image-i-nations trésor

Les Mages… d’où viennent-ils?

Les Mages que nous rencontrons dans l’évangile de cette fête de l’Épiphanie ont une longue histoire aux détails colorés et divers selon les multiples légendes qui les entourent.
Alors qu’ils visitent le Nouveau-Né, ils sont reconnus comme des personnages distingués qui offrent des présent de valeur : or, encens et myrrhe.

Le texte de la bible ne dit pas qu’ils étaient trois, ni qu’ils étaient des rois, et ne mentionne pas non plus leurs noms.
Mais, au long des siècles, des légendes se sont multipliées à leur sujet.
Il semblerait que l’identité qu’ils ont assumée au cours des siècles leur provienne de la Perse (l’Iran d’aujourd’hui).
La religion de ce pays avait des prêtres renommés comme spécialistes en astrologie et c’est la personnalité qu’on a donnée aux Mages que nous connaissons.

La tradition qui leur attribue la royauté se précise vers l’an 500 AD et les identifie comme Melchior, un savant de la Perse et roi de ce pays.
Gaspard, un savant de l’Inde, lui aussi roi de son pays.
Et Balthazar un savant de Babylone et roi d’Arabie.

Les écrits qui soulignent leur statut royal pourraient trouver leur inspiration des textes bibliques comme ceux d’Isaïe 63:3 et des Psaumes 68:29 et 72:11.

Une légende voudrait qu’ils aient été baptisés par l’apôtre Thomas en route vers l’Inde.
D’autres écrits indiquent que leurs dépouilles ont été retrouvées par Sainte Hélène et apportées à Constantinople d’où ces reliques ont été acheminées vers l’Allemagne et se trouvent maintenant dans le sanctuaire des Rois dans la cathédrale de Cologne.

La propension bien humaine à vouloir des précisions additionnelles ajoute des anecdotes intéressantes différentes de celles déjà  mentionnées.

Gaspard est le plus âgé avec une barbe blanche; c’est lui qui présente l’or; il est connu comme le roi de Tarse, pays de commerçants sur la côte Méditerranéenne de la Turquie moderne. Il est le premier à s’agenouiller devant le Christ. Melchior serait d’âge moyen natif d’Arabie; il est celui qui offre l’encens. Alors que Balthazar, un jeune homme à la peau noire, viendrait de Saba (le sud du Yemen de nos jours), ou encore d’Éthiopie, et lui présenterait la myrrhe.


L’une des plus anciennes représentation
des Mages sur un sarcophage. (3è siècle)(Musée du Vatican)

   Mosaïque Byzantine (vers 565) Basilique de St-Apollinaire, Ravenne

       Herrad of Landsberg(12è siècle)

Source: Information (traduction par l’auteur)  Images: Wikipedia

Note: D’autres textes sont disponibles pour cette fête de l’Épiphanie à: https://image-i-nations.com/fete-de-lepiphanie-annee-b/

Mages: Savants?… Chercheurs?…

Un autre texte est disponible en anglais à: https://image-i-nations.com/feast-of-epiphany-year-b/

 

 

 

 

 

 

 

Fête de l’Épiphanie, année A

Les Mages…
Étaient-ils trois? L’évangile ne le dit pas.
Des sages, des sages d’où exactement?
De l’Orient, oui, mais plus précisément?
Nul ne le sait et, à vrai dire peu importe.

Ils venaient de loin, de très loin.
Ils avaient perçu un signe,
Ils suivaient… une étoile – un guide bien particulier;
perdue, ils la recherchaient,
retrouvée, ils se réjouissaient.
On rapporte qu’ils se nommaient : Gaspar, Melchior, Balthazar.
 
Leur visite était-elle historique?
Vous n’en trouverez pas le récit dans les livres d’histoire.
Mais elle est richement symbolique!
C’est ce qui fait que, jusqu’à ce jour,
elle retient notre attention,
suscite notre réflexion,
et inspire notre méditation!
 
Oui, ils étaient des sages,
et ils nous apprennent à l’être aussi –
attentifs aux signes qui nous sont donnés
et habiles à les interpréter.
 
‘Pas facile’, vous direz.
Non, c’est ce qui fait que
cette attention et cette interprétation
doivent nous être ‘insufflées’, oui,
par le ‘Souffle’ même de Dieu – l’Esprit,
Lui qui les a guidés, ces sages, jusqu’à l’Enfant nouveau-né.
 
« Les sages continuent de se laisser guider par l’étoile » dit-on.
Nul doute, cette nouvelle année nous procurera de multiples occasions de le faire…

Source: Image: www.publicdomainpictures.net
 

Or, encens et myrrhe

Magi gifts

De l’or, de l’encens et de la myrrhe – les présents traditionnels offerts par les Mages à l’Enfant-Dieu.

Ce qui m’est le plus précieux,
ce que je chéris de tout mon coeur,
ce qui m’occcupe tout au long de mon quotidien –
les dons de chacun et chacune de nous . . .

Si précieux que Dieu lui-même les attend avec anticipation!

Source image: www.bible-basics-layers-of-understanding.com