image-i-nations trésor

7è dimanche de l’année A – 2020

Le dicton nous est familier: “À l’impossible, nul n’est tenu.”
Il se pourrait qu’en lisant la 1ère lecture et l’évangile de ce dimanche (Lv.19:1-2,17-18) (Mt.5:38-48),
certains soient tentés de prononcer les paroles de ce dicton populaire.
Oserait-on le dire à… Dieu?

Il nous demande – n’est-ce pas plutôt un commandement?
“Soyez saints, car moi, le Seigneur votre Dieu, je suis saint.”
 
Et Jésus nous le rappelle:
“Vous donc, vous serez parfaits comme votre Père céleste est parfait.”
Être saint, être parfait – c’est bien au-delà de nos forces humaines, c’est évident.
On peut le désirer, on peut s’efforcer d’atteindre cet idéal, mais on reste toujours… en chemin.

Et si cela suffisait?
Des auteurs spirituels affirment: “Vouloir plaire à Dieu, c’est déjà lui plaire!”
Ne peut-on pas en dire autant du désir de devenir saint, parfait comme le Père?

Et quand on y pense bien, la sainteté, c’est le domaine de l’Esprit Saint lui-même.
Ce que l’apôtre Paul écrit aux chrétiens de Corinthe (2è lecture: 1 Co.3:16-23) s’adresse aussi à nous:

Ne savez-vous pas que vous êtes un sanctuaire de Dieu,
et que l’Esprit de Dieu habite en vous ?…
Le sanctuaire de Dieu est saint, et ce sanctuaire, c’est vous.”
 
Paroles encourageates s’il en est!
Une prière suppliante, continue, incessante, à cet Esprit de sainteté est sûrement un bon premier pas…

Note: Une video est offerte sur ce theme à: https://image-i-nations.com/images-de-dieu-4e-episode/(La 2è partie de la video est celle qui concerne ce texte de l’évangile).

Une autre réflexion est disponible sur un thème différent en anglais à: https://image-i-nations.com/7th-sunday-of-year-a-2020/

Source: Image: www.la-tente.org

La crèche: une tradition inspirante

 Il y a quelques jours, la crèche du Vatican pour cette année faisait son apparition sur la Place Saint-Pierre.
Lors de sa récente visite au lieu où cette tradition a pris place, le Pape François a parlé, de la signification de ce symbole. Récemment, il a même écrit un document sur le sujet. (Introduction par Webmestre)

« Dans ce monde nouveau inauguré par Jésus, il y a de la place pour tout ce qui est humain et pour toute créature », écrit le pape François à propos de la crèche : « Du berger au forgeron, du boulanger au musicien, de la femme qui porte une cruche d’eau aux enfants qui jouent… tout cela représente la sainteté au quotidien, la joie d’accomplir les choses de la vie courante d’une manière extraordinaire. »
 
« En naissant dans la crèche, Dieu lui-même commence la seule véritable révolution qui donne espoir et dignité aux non désirés, aux marginalisés : la révolution de l’amour, la révolution de la tendresse », peut-on lire dans sa lettre apostolique « Admirabile signum » signée le 1er décembre 2019 à Greccio.

 

Source : Texte : Anne Kurian, Pape François, 10 décembre 2019 Image : LifeSite

 

 

 

 

 

 

 

 

7è dimanche de Pâques, année B

L’évangile mentionne souvent que Jésus priait.
Les textes répètent qu’il se retirait à l’écart et parlait à son Père.

Chaque fois que je lis ces paroles, la question me vient à l’esprit :
‘Comment priait-il ?
Que disait-il à Dieu ?
Que demandait-il à celui qu’il nommait : ‘Père’ ? 

En ce dimanche, le texte tiré de l’évangile de Jean donne une réponse :
Jésus, dans cette prière pendant le dernier repas avec ses amis, la veille de sa mort,
demande à son Père :

« Garde mes disciples…
Sanctifie-les. »

Jésus affirme que durant sa vie dans notre monde il a veillé sur ceux qu’il avait choisis, ses apôtres.
Il les confie maintenant à la vigilance de son Père.
Une demande un peu… étonnante – sûrement le Père ne pourrait pas abandonner les disciples !
Et pourtant, Jésus en fait la requête spécifiquement.

Puis il supplie le Père de les sanctifier !
Et ici, je me réjouis : la sainteté ce sera l’œuvre de Dieu lui-même.
On se décourage parfois de ne pas y parvenir, d’être encore si loin de ce que l’on nomme ‘la perfection’ –
qui n’est pourtant pas la sainteté !

La sainteté, elle est d’une nature différente – celle même de Dieu !
On doit, bien sûr, la désirer, s’y disposer, accepter que Dieu nous ‘travaille’ –
comme pour un enfantement – car c’en est un !

Mais c’est l’œuvre de Dieu en nous, jour après jour, expérience après expérience.
Situations et circonstances importent peu, elles peuvent toutes servir à Dieu !

Et… pourrait-on douter que la prière de Jésus soit exaucée ?!…

Note : Une autre réflexion est disponible en anglais sur un thème différent à : https://image-i-nations.com/7th-sunday-of-easter-year-b/

Source : Images : fos.cmb.ac.lk YouTube

4è dimanche de Pâques – année B

Les multiples panneaux visuels qui longent les routes nous sont bien familiers.
Et leurs différents messages le sont également.
Certains sont bien dérangeants mais… on ne peut passer outre – leur avertissement est impérieux :
ATTENTION !

Cette image m’est venue à l’esprit en lisant les textes de ce dimanche – 4è dimanche de Pâques, année B.
Et avec cette représentation visuelle, une anecdote m’est venue aussi.
Je vous la partage.

Une personne qui avait une réputation de sainteté avait néanmoins parfois des sautes d’humeur peu exemplaires, c’est le moins qu’on puisse dire!
Alors que plusieurs la pensaient ‘proche de Dieu’, d’autres se demandaient comment cela était possible avec un tel caractère.
Un jour, une amie bien intentionnée l’a approchée pour lui en faire la remarque, dans le but, bien sûr, de l’aider sur la voie de la sainteté!…
Avec délicatesse, cette amie lui a dit gentiment :
« Est-ce que tu ne crois pas que tu plairais davantage à Dieu si tu maîtrisais un peu tes… explosions de colère? »
Alors, avec son plus beau sourire, la personne ainsi interpellée a répondu :
« Mais attends donc un peu, Dieu n’en n’a pas encore fini avec moi! »

Dieu n’en n’a pas fini avec moi!
C’est exactement la réflexion qui se dégage, selon moi, de la 2è lecture d’aujourd’hui – 1 Jn.3:1-2 –
où l’apôtre Jean écrit aux premiers chrétiens :

« Dès maintenant, nous sommes enfants de Dieu,
mais ce que nous serons n’a pas encore été manifesté.
 »

Autrement dit : le Seigneur continue, au fil des jours et des expériences de notre quotidien, de nous façonner et de nous rendre de plus en plus comme il désire que nous devenions.
Il faut le répéter – pour nous en convaincre nous-mêmes – nous sommes des saint/es-en-devenir!

Imaginez la surprise et le regard ébahi de ceux et celles qui verraient un panneau visuel ‘adapté’ qui indiquerait :
« ATTENTION : DIEU à l’œuvre »!
Mais c’est pourtant le cas, et en ce qui me concerne, j’en suis convaincue.

Et… saint Paul en est certain lui aussi:
« J’en suis bien sûr d’ailleurs, Celui qui a commencé en vous cette oeuvre excellente
en poursuivra l’accomplissement. »  (Ph.1:6)

Note: Une autre réflexion est offerte en anglais sur un thème différent à: https://image-i-nations.com/4th-sunday-of-easter-year-b/

Source : Images (original adapté) : keysigns.co.uk   safetysignsandnotices.co.uk
 

 

 

Nouveau document publié par le Pape François

Dans une courte information, le 5 avril dernier, le Vatican a annoncé que sera publiée aujourd’hui – 9 avril – une exhortation apostolique du Pape François intitulée : Gaudete et Exultate (Réjouissez-vous et soyez dans l’allégresse) – sous-titrée : ‘L’appel à la sainteté dans le monde contemporain’.

On considère qu’une exhortation apostolique prend le 2è rang d’importance dans la hiérarchie de l’enseignement d’un pape.

Depuis son élection au pontificat il y a cinq ans, le Pape François a déjà publié deux autres exhortations apostoliques : Evangelii Gaudium (La joie de l’Évangile) en 2013 et Amoris Laetitia (La joie de l’amour) en 2016.

Source: Texte (résumé, traduction) National Catholic Reporter by Joshua J. McElwee, Vatican, ROME Apr 5, 2018  Image: radiomadrededios.com.am