image-i-nations trésor

Journée mondiale de l’olivier – 26 novembre

Journée mondiale de l'olivier

L’Unesco consacre une journée mondiale à l’olivier. Mais de quoi parlons-nous ? Un arbre ou un symbôle… en fait tout est lié !

La Journée mondiale de l’olivier, proclamée lors de la 40ème session de la Conférence générale de l’UNESCO en 2019, est célébrée le 18 novembre de chaque année. 

Le rameau d’olivier

L’olivier, et plus particulièrement, le rameau d’olivier, occupe une place importante dans l’esprit des hommes et des femmes. Depuis les temps les plus reculés, il symbolise la paix, la sagesse et l’harmonie. Son importance dépasse les pays d’origine de cet arbre pour atteindre les peuples et les communautés du monde entier. 

Face au changement climatique

La nécessité de conserver et de cultiver l’olivier devient un impératif grandissant à mesure que le monde est confronté au changement climatique. La protection du patrimoine culturel et naturel, y compris les paysages, est au cœur de la mission de l’UNESCO et la célébration de la Journée mondiale de l’Olivier vient renforcer ses efforts en faveur de la durabilité de l’environnement.

Un site à visiter : fr.unesco.org    Source: Texte & Image: Journée Mondiale

On change d’heure… Une heure de plus…

On change d’heure – vous le savez, on vous l’a dit, on vous l’a répété.
Vous murmurez: ’Merveilleux’, et vous vous mettez à penser :
Une heure de plus! Mais… je vais faire quoi au juste?

Certains décident de se donner une heure additionnelle de sommeil – ça fera du bien.
D’autres pensent à une randonnée pour admirer les riches couleurs de l’automne – une cure de beauté.
D’autres encore rendront une visite pour renouer une amitié de longue date…

Celui-ci propose à des amis une activité de groupe.
Celle-là interpelle des voisines pour un peu de bénévolat.

L’un veut faire une course à pied sur son sentier préféré.
Alors qu’une autre fera des courses au Centre d’achats du quartier.

On peut s’adonner à…
Une conversation téléphonique…
Une conversation électronique…
Une conversation… avec Dieu?!

Oh, mais?
Mais la prière, c’est cela, non?

Une heure de ‘ressourcement’ – de retour à la Source…
S’abreuver… boire à satiété.
Il nous invite lui-même:
« Vous tous qui avez soif, venez aux eaux, même celui qui n’a pas d’argent! Venez…» (Isaïe 55:1).
 
Une heure, avez-vous dit?…

L’image du Petit Prince de Saint-Exupéry me revient à la mémoire.
Il fait la rencontre d’un marchand de « pilules qui apaisent la soif, elles font disparaître le besoin de boire. »

Dans quel but, demande la Petit Prince?
Le marchand lui assure qu’il ferait une grosse économie de temps : il sauverait ainsi… 53 minutes.

La sagesse d’un enfant – si près de celle de Dieu – répond:
« Moi, si j’avais 53 minutes à dépenser, je marcherais tout doucement vers une fontaine… »
 

Source: Images: 4tempsdumanagement.com    Artisan Paysagiste

 

 

4è dimanche de l’Avent, année B – 2020

Un vieux dicton, que l’on n’entend plus souvent, affirme:
« L’homme propose et Dieu dispose. »
Nos ancêtres le mentionnaient quand leurs plans ne se réalisaient pas.

Ces paroles de sagesse me sont revenues à la mémoire en lisant la 1ère lecture de ce dimanche (2 S.7:1-5,8-12,14-16).
Le roi David prend conscience qu’il vit dans un palais alors que l’Arche de l’Alliance – le lieu symbolique de la présence de Dieu – est dans « un abri de toile ».
David veut remédier à cette situation – il se propose de construire un temple digne de la majesté de Dieu.

Il fait part de son idée au prophète Nathan qui l’encourage à réaliser son plan.
Mais la nuit même, Dieu intervient en commandant à Nathan d’informer David qu’il ne doit pas mettre son plan à exécution.
Mais pourquoi? Il s’agissait d’une initiative généreuse de la part du roi et le prophète l’avait d’abord approuvée.

Voilà que Dieu justifie sa position en mentionnant une longue liste de tout ce que lui, Dieu, a fait pour David tout au long de sa vie.
Et Dieu ajoute tout ce qu’il fera encore pour sa descendance dans l’avenir.
La perspective est tout d’un coup changée – ce qui est important, ce ne sont pas les plans et les réalisations des humains
mais les plans et les réalisations de Dieu.

Je m’arrête et je regarde le déroulement de ma vie et… tous mes plans écroulés, toutes mes belles initiatives qui n’ont pas abouti…
Et soudain, je réalise que tant d’autres choses se sont matérialisées, tant de projets ont été achevés… presqu’à mon insu parce que…
Dieu s’en était mêlé, dirait-on dans le langage courant!

Avec émerveillement, je peux affirmer qu’elle est vraie pour moi aussi cette parole de Dieu :
« J’ai été avec toi partout où tu es allé. »
 
Cela devrait me suffire pour que je m’en remette à lui pour tout ce qui n’est pas encore mais qui sera!…

 

Note: Une vidéo sur les thèmes de ce dimanche est disponible à : https://youtu.be/SWTkogV5Jws

Une autre réflexion est disponible en anglais sur un thème différent à: https://image-i-nations.com/4th-sunday-of-advent-year-b-2020/

 

 Source: Image: citation-celebre.leparisien.fr

Fête de la Pentecôte, année A – 2020

En ce dimanche de la Pentecôte, la 1ère ligne de la 2è lecture (1 Co.12:3-7,12-13) nous dit,
mieux encore, le texte nous avertit :

« Personne n’est capable de dire : « Jésus est Seigneur »
sinon dans l’Esprit Saint. »

Comment exprimer l’inexprimable?
Par définition, ce n’est pas possible.
Comment parler… de Dieu, oui, DIEU?
Et comment parler… à Dieu?

Les humains que nous sommes ne peuvent que balbutier.
Mais un humain parmi nous – Emmanuel, l’Homme-Dieu – a bien su le faire.
Il a nommé Dieu de son vrai nom : ‘Père’, avec l’accent unique qui était le sien.

Et il nous rend capable de le faire nous aussi.
Il le fait en nous donnant – et sans réserve – SON Esprit.

En écrivant aux premiers chrétiens de Rome, l’apôtre Paul les assure:

« L’Esprit Saint vient au secours de notre faiblesse, car nous ne savons pas prier comme il faut.
L’Esprit lui-même intercède pour nous par des gémissements inexprimables. » (Rom.8:26)
 
Et si c’était cela le secret de la Pentecôte… permettre à Dieu d’être Dieu en nous?
La SAGESSE de la Pentecôte, l’Esprit de Dieu –
Dieu avec nous, Dien en nous, Dieu pour nous…

Un secret à découvrir… une sagesse à s’approprier…

Note: Une autre réflexion est disponible sur un thème différent à: https://image-i-nations.com/feast-of-pentecost-year-a-2020/

 

Source: Image: Pxfuel

Pendant 44 ans… Second Regard


Cela a duré 44 ans…

Pendant toute cette période, l’émission SECOND REGARD nous a nourri/es et enrichi/es en nous offrant
des présentations qui rejoignaient les préoccupations des hommes et des femmes de notre temps.
Aujourd’hui, dimanche le 12 mai 2019, marquait le dernier épisode de cette série unique en son genre.
Au nom de l’équipe – de toutes les équipes – de production au fil des années, l’animateur Alain Crevier nous disait ‘Aurevoir’.

Voici quelques bribes de cette dernière émission.
Elle débutait avec un entretien d’Alain Crevier avec le philosophe, Frédéric Lenoir, qui parlait de la ‘Sagesse’ en ces termes:

« La sagesse, c’est chercher une vie bonne et heureuse. 
On cherche comment réussir sa vie comme être humain.
Ce qui peut nous rendre capable d’être le meilleur possible.
C’est la recherche du sens de la vie humaine.
Comment réussir sa vie, accomplir ce pour quoi on est fait. 
« Qu’est-ce qui me donne des raisons de vivre?…»

« La spiritualité aide à grandir en humanité… »
 
« La sagesse est une boussole. »
 

Source : Image : Pinterest  The Guardian  Know Your Meme  Micromagma
Note : Les illustrations ne sont pas celles de l’émission

 

 

28è dimanche de l’année B

La S A G E S S E…

Un mot que, de nos jours, on n’entend pas prononcer tellement souvent.
On parlera de connaissance, d’expérience, d’information – évidemment, notre ère n’est-elle pas celle de l’information sous des formes multiples?
Et l’intelligence – la nôtre et l’IA, l’intelligence artificielle reconnue comme bien réelle et source de réalisations étonnantes!

Mais la sagesse?
C’est quelque chose… d’ancien, on chuchote peut-être ‘vieillot’…
Et si c’était déjà être sage que de tenter de comprendre un peu ce qu’elle est.
Dans la 1ère lecture de ce dimanche (28è dimanche de l’année – Sg.7:7-11),
l’auteur du texte en fait un éloge éloquent!
Il la préfère à la santé, à la beauté, à la richesse – un choix étonnant!

La SAGESSE :
Savoir quoi dire, quoi faire, comment se comporter…
Agir, ou attendre…
Accepter, ou refuser…

Quand parler, quand plutôt se taire…
Comment intervenir dans une situation, ou s’abstenir de le faire…
Quand donner, quand recevoir, quand partager…
Quand amasser des biens ou se détacher de certaines possessions…
Comment faire des choix, et… lesquels…

Et la liste pourrait s’allonger et s’allonger encore.
Mais il est intéressant de noter l’expression de l’auteur du texte.
Il dit : « J’ai supplié, et l’esprit de la Sagesse est venu en moi. »
 
Plus que le savoir humain si étendu soit-il,
plus que l’expérience la plus vaste ou la plus profonde,
ce qui est requis est justement l’esprit de la Sagesse, l’Esprit de Dieu lui-même.

L’accueillir en nous, c’est ce que nous pouvons faire de plus SAGE !

Note: Une autre réflexion est disponible sur un thème différent en anglais à: https://image-i-nations.com/28th-sunday-of-year-b/

Source : Images : Pngtree

Journée internationale Nelson Mandela – 18 juillet

Elle est plus connue sous son nom anglais, Mandela day, et existe depuis 2010.
En novembre 2009, l’Assemblée générale des Nations Unies a déclaré que le 18 juillet serait une « Journée internationale Nelson Mandela » en l’honneur du travail effectué par l’ancien président sud-africain en faveur de la paix et de la liberté.

67 minutes…
Le 18 juillet de chaque année, jour de la naissance de Nelson Mandela, l’ONU se joint à la Fondation Nelson Mandela pour exhorter le monde à consacrer 67 minutes de son temps à aider les autres, afin de commémorer la Journée internationale qui lui est consacrée.
67 minutes de son temps à passer pour servir les autres et le bien public, en souvenir des 67 années de militantisme du vieux leader Sud Africain, aujourd’hui décédé.

Célebration post-mortem ?
De nombreux internautes se sont étonnés de trouver encore cette journée dans le site… bien que le vieux sage se soit aujourd’hui éteint, les Nations Unies la maintiennent effectivement toujours dans leur calendrier.
Le monde aime les anniversaires et les célébrations, laissons aujourd’hui le monde célébrer l’Afrique !

Source : Texte & Image : Journée Mondiale Image Mandela : healthstaff.co.za

11è dimanche de l’année B

Il y a des paroles que bien des gens hésitent à prononcer.
Certains mots semblent ne pas vouloir passer leurs lèvres.
Ils utilisent de longues phrases compliquées parce qu’il leur faudrait dire tout simplement…
‘Je ne sais pas…’

Avouer son ignorance dans certains domaines.
Accepter de ne pas savoir ce qui en est d’un certain sujet ou d’une situation donnée,
c’est là quelque chose qui répugnent à certaines personnes

Pour ma part, c’est une expression qui me vient bien vite à l’esprit
et je peux la prononcer bien spontanément quand je considère…
les façons d’agir – ou de ne pas intervenir – de Dieu!
Alors, deux mots me montent rapidement aux lèvres : ‘Comment?’ et ‘Pourquoi?’
 
C’est le cas en réfléchissant à la 1ère lecture de ce dimanche
(11è dimanche de l’année B – Ez.17:22-24).
Par la bouche du prophète Ézéchiel, Dieu dit :

« Je renverse l’arbre élevé et relève l’arbre renversé,
je fais sécher l’arbre vert et reverdir l’arbre sec.
Je suis le Seigneur, j’ai parlé, et je le ferai. »

 

Pourquoi un tel renversement de situation ?
Qu’est ce qui explique une telle attitude de la part de Dieu ?
Pourquoi Dieu n’intervient-il pas pour empêcher de terribles catastrophes qui affligent de larges populations ?
Comment peut-il rester… indifférent – il nous semble – devant la souffrance de tant d’innocents ?
Je n’arrive pas à en percevoir la raison ou… à percer le mystère.

On peut questionner les voies de Dieu – plusieurs le font mais… sans être vraiment satisfaits.
Le dépit et le découragement résultent parfois de leur tentative.
Cela ne veut pas dire qu’on doit s’abstenir d’essayer de comprendre ce que Dieu veut nous révéler.
Au contraire.
Mais il faut accepter d’emblée qu’il est « le Seigneur » et lui permettre de le demeurer.

Les derniers mots surprennent peut-être… permettre à Dieu de demeurer Dieu !…
Oui, ne pas prétendre qu’il doive se conformer à nos façons de penser, nos critères d’appréciation.
Il y a longtemps qu’il nous a dit : « Mes voies ne sont pas vos voies. » (Is.55:8-9)

C’est l’école de la sagesse qui apprend à faire confiance à celui qui, lui, sait tout
et qui fera pour nous ce qui est infiniment mieux que nous ne pourrions imaginer ! (Eph.3:10)

Note: Une autre réflexion est disponible en anglais sur un thème différent à: https://image-i-nations.com/11th-sunday-of-the-year-b/

Aussi une courte vidéo sur la 2è parabole de l’évangile de ce dimanche à: https://image-i-nations.com/une-courte-parabole-qui-en-dit-long/

Source : Images : FreeDigitalPhotos.net huffingtonpost.jp

 

Vie parfaite? Ou, vie merveilleuse?…

J’aime les publicités – oh, n’allez pas vous méprendre, je ne parle pas des multiples annonces
qui interrompent nos émissions de télé… au meilleur moment!
Non, j’aime les perles de sagesse qu’on aperçoit dans certaines vitrines de magasins
dont la présentation est à la fois astucieuse et attrayante.

Il fait bon se balader et découvrir non seulement ce qu’on offre
mais aussi comment on attire l’attention des passants et suscite leur désir d’acquérir telle ou telle chose.
Et parfois, c’est l’occasion de donner une petite pensée à approfondir.

Ce fut le cas dernièrement quand j’ai aperçu une affiche au milieu d’une décoration artistique
qui assurait : « La vie n’a pas besoin d’être parfaite pour être merveilleuse. »

Quelle sagesse et combien nécessaire de s’en souvenir!
On est parfois de bien mauvais comptables dans l’appréciation

  • des merveilles qui nous entourent
  • des merveilles qui nous arrivent comme par hasard
  • des merveilles qui se découvrent à nous au fil des jours.

Il se peut que les déboires, les mésaventures, les insuccès de notre quotidien nous fassent oublier
qu’ils ne sont que le côté ‘nuageux’ d’une journée où le soleil était quand même présent!
L’aspect négatif et sombre de notre vécu nous dissimule parfois tout le reste…
Le reste qui est beauté, générosité, créativité – la vie merveilleuse quoi!

Il y a des ‘pépins’ dans la vie – on ne peut le nier :
les difficultés, les problèmes, les échecs – ça fait partie de la vie.
MAIS une difficulté n’est pas nécessairement un désastre…
Une difficulté peut causer un détour mais – la sérendipité* aidant –
un détour peut devenir source de découverte, découverte des petits bonheurs de la vie!

Si je suis tentée de critiquer, de me plaindre, de me décourager…
je retournerai à la vitrine de ce magasin pour me souvenir que… vraiment
« La vie n’a pas besoin d’être parfaite pour être merveilleuse. »

* Pour ceux et celles qui se demandent ce qu’est la… sérendipité : Un mot fabriqué par Horace Walpole, qui l’inventa
sur la base d’un conte populaire dont les héros ne cessaient de découvrir des choses qu’ils ne cherchaient pas. »
Ergo : sérendipité, le don de faire par hasard des découvertes heureuses.

Source : Image : spiritpathways.co.za