image-i-nations trésor

32è dimanche de l’année A – 2023

À travers l’histoire, les gens reconnus comme ‘sages’ ont tenu une place particulière.
Dans toutes les cultures, on reconnaît que la sagesse est source d’inspiration.
Elle dirige les humains sur la voie d’un mieux-vivre.

La 1ère lecture de ce dimanche fait l’éloge de ce don, car la  sagesse est un don (Sagesse 6:12-16).
Le texte décrit ses qualités et son action dans la vie de ceux qui recherchent.

« Elle se laisse trouver par ceux qui la cherchent.
Elle devance leurs désirs en se faisant connaître la première ».

Elle est source de discernement et elle libère du souci.
Étonnamment, c’est elle qui vient à notre recherche nous assure-t-on:
« Elle va et vient à la recherche de ceux qui sont dignes d’elle ».

Il faut pourtant prendre conscience que pour nous, chrétiens, elle n’est pas uniquement une qualité.
Elle ne représente pas seulement un attribut qui garantit la bonne conduite d’une personne.

Dans la Bible, la Sagesse est une Personne – elle personnifie, littéralement, l’Esprit de Dieu lui-même.
Celui que l’on nomme ‘le Saint-Esprit’, lui que l’on compare au vent qui souffle, à la lumière qui guide, ou que l’on imagine comme la colombe – c’est l’Esprit de Dieu.
L’Esprit de Dieu qui nous éclaire, nous guide, nous inspire, nous habite.

Jésus l’a dit clairement la veille de son passage de ce monde à son Père:
L’esprit Saint… « Vous le connaissez, il demeure auprès de vous » (Jean 14:17).

La question se pose:
Sommes-nous conscient/es de sa présence?
Lui permettons-nous de nous guider au fil des jours?
Le reconnaissons-nous agissant en notre vie?

Ou, demeure-t-il plus ou moins un inconnu… distant… étranger à notre expérience?…
Solitaires, distrait/es ou insouciant/es, nous demeurerions pauvres de Sagesse…
Alors que sa présence donne à notre existence une perception et une luminosité uniques!…

 

Note: Une autre réflexion, sur un thème différent, est disponible en anglais àhttps://image-i-nations.com/32nd-sunday-of-year-a-2023/

Source: Images: Vatican Radio Archive       EEB Chambly

Saint Jean-Marie Vianney – 4 août

Il y a un calendrier particulier de célébrations liturgiques:
c’est celui qui rappelle la vie des saints personnages – hommes et femmes –
dont le passage sur cette terre a quelque chose d’inspirant et de stimulant pour nous.

Jean-Marie Vianney était l’un d’eux et la célébration qui lui est dédiée prend place le 4 août.

Dans la vidéo qui suit,
Antoine Roc nous relate un fait marquant de la vie de cet homme.

 

16è dimanche de l’année A – 2023

Les différents livres de la Bible nous offrent des textes de toutes sortes.
On y retrouve entre autres: des récits, des textes de loi, des lettres (épîtres), des proverbes, des prières (psaumes).
Il y a aussi les enseignements de sages et de prophètes, etc.
Et, bien sûr, les évangiles qui nous sont tout particulièrement précieux.

Il arrive que certains enseignements nous semblent très exigeants.
Certaines consignes nous paraissent strictes et leurs exigences sévères.
Mais d’autres textes sont une source constante d’inspiration et de consolation.

C’est le cas de la 2è lecture de ce dimanche (Romains 8:26-27).
Seulement deux versets, mais à eux seuls ils expriment toute une théologie!
Le message que nous y recevons est à la fois inspirant, encourageant, stimulant, réconfortant.
On aime à en répéter les mots pour s’assurer que l’on a bien lu, on ne s’est pas trompé!

En écrivant aux premiers chrétiens de Rome, l’apôtre Paul commence ainsi:

« L’Esprit-Saint vient au secours de notre faiblesse
car nous ne savons pas prier comme il faut… »

Nul d’entre nous n’oserait protester, nous sommes convaincu/es que Paul a raison.
Notre expérience personnelle nous l’a démontré tant de fois:
prier… « prier comme il faut », nous n’y arrivons pas.

Nous répétons les efforts pour y réussir, nous faisons de notre mieux, mais…
Il nous semble que notre mieux ne suffit pas.
Nous avons l’impression que notre prière est boîteuse, sans goût…
Nous désirons tant nous approcher de Dieu et nous avons l’impression d’échouer tout à fait.

Nous sommes parfois préoccupé/es, ou assailli/es de regrets.
Nous repassons en boucle nos échecs d’hier et nous anticipons avec crainte les événements du lendemain.
Il se peut que nous soyons fatigué/es ou fiévreux/ses, peut-être même en colère, et… si souvent distrait/es!

Évidemment, nous trouvons ces sentiments indignes.
Nous croyons, à tort, qu’ils nous rendent inacceptables en présence de Dieu.
Pourtant, ils ne sont PAS un handicap à la prière.

Paul poursuit ainsi sa lettre au Romains:
« L’Esprit lui-même intercède pour nous par des gémissements inexprimables ».

Alors pourquoi nous inquiéter?
Pourquoi nous lamenter et prétendre qu’il est impossible de prier?

L’Esprit de Dieu qui prie en nous connaît bien le langage de Dieu.
Il saura traduire notre bonne volonté et notre désir sincère de prier.
Il transformera nos pauvres balbutiements en ces ‘gémissements inexprimables’ dont parle saint Paul.

La prière qui rejoint alors Dieu sera précisément celle qu’il attend de nous et qui le réjouit!

 

Note: Une autre réflexion, sur un thème différent, est disponible en anglais à: https://image-i-nations.com/16th-sunday-of-year-a-2023/

 

Source: Image: Forum catholique l’Imitation de Jésus Christ

 

 

Fête de la Sainte Trinité, année B – 2021

Inutile de chercher: on ne trouve pas la ‘Sainte Trinité’ dans la Bible –
on ne trouve pas, précisons-le, ce vocable ou ce titre pour identifier Dieu.
Mais Jésus nous en a définitivement fait la révélation dans l’évangile.
L’évangile de Jean, et tout particulièrement les paroles de Jésus durant le dernier repas qu’il a partagé avec ses apôtres, nous présentent le Père et l’Esprit avec qui Jésus affirme ne faire qu’un.

C’est le Pape Jean XXll (1316-1334) qui a institué cette Fête pour toute la chrétienté et, en 1911, Le Pape Pie X en a fait une fête encore plus solennelle pour l’Église entière.

Mais cette fête souligne quoi exactement?
Que voulons-nous célébrer précisément en fixant notre regard –
l’attention de notre esprit et la dévotion de notre cœur sur la TRINITÉ.

Les théologien/nes et les exégètes ont chacun/e leur manière d’approcher cette réalité.
Pour ma part, je dirais que cette fête nous aide à réaliser que notre Dieu est un Dieu de relation.
Un Dieu de relation en lui-même et un Dieu qui nous invite à partager cette relation.

Un Dieu qui nous rejoint avec la tendresse d’un Père – le meilleur des pères que nous puissions imaginer!
Un Dieu qui a partagé notre humanité – et continue de le faire – et nous accompagne comme un Frère et un Ami sans pareil, lui le Fils du Père.
Et un Dieu qui se fait notre Conseiller et notre Défenseur en toutes situations, lui l’Esprit du Père et du Fils qui nous attire à eux, les Trois.

De nombreux textes, des thèses variées, des volumes multiples disent et redisent cela de bien des manières.
Mais cette réalité e x t r a o r d i n a i r e nous est révélée par LUI, par EUX, en nous faisant y participer…
si nous osons y croire!

 

Note: Une autre réflexion sur un thème différent est disponible en anglais à: https://image-i-nations.com/feast-of-pentecost-year-b-2021-2/

 

Source: Image: Toi suis moi

 

 

Pentecôte, année B – 2021

Un poète mystique persan a dit: « La vérité est un miroir tombé de la main de Dieu et qui s’est brisé. Chacun en ramasse un fragment et dit que toute la vérité s’y trouve. » (Djolâl ad-Din Rumi, 1207-1273)

Ce texte m’est revenu à la mémoire en lisant l’évangile de cette fête de la Pentecôte (Jn.15:26-27; 16:12-15).
Alors qu’il partage avec ses apôtres le dernier repas avant sa Passion, Jésus leur parle de celui qui viendra en son nom
et, à deux reprises, il le nomme: ‘l’Esprit de vérité’.
Et Dieu sait combien nous avons besoin de lui!

Sans honte aucune, certains segments de la société présentent comme vérité tout un amas de ‘fake news’ –
fausses nouvelles fabriquées au gré de ceux qui en font la promotion.
Certains politiciens peu scrupuleux et des responsables de médias qui ne le sont pas davantage mènent une propagande destinée à s’assurer des disciples qui soutiennent leur cause envers et contre tous!
Les médias sociaux emboîtent le pas et rajoutent des éléments peu fiables à ce qui circule déjà.
La vérité? Elle n’est pas une denrée monnayable, alors pourquoi s’en embarrasser?

Les paroles de Jésus sont vieilles de plus de 2000 ans mais sont message reste toujours d’actualité.
Il nous assure que c’est son Esprit qui nous guidera vers la vérité entière.
MA vérité n’est pas LA vérité, pas plus que celle de tout un chacun.
Il nous faut être prêt à recueillir les fragments de vérité où qu’ils se trouvent.

La fête de ce jour nous offre une invitation à devenir les disciples de celui qui a affirmé :
« Je suis la vérité » Jn.14:6).
Lui dont l’Esprit est toujours là pour nous guider vers la vérité tout entière (Jn.16:13).
 
Évidemment, une invitation attend une réponse…

Note: Une autre réflexion sur un thème différent est disponible en anglais à: https://image-i-nations.com/pentecost-year-b-2021/

 

Source: Image: www.focuselectro.com

 

 

Un robot nommé ‘Perseverance’

Vous êtes prêt/es? Oui, prêt/es pour le lancement dans tout juste 50 minutes, (à 7h50) en ce 30 juillet 2020 au Cap Carnaveral en Floride, du ‘rover’ PERSEVERANCE.

Il doit atteindre sa destination – la planète Mars – le 18 février 2021 et, à ce moment-là, la responsabillité de le mettre au pas, si on veut, incombera à une femme de chez nous: la scientifique de Joliette: Farah Alibay, ingénieure en aérospatiale.

Le but de cette mission est de découvrir des traces d’anciens microbes ayant peut-être peuplé la planète il y a plus de trois milliards d’années.

Le responsable du lancement à la NASA, Jim Bridenstine, a dit: «C’est la première fois dans l’histoire que la NASA a consacré une mission à ce qu’on appelle l’astrobiologie: la recherche de la vie, peut-être actuelle, ou de vie ancienne dans un autre monde».

Il ajoute: “Les rovers précédents des États-Unis ont démontré que la planète rouge avait été «habitable», c’est-à-dire que les conditions qu’on pense propices à l’apparition de la vie (carbone, eau, climat favorable) étaient présentes. Mais on ne sait toujours pas si elle a été habitée, et cette mission, décidée en 2012 et baptisée «Mars 2020», va tenter de répondre à la question”. (Journal de Québec, 27 juillet 2020)

Je vous demandais si vous étiez prêt/es… pour le lancement de ‘PERSEVERANCE’, oui, mais…
êtes-vous prêt/es aussi pour… une vie de PERSÉVÉRANCE.

Mais, la persévérance, c’est quoi au juste?
C’est ce qui nous pousse vers l’avant, un peu plus chaque jour, malgré les embûches, les embâcles, les embêtements du quotidien.
C’est ce qui fait que, selon l’expression populaire, on n’lâche pas, on poursuit son chemin pour atteindre sa destination.

L’apôtre Paul en parle ainsi:
“L’affliction produit la persévérance,
la persévérance la victoire dans l’épreuve, et cette victoire l’espérance.
Or, l’espérance ne trompe point, parce que l’amour de Dieu est répandu dans nos coeurs
par le Saint Esprit qui nous a été donné.”   (Rom.5:3-5)

Alors… on se lance!
Un lancement vers l’au-delà… oui, vraiment!
Ici… maintenant!

 

Source: Images: phys.org   NASA   YouTube

7è dimanche de l’année A – 2020

Le dicton nous est familier: “À l’impossible, nul n’est tenu.”
Il se pourrait qu’en lisant la 1ère lecture et l’évangile de ce dimanche (Lv.19:1-2,17-18) (Mt.5:38-48),
certains soient tentés de prononcer les paroles de ce dicton populaire.
Oserait-on le dire à… Dieu?

Il nous demande – n’est-ce pas plutôt un commandement?
“Soyez saints, car moi, le Seigneur votre Dieu, je suis saint.”
 
Et Jésus nous le rappelle:
“Vous donc, vous serez parfaits comme votre Père céleste est parfait.”
Être saint, être parfait – c’est bien au-delà de nos forces humaines, c’est évident.
On peut le désirer, on peut s’efforcer d’atteindre cet idéal, mais on reste toujours… en chemin.

Et si cela suffisait?
Des auteurs spirituels affirment: “Vouloir plaire à Dieu, c’est déjà lui plaire!”
Ne peut-on pas en dire autant du désir de devenir saint, parfait comme le Père?

Et quand on y pense bien, la sainteté, c’est le domaine de l’Esprit Saint lui-même.
Ce que l’apôtre Paul écrit aux chrétiens de Corinthe (2è lecture: 1 Co.3:16-23) s’adresse aussi à nous:

Ne savez-vous pas que vous êtes un sanctuaire de Dieu,
et que l’Esprit de Dieu habite en vous ?…
Le sanctuaire de Dieu est saint, et ce sanctuaire, c’est vous.”
 
Paroles encourageates s’il en est!
Une prière suppliante, continue, incessante, à cet Esprit de sainteté est sûrement un bon premier pas…

Note: Une video est offerte sur ce theme à: https://image-i-nations.com/images-de-dieu-4e-episode/(La 2è partie de la video est celle qui concerne ce texte de l’évangile).

Une autre réflexion est disponible sur un thème différent en anglais à: https://image-i-nations.com/7th-sunday-of-year-a-2020/

Source: Image: www.la-tente.org

6è dimanche de Pâques, année C – 2019

Les gens disent souvent des choses surprenantes, parfois même déroutantes.
On peut questionner leurs propos, ou les ignorer, ou même s’en moquer.
Mais quand c’est l’un ou l’autre texte de la Bible qui nous est adressé,
alors d’ordinaire on prête attention et, idéalement, on y réfléchit.

Aujourd’hui, c’est une courte phrase de la 1ère lecture (Ac.15:1-2,22-29) qui m’interpelle.
Les Apôtres et les Anciens d’Antioche, en Syrie, écrivent aux chrétiens d’autres communautés et disent :

« L’Esprit-Saint et nous-mêmes avons décidé… »
 
« L’Esprit-Saint et nous-mêmes…
Une affirmation assez audacieuse! Peut-être…
Mais une affirmation qui révèle une prise de conscience de la présence de quelqu’un –
quelqu’un qui inspire et qui guide – l’Esprit Saint lui-même.

Vous pensez sans doute : Ce sont des paroles qui conviennent au Pape et aux évêques.
Vous vous dites que cette façon de parler est propre au ‘magistère’, autrement dit : à l’Église enseignante.
Vous ne faites pas erreur.
Mais faut-il exclure ‘les autres’ – tout un chacun, vous et moi?

Personnellement, je suis convaincue que chacun/e non seulement peut, mais devrait, s’approprier ces paroles.
Évidemment pas pour s’arroger le pouvoir de dire aux autres quoi faire, ou ne pas faire, mais…

  • avant de prendre des décisions,
  • avant de faire des choix,
  • avant de privilégier telle ou telle option,

j’ose croire qu’il est bon de consulter celui que le Père et Jésus nous ont envoyé comme Conseiller –
lui, l’Esprit-Saint.
Par la suite, ayant perçu son inspiration et l’ayant suivie, alors en toute vérité, on peut alors se dire à soi-même :
« L’Esprit-Saint et nous-mêmes avons décidé… »
 
Note : Une autre réflexion est disponible sur un thème différent en anglais à : https://image-i-nations.com/6th-sunday-of-easter-year-c-2019/
 
 

Source : Image : Rembrandt de.wahooart.com
 

15è dimanche de l’année B

Les textes qui sont offerts à notre réflexion pour la célébration du dimanche sont parfois si riches que…
leur richesse passe parfois inaperçue.
C’est un peu comme si… une avalanche de beauté et de bonté nous submergeait…
On ne peut tout réaliser… tout comprendre… tout s’approprier…

C’est le cas de la 2è lecture de ce dimanche (15è dimanche, année B – Éph.1:3-14) :

« Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ
nous a comblés des bénédictions de l’Esprit,
il nous a choisis, dans le Christ, avant la fondation du monde,
il nous a prédestinés à être, pour lui, des fils adoptifs par Jésus, le Christ…
Nous avons le pardon de nos fautes.
Nous sommes devenus le domaine particulier de Dieu…
Vous avez reçu la marque de l’Esprit Saint. »
 
COMBLÉS, CHOISIS, PRÉDESTINÉS… ENFANTS DE DIEU, PARDONNÉS.

« C’est la richesse de la grâce que Dieu a fait déborder jusqu’à nous…”

Émerveillés, certains seraient tentés de dire : ‘Incroyable ! Est-ce vraiment possible ?…’
Pour ma part, je me dis qu’il suffit… d’accepter et d’en vivre!

Et de goûter car c’est vraiment un ‘avant-goût’ que ce texte nous donne :
«L’Esprit promis par Dieu est une première avance sur notre héritage. »

Note: Une autre réflexion est disponible en anglais sur un thème différent à: https://image-i-nations.com/15th-sunday-of-year-b/

Source : Images : christiannet.co.za The Trumpet

Une courte parabole… qui en dit long!

Un long texte peut expliquer bien des choses.
Mais une courte parabole peut aussi en dire long.
C’est le cas pour la parabole que nous présente
Jacques Miller dans la courte vidéo qui suit.

Le texte de cette parabole fait partie de
l’évangile du 11è dimanche de l’année B.