image-i-nations trésor

25è dimanche de l’année C, 2022

 À l’occasion, les dictons populaires fournissent matière à réfléchir… ici et là, vous entendrez parfois :
« Plus ça change, plus c’est pareil. »
« C’est l’argent qui mène le monde. »
« Pas pris, pas vu, pas coupable. »
Expressions trompeuses d’une sagesse qui n’en est pas une – énoncé d’une triste réalité…

On peut y reconnaître l’écho des paroles du prophète Amos dans la 1ère lecture (Amos 8:4-7).

Il s’élève contre ceux qui « achètent le faible pour un peu d’argent »
Ceux-là qui « diminuent les mesures, faussent les balances… »
 
Et dans l’évangile, on retrouve Jésus qui décrit une situation semblable dans la parabole de l’intendant malhonnête (Luc 16:1-13).
Ce serviteur astucieux ordonne aux débiteurs de son maître de falsifier les factures pour bénéficier plus tard de leur reconnaissance.

Autour de nous, il est possible de retrouver une telle attitude dans des situations multiples et à une échelle bien supérieure.
L’astuce remplace l’honnêteté.
Le désir du gain et la recherche de bénéfices mal acquis se substituent à la droiture.
L’ingéniosité frauduleuse prend la place de l’intégrité.

Il est intéressant de noter que, pour Jésus, l’honnêteté est une question de… fidélité!
Fidélité au Maître que nous avons promis de suivre.

Jésus le dit clairement : « Nul ne peut servir deux maîtres. »
L’illustration ci-contre est étonnante : sur le billet d’argent, la devise présente le texte imprimé:

« In God we trust » – littéralement « Nous nous fions à Dieu » et pourtant!…
Il semble que bien souvent nous préférons nous fier au signe familier des différentes devises.

De l’argent, il en faut, c’est évident.
Il faut payer les comptes, régler les factures, acheter le nécessaire, se procurer les denrées essentielles.
La nourriture, les médicaments, le transport, les besoins personnels de la famille.
Et il faut inclure dans l’équation: assurer un juste salaire aux employés, respecter les droits des travailleurs, offrir des conditions d’emploi adéquates, s’en tenir à des horaires de travail raisonnables, etc., …
tout cela n’est pas négociable.

Mais ce qui l’est, c’est la manière d’obtenir l’argent nécessaire…

La fidélité qui prend visage de l’honnêteté – n’est-ce pas le message de Jésus pour aujourd’hui?…
Et… à chacun/e de faire les choix qui traduiront cette fidélité…

 

Note: Une autre réflexion est offerte sur un thème différent en anglais à: https://image-i-nations.com/25th-sunday-of-year-c-2022/

 

Source: Images: Pixabay    L’Évangile de Dieu   en.wikiopedia.org

30è dimanche de l’année C – 2019

 La parabole du Pharisien et du publicain – elle nous est si bien connue! (Lc.18:9-14)
Le Pharisien avec un P majuscule, le publicain lui n’a droit qu’au p minuscule – ça va de soi! 
Étonnant comme même l’orthographe souligne le message!

Au fil des ans, et des commentaires bibliques, ce fameux Pharisien a récolté sa part d’accusation et de blâme.
Mais que lui reproche-ton au juste?

Sa prière à l’Éternel est claire et sans ambages, ses propos ne laissent aucun doute :
« Je jeûne deux fois par semaine
et je verse le dixième de tout ce que je gagne. »

 
Rien de mal à cela, c’est même un comportement honorable.
Le problème surgit dans les paroles qui précèdent où le Pharisien remercie Dieu…

« Mon Dieu, je te rends grâce
parce que je ne suis pas comme les autres hommes
– ils sont voleurs, injustes, adultères… »
 

C’est là que la prière devient fautive parce que le cœur s’empêtre dans sa supposée noblesse !
Saint Paul a le verdict approprié pour une telle attitude quand il écrit aux chrétiens de Corinthe:

« Qu’as-tu que tu n’aies reçu?
Et si tu l’as reçu, pourquoi te glorifies-tu, comme si tu ne l’avais pas reçu? » (1 Co.4:7)

Au fond, la vraie culpabilité du Pharisien est qu’il s’attribue… l’œuvre de l’Esprit Saint – rien de moins !
L’honnêteté, la justice, la fidélité, dont il est si fier est l’œuvre de Dieu en lui.

Ceci étant dit, peut-être faut-il reconnaître qu’il n’est pas seul dans ce ‘Club des parfaits à leurs yeux’…
Et il semblerait que le 21è siècle qui est le nôtre ne manque pas de représentants d’un tel groupe…
Un pharisien moderne peut facilement se dissimuler en tout un chacun, qui pourrait le nier ?…

Note : Une autre réflexion est disponible sur un thème différent en anglais à : https://image-i-nations.com/30th-sunday-of-year-c-2019/

 

Source : Image : www.ortodoxpath.org

 

 

8è dimanche de l’année C – 2019

L’évangile de ce dimanche (Lc.6:39-45) adresse un message auquel il serait difficile de se soustraire. 
L’exemple folklorique qu’on retrouve dans ce texte nous est familier – les paroles, du moins, nous sont bien connues.
En ce qui concerne la pratique de ce que le message requiert… chacun/e peut juger du progrès de sa démarche!

La paille que l’on désire retirer de l’œil d’un autre alors qu’une poutre se trouve dans le nôtre!
On sourit en lisant les mots mais… à nos dépens!

Un auteur spirituel a dit que ce phénomène si bien décrit par Jésus n’est autre que ce que la psychologie moderne qualifie de… projection!
Cette affirmation en rend peut-être quelques-uns/es un peu… inconfortables… et pour cause!…

Il faut bien en convenir : la vérité qui y est exprimée a quelque chose d’assez embarrassant parfois.
On se sent visé, inculpé.
On ne peut échapper à la conclusion qui fait écho à ce qu’il y a bien longtemps un prophète avait osé dire à un roi :
« Cet homme, (lire : cette personne) c’est toi! » (2 Sam.12:7)

  • Moi qui accuse l’autre d’hypocrisie alors que mes actions en sont l’expression même!
  • Moi qui professe l’innocence alors que l’entourage a découvert chez moi une culpabilité incontestée.
  • Moi qui cache des raisons d’agir bien peu dignes et répands des soupçons sur la bonne volonté d’autrui.
  • Moi qui se réclame d’une attitude sans reproche et sème le doute sur la motivation du voisin.
  • Moi qui prétends avoir des intentions irréprochables et questionne sans honte les pensées d’un autre.

Le 21è siècle est-il donc si peu différent du 1er?!
Les humains semblent esclaves des même tendances hypocrites révélées par les spécialistes de la ‘projection’!
Tous et toutes sont en besoin de l i b é r a t i o n !

On nous l’a promis : « LA VÉRITÉ vous rendra libres. » (Jn.8:32)
Encore faut-il le vouloir et… s’y ajuster.
Honnêteté, authenticité, transparence – n’est-ce pas là l’essentiel de cet ajustement?

Note : Une autre réflexion est disponible sur un thème différent en anglais à : https://image-i-nations.com/7th-sunday-of-year-c-2019/

Source : Image : YouTube

 

 

 

 

29è dimanche de l’année, A

Au premier abord, le texte de l’évangile de ce dimanche (29è de l’année A – Mt 22 :15-21) semble bien clair et on ne voit nul besoin de faire des précisions.
Mais… peut-être y a-t-il davantage que ce qui semble évident.
Le message est peut-être plus complexe que ce qu’on pensait d’abord y découvrir.

Sans équivoque, le message de Jésus nous dit – comme aux Pharisiens qui le questionnent :
« Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu. »

Mais ce qui me frappe, cette fois, c’est ce qui a provoqué cette réponse.
Le texte de l’évangile commence ainsi :
« Les pharisiens allèrent tenir conseil pour prendre Jésus au piège en le faisant parler. »
 
L’essence même de la duplicité !
On pose à Jésus une question sous prétexte de fidélité à la Loi alors que le motif caché est tout autre.
On utilise la flatterie posant comme des admirateurs alors que l’on joue le jeu des traîtres.
Les Pharisiens qui se sont associés aux Hérodiens demandent avec une modestie feinte :

« Maître, nous le savons : tu es toujours vrai
et tu enseignes le chemin de Dieu en vérité ;
tu ne te laisses influencer par personne,
car ce n’est pas selon l’apparence que tu considères les gens. »

Mais Mattieu dit clairement : « Jésus, connaissant leur perversité… »
Le terme est fort, il évoque la malice et la perfidie et c’est bien ce dont il s’agit.
 
Jésus va jouer le jeu jusqu’à ce que ses interlocuteurs tombent dans leur propre piège et j’avoue qu’ils ne suscitent pas ma sympathie !
Ils se croyaient si astucieux, ils étaient convaincus que le Maître se trahirait lui-même mais ils ont été confondus et il ne leur reste plus qu’à… préparer leur prochain mode d’attaque !

Plus, beaucoup plus, que le rappel de payer les taxes, ce texte invite à ce qu’on nommait autrefois ‘la pureté d’intention’.
Il nous incite à l’honnêteté dans l’interaction avec ceux qui nous entourent – une honnêteté qui inclut les pensées, les attitudes, les échanges.
La TRANSPARENCE dont on parle tellement aujourd’hui, c’est de cela qu’il est question !

Transparence, oui, avec Dieu lui-même qui connaît tout se qui se cache au fond de nos cœurs.
Quelque chose de transparent nous permet de voir à l’intérieur.
Alors, permettre à Dieu de tout voir à l’intérieur…
Tout ce dont nous avons honte, ce que nous regrettons, ce que nous aimerions effacer de notre passé.

Quand on y pense : il connaît tout cela encore mieux que nous et il est prêt à le pardonner – si seulement nous le lui abandonnons… en toute sincérité !

Source: Image: tellthelordthankyou.com