image-i-nations trésor

18è dimanche de l’année B – 2021

Il arrive bien souvent que les textes de l’évangile aient ce que je nommerais: ‘l’effet miroir’.
Telle ou telle scène nous présente Jésus avec un groupe de personnes et celles-ci pourraient tout aussi bien être nos contemporains,
nous-mêmes, en fait!
C’est ce qui me vient à l’idée en lisant le texte de ce dimanche (Jn.6:24-35).

La veille, Jésus a multiplié 5 pains et 2 poissons et plus de cinq mille personnes ont mangé à satiété.
Le lendemain, les gens sont de nouveau à la recherche de Jésus –
qui ne voudrait pas bénéficier encore une fois d’une telle largesse?!

Jésus devine leur intention et oriente leur recherche dans une autre direction:
une nourriture durable et combien plus satisfaisante!
Il leur offre cette nourriture et l’identifie comme étant lui-même.

Mais voilà que ses auditeurs répondent par le doute et exigent des preuves – des miracles, rien de moins.
Alors que Jésus a déjà guéri nombre de malades, d’infirmes, de gens affligés de toutes sortes de conditions incapacitantes et qu’il a même ressuscité des morts,
voilà qu’on réclame de lui d’autres signes!

C’est ici que je nous retrouve – ayant déjà bénéficié de tant de dons, de pardons, de guérisons, il nous arrive pourtant de ‘négocier’ notre foi en Jésus!
Comblés, nous demeurons insatisfaits et incrédules!

À notre doute persistant et notre incrédulité, quelle réponse Dieu peut-il encore donner?
Il nous a déjà promis :

« Celui qui vient à moi n’aura jamais faim ;
celui qui croit en moi n’aura jamais soif. »

Peut-il nous manquer encore quelque chose?…

 

Note: Une autre réflexion sur un thème différent est disponible en anglais à: https://image-i-nations.com/18th-sunday-of-year-b-2021/

 

 

Source: Images: unsplash.com   mormonmatters.org

5è dimanche de l’année C – 2019

Une histoire… de pêche!

Laver les filets était à l’ordre du jour – une activité importante pour s’assurer que le matériel serait prêt pour la prochaine expédition de pêche.
Le vieux Zébédée le faisait avec ses fils et les associés.

Ce qui n’était pas à l’ordre du jour c’était la venue de ce jeune prédicateur qui arrivait sur la rive.
On disait qu’il venait de Nazareth et se nommait Jésus.
Des foules de plus en plus grandes se rassemblaient et les gens voulaient l’entendre.

Il ne ressemblait en rien aux Scribes et aux Pharisiens qui discutaient sans cesse.
De leurs enseignements, on ne comprenait pas grand-chose et on retenait encore moins leurs explications compliquées.
Lui, Jésus, quand il parlait… ça vous allait droit au cœur et on voulait en entendre encore plus!

Ce jour-là, le lavage des filets a dû être interrompu car le jeune voulait utiliser une barque. 
Non, pas pour la pêche mais pour prêcher, pour ne pas être écrasé par tout ce monde autour de lui.

« Quand il eut fini de parler, il dit à Simon :
«’Avance au large, et jetez vos filets pour la pêche’. »
 
Simon ne montrait pas trop d’enthousiasme ; il aura bien voulu demeurer au bord du lac et terminer le travail qui attendait: les filets à laver.
Mais quelque chose – on peut se demander… quoi ? – l’a poussé à dire :

« Maître, nous avons peiné toute la nuit sans rien prendre ;
mais, sur ta parole, je vais jeter les filets. »  

Vous connaissez la fin de ce récit… (Lc.5:1-11)
Non, les filets ne se sont pas brisés – ce qui s’est brisé, on pourrait dire, c’est le cœur de Simon.
Il s’est vu, tout à coup, tel qu’il était et… il ne se croyait pas assez bon pour tenir compagnie au nouveau prêcheur.
Le jeune lui a répondu avec des paroles mystérieuses – je ne pense pas que Simon ait compris ce qu’il voulait dire.
Mais, il n’a pas pu résister… il s’est embarqué encore une fois pour une expédition de pêche pas comme les autres…

Ce qui me reste de cette histoire-là c’est que lui et ses compagnons ont tout laissé… à cause de cette histoire de poisson !
Mais, à vrai dire, je suis convaincue qu’il y avait plus que cela qui les a poussés.
Vous ne pensez pas ?…

Et ne vous sentez-vous pas parfois ‘poussé/es’ de la même manière?…

Note : Une autre réflexion est disponible sur un thème différent en anglais à : https://image-i-nations.com/5th-sunday-of-year-c-2019/

Source : Images : Free Bible Images   picsniper.com

Journée mondiale des océans – 8 juin

La Journée des océans, célébrée le 8 juin, vise à nous rappeler le rôle des océans comme source de vie partout dans le monde. Il s’agit d’une célébration internationale proclamée il y a dix ans à l’occasion du Sommet de la Terre et des Nations Unies tenu à Rio de Janeiro. Après des débuts timides, cet événement a aujourd’hui une grande ampleur dans le domaine de la sensibilisation à la santé des océans et celui d’une meilleure gestion de l’Océan et de ses ressources.

Un évènement international
Simultanément sur les 5 continents, les Aquariums, Centres de Sciences, Musées, Associations et Institutions d’éducation à l’environnement marin du RESEAU OCEAN MONDIAL proposent à leur public des festivités pleines d’animations ludiques et d’actions concrètes, les petits et grands. Ateliers artistiques et pédagogiques, conférences, nettoyage de plages/de ports, films, contes et concours sont organisés simultanément sur l’ensemble de la semaine ou du week-end autour du 8 juin. Des opérations sont prévues sur les cinq continents, aussi bien en France qu’en Mauritanie, Italie, Etats-Unis Australie ou Danemark.

Ce que nous faisons au sein de notre communauté peut avoir des effets positifs ou négatifs sur nos océans. L’eau passe de nos océans à l’atmosphère puis aux terres avant de retourner dans les océans. Les ressources en eau sont limitées et nous ne disposons que des quantités existantes sur Terre. La protection de nos océans commence par celle de nos bassins hydrographiques, et nous comptons sur vous pour l’assurer !

Quatre objectifs principaux

L’adoption d’une nouvelle perspective en encourageant les individus à réfléchir à ce que l’eau signifie pour eux et aux raisons de lui attacher une grande valeur;

-La sensibilisation un grand nombre de gens ne réalisent pas la profusion de créatures vivantes et d’habitats dont la beauté n’a d’égale que la diversité, que renferment nos rivières et nos océans, ni l’impact de nos actions sur ces ressources;

-Le changement de nos habitudes les citoyens doivent être encouragés à devenir les gardiens de nos eaux afin de les préserver pour les générations futures;

-La célébration que vous habitiez à l’intérieur des terres ou sur la côte, vous pouvez organiser des événements sur le thème de l’eau ou y participer.

Les océans en quelques chiffres
Plus de 90% des 10 espèces de poissons les plus pêchés sont en voie de disparition et près de 50% des autres espèces commerciales sont menacées par l’industrie de la pêche, par ailleurs 80% de la pollution des océans provient des terres.

Par ailleurs, une pétition a été mise en place conjointement avec THE OCEAN PROJECT pour faire du 8 juin la Journée Mondiale de l’Océan officiellement reconnue par l’ONU. Proposée au Sommet de la Terre de Rio en 1992 par le Canada, la Journée Mondiale de l’Océan a, jusqu’à présent, était peu suivie. Or l’Océan recouvre plus des deux tiers de la Terre. Il joue un rôle essentiel dans la régulation des climats, la qualité de l’air et de l’eau.

Un site à visiter : www.worldoceannetwork.org  Source: Texte: Journée Mondiale Image: UN