image-i-nations trésor

À l’aube d’une nouvelle année…

Au début d’une nouvelle année, on évoque souvent ce que l’on a laissé derrière soi:
les rencontres, les relations, les événements, les accidents, les réussites et les échecs.

Et, bien sûr, le début de l’année nouvelle suscite en nous toutes sortes de pensées, de sentiments, de rêves…
Il s’y mêle parfois de l’incertitude, de la crainte, de l’hésitation devant l’inconnu.

Nous sommes là, un peu comme sur le seuil d’une porte, à l’entrée d’une demeure, là où nous attend… justement l’inconnu.
Et la question se pose: que sera cette nouvelle année?…
Et si on posait la question d’une autre manière…
Si nous osions nous demander: Que ferons-nous de cette nouvelle année?

Parce que nous pouvons la façonner, comme le potier donne une forme à l’argile entre ses mains.
Il lui donne forme et parfois… la reforme, lui donne une nouvelle figure, une apparence différente.

Et la merveille, c’est que nous pouvons en faire autant avec… notre vie!
Douze mois, 52 semaines: l’argile riche du quotidien pour façonner une nouvelle création –
celle d’une vie qui, au fil des jours, devient de plus en plus ce que Dieu ‘rêvait’ qu’elle soit.

Vous hésitez et demandez: « Dieu peut donc rêver? »
Oui, la Bible l’exprime en nous parlant du ‘plan’ de Dieu, de ses desseins, ses projets.
Et ses desseins vont au-delà de tous les rêves que nous pouvons faire.

« Car je sais, moi, les desseins (les plans, les projets) que je forme pour vous, parole du Seigneur –
desseins de paix et non de malheur,
pour vous donner un avenir et une espérance. »   (Jérémie 29:11)

Peut-être ce début d’une nouvelle année est le moment où – enfin – nous permettrons à Dieu
de réaliser en nous, et avec nous, le plan unique qu’il a pour chacun/e de nous.

Tout ce qui n’est pas encore et qui sera…
Un avenir… Une espérance…

Source : Images:  Freepik    Pinterest

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Célébration de la Fête de DIWALI – 24-28 Octobre 2022

Observée par plus d’un milliard de personnes de toutes confessions, cette fête toute en lumière s’étalant sur cinq jours est synonyme de prière, de festins, de feux d’artifices et, pour certains, de nouvelle année.

Divali est la plus importante fête indienne de l’année. À cette occasion, on célèbre la victoire de la lumière sur les ténèbres, de la connaissance sur l’ignorance, et du bien sur le mal. Observés par plus d’un milliard de personnes de toutes obédiences en Inde et à travers la diaspora indienne, les cinq jours de Divali sont synonymes de prière, de festins, de feux d’artifices, de rassemblements familiaux et d’aumône.

Mais on retient surtout Divali pour sa débauche de lumières. Divali, dont le nom dérive du sanskrit dipavali, qui signifie « rangée de lumières », est connue pour ses lampes d’argile au feu vif que les fidèles alignent devant leur maison.

Les dates de cette fête sont calées sur le calendrier lunaire hindou, dans lequel un mois équivaut à une période orbitale de la Lune. Divali débute juste avant l’arrivée de la nouvelle Lune entre les mois hindous d’Asvina et de Kartika, qui correspondent généralement aux mois d’octobre et de novembre du calendrier grégorien. En 2022, les cinq jours de Divali ont débuté le 22 octobre dernier et la journée la plus importante a lieu ce lundi 24 octobre.

SIGNIFICATION ET LÉGENDES DE DIVALI

La fête de Divali est célébrée à si grande échelle (c’est une fête religieuse importante pour les hindouistes, mais également pour les jaïnistes, les sikhs et les bouddhistes) que les récits expliquant son origine varient. Toutefois, si chaque religion a son propre récit traditionnel pour expliquer cette fête, chacune de ces histoires raconte en définitive la victoire du bien sur le mal.

Dans l’hindouisme, qui serait la plus ancienne religion du monde à être encore pratiquée (elle remonterait au deuxième millénaire avant notre ère), il existe plusieurs versions des origines de Divali qui varient selon l’endroit et la communauté où l’on se trouve. Ces versions ont toutefois ceci de commun qu’elles sont des récits épiques racontant la victoire d’hommes considérés comme des incarnations de Vishnou, dieu responsable de la persévération de l’Univers en lui-même et dont le rôle est de rétablir l’équilibre entre bien et mal en période de troubles.

 

Source: Texte: https://www.nationalgeographic.fr/histoire/2022/10/Amy McKeever, 24 oct. 2022    Image: freepik.com

 

Journée Mondiale de la Paix – 1er janvier 2021

Journée Mondiale de la Paix

L’église catholique propose au monde entier de célèbrer la Journée Mondiale de la Paix le 1er janvier depuis 1968, à l’instigation du Pape de l’époque, Paul VI. Ses successeurs ont poursuivi cette célébration et, aussi bien Jean-Paul II que Benoît XVI, ont tenu à marquer d’une manière solenelle l’entrée dans la nouvelle année. Le Pape François a, avec son style propre, repris le flambeau.

La paix, un chemin d’espérance :
dialogue, réconciliation et conversion écologique

Chaque année un thème différent est proposé et, pour 2021, l’accent est mis sur l’univers des soins… Vaste programme me direz-vous… le texte du Pape (voir lien en bas de page) est riche et dense, nous le reproduirons pas in extenso dans le site, mais nous en avons sélectionné quelques passages choisis.

La culture du soin comme parcours de paix

« L’année 2020 a été marquée par la grande crise sanitaire de la Covid-19 qui est devenue un phénomène multisectoriel et global, aggravant des crises très fortement liées entre elles, comme les crises climatique, alimentaire, économique et migratoire, et provoquant de grands inconvénients et souffrances ».

Dieu créateur, origine de la vocation humaine au soin

Il ne faut pas aller chercher très loin le pourquoi des soins : ce que vous ferez au polus petit d’entre les miens….

Les principes de la doctrine sociale de l’Église comme base de la culture du soin

Au cœur de la doctrine sociale de l’Église qui s’offre à toutes les personnes de bonne volonté comme un précieux patrimoine de principes, critères et indications desquels tirer la “grammaire” du soin, on trouve bien entendu : la promotion de la dignité de toute personne humaine, la solidarité avec les pauvres et les sans défense, la sollicitude pour le bien commun, la sauvegarde de la création.

Il n’y a pas de paix sans la culture du soin

La culture du soin, cet engagement commun, solidaire et participatif pour protéger et promouvoir la dignité et le bien de tous, cette disposition à s’intéresser, à prêter attention, à la compassion, à la réconciliation et à la guérison, au respect mutuel et à l’accueil réciproque, constitue une voie privilégiée pour la construction de la paix. « En bien des endroits dans le monde, des parcours de paix qui conduisent à la cicatrisation des blessures sont nécessaires. Il faut des artisans de paix disposés à élaborer, avec intelligence et audace, des processus pour guérir et pour se retrouver ».

Bonne année 2021, sur le chemin de la paix ! 

Un site à visiter : www.vatican.va

Fête de Marie, Mère de Dieu, année C

A la fin d’une année et au début d’une nouvelle année, notre mémoire est souvent bien active. On revoit les événements qui ont pris place. On se rappelle ce que l’on a fait, les endroits visités et les personnes rencontrées. Il arrive même que des souvenirs surgissent d’un passé plus lointain.

C’est ce qui s’est produit alors que je préparais cette réflexion. Le visage de l’une de mes professeures m’est apparu soudainement. Il s’agit de celle qui nous enseignait ‘l’écriture créative’ et elle se plaisait à répéter : « Dans un texte, repérez les mots d’action… »

C’est ce que j’ai fait en lisant l’évangile de cette célébration (Fête de Marie, Mère de Dieu – Lc.2:16-21). J’ai concentré mon attention, oui, sur ‘les mots d’action’ décrivant l’attitude des bergers. Ce que j’ai découvert vous intéressera sûrement.

« Les bergers se hâtèrent d’aller à Bethléem,
et ils découvrirent Marie et Joseph, avec le nouveau-né couché dans la mangeoire.
Après avoir vu, ils racontèrent ce qui leur avait été annoncé au sujet de cet enfant…
Les bergers repartirent ; ils glorifiaient et louaient Dieu pour tout ce qu’ils avaient entendu et vu. »

Se hâter… pour faire une découverte unique… la partager… et en louer Dieu !

Tout un programme pour la Nouvelle Année qui s’ouvre devant nous !…

 

Note : Une autre réflexion est disponible sur un thème différent en anglais à : https://image-i-nations.com/feast-of-mary-mother-of-god-year-c/

 

Source : Image : moineruminant.com