image-i-nations trésor

Fête de l’Épiphanie, année C – 2022

   

   

Un signe, une étoile.
Des Mages, des astrologues, en mode ‘recherche’.
Un roi à l’esprit tortueux élaborant un plan malicieux.
Le signe, soudain disparu, cause le désarroi des chercheurs bien intentionnés.
La réapparition du signe-étoile suscite une grande joie.
Et, enfin, la découverte inédite, absolument exceptionnelle, qui dépasse toute attente.

Avez-vous reconnu le texte de l’Évangile de cette fête de l’Épiphanie (Matthieu 2:1-12)?
C’est pourtant bien de cela qu’il s’agit!

Et il y a davantage: l’offrande de cadeaux princiers, symboliques.
Et un songe, une mise en garde qui met en échec la ruse d’un roi cruel.

Ainsi ‘décodé’, le texte de l’évangile revêt des aspects assez… contemporains!
Des signes, des recherches assidues, des plans sadiques de persécution, des mises en garde –
tout cela, le quotidien en fournit à tant de gens sous toutes les latitudes.

Mais… qu’en est-il de la joie intense de la découverte –
découverte de celui qui nous attend, qui nous rejoint,
s’étant fait l’un-de-nous, Dieu-avec-nous?

Cela aussi devrait devenir contemporain!
Que manque-t-il donc pour que cela devienne réalité pour NOUS?

La lassitude nous gagne-t-elle en route?
La crainte surmonte-t-elle notre courage?
Manquons-nous de suivre NOTRE étoile?

Peut-être suffit-il simplement de nous tourner vers LUI, lui, qui a promis :
“Je t’instruirai, je t’apprendrai la route à suivre,
Les yeux sur toi, je serai ton conseil.” (Psaume 32:8)

Promesse de sa présence, source de joie indicible,
à notre portée sur la route, où que nous mène notre cheminement…

 

Note: Une autre réflexion, sur un thème différent, est disponible en anglais à: https://image-i-nations.com/feast-of-the-epiphany-year-c-2022/

 

Source: Images: istockphotos.com   Church of Jesus Christ

Fête de l’Épiphanie, année B – 2021

« La Fête de Rois, » dit-on et, après un moment de silence une question surgit:
« Est-ce bien vrai, cette histoire-là? 
Est-ce que ce n’est pas une légende, tout simplement?»

Et d’autres questions s’ajoutent à la première:
« Les choses se sont-elles passées vraiment comme on le raconte?
Et, il y avait bien trois Rois, pas quatre?
On dit que c’était ‘des Mages’, des gens qui étudiaient les étoiles, vous croyez à tout cela? »
vous demande-t-on?

Plusieurs affirmeront avec conviction qu’il s’agit là d’un conte pour les enfants,
libre à vous d’y croire si cela a un sens pour vous.

Voilà ce qu’il fallait considérer depuis le début:
le sens de ce que l’on présente comme un événement.

L’apparition d’une étoile,
la recherche,
la quête d’information,
la découverte d’un nouveau-né,
l’offrande de trésors –

tous ces éléments doivent être perçus et reçus comme des symboles –
des symboles dont la signification se manifeste à quiconque est prêt à s’ouvrir à une révélation –
la révélations que:

Dieu éclaire ceux/celles qui le cherchent,
il guide leur marche et leur désir de le connaître,
il se manifeste à eux
il accepte ce qu’ils/elles offrent – pour Lui toute offrande est un trésor
et lui-même se donne alors à chacun/e – quelles que soient leur origine, nationalité, langue ou situation.

Un conte? Il n’y en a pas de plus vrai!
Une légende? Nulle n’est plus signifiante!

Note : Une autre réflexion est disponible sur un thème différent en anglais à: https://image-i-nations.com/feast-of-the-epiphany-year-b-2021/

 

Source : Image : Vector4free

Fête de l’Épiphanie, année A – 2020

Le 1er janvier, on parlait à la télévision des gens qui prennent une résolution du Nouvel An…
et des autres!
Certains expliquaient ce qu’ils et elles avaient choisi de changer dans leur quotidien.
Tous et toutes désiraient un mieux être.

En les écoutant, je me disais qu’une bonne résolution – une qui justement conduirait à un mieux être –
pourrait être : ‘Suivre son étoile’.
Oui, comme l’ont fait les Mages que nous retrouvons dans l’évangile d’aujourd’hui (Mt.2:1-12).

Cela ne veut évidemment pas dire d’attendre dans le ciel l’apparition d’un astre bien spécial.
Un ciel sans étoiles visibles ne serait pas un obstacle à une poursuite de mieux-être.
L’étoile-guide qui a pour but de rendre notre vie meilleure et riche de sens ne peut pas être observée
par ceux qui scrutent la Voie Lactée.

Elle est quelque chose de très personnel.
Quelque chose qui reflète à la fois notre personnalité et le dessein de Dieu pour nous.

Une inspiration soudaine et insistante qui illumine l’instant présent.
Une intuition persistante qui ouvre des perspectives insoupçonnées.
Un désir confus qui, en se précisant, indique une nouvelle direction.
Un appel discret à oser une aventure enrichissante.

‘Suivre son étoile’, c’est un peu tout cela…
ÉPIPHANIE : Une explosion de sens à la découverte d’une Présence!
 
Note : Une autre réflexion est disponible sur un thème différent en anglais à : https://image-i-nations.com/feast-of-the-epiphany-of-the-lord-year-a-2020/
 

Source : Image : cheristianityisjewish.org

 

 

 

 

 

 

 

Fête de l’Épiphanie, année C

« C’est la fête des Rois » dit-on. C’est ainsi que l’on désigne parfois la célébration d’aujourd’hui – la fête de l’Épiphanie.

Il faut dire que le récit offre quelque chose d’exotique, de féérique, de magique même – ne parle-t’on pas des ‘Mages’ ?!

Sans oublier, évidemment, son aspect biblique et théologique.

Et… le symbolique, alors… au cœur de cette fête si riche en couleur et en splendeur !

La légende qui présente ces nobles personnages affirme qu’ils étaient rois et nous les présente tous les trois les nommant : Gaspar, Melchior et Balthasar.

Ni statut royal, ni nom, ni nombre, n’apparaît dans le texte de l’évangile de Matthieu (Mt.2:1-12).

Qu’est ce donc qui les caractérise ?

Ce sont des gens… en recherche. Ils ont découvert une étoile inconnue jusqu’alors.

Ils l’ont reconnu comme un signe qui leur a servi de guide mais… ce signe a soudain disparu.

Les Mages s’adressent donc à l’autorité qui devrait avoir connaissance et sagesse… et pourtant !

Ils se mettent de nouveau en route et découvrent avec joie leur guide étoilé revenu et les précédant comme à leur départ.

Ayant atteint leur destination ils reconnaissent celui qu’ils cherchaient.

Ils le reconnaissent jusqu’à… l’adoration – peut-on offrir un présent plus précieux ?

Mais ils y ajoutent les autres choses apportées : l’or, l’encens et la myrrhe, choses bien précieuses aux yeux de leurs contemporains.

 
La découverte… la route… le guide… la marche… la recherche… la reconnaissance… l’offrande…

Les repères pour cette nouvelle année qui vient de s’ouvrir devant nous.

Note : Une autre réflexion est disponible sur un thème différent en anglais à :

Feast of the Epiphany, Year C

 

Source : Image : shutterstock.com   amazon.co.uk

 

Un conte de NOËL

Légendes et contes sont associés à Noël.

Ils sont de différentes périodes dans l’histoire

et ils ont leur origine dans différentes cultures.

En voici un, « tout nouveau, tout beau » –

texte et chant réalisés ici, au Québec…

pour votre enchantement!

BON VISIONNEMENT !

 

 

 

 

Mages: Savants?… Chercheurs?…

Des rois?

              Des mages?

                                  Des savants?

      Des astrologues?

Peut-être un peu de tout cela,

mais avant tout… des chercheurs de Dieu !

Source: Image: YouTube

Note: Autres articles disponibles à:

https://image-i-nations.com/fete-de-lepiphanie-annee-b/

Les Mages… d’où viennent-ils?

Note: Un article en anglais se trouve à: https://image-i-nations.com/feast-of-epiphany-year-b/

Fête de l’Épiphanie, année B

Je suis tentée d’intituler cette réflexion : ‘Des songes et des signes…’
 
En fait, notre vie est remplie des uns et des autres mais…
Il nous faut les décrypter, interpréter le code qui enveloppe le songe ou le signe.
Nous devons y lire le message qu’ils nous réservent.
C’est la condition pour en découvrir le sens.

Et découvrir suppose :

  • une recherche persistante,
  • un effort persévérant pour connaître,
  • une mise en marche pour identifier quelque chose
  • une application pour s’approprier une réalité qui nous a d’abord attiré/es, fasciné/es…

Les personnages que nous propose le texte de l’évangile en cette fête de l’Épiphanie (année B – Mt.2 :1-12) – les Mages – sont un modèle de l’attitude des… chercheurs…
Des chercheurs de sens, des chercheurs de Dieu.

Étonnamment, ils se mettent en marche sans savoir exactement où ils aboutiront.
Ils sont conscients d’un appel, d’une invitation à se lever et à partir vers un… ailleurs imprécis.
Vers quel horizon lointain se dirigent-ils?
Ils semblent n’en avoir qu’une impression plutôt vague.
Mais ils ont une conviction : celle qu’ils doivent partir, avancer, progresser vers cet impénétrable inconnu qui les attire.

Et nous? Nous en sommes à la première semaine d’une nouvelle année.
Que sera-t-elle? Nous en ignorons le déroulement en détail qui se manifestera au fil des jours.
Mais la conviction des Mages devrait être la nôtre :
Il nous faut partir, avancer, progresser!

C’est ainsi que se révélera, jour après jour, le sens de ce que nous vivons, ce que nous croyons, ce que nous espérons.
Le sens… incarné dans une promesse, incarné dans une Personne : celle de ce ‘Dieu-avec-nous’ qui ne manque jamais de réaliser ce à quoi il nous convie.

Recherche, effort, mise en marche, appropriation du sens de notre existence : c’est ce à quoi nous sommes convié/es.

Source: Image: Pinterest

Note: D’autres textes sont disponibles pour cette fête de l’Épiphanie : https://image-i-nations.com/mages-savants-chercheurs/

Les Mages… d’où viennent-ils?

/https://image-i-nations.com/mages-dou-viennent/

Et un texte est disponible en anglais à: https://image-i-nations.com/feast-of-epiphany-year-b/

Les Mages… d’où viennent-ils?

Les Mages que nous rencontrons dans l’évangile de cette fête de l’Épiphanie ont une longue histoire aux détails colorés et divers selon les multiples légendes qui les entourent.
Alors qu’ils visitent le Nouveau-Né, ils sont reconnus comme des personnages distingués qui offrent des présent de valeur : or, encens et myrrhe.

Le texte de la bible ne dit pas qu’ils étaient trois, ni qu’ils étaient des rois, et ne mentionne pas non plus leurs noms.
Mais, au long des siècles, des légendes se sont multipliées à leur sujet.
Il semblerait que l’identité qu’ils ont assumée au cours des siècles leur provienne de la Perse (l’Iran d’aujourd’hui).
La religion de ce pays avait des prêtres renommés comme spécialistes en astrologie et c’est la personnalité qu’on a donnée aux Mages que nous connaissons.

La tradition qui leur attribue la royauté se précise vers l’an 500 AD et les identifie comme Melchior, un savant de la Perse et roi de ce pays.
Gaspard, un savant de l’Inde, lui aussi roi de son pays.
Et Balthazar un savant de Babylone et roi d’Arabie.

Les écrits qui soulignent leur statut royal pourraient trouver leur inspiration des textes bibliques comme ceux d’Isaïe 63:3 et des Psaumes 68:29 et 72:11.

Une légende voudrait qu’ils aient été baptisés par l’apôtre Thomas en route vers l’Inde.
D’autres écrits indiquent que leurs dépouilles ont été retrouvées par Sainte Hélène et apportées à Constantinople d’où ces reliques ont été acheminées vers l’Allemagne et se trouvent maintenant dans le sanctuaire des Rois dans la cathédrale de Cologne.

La propension bien humaine à vouloir des précisions additionnelles ajoute des anecdotes intéressantes différentes de celles déjà  mentionnées.

Gaspard est le plus âgé avec une barbe blanche; c’est lui qui présente l’or; il est connu comme le roi de Tarse, pays de commerçants sur la côte Méditerranéenne de la Turquie moderne. Il est le premier à s’agenouiller devant le Christ. Melchior serait d’âge moyen natif d’Arabie; il est celui qui offre l’encens. Alors que Balthazar, un jeune homme à la peau noire, viendrait de Saba (le sud du Yemen de nos jours), ou encore d’Éthiopie, et lui présenterait la myrrhe.


L’une des plus anciennes représentation
des Mages sur un sarcophage. (3è siècle)(Musée du Vatican)

   Mosaïque Byzantine (vers 565) Basilique de St-Apollinaire, Ravenne

       Herrad of Landsberg(12è siècle)

Source: Information (traduction par l’auteur)  Images: Wikipedia

Note: D’autres textes sont disponibles pour cette fête de l’Épiphanie à: https://image-i-nations.com/fete-de-lepiphanie-annee-b/

Les Mages… d’où viennent-ils?

Un autre texte est disponible en anglais à: https://image-i-nations.com/feast-of-epiphany-year-b/

 

 

 

 

 

 

 

Noël… en parler autrement

C’est bientôt Noël !
On en parle, tout le monde en parle.
Mais pourrait-on en parler… autrement?
Quatre voisines se sont rencontrées et ont échangé sur ce sujet.
Écoutons-les et… nous serons peut-être étonné/es
de ce que nous découvrirons…

Des présents… de rois… du Roi!

 

Des cadeaux, des présents, des offrandes – on les apporte

à Celui que les Mages ont ainsi reconnu et adoré.

 

Et pourtant, n’est-il pas celui qui donne en surabondance,

et nous les bénéficiaires qui recevons « grâce pour grâce »…?!   (Jn.1 :16)

Source: Image: Alkemia on Etsy