image-i-nations trésor

17è dimanche de l’année B – 2021

Une scène de l’évangile si familière, la multiplication des pains (Jn.6:1-15),
peut-elle encore nous apprendre quelque chose que nous ignorons?
Si quelqu’un demandait ce que Jésus a fait, on lui répondrait sans hésitation, avec chiffres à l’appui,
qu’il a nourri une foule de de cinq mille hommes
« sans compter les femmes et les enfants », précise un autre évangéliste (Mt.14:21).

Si une autre question surgit qui demande :
« Mais… qu’a-t-il fait exactement?
Avec cinq pains disponibles, comment en est-on venu à avoir un nombre incalculable de pains remplissant de nombreux paniers? »
La réponse devient… silence !

La frustration qui résulte de notre ignorance doit conduire à… une autre question:
« Pourquoi Jésus a-t-il fait un tel geste? »

L’évangéliste Marc qui décrit, lui aussi, la scène (Mc.8:1-9),
ajoute les paroles de Jésus aux apôtres qui suggèrent de renvoyer les gens pour qu’ils trouvent eux-mêmes de la nourriture.
La réponse de Jésus est révélatrice :

« Si je les renvoie chez eux à jeun, les forces leur manqueront en chemin;
car quelques-uns d’entre eux sont venus de loin. »
 
Voilà ce qui donne la signification vraie de ce que l’on nomme un ‘miracle’.
Un miracle n’est pas un tour de magie performé au moment approprié pour épater un auditoire.
Ce n’est ni un tour de force, ni une performance brillante.
Ce n’est pas un geste basé sur la crédulité des gens et suscitant leur admiration.

L’apôtre Jean parle des miracles comme des signes –
ce sont les signes que Dieu est avec nous et pour nous.
Ce sont des signes de sa compassion
une compassion qui nous connaît si bien,
et qui connaît nos nombreux besoins, petits et grands!

Alors, même si le récit de la multiplication des pains nous est bien connu,
il est bon de faire de nouveau l’expérience de la compassion qui veut nous rejoindre
précisément dans ces besoins qui sont nôtres… quels qu’il soient…

Note: Une autre réflexion sur un thème différent est disponible en anglais à: https://image-i-nations.com/17th-sunday-of-year-b-2021/
 

 

Source: Images: Ebenezer Baptist Church   the church of Jesus Christ of latter days  

Baptism of the Lord, Year B – 2021

Questions are asked of us throughout the day and every day.
Some are about minor things, or small matters, and they require little thinking.
Other questions are about more serious aspects of our lives
and we may need to pause before we give an answer.

Of course, much depends also on… who is asking the question.
What about if it is… GOD who is asking us questions?!
Because he does ask us and these questions reach us personally and intimately.

In the text of the 1st reading today, God’s question is addressed to us through the prophet Isaiah (Is.55:1-11).
We hear him say:

Why spend money… and your labor on what does not satisfy?”
 
This question may reach us when we did not expect it and yet…
it involves something that touches us closely:
our money, our labor, ultimately, our choices and our values.
In simple words: What do we live for?
From what do we expect to find satisfaction, in fact: where do we look for happiness?

After questioning us, God invites us:
“Give ear and come to me; listen, that you may live.”
 
At the beginning of a new year, this invitation opens up for us the path to follow –
to listen to the Lord and find the path to LIFE, a life full and meaningful.

Personally, I believe that if this is what God offers, it is the best that can truly SATISFY us.
 

Note: Another reflection is available on a different theme in French at: https://image-i-nations.com/bapteme-du-seigneur-b-2021/

 

Source: Image: Pinterest

32nd Sunday of Year A – 2020

Listening to a speaker not very interesting, one may fall asleep.
Falling asleep watching a television program rather dull is also common.
It happens also that we fall asleep while waiting for someone who delays in coming.

Such situations are not serious and of not much consequence.
But… Jesus’ parable in today’s gospel – that of the Ten bridesmaids – (Mt.25:1-13) leads us to ask the question:
‘Are we falling asleep while waiting for… the Lord?’
This is more serious indeed.

It may be that we are distracted by more pressing concerns, more interesting activities, perhaps.
We have possibly somehow forgotten the presence of God and our commitment to follow him.
We may feel that he does not make his presence felt as we would like him to do…
His action in the world is not obvious and…
his intervention in our lives when we need him most does not always correspond to what we hope for.

So, Jesus’ words are a reminder – serious and urgent – that we are to keep watch,
to be alert and intent on welcoming him
at whatever time and in whatever situation he chooses to reach us.

Waiting for the Lord we should be waiting on the Lord:
being attentive to him and responsive to the inspiration of his Spirit.
 

Note: Another reflection on a different theme in French can be found at: https://image-i-nations.com/32e-dimanche-de-lannee-a-2020/

 

Source: Images: www.marysrosaries.com   Pinterest

27th Sunday of Year A – 2020

At times, when reading a text from Scripture, you may stop short and ask yourself: ‘Is this really possible?’

The 2nd reading of this Sunday (Ph.4:6-9) could provoke such a reaction.
Writing to the Philippians, the apostle Paul tells them:       

“Do not be anxious about anything.”
 
The question cannot fail to come to our minds: ‘Is this really possible?’
God knows how many things make us worry and how many situations bring anxiety to us.
Problems and difficulties are sometimes too many, too heavy, and we experience insecurity and fear.
We feel that what we have to face is just too much for us.

Paul tells the first Christians what they should do to overcome their anxiety:
“In every situation, by prayer and petition, with thanksgiving, present your requests to God.”
 
THE problem might be that… we try to manage on our own… while God’s help is there at hand.
God’s strength, God’s comfort, God’s assistance, GOD is there… waiting that we turn to him –
turn to him with our requests for all that we are in need of.

The result of such relying on him can be astonishing.
Paul assures us:
 
“The peace of God, which transcends all understanding, 
will guard your hearts and your minds in Christ Jesus.”

It is worth trying…

 

Note: Another reflection on a different theme in French can be found at: https://image-i-nations.com/27e-dimanche-de-lannee-a-2020/

 

Source: Image: Inspirational Bible Verse Images – Knowing Jesus

26th Sunday of Year A – 2020

At times, it happens that we honestly wonder what God expects from us.
We ask ourselves what would be pleasing to him in our way of living from day to day.

The first Christians of Philippi may have also been asking themselves the same question.
In today’s 2nd reading, we read Paul’s words to them as he gives them a guideline which is fitting for us as well.
In simple words it demands of us: BE LIKE CHRIST.

It seems that Paul’s words are not easy to translate as different versions of the text (Ph.2:5) give us a somewhat different advice:

In your relationships with one another, have the same mindset as Christ Jesus.” (New International Version)
Or:
“Let this mind be in you, which was also in Christ Jesus:” (King James version)
Or:
Adopt the same attitude as that of Christ Jesus.” (Christian Standard Version)

But, if we think about it, the three versions come to the simple 3-word text above: BE LIKE CHRIST –
in the way you think, the way you behave, the way you relate to others!

A demanding programme of life… the one pleasing to him in the very way that Christ did!
 

Note: Another reflection on a similar theme in French can be found at: https://image-i-nations.com/26e-dimanche-de-lannee-a-2020/

 

Source: Image: wisdomandinstruction.org
 

21è dimanche de l’année A – 2020

Connaître quelqu’un… c’est toute une science, c’est plutôt une expérience!
On peut connaître des choses – des faits divers, des événements de l’histoire, les secrets de la science.
Mais le secret d’un être humain, c’est autre chose!
Ce qui fait l’identité, ce qui est au cœur de la personnalité de quelqu’un, c’est une connaissance particulière, vraiment.

L’évangile d’aujourd’hui (Mt.16:13-20) nous présente la scène où, justement, Jésus questionne ses apôtres sur son identité à lui.
Et, il le fait par étape, dirait-on.
Il demande d’abord ce que les gens pensent de lui.
Que dit-on dit de lui parmi ceux et celles qui écoutent son enseignement et le voient agir.

Différentes personnes ont des opinions différentes sur le sujet – on le voit comme un prophète, il fait des choses extraordinaires; pourtant on sait d’où il vient, on connaît sa famille, son village.

Mais, Jésus devient plus personnel et s’adresse directement aux apôtres, ses proches, ceux qui partagent sa vie au quotidien.
Eux, comment le connaissent-ils, ou plus exactement qui est-il pour eux?

Comme à l’ordinaire, Pierre parle au nom du groupe.
Il fait ce que nous considérons aujourd’hui une profession de foi.
Il affirme que l’identité de Jésus va bien au-delà de ce que les yeux peuvent apercevoir.
Au-delà aussi de ce qu’on perçoit en le côtoyant.

Et il y a une autre étape… celle-là n’est pas dans le texte de l’évangile –
c’est celle où Jésus nous demande, à chacun/e de nous qui il est pour nous personnellement.

Cela est au cœur, non seulement de SON identité à lui, mais de la nôtre comme chrétiens.
La réponse – personnalisée – ne peut venir que… de vous et de moi…
Elle doit s’exprimer au fil des jours, tout au long de notre expérience humaine.

Note: Une autre réflexion est disponible en anglais sur un thème différent à: https://image-i-nations.com/21st-sunday-of-year-a-2020/

 

Source: Image: Third Hour  

Fête de la Sainte Trinité, année A – 2020

Vous arrive-t-il de… questionner Dieu?
Pas directement, pas ouvertement, mais secrètement.
Au fond de chacun/e de nous, il y a souvent une petite question lancinante…
Elle apparaît parfois soudainement et, d’une façon inquiétante, elle murmure :
‘POURQUOI?’

Notre quotidien offre souvent des événements qui poussent à poser cette question.
Nous nous trouvons parfois dans des situations qui nous bouleversent et, évidemment,
nous nous demandons POURQUOI Dieu permet de telles choses.
Nous regrettons que Dieu demeure silencieux au sujet de… ses motivations!

Peut-être n’avons-nous jamais posé la question…
mais, en cette fête de la Sainte Trinité, dans le texte de l’évangile d’aujourd’hui (Jn.3:16-20),
Dieu donne une réponse précise à un sujet bien important.
Il nous dit clairement POURQUOI il est venu dans notre monde comme l’un de nous.
C’est une réponse qui peut nous surprendre – elle devrait nous étonner, oui, et nous réjouir!

« Dieu a envoyé son Fils dans le monde,  SUNSET
non pas pour juger le monde,
mais pour que, par lui, le monde soit sauvé. »

Peut-être est-ce la réponse la plus… importante à la question… qui ne l’est pas moins!
Et si elle pouvait susciter la prière de Moïse que nous retrouvons dans la 1ère lecture (Ex.34:4-6,8-9)

« S’il est vrai, mon Seigneur, que j’ai trouvé grâce à tes yeux,
daigne marcher au milieu de nous. »

Note: Une autre réflexion est disponible sur un thème différent en anglais à: https://image-i-nations.com/feast-of-the-holy-trinity-year-a-2020/

 
Source: Images: Jésus mon sauveur – Centerblog,   Unsplash

 

5è dimanche de Pâques, année A – 2020

À la lecture d’un texte de l’évangile, il vous arrive peut-être, comme à plusieurs,
en notant une opinion ou une question de quelqu’un dans l’entourage de Jésus,
de vous dire à vous même: ‘J’aurais dit la même chose! J’aurais posé la même question!’

C’est bien normal: les gens du temps de Jésus, les apôtres eux-mêmes, étaient différents de nous,
mais ils /elles partageaient bien des caractéristiques de notre humanité!

La scène de l’évangile de ce dimanche nous les présentent (Jn.14:1-12)
partageant avec Jésus le repas de la pâque juive.
L’occasion semble plus solennelle que d’ordinaire, Jésus paraît triste…
Il parle longuement, il dit des choses qui, à certains moments, leur paraissent bien mystérieuses.

Il faut se rappeler que ces disciples de Jésus n’étaient pas des maîtres en théologie,
pas d’exégètes parmi eux, ou de professeurs de doctrine,
mais des gens du peuple, remplis de bonne volonté, fidèles à suivre Jésus,
mais souvent perplexes en entendant ses propos.
L’évangile le mentionne à plusieurs reprises: ils voulaient souvent l’interroger
n’ayant pas compris ce qu’il voulait dire à un moment ou l’autre (Mc.4:13;

Mc.9:32; Lc.8:9; Jn.16:19).

Et voilà que pendant ce dernier repas avant sa Passion,
Jésus parle à plusieurs reprises du Père, de SON Père.
Dans l’une des traductions des chapîtres 13 à 16 de l’évangile de Jean (Bible de Jérusalem),
Jésus répète le mot ‘Père’ 45 fois!
Et le chapitre 17 est le texte de la prière de Jésus à son Père.

Dieu: Yahweh/Jéhovah-l’Éternel, Elohim-Créateur, Adonai-Seigneur éternel,
tous ces titres étaient des noms familiers aux apôtres mais… Père ?

Messager de Dieu, le prophète Osée avait dit en son nom:
“Quand Israël était jeune, je l’aimais, et j’appelai mon fils hors d’Égypte.” (Osée 11:1)
Mais Jésus parle de Dieu-Père avec un accent nouveau, il mentionne ce nom avec un tel respect…

Philippe parle sûrement au nom de tous les apôtres – et possiblement du nôtre aussi – en disant:
Seigneur, montre-nous le Père; cela nous suffit.

Ces paroles lui obtiennent une réponse bien énigmatique de la part de Jésus:
Il y a si longtemps que je suis avec vous, et tu ne me connais pas, Philippe !
Celui qui m’a vu a vu le Père.
Comment peux-tu dire : ‘Montre-nous le Père’ ?
Tu ne crois donc pas que je suis dans le Père et que le Père est en moi !”

“Je suis dans le Père et le Père est en moi.”
Mystère? Oui, celui d’une identité partagée, d’une intimité unique.

Philippe a-t-il compris? Seul LE FILS peut vraiment comprendre…
Et nous? Nous sommes invité/es à en vivre dans la foi: PÈRE!

Note: Une courte vidéo offre une réflexion sur un autre aspect de ce texte de l’évangile à: https://youtu.be/Pw2twpSRmt8
Et une autre réflexion est disponible sur un thème différent en anglais à: https://image-i-nations.com/5th-sunday-of-easter-year-a-2020/

 

Source: Image: Pinterest

Vendredi-Saint, année A – 2020

POURQUOI ?…

LA question…

Les enfants la posent déjà alors qu’ils ne peuvent que balbutier: “Pourquoi, maman ? Pourquoi, papa?”
C’est la question que l’ado se pose à lui-même et à d’autres.
Et l’adulte se débat avec le même questionnement: ‘Pourquoi ?’

Pourquoi les choses sont-elles comme elles sont – nous laissant toujours insatisfaits ?
Pourquoi les événements se produisent-t-ils comme ils le font – dévastateurs, troublants ?
Pourquoi les gens autour de nous sont-ils si indifférents, ou pire, si malfaisants ?

Sans doute, ceux qui sont révoltés, ou ceux que le mal a broyés impitoyablement, oseront demander:
Pouquoi Dieu est-il… ce qu’il est, ou pourquoi n’est-il pas là?
 
Ç’est insensé, absurde, sans raison, sans justification…
Que Dieu devienne un être humain, et que la souffrance lui en fasse perdre jusqu’à l’apparence. (Is.52:14)

Que Dieu prenne sur lui ce qui est nôtre – nos révoltes, nos fautes, notre châtiment. (Is.53:5)

Que celui qui est le Verbe incarné n’ouvre pas la bouche. (Is.53:7)

Que celui qui a créé tous les êtres soit par les humains arrêté, jugé, supprimé. (Is.53:8)

Et que Dieu devenu-l’un-de-nous ose poser la question:
“Mon Dieu, mon Dieu, POURQUOI m’as-tu abandonné?” (Mc.15:34)

“Mon serviteur réussira, dit le Seigneur; il montera, il s’élèvera, il sera exalté ! (Is.52:13)
LA réponse à LA question…
C’est… au futur, c’est l’avenir, c’est…la FOI.

La foi qui redit… au présent continu… “Père, entre tes mains je remets mon esprit.” (Lc.23:46)
 
Note: Un autre texte offre une médiation différente sous forme de blogue à: https://image-i-nations.com/un-vendredi-different-de-tous-les-autres/

Et une autre réflexion est disponible sur un thème différent en anglais à: https://image-i-nations.com/good-friday-year-a-2020/

Source: Image: Photowall, Diego Velasquez

 

 

 

 

 

Psalm Sunday, Year A – 2020

“Who is this man?”
The question is old…
In fact, it is over 2000 years old…

It comes at the last verse of this Palm Sunday gospel text (Mt.21:1-11).
People acclaim Jesus entering Jerusalem on a donkey –
they throw branches on the ground, they wave palms and they shout praises with joy.
But, some are puzzled and voice THE question:
“Who is this man?”
 
After the calming of the storm, the apostles were asking precisely this:
“Who is this? Even the wind and the waves obey him!” (Mk.4:41)

They had heard people discussing among themselves saying:
« Some say John the Baptist; others say Elijah; and still others, one of the prophets. » (Mk.8:28)

The leaders of the Jews had asked him directly:
“Who are you?” (Jn.8:25)

Herod wanted to see him to make up his mind:
“Who is this I hear such things about?” (Lk.9:9)

Pilate wanted to know what Jesus had to say for himself:
« Are you the king of the Jews? » (Jn.18:33)

Years of exegetical research, centuries of theological reflection, a long list of Councils
have pondered over the very same question about… the Man-God, God-become-man…
Philosophers, historians, scientists, artists, believers and unbelievers alike,
all have asked… and they are still asking…

The question remains – now addressed to each one of us personally:
“Who is this man”… for me?

Note: Another reflection is available on a different theme in French at: https://image-i-nations.com/dimanche-des-rameaux-annee-a-2020/

 

Source: Image: crosswalk.com

 

 a