image-i-nations trésor

3è dimanche de Pâques, année A – 2020

L’avez vous retrouvé… VOTRE chemin d’Emmaüs?

C’était peut-être…
un chemin solitaire de campagne,
un sentier dans la forêt,
la plage d’un lac familier,
la route conduisant au vieux chalet…

Vous vous en souvenez… cette impression, non, cette certitude que vous n’étiez pas seul/e.
La conviction d’une présence enveloppante,
invisible, bien sûr, mais tissée d’acceptation, de compassion…

Vous ne compreniez pas, mais… vous vous sentiez compris…
Vos doutes évanouis, vos questions en suspens pour un temps – le temps de comprendre.
Comprendre enfin que vous n’avez pas à mériter, mais plutôt à accepter de recevoir.
Réaliser qu’il n’est pas nécessaire de ne pas tomber, mais seulement de se mettre en route…

Et sur cette route, ce chemin unique parce que tellement personnel,
à un moment où l’on ne s’y attendait plus, la rencontre a lieu…
La re-connaisance prend place!

Emmaüs, c’est cela…
Emmaüs, ce sera toujours cela… la manifestation d’une Présence.

Note: Une présentation vidéo de la scène d’emmaüs est offerte à: https://youtu.be/E8i04uQXBU0

Et une autre réflexion est disponible sur un thème différent en anglais à: https://image-i-nations.com/3rd-sunday-of-easter-year-a-2020/

 

Source: Image: LDS blogs

3rd Sunday of Easter, Year A – 2020

The scene of the disciples on the road to Emmaus, today’s gospel (Luke 24:13-35)
offers many interesting aspects for reflection.

One especially retains my attention; the text says:
“Jesus himself came up and walked along with them; 
but they were kept from recognizing him. »

Many writers have been speculating on the cause of this:
what was it that prevented the disciples from recognizing Jesus?
What caused them to be blind in this way, unable to see that the man walking with them was Jesus?

Different commentators have proposed different reasons.
As far as their explanations are concerned, the usual expression can be used:
‘On this matter, the jury is still out.’
In other words, nobody knows for sure! 

The reason why this verse keeps me thinking does not belong to exegesis.
It is more personal, much closer to ‘home’, one could say.
The question then becomes formulated in a different way,
and it is addressed to me directly:
‘What is it that prevents ME from recognizing Jesus in my own life?

What prevents me from perceiving Christ, the Risen Lord, present with me from day to day?
What is the cause if this unusual blindness,
this failure to be aware of the obvious presence –
even though hidden from the eyes of my body?

An impediment of what kind?
An obstacle of what sort?

Fear of seeing something within myself that I would prefer not to see?
Shame for something of the past which I do not want to acknowledge?
Inattention? Indifference?

Perhaps simply forgetfulness?
Whenever I walk alone on whatever road or path, perhaps I could find out?…
 

Note: A video presentation of this scene can be found at: https://youtu.be/4QwKU442-80

And another reflection is available on a different theme in French at: https://image-i-nations.com/3e-dimanche-de-paques-annee-a-2020/

 

Source: Image: Catholic online

Dimanche de Pâques, année A – 2020

Chiaroscuro – un terme familier aux artistes peintres –
il décrit le jeu des ombres et de la lumière dans un tableau.
Cette expression décrit le clair-obscur et souligne le contraste qui a pour fonction de mettre en relief… la LUMIÈRE.

Qu’en est-il du ‘tableau’ de la résurrection – pas une peinture, aussi fameuse soit-elle, mais…
la réalité de Jésus revenu à la vie.
Pas une réanimation, pas une ressuscitation, mas LA RÉSURRECTION.

C’est vraiment la victoire de la lumière sur les ténèbres –
les ténèbres de ce vendredi horrible où l’obscurité totale, l’absence de tout espoir, semblait-il,
voulait engloutir, oblitérer tout rayon de lumière.

Celui qui “passait en faisant le bien”, (Acts 10:38) cloué à une croix.
Le prophète de Nazareth enfin maîtrisé.
Le Verbe réduit au silence.
Une vie anéantie.

La violence, la cruauté, la mort auraient-elles le dernier mot?
Les événements de notre monde veulent parfois nous en convaincre…

Mais l’apôtre Paul proclame aux chrétiens de Corinthe:
“La mort a été engloutie dans la victoire.” (1 Co.15:54)
 
La VIE, la LUMIÈRE, la PRÉSENCE –
Vie nouvelle, Lumière pénétrante, Présence indéfectible –
C’est cela PÂQUES !
 

Note: Une autre réflexion est disponible sur un thème différent en anglais à: https://image-i-nations.com/easter-sunday-year-a-2020/

Et une image symbolique est aussi offerte à: https://image-i-nations.com/une-image-revelatrice/ 

Source: Image: Pinterest

 

Fête de l’Épiphanie, année A – 2020

Le 1er janvier, on parlait à la télévision des gens qui prennent une résolution du Nouvel An…
et des autres!
Certains expliquaient ce qu’ils et elles avaient choisi de changer dans leur quotidien.
Tous et toutes désiraient un mieux être.

En les écoutant, je me disais qu’une bonne résolution – une qui justement conduirait à un mieux être –
pourrait être : ‘Suivre son étoile’.
Oui, comme l’ont fait les Mages que nous retrouvons dans l’évangile d’aujourd’hui (Mt.2:1-12).

Cela ne veut évidemment pas dire d’attendre dans le ciel l’apparition d’un astre bien spécial.
Un ciel sans étoiles visibles ne serait pas un obstacle à une poursuite de mieux-être.
L’étoile-guide qui a pour but de rendre notre vie meilleure et riche de sens ne peut pas être observée
par ceux qui scrutent la Voie Lactée.

Elle est quelque chose de très personnel.
Quelque chose qui reflète à la fois notre personnalité et le dessein de Dieu pour nous.

Une inspiration soudaine et insistante qui illumine l’instant présent.
Une intuition persistante qui ouvre des perspectives insoupçonnées.
Un désir confus qui, en se précisant, indique une nouvelle direction.
Un appel discret à oser une aventure enrichissante.

‘Suivre son étoile’, c’est un peu tout cela…
ÉPIPHANIE : Une explosion de sens à la découverte d’une Présence!
 
Note : Une autre réflexion est disponible sur un thème différent en anglais à : https://image-i-nations.com/feast-of-the-epiphany-of-the-lord-year-a-2020/
 

Source : Image : cheristianityisjewish.org

 

 

 

 

 

 

 

4th Sunday of Advent, Year A – 2019

Do you have in your life some… ‘wingless angels’?
You smile, but they can be very REAL!

We are used to the representation of old showing us cherubim and seraphim angelic messengers.
It was the imagery of ancient times and it has made its way up to our days.
The illustration of today’s gospel – the dream of Saint Joseph – is one such picture (Mt.1:18-24).

Some may find it helpful, others not.
But the identity and the mission of such messengers remain valid and meaningful.

If you pause for a moment and look at your daily life, you will most probably recognize some people who are there –
there precisely when you need them!

  • There with some information you are looking for.
  • There with some help in a given situation.
  • There with some useful suggestion.
  • There with some discrete friendly advice.
  • And always there with compassion and comfort!

They are the ‘wingless angels’ you can count on – the very manifestation of a presence –
that of the One who made himself: “God-with-us”.

Note: Another reflection is available on a different theme in French at: https://image-i-nations.com/4e-dimanche-de-lavent-annee-a-2019/
 

Source: Images: russ-ramsey.com   topofart.com (painting, Georges de la Tour)

 

 

 

 

 

 

 

1er dimanche de l’Avent, année A – 2019

Il semble que notre vie soit remplie – absolument remplie – d’occupations et de préoccupations.
Nos jours, parfois même nos nuits, paraissent littéralement tissés, de mille et une choses qui réclament notre temps!

Les travaux à accomplir, les achats à faire, les visites à rendre, les invitations à ne pas oublier, les personnes à visiter, … les comptes à payer! Et j’en passe.
Nos pas nous dirigent dans une direction alors que nos pensées se trouvent à des centaines de milles ailleurs!
Oui, nous sommes occupés et préoccupés, c’est évident.

Tout comme les gens de l’évangile d’aujourd’hui (Mt.24 :37-44) en ce 1er dimanche de l’Avent.
« En ces jours-là…
on mangeait et on buvait, on prenait femme et on prenait mari… »

En ce 21è siècle, nous pourrions nous retrouver parmi eux de qui on a dit que :

« ils ne se doutaient de rien… »
Ils n’étaient pas conscients d’une réalité plus profonde que celle qui les poussait à faire ceci et cela.
N’est-ce pas souvent notre condition : on voit ce qui est évident, on se donne à l’immédiat.
Mais… ce qui se cache sous tout cela, y avons-nous accès ?

Se pourrait-il que cette période de l’Avent soit un temps privilégié où nous pouvons
VOIR, oui, mais aussi PERCEVOIR et ENTREVOIR.

VOIR les situations et les événements et ‘percer’ les apparences pour découvrir le sens profond de notre quotidien.
Cela nous permettrait peut-être… d’ENTREVOIR une présence –
la présence de Celui qui est toujours à nos portes attendant que nous l’accueillions.

Cette année, l’Avent pourrait vraiment être un temps privilégié !

Note : Une autre réflexion est disponible sur un thème différent en anglais à : https://image-i-nations.com/1st-sunday-of-advent-year-a-2019/

 
Source : Image : tripadviser.fr

 

 

Fête de l’Ascension, année C – 2019

En ce dimanche, nous célébrons la Fête de l’Ascension.
Dans la 1ère lecture, Luc, l’auteur du livre des Actes de Apôtres nous décrit ce qui s’est passé (Ac.1:1-11).
Ce qu’il nous livre est le souvenir que les Apôtres ont gardé de cet événement mémorable : le ‘départ’ de Jésus.

Durant les 40 jours qui avaient suivi sa résurrection, il y avait eu plusieurs ‘départs’,
mais Jésus revenait toujours à un moment donné, à un endroit où l’autre.
Mais cette fois, c’est différent – l’absence sera définitive.
Le texte dit :
 
« Une nuée vint le soustraire à leurs yeux… » 
 
Peut-on imaginer quelque chose de plus… frustrant!
Ne plus voir le Maître et comprendre que ce sera désormais leur situation :
les apôtres de Jésus devront faire face à… une absence?
NON. Un nouveau mode de présence.

Une présence qui ne dépend plus de la vision d’un corps matériel
mais qui se manifeste – infailliblement – à une foi qui résiste au doute et à l’incertitude,
une foi qui ne cède pas non plus à la tentation de chercher un chemin plus réconfortant –
celui d’une ‘visibilité’ qui satisfait notre besoin de voir, de toucher, de sentir.

Poursuivant ma réflexion, je me demande quelle est la nuée qui, dans mon quotidien,
m’empêche de discerner la présence de celui qui est toujours là…

  • mon aveuglement qui me conduit à poursuivre de fausses valeurs;
  • ma concentration obstinée sur moi-même, mes rêves, mes projets;
  • ma recherche égoïste de satisfaction immédiate;
  • mon impatience de constater les résultats de mes efforts.

En somme ma nuée personnelle, l’écran qui me cache Sa présence c’est mon manque de foi au fil des jours.

Pourtant, bien qu’invisible, sa présence est réelle et permanente.

  • Il est présent dans le réconfort d’une visite reçue.
  • Il est présent dans l’inspiration d’une lecture qui offre une nouvelle vision.
  • Il est présent dans la sérénité d’un paysage qui calme.
  • Il est présent dans le pardon donné et reçu.
  • Il est présent dans le silence qui m’apaise.
  • Il est présent dans le courage qui m’anime au matin d’une nouvelle journée.
  • Il est là dans la résilience qui me fait surmonter les obstacles sur ma route.
  • Il est présent… infailliblement…

L’ascension se révèle le moment privilégié pour apprendre à voir,
ou plutôt, apprendre à croire sans voir – croire d’une foi qui sait à qui elle se fie! (2 Tim.1:12).

Note : Une autre réflexion est disponible sur un thème différent en anglais à : https://image-i-nations.com/the-feast-of-the-ascension-year-c-2019/

Source : Image : Pixnio

2è dimanche de Pâques, année C – 2019

EN CAS D’ABSENCE…

Il y a des personnes – prudentes et prévoyantes – qui semblent penser à tout!
Sur un coin de leur bureau, bien en évidence, il y a une note portant clairement l’indication :
« En cas d’absence… »
Ces gens veulent que, s’ils ne sont pas de retour à une date déterminée, certaines choses soient faites pour eux.

Ce n’était évidemment pas le cas de l’apôtre Thomas! 
Il était absent et il a manqué quelque chose – quelqu’un – de bien important!
Regrette-t-il son absence?
Comment regretterait-il puisqu’il ne croit pas avoir manqué quoi que ce soit.
De nos jours, on dirait de lui : « En voilà un qui sait résister à la pression sociale! »

Croire sans voir? Allons donc!
Thomas veut une preuve, une preuve… palpable, c’est le cas de le dire –
Oui, quelque chose qu’il peut toucher, s’assurer que c’est bien réel.
Croire c’est quelque chose de trop sérieux pour faire confiance à des racontars.

Thomas résiste à la pression sociale qui le pousse à… croire…
Alors que, pour nous, la pression sociale va tout à fait… en sens contraire!
Croire, de nos jours, ‘pas facile’, direz-vous et avec raison.
Croire sans voir, sans entendre, sans toucher.

On veut justement TOUCHER Dieu, faire l’expérience de sa présence avec ce que nous sommes,
cela veut dire une expérience qui rejoigne… nos sens et qui ait un sens!…
On ne veut pas être naïfs ou dupes de gens… bien pensants mais facilement crédules.
On désire être certains, assurés, on ne prend pas le risque de…?
De faire confiance à Dieu?…
 
Mais alors que Thomas reçoit une correction, nous recevons une bénédiction :
« Parce que tu m’as vu, Thomas, tu crois.
Heureux ceux qui croient sans avoir vu. »

Je veux certainement être du nombre de ceux à qui cette bénédiction est donnée :

  • ceux qui se fient sans preuve …
  • ceux qui acceptent de croire sans voir…
  • ceux qui perçoivent sans toucher…

Au fond, quand on y pense, peut-être s’agit-il moins de toucher Dieu que de…
lui permettre, à lui, de nous toucher… à sa manière…

Note : Une autre réflexion est disponible sur un thème différent en anglais à : https://image-i-nations.com/2nd-sunday-of-easter-year-c-2019/
Et dans une vidéo (en anglais), Thomas, personnifié par Arnold Rodriguez, raconte ce qui lui est arrivé : https://image-i-nations.com/thomas-the-apostle/

Source : Image : lds.org

 

 

2nd Sunday of Easter, Year C – 2019

Today’s gospel text (Jn.20:19-31) is rather discrete in terms of the apostles’ reaction to Jesus sudden appearance to them on Easter Sunday.
John simply tells us that “The disciples were filled with joy.”
 
In his telling of the same happening, Luke says that they were “in a state of alarm and fright as they thought they were seeing a ghost.” (Lk.24:37).
 
As I try to picture the scene and imagine what the apostles must have felt, the words that come to me to describe them are: surprised, astonished, amazed… utterly dumbfounded!
They knew that Jesus had been nailed on a cross (we can suppose that John who was present had given them some of the details…) and a soldier had pierced his side with a lance (Jn.19:26).
He had died, there was no doubt about this.

And now, suddenly, absolutely unexpected, there he is in front of them – ALIVE!
The word ‘surprise’ is hardly strong enough to mention what the apostles experienced at that moment.

Writing the word ‘surprise’, I recall a book published some years ago entitled: God of surprises (Gerard W. Hughes).
It may not be an attribute that is often given to God, but personally I believe it is very appropriate.

Looking at my life, what happened in the distant past and more recently, I can vouch for this truth:
God is indeed a surprising God!

  • Surprising in his amazing creativity,
  • surprising in his tremendous generosity,
  • surprising in his unfailing forgiveness,
  • surprising in his unfathomable understanding,
  • surprising in his permanent presence… in spite of sometimes having to wait for a welcome!

Surprising, absolutely!
Have you not noticed this for yourself?…

Note: Another reflection is available on a different theme in French at: https://image-i-nations.com/2e-dimanche-de-paques-annee-c-2019/
And a video (in English) is also offered where the second part of the gospel is presented: https://image-i-nations.com/thomas-the-apostle/

Source: Image: pinterest.com

Jeudi-Saint, année C -2019

Le jour du SOUVENIR, oui, mais PAS celui du 11 novembre…
Il s’agit d’un ‘souvenir’ à la fois plus ancien et plus nouveau.
Plus ancien car il débute… avec notre ère.
Plus nouveau puisqu’il se reporte à… un ‘commandement nouveau’ (Jn.13:34).

En général, on n’aime pas les commandements –
ça nous limite, ça brime notre liberté, ça empêche notre épanouissement, dit-on!

« Faites ceci en mémoire de moi… »
 
Communion avec Celui qui s’est fait l’un-de-nous et pourtant Celui-là même qui demeure le Tout Autre.

Communion – union peu commune, tellement extraordinaire –
elle manifeste une présence réelle et perpétuelle.

Si seulement on pouvait s’en souvenir… RÉELLEMENT!

 

Note : Un blogue est offert sur le même thème à : https://image-i-nations.com/noublie-pas-2/
Et une autre réflexion est disponible sur un thème différent en anglais à : https://image-i-nations.com/holy-thursday-year-c-2019/
 

Source : Image : influencity.com