image-i-nations trésor

Fête de la Nativité du Seigneur, année A – 2022-2023

Tellement ordinaire…

La naissance d’un enfant…
Un nouveau-né dans les bras de sa mère…
Un petit être dépendant…
Un tout-petit emmailloté, attendant sa   tétée…

 

 

Tellement extraordinaire…

Dieu-Enfant…
Dieu dans les bras d’une mère humaine…
Dieu dépendant…
Dieu attendant…

C’est Lui le Dieu de Noël…

À l’aube des temps, il avait donné une nature humaine à un être créé par lui.
Il l’avait revêtu de chair et lui avait insufflé son propre souffle.

 

Et voilà qu’il s’approprie maintenant cette nature humaine et se revêt de chair.
L’apôtre Jean résume en ces mots cette aventure divine – cette RÉALITÉ invraisemblable mais VRAIE:

« Le Verbe était Dieu…
Le Verbe s’est fait chair. »    (Jean 1:1,14)

Et l’invraisemblable se continue…

« À tous ceux qui l’ont accueilli,
Il a donné pouvoir de devenir enfants de Dieu. »   (Jean 1:13)

Les mots deviennent impuissants à traduire

  • ce que Dieu était
  • ce que Dieu est devenu
  • ce que Dieu a fait
  • ce que nous sommes, en devenir…

Contemplation, adoration…
Silence dans la présence à Sa Présence…
 

Note: Une autre réflexion, sur un thème différent, est disponible en anglais à: https://image-i-nations.com/feast-of-the-nativity-of-the-lord-year-a-2022-2023/

 

Source: Images: Unsplash     123RF

Feast of the Ascension, Year C – 2022

Today’s feast is somehow mysterious…
In the 1st reading, we are told that, risen from the dead, Jesus has been appearing to his apostles a number of times (Acts 1:1-11).
A few verses later, we see him disappearing from their sight.

Appearing, disappearing – these two words bring to mind the two realities of presence and absence.
But, more still, they remind us of the two ways of understanding: through seeing and through perceiving.

Personally, I see this feast of the Ascension as an invitation to a new way of recognizing God among us.
It is no longer a presence that our eyes can see but a presence perceived by our hearts.

Our ‘vision’ of God no longer depends on our eyesight but on… our faith!
We no longer rely on what the eyes of our body can ascertain but on what God’s Spirit reveals to us in the depths of ourselves.

This reflection started with referring to this feast as ‘mysterious’.
All too often, people interpret a mystery as something we cannot understand.
This is a short-sighted explanation.
A mystery is rather something so great and so wonderful that we have never finished discovering it!

Exactly as God’s presence with us is!

God’s promise is clear: “Know that I am with you always, yes, to the end of time” (Matthew 28:20).
No if… but… perhaps…
Purely and simply Jesus’ promise, God’s promise!

Note: And another reflection, on a different theme, is available in French at: https://image-i-nations.com/fete-de-lascension-annee-c-2022/

 

Source: Image: Scripture Images

 

Dimanche de Pâques, année C – 2022

L’évangile de… la hâte!
C’est ainsi que je qualifie le texte de ce dimanche (Jean 20:1-9) – tout le monde s’empresse!

Marie-Madeleine part avant l’aube, il est dit clairement:
« de grand matin ; c’était encore les ténèbres. »
Elle se met en route pour se rendre à l’endroit où l’on a déposé le corps de Jésus.

En arrivant, elle trouve la pierre enlevée de l’entrée et le corps a disparu.
Sans tarder – je l’imagine, à la course – elle va trouver Pierre et Jean pour les informer.

Partageant sa hâte, ils partent sans délai et l’évangile précise :
« Ils couraient tous les deux ensemble,
mais l’autre disciple courut plus vite que Pierre et arriva le premier au tombeau. »

On court, on s’empresse, on fait vite, on ne peut attendre…

En Afrique, on répète des paroles de sagesse qui affirment :
« Haraka, haraka, haina baraka. » (Swahili, Tanzania)
« La hâte n’apporte pas de bénédiction. »

Mais… il y a hâte et… hâte.
La hâte intense et empreinte d’anxiété,
la hâte inspirée par la crainte et générée par la compulsion,
cette crainte-là ne peut pas produire de résultat positif – pas de bénédiction!

Mais la hâte de Marie-Madeleine, de Pierre et de Jean –
la hâte d’une découverte, celle-là même qui débouche sur la rencontre…
Cette hâte est bénie, abondamment!
 
Elle peut conduire à la foi qui ouvre à…
 
   – L’intuition d’une découverte…
   – L’anticipation d’une rencontre…
   – La révélation d’une présence…

Cette présence peut demeurer invisible mais elle demeure bien réelle –
C’est celle de Jésus ressuscité à jamais présent avec nous
dans la réalité de notre quotidien… si prosaïque ou déconcertant soit-il!
 

Note: Une autre réflexion, sur un thème différent, est disponible en anglais à: https://image-i-nations.com/easter-sunday-year-c-2022/

 

Source: Images: Grace of the Race    bliblique.blogspirit.com

Journée Internationale du sport féminin – 24 janvier

C’est une réflexion du CSA à propos de la sous-médiatisation du sport féminin qui a été à l’origine de la création de cette première journée, en 2014.

Elle était alors soutenue par différents ministères (Sports-Jeunesse-Education Populaire-Vie Associative, Droits des Femmes), par l’association FEMIX et était organisée en collaboration avec le Comité National Olympique et Sportif Français (Cnosf).

Sport Féminin Toujours

A l’origine la journée s’est appelée « 24h pour le sport féminin » mais sa dénomination a changé depuis pour devenir « Sport Féminin Toujours » . La date à laquelle elle est célébrée est devenue, elle aussi, variable. L’essentiel est que son idée ait perduré.

La date du 24 janvier a été conservée dans notre site, en attente de mise à jour dés qu’une nouvelle date officielle sera communiquée.

Cette opération de médiatisation veut promouvoir la pratique sportive féminine et ancrer le sport au féminin dans les usages. Les medias audio-visuels sont invités à adapter leurs programmes et traiter du sport féminin autour de 4 grands axes :

  • le développement de la pratique féminine du sport
  • la présence des femmes dans les instances dirigeantes sportives
  • l’économie du sport féminin
  • la médiatisation du sport féminin.
Un site à visiter : www.womensports.fr   Source: Texte (abrégé): Journée Mondiale   Image: unsplash.com

3è dimanche de Pâques, année A – 2020

L’avez vous retrouvé… VOTRE chemin d’Emmaüs?

C’était peut-être…
un chemin solitaire de campagne,
un sentier dans la forêt,
la plage d’un lac familier,
la route conduisant au vieux chalet…

Vous vous en souvenez… cette impression, non, cette certitude que vous n’étiez pas seul/e.
La conviction d’une présence enveloppante,
invisible, bien sûr, mais tissée d’acceptation, de compassion…

Vous ne compreniez pas, mais… vous vous sentiez compris…
Vos doutes évanouis, vos questions en suspens pour un temps – le temps de comprendre.
Comprendre enfin que vous n’avez pas à mériter, mais plutôt à accepter de recevoir.
Réaliser qu’il n’est pas nécessaire de ne pas tomber, mais seulement de se mettre en route…

Et sur cette route, ce chemin unique parce que tellement personnel,
à un moment où l’on ne s’y attendait plus, la rencontre a lieu…
La re-connaisance prend place!

Emmaüs, c’est cela…
Emmaüs, ce sera toujours cela… la manifestation d’une Présence.

Note: Une présentation vidéo de la scène d’emmaüs est offerte à: https://youtu.be/E8i04uQXBU0

Et une autre réflexion est disponible sur un thème différent en anglais à: https://image-i-nations.com/3rd-sunday-of-easter-year-a-2020/

 

Source: Image: LDS blogs

3rd Sunday of Easter, Year A – 2020

The scene of the disciples on the road to Emmaus, today’s gospel (Luke 24:13-35)
offers many interesting aspects for reflection.

One especially retains my attention; the text says:
“Jesus himself came up and walked along with them; 
but they were kept from recognizing him. »

Many writers have been speculating on the cause of this:
what was it that prevented the disciples from recognizing Jesus?
What caused them to be blind in this way, unable to see that the man walking with them was Jesus?

Different commentators have proposed different reasons.
As far as their explanations are concerned, the usual expression can be used:
‘On this matter, the jury is still out.’
In other words, nobody knows for sure! 

The reason why this verse keeps me thinking does not belong to exegesis.
It is more personal, much closer to ‘home’, one could say.
The question then becomes formulated in a different way,
and it is addressed to me directly:
‘What is it that prevents ME from recognizing Jesus in my own life?

What prevents me from perceiving Christ, the Risen Lord, present with me from day to day?
What is the cause if this unusual blindness,
this failure to be aware of the obvious presence –
even though hidden from the eyes of my body?

An impediment of what kind?
An obstacle of what sort?

Fear of seeing something within myself that I would prefer not to see?
Shame for something of the past which I do not want to acknowledge?
Inattention? Indifference?

Perhaps simply forgetfulness?
Whenever I walk alone on whatever road or path, perhaps I could find out?…
 

Note: A video presentation of this scene can be found at: https://youtu.be/4QwKU442-80

And another reflection is available on a different theme in French at: https://image-i-nations.com/3e-dimanche-de-paques-annee-a-2020/

 

Source: Image: Catholic online

Dimanche de Pâques, année A – 2020

Chiaroscuro – un terme familier aux artistes peintres –
il décrit le jeu des ombres et de la lumière dans un tableau.
Cette expression décrit le clair-obscur et souligne le contraste qui a pour fonction de mettre en relief… la LUMIÈRE.

Qu’en est-il du ‘tableau’ de la résurrection – pas une peinture, aussi fameuse soit-elle, mais…
la réalité de Jésus revenu à la vie.
Pas une réanimation, pas une ressuscitation, mas LA RÉSURRECTION.

C’est vraiment la victoire de la lumière sur les ténèbres –
les ténèbres de ce vendredi horrible où l’obscurité totale, l’absence de tout espoir, semblait-il,
voulait engloutir, oblitérer tout rayon de lumière.

Celui qui “passait en faisant le bien”, (Acts 10:38) cloué à une croix.
Le prophète de Nazareth enfin maîtrisé.
Le Verbe réduit au silence.
Une vie anéantie.

La violence, la cruauté, la mort auraient-elles le dernier mot?
Les événements de notre monde veulent parfois nous en convaincre…

Mais l’apôtre Paul proclame aux chrétiens de Corinthe:
“La mort a été engloutie dans la victoire.” (1 Co.15:54)
 
La VIE, la LUMIÈRE, la PRÉSENCE –
Vie nouvelle, Lumière pénétrante, Présence indéfectible –
C’est cela PÂQUES !
 

Note: Une autre réflexion est disponible sur un thème différent en anglais à: https://image-i-nations.com/easter-sunday-year-a-2020/

Et une image symbolique est aussi offerte à: https://image-i-nations.com/une-image-revelatrice/ 

Source: Image: Pinterest

 

Fête de l’Épiphanie, année A – 2020

Le 1er janvier, on parlait à la télévision des gens qui prennent une résolution du Nouvel An…
et des autres!
Certains expliquaient ce qu’ils et elles avaient choisi de changer dans leur quotidien.
Tous et toutes désiraient un mieux être.

En les écoutant, je me disais qu’une bonne résolution – une qui justement conduirait à un mieux être –
pourrait être : ‘Suivre son étoile’.
Oui, comme l’ont fait les Mages que nous retrouvons dans l’évangile d’aujourd’hui (Mt.2:1-12).

Cela ne veut évidemment pas dire d’attendre dans le ciel l’apparition d’un astre bien spécial.
Un ciel sans étoiles visibles ne serait pas un obstacle à une poursuite de mieux-être.
L’étoile-guide qui a pour but de rendre notre vie meilleure et riche de sens ne peut pas être observée
par ceux qui scrutent la Voie Lactée.

Elle est quelque chose de très personnel.
Quelque chose qui reflète à la fois notre personnalité et le dessein de Dieu pour nous.

Une inspiration soudaine et insistante qui illumine l’instant présent.
Une intuition persistante qui ouvre des perspectives insoupçonnées.
Un désir confus qui, en se précisant, indique une nouvelle direction.
Un appel discret à oser une aventure enrichissante.

‘Suivre son étoile’, c’est un peu tout cela…
ÉPIPHANIE : Une explosion de sens à la découverte d’une Présence!
 
Note : Une autre réflexion est disponible sur un thème différent en anglais à : https://image-i-nations.com/feast-of-the-epiphany-of-the-lord-year-a-2020/
 

Source : Image : cheristianityisjewish.org

 

 

 

 

 

 

 

4th Sunday of Advent, Year A – 2019

Do you have in your life some… ‘wingless angels’?
You smile, but they can be very REAL!

We are used to the representation of old showing us cherubim and seraphim angelic messengers.
It was the imagery of ancient times and it has made its way up to our days.
The illustration of today’s gospel – the dream of Saint Joseph – is one such picture (Mt.1:18-24).

Some may find it helpful, others not.
But the identity and the mission of such messengers remain valid and meaningful.

If you pause for a moment and look at your daily life, you will most probably recognize some people who are there –
there precisely when you need them!

  • There with some information you are looking for.
  • There with some help in a given situation.
  • There with some useful suggestion.
  • There with some discrete friendly advice.
  • And always there with compassion and comfort!

They are the ‘wingless angels’ you can count on – the very manifestation of a presence –
that of the One who made himself: “God-with-us”.

Note: Another reflection is available on a different theme in French at: https://image-i-nations.com/4e-dimanche-de-lavent-annee-a-2019/
 

Source: Images: russ-ramsey.com   topofart.com (painting, Georges de la Tour)

 

 

 

 

 

 

 

1er dimanche de l’Avent, année A – 2019

Il semble que notre vie soit remplie – absolument remplie – d’occupations et de préoccupations.
Nos jours, parfois même nos nuits, paraissent littéralement tissés, de mille et une choses qui réclament notre temps!

Les travaux à accomplir, les achats à faire, les visites à rendre, les invitations à ne pas oublier, les personnes à visiter, … les comptes à payer! Et j’en passe.
Nos pas nous dirigent dans une direction alors que nos pensées se trouvent à des centaines de milles ailleurs!
Oui, nous sommes occupés et préoccupés, c’est évident.

Tout comme les gens de l’évangile d’aujourd’hui (Mt.24 :37-44) en ce 1er dimanche de l’Avent.
« En ces jours-là…
on mangeait et on buvait, on prenait femme et on prenait mari… »

En ce 21è siècle, nous pourrions nous retrouver parmi eux de qui on a dit que :

« ils ne se doutaient de rien… »
Ils n’étaient pas conscients d’une réalité plus profonde que celle qui les poussait à faire ceci et cela.
N’est-ce pas souvent notre condition : on voit ce qui est évident, on se donne à l’immédiat.
Mais… ce qui se cache sous tout cela, y avons-nous accès ?

Se pourrait-il que cette période de l’Avent soit un temps privilégié où nous pouvons
VOIR, oui, mais aussi PERCEVOIR et ENTREVOIR.

VOIR les situations et les événements et ‘percer’ les apparences pour découvrir le sens profond de notre quotidien.
Cela nous permettrait peut-être… d’ENTREVOIR une présence –
la présence de Celui qui est toujours à nos portes attendant que nous l’accueillions.

Cette année, l’Avent pourrait vraiment être un temps privilégié !

Note : Une autre réflexion est disponible sur un thème différent en anglais à : https://image-i-nations.com/1st-sunday-of-advent-year-a-2019/

 
Source : Image : tripadviser.fr