image-i-nations trésor

27è dimanche de l’année B – 2021

La 1ère lecture de ce dimanche (Genèse 2:18-24) s’exprime dans le langage imagé des auteurs du premier livre de la Bible: la Genèse.
Elle nous décrit d’abord le « sommeil mystérieux » de l’homme qui n’a pas encore de compagne qui lui ressemble.

À ce « sommeil mystérieux » de l’homme s’ajoute le rêve de Dieu, un plan tout aussi mystérieux.
Et un Dieu… qui ne l’est pas moins.

Ce Dieu projette pour ses nouvelles créatures que, lui et elle, lui ressemblent : qu’ils reflètent son image.
Qu’en les voyant, lui et elle, on pense à celui qui leur a donné le souffle de vie.

Ce Dieu semble tout ignorer des mathématiques auxquelles nous nous fions, celles où: un et un font deux!
Ce qu’il désire, lui, c’est que… un et une fassent… UN – un couple uni à un point tel que:

« L’homme… sa femme… tous deux ne feront plus qu’un. » 

Le mois dernier, le Pape François visitait la Slovaquie. Aux jeunes venus le rencontrer à Kosice dans l’est de la Slovaquie, le 14 septembre, le Pape a dit:

« Mes amis, ne banalisons pas l’amour, car l’amour n’est pas seulement émotion et sentiment, cela, c’est plutôt le commencement. »
Il ajoutait qu’il faut « aimer pour toute la vie et de tout son être… L’amour est fidélité, don, responsabilité. »
 
Le sommeil de l’homme, le rêve de Dieu…
qu’en est-il de la réalité en ce temps qui est le nôtre?…

 

Note: Une autre réflexion, sur un thème différent, est disponible en anglais à: https://image-i-nations.com/27th-sunday-of-year-b-2021/

 

Source: Images: The Stick Kit       

15è dimanche de l’année B – 2021

Avoir un ‘Plan B’ pour tel ou tel projet, c’est très important, c’est même essentiel dans certaines circonstances!
Nous le savons bien: nos plans – même les plans les plus prudemment échafaudés – ne réussissent pas toujours.
Nous pensions avoir tout prévu, envisagé toutes les possibilités, et voilà que nous ne parvenons pas à nos fins.
Nous nous voyons obligé/es de changer de direction et d’avoir recours à… un autre plan.
C’est ici que le ‘Plan B’ prend sa place.

Il arrive que ce soit Dieu lui-même qui intervienne et change notre parcours.
Nous avancions tranquillement sur le chemin de notre choix et… la route se ferme devant nous…

C’est ce qui s’est produit pour le prophète Amos.
Il était à la fois gardien de boeufs et jardinier – il le dit lui-même à Amazias, prêtre de Béthel :

« J’étais bouvier, et je soignais les sycomores » (1ère lecture : Amos 7:12-15).

Voilà que Dieu le choisit pour être prophète et l’envoie chez ses frères juifs du Nord où il n’est évidemment pas le bienvenu.
On le chasse sans plus de considération: qu’il aille prêcher aux siens au pays de Juda!

Dieu s’est-il trompé? L’idée fait sourire!
C’est que les… ‘Plans B’ de Dieu sont parfois assez étranges et plutôt déroutants!…
Et surtout… ils nous dérangent.
Ils nous obligent à réajuster notre vision des choses, notre interprétation des situations –
et cela est exigeant!

Comme Dieu est exigeant.
Dieu est bon, patient, indulgent, compatissant (Ps.103; Ps.145),
mais il est aussi exigeant parce qu’il nous aime et ne veut rien de moins que ce qui est le meilleur pour nous.

Il nous faut donc apprendre à… nous laisser déranger par Dieu.
Il nous faut nous laisser initier à ses… ‘Plans B’, si dérangeants soient-ils!…
 

Note: Une autre réflexion sur un thème différent est disponible en anglais à: https://image-i-nations.com/15th-sunday-of-year-b-2021/

 

Source: Image: commons.wikimedia.org    

6è dimanche de l’année A – 2020

De quelqu’un qui imagine des choses merveilleuses croyant qu’elles se réaliseront,  on dit parfois qu’il ou elle ‘rêve en couleur’ !
On se dit que ce que ces gens prennent pour la réalité est improbable, impossible, les choses ne se passent pas ainsi, affirme-t-on –
c’est un rêve.

Et si c’était Dieu qui nous invitait à rêver ?
Il semble que c’est lui qui le fait par ses messagers qui nous parlent de

« ce que l’œil n’a pas vu,
ce que l’oreille n’a pas entendu,
ce qui n’est pas venu à l’esprit de l’homme,
ce que Dieu a préparé pour ceux dont il est aimé » . (1 Co.2:6-10)

Rêver à la manière de Dieu, selon le plan de Dieu…
Les yeux et les oreilles de notre corps n’y parviennent pas, évidemment,
et notre esprit n’arrive pas non plus à imaginer ce que Dieu nous réserve.
Alors… il faut rêver – c’est ce que fait l’espérance.

C’est l’espérance qui donne cette audace d’oser attendre de Dieu
TOUT ce qu’il nous a préparé, et alors !…
Ce sera encore mieux que de… rêver en couleur !

Note: Une autre réflexion est disponible sur un thème différent en anglais à: https://image-i-nations.com/6th-sunday-of-year-a-2020/

 

Source : Images : Foxize   Pix Love

 

 

 

2è dimanche de l’Avent, année A – 2019

Il y a des personnes que l’on qualifierait d’indomptables optimistes!
Difficultés, déboires, désastres, pourraient en décourager bien d’autres mais…
Ces gens continuent de… ‘rêver en couleur’, comme certains disent.

Se pourrait-il que Dieu soit, lui aussi, un… ‘Indomptable optimiste’?!
L’expression ne se trouve pas dans la Bible mais… la réalité y est bien présente.

Les messagers de Dieu – les prophètes – en témoignent avec force.
Certes, les prophètes proclament parfois un message qui annonce destruction et désolation.
Mais il arrive que Dieu les envoie nous rejoindre avec des paroles qui font rêver.

C’est le cas de la 1ère lecture de ce 2è dimanche de l’Avent (Is 11:1-10).
Isaïe annonce un temps où la nature et l’humanité connaîtront une situation de sérénité exceptionnelle.
Dans un langage poétique, Isaïe affirme qu’il n’y aura plus ni mal, ni corruption.
La violence aura disparu et la paix règnera autant chez les animaux que chez les humains.

On est tenté de dire : ‘C’est un rêve, un beau rêve mais…’
On a peine a y croire – le quotidien nous offre une image tellement autre.
Et ce que nous qualifions de ‘réalité’ est tellement différente.

Oui, c’est un rêve – celui-là même de Dieu qui nous partage son plan pour notre vie.
Si seulement nous pouvions accepter d’être, nous aussi, guidés par l’Esprit de sagesse et de discernement –
Lui qui nous aidera à nous ajuster à ce plan de Dieu et… à rêver comme lui !

Note : Une autre réflexion est disponible sur un thème différent en anglais à : https://image-i-nations.com/2nd-sunday-of-year-a-2019-2/

 

Source : Image : youtube.com

 

 

 

 

27è dimanche de l’année B

On nous l’a dit, on nous l’a enseigné, on nous l’a répété :
Dieu a un plan, un plan pour nous les humains, un plan…
Nos plans à nous sont souvent… des rêves!
Et, peut-être en était-il ainsi quand Dieu a pensé à nous de toute éternité –
il rêvait de créer des êtres à son image et à sa ressemblance.

Pour la réalisation de ce plan – la venue en ce monde du genre humain – il y a mis le temps :
toute cette longue période de l’évolution de notre planète.
Une planète merveilleuse et riche de trésors sans nombre, une planète perdue au sein de galaxies multiples.
Puis un jour, nous sommes arrivés – une arrivée que le texte biblique présente d’une manière imagée.

L’homme fait d’abord son apparition et… il explore ce qui l’entoure.
Mais bien vite il prend conscience d’un manque :
« Il ne trouva aucune aide qui lui corresponde. »
Nous connaissons la suite – toujours en langage imagé –
Dieu partage la prise de conscience de cet être humain à qui il a donné l’existence.

« Le Seigneur Dieu dit : « Il n’est pas bon que l’homme soit seul.
Je vais lui faire une aide qui lui correspondra. »

Et le plan devient plus concret :
« L’homme quittera son père et sa mère,
il s’attachera à sa femme, et tous deux ne feront plus qu’un. »

Dans le texte de l’évangile de ce dimanche (27è dimanche de l’année B – Mc.10:2-16)
questionné au sujet de ce plan de Dieu, Jésus affirme de nouveau son orientation :
« Ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas ! »
 
Oui, le plan de Dieu dans toute son exigence auquel il n’est pas toujours facile de s’ajuster…
Il arrive que des difficultés de toutes sortes et des obstacles multiples rendent bien ardu le cheminement sur cette voie.
L’idéal est si beau, si prometteur, le jour de la célébration d’un mariage, il semble que rien de pourra entraver leur union et détruire le bonheur de ces deux personnes qui unissent leur vie.

Mais on constate que souvent ce bel idéal du début se transforme en quotidien pénible.
C’est alors que peut-être on réalise que le plan de Dieu ne peut se réaliser… qu’avec Dieu lui-même.
Mais nombreux sont ceux et celles qui diront… ‘Ce n’est PAS évident !…’
Dieu le reconnaît sûrement et… il demeure présent à ce présent… éprouvant.

Note: Une autre réflexion est disponible sur un thème différent en anglais à: https://image-i-nations.com/27th-sunday-of-year-b/

Source : Images : GetDrawings.com   YouTube

 

 

24è dimanche de l’année, C

Perdre quelque chose est souvent une expérience frustrante, parfois désolante… Prenant conscience de l’objet perdu, s’il a de la valeur à nos yeux, on se met à sa recherche : on regarde ici, soulève cela, on se rend dans les endroits les plus plausibles où on pourrait avoir échappé, ou oublié, telle ou telle chose. On s’impatiente, on s’accuse peut-être d’étourderie, on se décourage de ne pas pouvoir mettre la main sur l’objet en question.

Perdre quelque chose peut être troublant mais que dire lorsque la perte que l’on déplore est celle de quelqu’un?… Un conjoint, un parent, une amie, un enfant… Les parents qui ont fait l’expérience de perdre un enfant emporté par la maladie ou fauché dans un accident, seront peut-être davantage touchés par la parabole de Jésus dans l’évangile d’aujourd’hui (24è dimanche, année C – Lc. 15 :11-32).

004-prodigal-sonLe père de la parabole a ‘perdu’ son fils cadet, mais il faudrait corriger cette expression en précisant que le père a laissé le fils partir, il a même contribué à son départ – et cela fait toute la différence! Le père ne s’est pas opposé au désir de son fils de quitter la maison, il n’a pas mis obstacle à ses plans ‘d’aller voir le monde’, comme le diraient les jeunes d’aujourd’hui.

Et nous savons depuis longtemps que le père de la parabole nous est présenté comme l’image de Dieu. Il y a un vieux dicton qui affirme : « L’homme propose et Dieu dispose. » Personnellement, je crois que c’est souvent l’inverse qui se produit! Dieu nous propose son plan pour nos vies et pour notre 019-prodigal-son300x225monde mais, nous ayant créés libres, il nous permet de disposer de notre existence, il nous laisse prendre nos décisions même si elles ne correspondent pas toujours à son plan. Il n’entrave pas nos choix, même s’Ils sont à l’opposé de ceux qu’il désire que nous fassions.

Lui, il sait a t t e n d r e… Il attend que nous revenions à nous-mêmes – l’étape essentielle avant de revenir à lui… Il sait si bien patienter… jusqu’à ce que nous réalisions ce que nous sommes devenus et ce que nous pourrions devenir. Il nous faut prendre conscience de notre condition et peut-être aussi perdre notre assurance que nous savons mieux que Dieu ce qui est bon pour nous. Et alors on peut se mettre en chemin… lui n’a pas cessé de guetter notre retour.

Source: Images: www.freebibleimages.org     childrenschapel.org

Que vois-je?…

7640840_orig, amlitsince1865.weebly.comMe regardant dans le miroir, est-ce que je me vois tel que je suis ou… telle que je désire qu’on me perçoive?

L’image que je regarde est-elle une image de rêve?

Si mon rêve correspond au plan de Dieu pour moi, alors je suis sur la bonne route.

Sinon… cette période de Carême m’offre une occasion de lucidité et d’ajustement, une possibilité de retournement – l’essence même de la conversion.

C’est alors qu’une vraie transfiguration pourra prendre place!

Source: Image: amlitsince1865.weebly.com