image-i-nations trésor

Journée des Nations Unies -24 octobre

Journée des Nations UniesUne journée mondiale consacrée à l’organisme qui est à l’origine d’un grand nombre de journées mondiales… il fallait y penser.

Le 24 octobre 1945…

« La Journée des Nations Unies nous offre l’occasion de réaffirmer les idéaux énoncés dans la Charte des Nations Unies, qui jour pour jour est entrée en vigueur il y a de cela 74 ans. En cette époque de tumulte généralisé, la Charte reste notre point de repère. » — António Guterres, Secrétaire général de l’ONU

Le choix de cette date a été arrêté pour marquer l’anniversaire de la création de cette organisation mondiale, en 1945.

Pour la petite histoire, notons que la Journée des Nations Unies a été proclamée en 1947, ce qui en fait une des plus anciennes recensées dans ce site !

ONU75 : Façonnons notre avenir ensemble

À l’occasion de la Journée des Nations Unies, le Secrétaire général, António Guterres, a annoncé que le 75e anniversaire de l’Organisation des Nations Unies, en 2020, serait célébré par un vaste débat inclusif à l’échelle planétaire sur le rôle de la coopération mondiale dans la construction de l’avenir que nous souhaitons.

Un site à visiter : www.un.org   Source: texte & Image: Journée Mondiale

21è dimanche de l’année B – 2021

Des choix – nous en faisons tous les jours et de toutes sortes
L’heure du lever, les vêtements à porter pour un rendez-vous, le cadeau d’anniversaire pour la fille aînée, l’endroit pour les prochaines vacances, etc.
De multiples autres choix s’imposent à nous au fil des jours.

Il y a des choix plus sérieux: le choix d’un emploi et, bien sûr,
celui d’un conjoint, ont beaucoup plus de poids et… de conséquences.

Et il y a LE choix, unique, primordial, essentiel…
C’est la décision d’accepter Dieu dans ma vie, ou… de ne pas lui laisser de place chez moi.

C’est justement ce choix auquel réfèrent la 1ère lecture et l’évangile de ce dimanche
(Jos.24:1-2,15-17,18b) (Jn.6:60-69).

Dans la 1ère lecture, c’est Josué qui invite le peuple à prendre une décision en ce qui concerne leur engagement envers Dieu.
« Choisissez aujourd’hui qui vous voulez servir…
Moi et les miens, nous voulons servir le Seigneur. » 

Le moment est venu pour eux de choisir si, oui ou non, ils entreront en alliance avec Dieu qui veut justement être LEUR Dieu.

 

Dans l’évangile, c’est Jésus lui-même qui confronte ses apôtres en leur demandant:
« Voulez-vous partir vous aussi? »

C’est ce qu’ont fait nombre de ses auditeurs
et c’est à eux maintenant de faire le choix de continuer à accompagner Jésus ou… de l’abandonner.

Il s’agit de choisir d’être avec lui ou… sans lui.
Il leur faut accepter ce qu’il dit – ce qu’il est – ou… refuser de s’en remettre à lui.

 

Et le même choix s’impose à nous…
Lui faire confiance pour tout ce qui nous touche –
notre présent, notre avenir,
nos activités, nos projets,
nos décisions, nos relations,
notre vie au quotidien et tout ce que cela comporte…

Un choix… en continu… jusqu’à la fin…

 

Une autre réflexion sur un thème différent est disponible en anglais à: https://image-i-nations.com/21st-sunday-of-year-b-2021/

 

Source: Images: Empresarios Nacionales   Vox

Journée mondiale de l’ingénierie pour l’avenir – 13 mai

Journée mondiale de l'ingénierie pour l'avenir

A une époque où les jeunes semblent se désintéresser de plus en plus des matières scientifiques et techniques, il a paru nécessaire à l’IEEE, la plus grande association technique au monde, de lancer une Journée Mondiale de l’Ingénierie pour l’Avenir. La date du 13 mai a été retenue car coïncidant avec celle de l’anniversaire de l’association, née en 1884.

Promouvoir les métiers scientifiques

Le but de la Journée de l’Ingénierie pour l’Avenir est de sensibiliser l’opinion publique aux diverses opportunités existant dans les différents domaines technologiques et enrayer la chute continuelle des inscriptions dans les filières technique, informatique et scientifique… Cette baisse est observée aussi bien dans les pays avancés (Etats-Unis, Europe) que dans les pays émergeants, comme la République Populaire de Chine. Ce manque de femmes et d’hommes formés aux disciplines scientifiques pourrait déboucher sur une pénurie de professionnels dans des domaines où se joue l’avenir de l’humanité comme celui de la santé, celui de la recherche, celui des énergies nouvelles ou encore celui des télé-communications.

Des ingénieurs sans frontières

Il nous a paru intéressant d’associer à cette journée l’action de l’ONG Ingénieurs Sans frontières Belgique, qui oeuvre dans trois directions principales:

  • sensibiliser et former les ingénieurs et les étudiants ingénieurs aux mécanismes de la coopération Nord-Sud,
  • favoriser l’émergence d’une ingénierie sociale pour des projets de développement local,
  • contribuer à renforcer les capacités de maîtrise d’ouvrage des collectivités locales du Sud pour la gestion durable de leur territoire.

Comme quoi le métier d’ingénieur mène à tout, même à la rencontre des autres…

Un site à visiter : www.generation-nt.com    Source: Texte & Image: Journée Mondiale

Journée Mondiale des pêcheurs artisans et des travailleurs de la mer – 21 novembre 2020

Journée Mondiale des pecheurs artisans et des travailleurs de la mer

Le 21 novembre 1997, à New Delhi, des travailleurs et travailleuses de la pêche de 33 pays ont créé la journée mondiale ainsi que le forum mondial des pêcheurs et des travailleurs de la pêche, en insistant sur l’importance du regroupement des pêcheurs, une catégorie socioprofessionnelle réputée pour son individualisme.
Composé de groupes tels que le Collectif national des pêcheurs artisans du Sénégal (CNPS), l’Union des pêcheurs des Maritimes (Canada), la CONAPACH (Chili), le Réseau national des pêcheurs du Mexique, et le Forum national des travailleurs de la pêche de l’Inde.

Objectif et avenir

Cette nouvelle organisation vise à défendre et à promouvoir les intérêts des hommes et des femmes qui vivent de la pêche artisanale. Elle permet de mettre en valeur les liens de solidarités qui se sont noués entre les différentes organisations de pêcheurs artisans et de travailleurs de la pêche à travers le monde. Elle permet également de mettre en exergue des questions d’actualités essentielles pour l’avenir du secteur des pêches maritimes.

Les pêcheurs doivent aujourd’hui faire face à une pression grandissante de la part du tourisme, des industries polluantes mais aussi de la part des techniques de pêches destructrices.

Quelques chiffres…

La Chine est le pays comptant le plus grand nombre de pêcheurs, avec 6 millions de professionnels recensés. 94 millions de tonnes de poisson sont pêchées annuellement à travers le monde. Selon les statistiques disponibles au ministère de la Pêche, la production totale de poisson s’élevait à environ 12 085 tonnes en 1999, dont 1 225 tonnes pour la pêche artisanale, contre 18 956 tonnes en 1994.

Source: Texte & Image: Journée mondiale

Les Psaumes… toujours actuels, toujours ponctuels – 8è épisode

Le présent peut être lourd, pénible, il paraît parfois… sans issue.
Une période de pandémie, ça nous semble un peu comme ça –
sans issue immédiate, pas de vaccin, la guérison se fait attendre…
Mais en regardant le passé, on trouve parfois des pistes…
des pistes du passage de Dieu et de son intervention.
Le Psalmist en parle d’expérience.

Journée Mondiale de l’environnement – 5 juin

Cette journée a été promulguée par le PNUE, comprenez le Programme des Nations Unies pour l’Environnement. Elle est célébrée depuis de nombreuses années et soulève régulièrement les questions essentielles de la protection de l’environnement et ses conséquences sur la qualité de vie des populations et la survie de notre planète.

Le PNUE a établi une liste de points noirs sur lesquels un effort important doit être entrepris de toute urgence :

  • lutte contre la destruction de la couche d’ozone
  • lutte contre la déforestation
  • préservation de la qualité des réserves d’eau
  • lutte contre la désertification et la sécheresse

Le constat du PNUE est sévère car peu de ces objectifs ont été atteints et le cri d’alarme lancé à l’occasion de la conférence RIO + 20 paraît désespéré !

Economie verte, en faisons-nous partie ?
Le développement économique est souvent pointé du doigt par les instances internationales qui tentent de promouvoir un développement raisonné respectueux de la planète. Notre fameux développement durable…

Le décalage entre les pays dits développés et les pays en voie de développement est criant. Si les économies européennes prennent de plus en plus en compte ces problématiques dans leur développement, que dire d’une économie US encore très en retrait sur toutes ces questions et celle de certains pays du sud-est asiatique où ces recommandations sont surtout l’expression de l’égoïsme des pays riches.

Message d’espoir
Le message envoyée par Irina Bokova, la directrice générale de l’UNESCO, à l’occasion de la Journée mondiale de l’environnement 2012, est riche de promesses :  « Nous voulons un avenir où nous pourrons vivre dans un environnement sain en entretenant des liens solides avec la nature et des relations sociales riches et diversifiées. Pour cela, nous devons créer un environnement florissant. Nous devons créer des économies vertes ».    

Un site à visiter : www.unesco.org Source : Texte & Image : Journée Mondiale 

Un programme d’action
La Journée mondiale de l’environnement est la journée la plus importante célébrée par les Nations Unies visant à encourager la sensibilisation et des actions mondiales en faveur de la protection de notre environnement. Depuis son lancement en 1974, cette journée est devenue une plate-forme mondiale de sensibilisation du public célébrée dans plus de 100 pays.

Le thème
Chaque Journée mondiale de l’environnement est organisée autour d’un thème visant à attirer l’attention du public sur une préoccupation environnementale particulièrement d’actualité. Le thème de cette année 2018 est la lutte contre la pollution plastique.

Le pays hôte
Chaque année, la journée mondiale de l’environnement est organisée par un pays hôte différent, où se déroulent les célébrations officielles. L’accent mis sur le pays hôte contribue à mettre en évidence les défis environnementaux auxquels celui-ci est confronté et chaque pays est invité à initier des efforts pour y remédier. Le pays hôte de cette année est l’Inde.

Source : Texte : https://worldenvironmentday.global Image : IndiaCelebrating.com

Saviez-vous que…

  • Chaque année la population mondiale utilise 500 milliards de sacs de plastique.
  • Durant la dernière décennie nous avons produit plus de plastique que durant tout le siècle précédent.
  • Nous achetons un million de bouteilles de plastique par minute.
  • Le plastique compte pour 10% des déchets que nous produisons.
Source : Statistiques : ONU

Journée mondiale de l’altruisme – 26 mai

1 ère JOURNÉE MONDIALE DE L’ALTRUISME

Qui sont les organisateurs ?
Les membres de Mouvement Altruiste se composent d’hommes et de femmes, mais aussi d’enfants et de familles, soucieux, à leur niveau, d’apporter une pierre à l’édifice d’un monde plus altruiste. Ils opèrent des choix qui, à court ou à long terme, ont des conséquences profitables à tous.

A qui s’adresse cette journée ?
À toute personne soucieuse de créer le monde de demain, en y apportant davantage d’humanité. Aux consommateurs, soucieux de leurs choix, qui ne veulent plus participer au travers de leurs actes à la destruction de la planète et à la souffrance d’autrui.

Source : Texte & Image : www.bernieshoot.fr

 

5è dimanche de Pâques, année B

Quand quelqu’un répète quelque chose une 2è, et une 3è fois, on comprend que, pour cette personne, la chose est importante.
Quand on répète, quand on insiste, quand on rappelle à l’attention des autres un sujet quelconque,
c’est que ce sujet a une importance particulière à nos yeux.

Il est intéressant – et plus qu’étonnant – de noter que dans l’évangile de ce dimanche (5è dimanche de Pâques, année B – Jn.15:1-8)
on retrouve le mot ‘demeure’ 8 fois.

Oui, vous avez bien lu : 8 fois et ce n’est pas un parent ou ami/e qui prononce le mot mais c’est… Jésus lui-même qui répète!
C’est lui qui nous exprime ce que Dieu désire de nous, ni plus ni moins!
Étonnamment, c’est Dieu qui veut qu’il en soit ainsi : que lui demeure en nous et que nous demeurions en lui!
 
Une question surgit : Qu’est-ce que cela veut dire en fait?…
Chacun/e trouvera sa réponse personnelle, personnalisée par son expérience quotidienne où Dieu rejoint cette personne et l’accompagne.
Une ébauche de réponse pourrait dire que vivre en Dieu et lui permettre (!) de vivre en nous c’est :

  • prendre, peu à peu, sa manière de penser, de voir les situations, d’agir et de réagir;
  • nous mettre à l’écoute de son Esprit et le laisser nous guider dans les situations de notre quotidien;
  • accepter qu’il nous indique le chemin dans la réalisation de nos plans et nos projets, dans nos excursions et nos aventures;
  • lui faire confiance, absolument, sans réserve;
  • s’en remettre à lui pour tout ce qui est du passé et… de l’avenir.

« Je demeure… Il demeure… » Au présent et… en continu!

Note: Voir aussi: https://image-i-nations.com/un-shack-ou-un-chateau/ et https://image-i-nations.com/demeurer-et-porter-du-fruit/

Une autre réflection est disponible en anglais sur un thème différent à: https://image-i-nations.com/5th-sunday-of-easter-year-b/

Source: Image: Collection personnelle

Journée Internationale des enfants soldats – 12 février

Ces dernières décennies, la proportion des victimes civiles des conflits armés a augmenté de façon spectaculaire; elle dépasserait à présent les 90 %. La moitié environ de ces victimes sont des enfants. Vingt millions d’enfants peut-être ont été contraints de fuir de chez eux en raison des conflits et des violations des droits fondamentaux, et vivent comme réfugiés dans les pays voisins ou sont déplacés dans leur propre pays.

Au cours de la décennie écoulée, les conflits armés ont directement tué plus de 2 millions d’enfants. Ils sont plus de trois fois plus nombreux – au moins 6 millions – à avoir été frappés d’une invalidité permanente ou grièvement blessés. Plus d’un million d’enfants ont été rendus orphelins ou ont été séparés de leur famille. Entre 8,000 et 10,000 enfants sont tués ou mutilés par des mines terrestres chaque année.

300 000 enfants soldats
On estime que 300 000 enfants soldats – des garçons et des filles de moins de 18 ans – sont mêlés à plus de 30 conflits dans le monde. Ils sont utilisés comme combattants, coursiers, porteurs ou cuisiniers, et pour fournir des services sexuels. Certains sont recrutés de force ou enlevés, d’autres s’enrôlent pour fuir la pauvreté, la maltraitance et la discrimination, ou pour se venger des auteurs d’actes de violence commis à leur encontre ou contre leur famille.

En 2002, le Protocole facultatif à la Convention relative aux droits de l’enfant concernant la participation des enfants aux conflits armés est entré en vigueur. Il interdit la participation d’enfants de moins de 18 ans aux hostilités. Outre qu’il exige des Etats qu’ils portent à 18 ans l’âge du recrutement obligatoire et de la participation directe aux hostilités, le Protocole facultatif leur fait obligation de porter au-delà du minimum actuel de 15 ans l’âge du recrutement volontaire.

Pendant les conflits armés, les filles et les femmes sont menacées de viol, de violence, d’exploitation sexuelle, de traite, et d’humiliation et de mutilation sexuelles. L’utilisation du viol et d’autres formes de violence contre les femmes est devenue une stratégie dont se prévalent toutes les parties aux conflits. Les rapports d’enquête établis à la suite du génocide commis en 1994 au Rwanda ont conclu que presque toutes les femmes de plus de 12 ans ayant survécu au génocide avaient été violées. Pendant le conflit dans l’ex-Yougoslavie, on a calculé que plus de 20,000 femmes avaient été victimes de violences sexuelles. Par ailleurs, les conflits désintègrent les familles, alourdissant encore le fardeau économique et psychologique pesant sur les femmes.

Environ un tiers des 25 pays où vivent la plus forte proportion d’enfants rendus orphelins par le SIDA ont été touchés ces dernières années par des conflits armés. Sept des dix pays à plus fort taux de décés parmi les moins de cinq ans sont touchés par des conflits de ce type.

Les enfants mêlés à des conflits armés sont régulièrement confrontés à des événements émotionnellement et psychologiquement douloureux, tels que la mort violente d’un parent ou d’un proche, la séparation d’avec leur famille, le fait d’avoir vu des êtres chers tués ou torturés, l’éloignement de leur foyer et de leur communauté, l’exposition aux combats, aux bombardements et à d’autres situations mettant leur vie en danger; les mauvais traitements, tels que l’enlèvement, l’arrestation, la détention, le viol ou la torture, la perturbation des études et de la vie communautaire, le dénuement et un avenir incertain. Certains prennent même part à des actions violentes. De plus, les enfants, quel que soit leur âge, sont profondément affectés par le niveau de stress que connaissent les adultes qui s’occupent d’eux.

Un site à visiter : www.in-terre-actif.com       Source: Texte: Journée Mondiale  Image: BBC News