez deviné: l’intelligence artificielle – la IA dont on parle abondamment de nos jours.
(Certains vous diront, non sans une bonne dose de fierté, que la ville de Montréal est une pionnière en la matière!)

Récemment s’est tenue à Rome une rencontre dont le thème était: “Roboethics: Humans, Machines and Health” – “L’éthique des robots (la roboéthique): Les humains, les machines et la santé.”

Les participants et présentateurs étaient des scientifiques en cybernétique, des spécialistes de l’éthique, des ingénieurs de la robotique et des théologiens.
Ces derniers ont souligné l’emphase traditionnelle de l’enseignement chrétien sur la dignité humaine.
Il faut pourtant ajouter, affirme le Professeur Haldane, que sans une analyse rigoureuse qui la défende, la ‘dignité humaine’ est en danger de devenir tout simplement un cliché.

Mais la ‘dignité humaine’, c’est quoi au juste?
Un attribut de la nature humaine?
Un imperatif qui vise tout un chacun?
Une valeur évangélique?
C’est à ce niveau que vous et moi sommes concernés ou devrions l’être!

Les questions débattues sur ce sujet demandent précisément:  

    • Ces ‘hominoïdes’ savamment et artistiquement conçus seront-ils perçus comme des ‘proches’?
    • Ces assistants robotiques seront-ils empreints de compassion, d’empathie?
    • Auront-ils la ‘touche humaine’ qui sait réconforter?
    • Pourront-ils (ou, elles !) susciter la confiance, la sensation d’être compris? 
    • Sauront-ils reconnaître nos besoins, nos peurs?

Ces questions ne sont pas purement théoriques en cette période où le manque de personnel pour donner les soins requis aux personnes âgées se fait sentir très fortement…
Et nous tous et toutes, qui nous voulons vraiment ‘humains’, sommes-nous empreint/es de compassion et d’empathie?
Avons-nous la ‘touche humaine’ qui transmet le réconfort et le sens d’être compris?
Savons-nous discerner les besoins et les peurs de ceux et celles que nous approchons et y répondre?

Les ‘hominoïdes’ surpasseront-ils les aidants naturels? Nous feront-ils honte dans ce domaine?…
La réponse nous appartient…

 

Source: inspired by The Tablet, 9 March 2019, ‘Is there anybody there?’ by John Haldane, philosophe et membre de The Pontifical Academy for Life. 
Images: iStock   teachablaze.com

Note: The Pontifical Academy for Life a été créé par le Pape François pour étudier des sujets tels que ceux mentionnés ici.

 

 

Le jour où Dieu a invité Abraham à faire de l’astronomie!

On célèbre aujourd’hui – 12 mars 2019 – un anniversaire peu commun:
Le 30è anniversaire de l’origine de la Grande Toile!
L’enseigne WWW (World Wide Web) est familière à des milliards de résident/es de cette planète.
Quotidiennement, et à chaque moment, ce sont des millions d’internautes qui s’y retrouvent!

Et, on peut le dire sans crainte d’erreur : ‘Sur le ‘Net’ on trouve de tout’.
De tout, oui, et même… DIEU!
En fait, elles sont innombrables les références à l’être suprême que l’on nomme ‘Dieu’.

Alors que je préparais une réflexion pour le 2è dimanche du Carême, année C,
j’y ai trouvé en lien à la 1ère lecture de ce dimanche : Gn.15:5-12,17-18 – un titre débordant d’humour :
Dieu invite Abraham à faire de l’astronomie rien de moins!

Et le titre pourrait devenir Dieu invite Abraham à faire de l’astronomie et de la géologie,
si l’on considère le verset 17 du chapitre 22 de ce même livre de la Genèse où Dieu parle de nouveau avec Abraham et, cette fois, l’invite à compter, non seulement les étoiles mais aussi les grains de sable!
J’ai souri à cet effort d’adaptation à la Génération du WWW !

Mais nos efforts d’adaptation sont un peu… en retard sur Dieu!
C’est lui qui, il y a plus de 2000 ans, a décidé de ‘s’adapter’ à nous en devenant l’un de nous!
C’est cela Noël, non?
Dieu qui, comme tous les petits des humains, doit apprendre à parler, à marcher, et à se comporter… humainement, quoi!

Une théologie adaptée, ‘incarnée’, qui parler d’un Dieu qui est devenu humain et… le demeure éternellement!
Si la Grande Toile nous le rappelle… bénie soit-elle!

Source : Image : Intoxicated on Life

Les longues journées sombres de février…

La station météo affirme que nous avons gagné quelques minutes de luminosité!
Il faut bien y croire… après tout, le calendrier indique: février !
Il faut y croire.pour se consoler – se consoler et s’encourager
malgré les journées sombres qui entretiennent l’humeur morose.

 

 

Ce dont nous avons besoin c’est peut-être un peu de… LUMINO-THÉRAPIE !

VOIR:  https://image-i-nations.com/lumino-therapie/

Source: Image: pxhere.com

Un test de SAGESSE…

 Je suis toujours à l’affut de paroles de SAGESSE – sous quelle que forme qu’elle se présente :
proverbes, paraboles, poèmes, propos de tous genres – je fais feu de tout bois.

Aujourd’hui c’est le bon vieux philosophe Socrate (5è siècles av. J.C.) qui m’offre une réflexion pertinente susceptible à la fois d’instruire et… de faire rire! Je vous la partage. 

Socrate avait, dans la Grèce antique, une haute réputation de sagesse. 
Quelqu’un vint un jour trouver le grand philosophe et lui dire:

– Sais-tu ce que je viens d’apprendre sur ton ami?-
– Un instant, répondit Socrate, avant que tu ne me racontes tout cela, j’aimerais te faire passer un test très rapide. 

Ce que tu as à me dire, l’as-tu fait passer par le test des trois passoires?
        – Les trois passoires? 
        – Mais oui, reprit Socrate. Avant de raconter toutes sortes de choses sur les autres, il est bon de prendre le temps de filtrer ce que l’on aimerait dire. C’est ce que j’appelle le test des trois passoires.

La première passoire est celle de la vérité. 
     – As-tu vérifié si ce que tu veux me raconter est vrai?
     – Non, pas vraiment. Je n’ai pas vu la chose moi-même, je l’ai seulement entendu dire…
     – Très bien ! Tu ne sais donc pas si c’est la vérité.

Voyons maintenant. Essayons de filtrer autrement, en utilisant une deuxième passoire, celle de la bonté. 
– Ce que tu veux m’apprendre sur mon ami, est-ce quelque chose de bien ?
     – Ah non ! Au contraire ! J’ai entendu dire que ton ami avait très mal agi.
– Donc, continua Socrate, tu veux me raconter de mauvaises choses sur lui et tu n’es pas sûr si elles sont vraies. Ce n’est pas très prometteur !

Mais tu peux encore passer le test, car il reste une passoire, celle de l’utilité.
– Est-il utile que tu m’apprennes ce que mon ami aurait fait ?
– Utile ? Non pas réellement, je ne crois pas que ce soit utile…

Alors, de conclure Socrate, si ce que tu as à me raconter n’est ni vrai, ni bien, ni utile,  pourquoi vouloir me le dire ? 
Je ne veux rien savoir et, de ton côté, tu ferais mieux d’oublier tout cela !

Source : Texte (anonyme)   Image : tripadvisor.com

 

      

Souffrez-vous de… ‘Nomophobie’?

Il y a ce que l’on nomme les ‘maladies rares’; d’ordinaire, elles ont un nom compliqué, des symptômes inquiétants et, en général, elles sont peu connues.

Puis, il y a les maladies que je qualifie de ‘populaires’; elles sont très répandues et peuvent atteindre une intensité dont peu de gens se préoccupent.
Elles touchent de nombreuses personnes qui ignorent leur condition ou, si elles en sont conscientes, elles ne la jugent aucunement sérieuse.

Récemment, j’ai lu un article au sujet des 10 maladies technologiques qui nous touchent de nos jours.
L’une d’elles a retenu mon attention plus particulièrement.
Elle se nomme (en anglais) la ‘nomophobia’ pour décrire la ‘no mobile phobie’.

On décrit cette condition comme un état permanent:

  • de crainte d’avoir oublié son cellulaire,
  • de ne pas en avoir rechargé la batterie,
  • d’être incapable d’obtenir un signal permettant l’utilisation de ce petit instrument que l’on qualifie de ‘téléphone intelligent’!

Dans des cas extrêmes, il semblerait que certaines personnes sont sujettes à des attaques de panique si elles sont privées de ce compagnon technologique dont elles ne peuvent se séparer.

Vous souriez mais dans un article déjà publié en novembre 2017, l’auteure, Miriam Diez Bosch, posait la question suivante :
« La technologie a-elle usurpé la qualité notre vie? » *

Ceux et celles qui sont atteint/es par ce syndrome le nient la plupart du temps.                    
Ces gens sont convaincus qu’ils et elles n’utilisent cet article que lorsque c’est vraiment nécessaire de le faire.
Aucun n’admettrait passer des heures à ‘surfer’ le ‘net’ selon l’expression courante, encore moins s’adonner à des excursions peut recommandables sur la grande toile technologique…
Et pourtant… certaines ‘caches’ astucieuses et discrètes pourraient donner une version différente!…

Y a-t-il un remède?
Peut-être une prescription de… Discipline-Distance-Détachement?…
Mais qui serait prêt à avaler une potion si amère?

L’œil parcourt les courriels tout juste entrés,
l’oreille s’accroche aux messages dans la boîte vocale,
et les pouces à toute vitesse s’affairent au prochain texto!

HOMOPHOBIE… Maladie chérie!

*Texte original : “Has technology hijacked our quality of life?”

Source: Image: Alcatel Mobile   Freepik

 

Un cocktail… pour le 31 décembre

31 décembre

La veille du Jour de l’An – il faut bien déguster… un cocktail !

En voici un… plutôt original – il vous faut goûter cet élixir.

Sa concoction exige deux ingrédients essentiels :

Le 1er, une chanson de Jacques Brel et, le 2è, une vieille prière que le Pape François aime bien. Et voici…

À la bonne vôtre !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Donne-moi une bonne digestion, Seigneur, et aussi quelque chose à digérer.
Donne-moi la santé du corps, avec la bonne humeur pour la garder au mieux.
Donne-moi une âme sainte, Seigneur, qui ait les yeux sur la beauté et la pureté, afin qu’elle ne s’épouvante pas en voyant le péché, mais qu’elle trouve dans Ta présence la voie pour redresser la situation.
Donne-moi une âme qui ignore l’ennui, le gémissement et le soupir, et ne permets pas que je me fasse trop de souci pour cette chose encombrante que j’appelle « moi ».
Seigneur, donne-moi l’humour, concède-moi la grâce de comprendre la plaisanterie, pour que je tire quelque bonheur de cette vie et que j’en fasse profiter les autres. Ainsi soit-il ».

Source: Images: The Chutney Life   la-croix.com   es.wikipedia.org

Remettre les pendules à l’heure…

Remettre les pendules à l’heure…      

L’expression peut sembler désuète…

« On change d’heure, » vous entendrez ces mots sur la rue, à l’épicerie, à la sortie de votre bureau.
« Oui, oui, c’est aujourd’hui », certains insisteront pour s’assurer que vous en êtes bien conscient/es.
Mais ça veut dire quoi, au juste?
« C’est remettre les pendules à l’heure », direz-vous.

C’est vrai, c’est ce que nous ferons ici ce soir dans notre coin de la planète.
Nos instruments plus performants, les appareils ‘intelligents’,
eux se corrigeront d’eux-mêmes sans notre intervention.

Mais changer d’heure, est-ce changer… le temps?
Le temps, la température, elle, se déroule selon les prévisions – ou, à l’encontre des pronostiques –
nous n’y pouvons rien; il faut ‘faire avec’ selon l’expression populaire.
 
Mais le temps qui… s’envole, le temps qui fuit comme les poètes le disent,
Le temps perdu qui ne reviendra plus…
Et le temps… à venir, qu’en est-il?
Lui non plus, on ne peut pas le changer mais… peut-être faut-il s’y ajuster… en s’ajustant au présent!

Ajuster nos façons de voir et de concevoir la réalité..
Réajuster, peut-être, nos manières d’agir et de réagir…
Tempérer’, justement, nos emportements, nos essoufflements…

Dernièrement, une publicité à la télévision a retenu mon attention.
On nous enjoignait :
« Partez à la recherche des moments qui font de vous ce que vous êtes… »
 
Une pensée salutaire en ce jour où… on remet les pendules à l’heure.
Et… soit dit en passant, il se peut que la publicité présente parfois des messages qui vont sans doute au-delà de ses prévisions…

Source: Image: Walmart

Fête de l’Action de grâces

« Rendez grâce au Seigneur car il est bon. »  (Ps.135)

M E R C I

Magnifier, certes, et bénir le Seigneur
Multiple ses bienfaits à toute heure
Mille dons reçus pour notre bonheur.
 

Emerveillement devant sa création
Et l’abondance de ses bénédictions
En tout temps ses bienfaits nous recevons.
 

Regarder et lentement réfléchir
Reconnaissance pour tout le plaisir
Riche moisson de souvenirs.
 

Comment ne pas admirer une telle plénitude?
Comment ne pas être rempli de gratitude?
C‘est un jour de joie, vraie béatitude!
 

Il est beau et bon, c’est certain,
Il convient de rendre grâce soir et matin,
Immense son amour qui n’a pas de fin.

 

Source: Images: WallpapersBrowse  lanimg.com