image-i-nations trésor

18è dimanche de l’année B – 2021

Il arrive bien souvent que les textes de l’évangile aient ce que je nommerais: ‘l’effet miroir’.
Telle ou telle scène nous présente Jésus avec un groupe de personnes et celles-ci pourraient tout aussi bien être nos contemporains,
nous-mêmes, en fait!
C’est ce qui me vient à l’idée en lisant le texte de ce dimanche (Jn.6:24-35).

La veille, Jésus a multiplié 5 pains et 2 poissons et plus de cinq mille personnes ont mangé à satiété.
Le lendemain, les gens sont de nouveau à la recherche de Jésus –
qui ne voudrait pas bénéficier encore une fois d’une telle largesse?!

Jésus devine leur intention et oriente leur recherche dans une autre direction:
une nourriture durable et combien plus satisfaisante!
Il leur offre cette nourriture et l’identifie comme étant lui-même.

Mais voilà que ses auditeurs répondent par le doute et exigent des preuves – des miracles, rien de moins.
Alors que Jésus a déjà guéri nombre de malades, d’infirmes, de gens affligés de toutes sortes de conditions incapacitantes et qu’il a même ressuscité des morts,
voilà qu’on réclame de lui d’autres signes!

C’est ici que je nous retrouve – ayant déjà bénéficié de tant de dons, de pardons, de guérisons, il nous arrive pourtant de ‘négocier’ notre foi en Jésus!
Comblés, nous demeurons insatisfaits et incrédules!

À notre doute persistant et notre incrédulité, quelle réponse Dieu peut-il encore donner?
Il nous a déjà promis :

« Celui qui vient à moi n’aura jamais faim ;
celui qui croit en moi n’aura jamais soif. »

Peut-il nous manquer encore quelque chose?…

 

Note: Une autre réflexion sur un thème différent est disponible en anglais à: https://image-i-nations.com/18th-sunday-of-year-b-2021/

 

 

Source: Images: unsplash.com   mormonmatters.org

14è dimanche de l’année B – 2021

Étonnement, questionnement, indignation, refus de croire – c’est toute la gamme des émotions que présente l’évangile de ce dimanche (Marc 6:1-6).
Elles décrivent la réaction des auditeurs de Jésus dans la synagogue de Nazareth.
Elles expriment – Jésus le perçoit clairement – le mépris.

Il l’affirme lui-même:
« Un prophète n’est méprisé que dans son pays, sa parenté et sa maison. » 
 
Il venait d’un patelin qui n’avait pas bonne réputation.
On le disait: « Peut-il venir quelque chose de bon de Nazareth? » (Jean 1:46)
On croyait qu’il n’était, après tout, que le fils du charpentier, un métier plutôt commun dans un village sans importance.
Sa mère était une femme comme les autres et ne se distinguait d’aucune manière qui l’eut fait remarquer.
Il n’appartenait ni au groupe des scribes ni à celui des lévites.

Comment pourrait-il être un prophète?
Lui, messager de Dieu? Mais voyons! Il n’en avait pas le profil, c’était évident!
Il était trop ordinaire, trop comme tout le monde, et les gens auxquels il s’associait lui donnaient une réputation assez douteuse:
« Un ami des publicains et des pécheurs. »  (Matthieu 11:19)

 Et s’il revenait aujourd’hui en cette époque qui est la nôtre…
Que dirait-on de lui?…
Et que dirait-il de nous?…

Étrange ce que nous révèle le texte de cet évangile:
Il semble que ce soit notre foi qui donne à Jésus son pouvoir…
Sans elle, il ne peut accomplir de miracles…

Je dois y réfléchir davantage…
 

Une autre réflexion sur un thème différent est disponible en anglais à: https://image-i-nations.com/14th-sunday-of-year-b-2021/

 

Source: Image: daily-prayers.org  

Palm Sunday, Year C – 2019

Different situations can provoke different reactions in us.
A threatening possibility can inspire fear.
The anticipation of a positive happening may cause joy.
A difficult problem may, of course, leave us puzzled.

In the gospel text at the beginning of this celebration of Palm Sunday (Lk.19:28-40),
There is something which I find always… surprising, even astonishing!
We see the scene of Jesus entering Jerusalem and we are told that:

“The whole group of disciples joyfully began to praise God…
for all the miracles they had seen.”
 
You may think this is not surprising – and you are right.
Miracles awaken people to something wonderful happening in their midst.

What is surprising is what happened – or rather, what did NOT happen – five days later!…
When Jesus was brought before his judge – the Roman procurator – no one appears to speak for him.

I ask myself: all those who benefited from these miracles, where are they?
The blind who can now see,
the lame who now walk like everyone else,
the lepers free from their terrible condition,
all the sick suffering in one way or another and who are now well,
all of them, have they nothing to say to affirm that this man did nothing but good?
To me, this is really amazing! Not one comes up to witness in favour of Jesus.

Today, the crowd shouts with joy, the following Friday the crowd will shout again in… accusation.
Fickleness, yes, the ‘changeability’ of humans, of us…

I know someone who has coined a word to express the opposite – the word is ‘stick-to-it-ness’!
You will not find it in the dictionary but I believe that the reality of it should be found…
in our lives as disciples of Christ.
It is the faithful perseverance, or endurance.

And we have been told: “Your endurance will win you your lives” (Lk.21:19).
 
Note: Another reflection is available on a different theme in French at: https://image-i-nations.com/dimanche-des-rameaux-annee-c-2019/

  

Source: Images: worshiphousemedia.com   imagenesmi.com

2è dimanche de l’année C

On peut dire que, où que ce soit sur la planète, la célébration d’un mariage est quelque chose de spécial.
D’ordinaire, tout ce qui en fait partie revêt un aspect plutôt exceptionnel : le décor, la nourriture, le déroulement de l’événement qui ressemble un peu à un rituel selon l’endroit ou il se déroule.
Et, bien sûr, les invités !

Tout est planifié en vue du bonheur de ceux qui unissent leur vie et de la joie de ceux qui participent à la fête.
Tout se veut, tout devient, spécial de bien des manières.
Et quand Dieu s’en mêle… alors !

Oui, quand Dieu s’y rend présent – comme il l’a fait en Jésus au mariage qui prit place à Cana, petit village de Galilée – alors on peut vraiment dire que la situation devient spéciale au maximum ! (Jn.2:1-12).

Ce qui est particulier n’est pas la quantité surabondante de vin obtenu de cruches remplies d’eau, non. 
Ce n’est pas non plus la présence de Jésus : le texte précise qu’il avait été invité.
Ce n’est pas même que l’intervention de Jésus soit le tout premier de ses miracles – un signe comme le qualifie l’évangéliste Jean, non.

Ce qui est extraordinaire, absolument unique, c’est qu’une célébration de mariage devienne la révélation du vrai visage de Dieu !
Ce Dieu que l’on a si souvent caricaturé en déité sévère et punitive est le Dieu de bonté et de compassion qui se réjouit du bonheur de ses enfants.
Il s’en réjouit et est prêt à tout faire pour y contribuer !

Mais, évidemment… nous avons aussi notre part à faire…

Note : Une autre réflexion est disponible sur un thème différent en anglais à : https://image-i-nations.com/2nd-sunday-of-year-c/
 
 

Source : Images : Triple Scoop Music   Free Bible Images  

Mère Teresa canonisée par le pape François dimanche 4 septembre

mother teresa, catholicmoms.comLe pape François s’apprête à canoniser dimanche mère Teresa de Calcutta, la religieuse au sari blanc bordé de bleu devenue une icône mondiale, et controversée, de l’engagement en faveur des plus pauvres. Prix Nobel de la paix en 1979, cette femme tenace et pragmatique, d’une immense tendresse envers les rejetés, s’était aussi faite l’avocate obstinée de la morale de l’Eglise, tout en souffrant dans sa foi la majeure partie de sa vie. « Rendons hommage à cette petite femme amoureuse de Dieu, humble messager de l’Evangile et infatigable bienfaitrice de l’humanité », avait lancé Jean Paul II lors de sa béatification en 2003.

La cérémonie, dernier rendez-vous de ces deux monstres sacrés du XXe siècle, avait attiré 300.000 fidèles à Rome. Mais l’extrême rapidité de la procédure avait suscité des réserves au sein de l’Eglise. Ralenti sous Benoît XVI, le dossier a été relancé sous François, qui voit dans Mère Teresa une incarnation de son idéal d’une « Eglise pauvre pour les pauvres »… même s’il a déclaré qu’il aurait eu « peur » si cette petite femme tenace, déterminée et empreinte d’absolu avait été sa supérieure.

Deux miracles
La cérémonie sera un temps fort du Jubilé de la miséricorde voulu par le pape argentin. Une douzaine de chefs d’Etat et de gouvernement, peut-être 100.000 fidèles sur la place Saint-Pierre… et 3.000 policiers et militaires mobilisés pour la sécurité. Une canonisation constitue la déclaration officielle qu’une personne décédée est au paradis. Pour cela, le futur saint doit avoir obtenu deux miracles, l’un pour la béatification, l’autre pour la canonisation, signes de sa proximité avec Dieu.

Dans le cas de Mère Teresa, il s’est agi de la guérison en 1998 d’une Indienne qui souffrait d’un cancer, puis celle en 2008 d’un Brésilien atteint de tumeurs au cerveau. Même si pour les membres de sa congrégation, elle était déjà sainte depuis le jour de sa mort le 5 septembre 1997. « Pour nous, la canonisation ne change pas grand-chose. Ce que nous faisions avant, nous allons continuer de le faire. Mais c’est une occasion de renouveler notre engagement », explique à l’AFP Brian Kolodiejchuk, membre des pères missionnaires de la Charité et avocat de la cause en canonisation.

Source: Texte: MSN Actualités Metrotime Laura Sengler 2 septembre 2016  Image: catholicmoms.com

2nd Sunday of the Year, C

The Wedding Feast at Canathefirstmiracle_wide_t

It seems that we know the text of this gospel scene so well (Jn.2:1-11), we could repeat it with all its details. And that is precisely the danger: perhaps we know it too well!

If someone were to ask me to summarize this text in a few sentences, I would say this. For me this scene is about a woman’s attention and sensitivity to the needs of those around her. And the sensitivity and compassion of God-made-man to those around him.

1st miracle, cana, www.chaosnode.netI can imagine Mary noticing what was happening – a serious shortage of wine for the feast – and making a ‘sign’ to her son, Jesus. Then, THE ‘sign’ followed – that of Jesus, his miracle, changing the water into wine. This part is the one that remains imprinted in our memories, but the previous section is as important: the noticing and the feeling concerned, concerned enough to do something about the situation of need.

We may not be able to work miracles in the strict sense of the word. But do you know the miracles of the 3 Cs? CONCERN, COMPASSION, CARE. These miracles, I am convinced that the Spirit in us is willing to enable us to do them – if only we ask him and are willing, ourselves, to act on his impulse.

Source: Images: kitwechurch.com; www.chaosnode.net