image-i-nations trésor

Longue colonne… de pierre, longue colonne de chair…

Des sculptures qui parlent adressant un message à ceux/celles qui les contemplent. C’est l’oeuvre du sculpteur canadien Timothy Schmalz.

Longue colonne de pierre… 

Longue colonne de chair…

Des cœurs – non de pierre mais de chair… 

Des peurs – bien réelles, source d’angoisse…

Des pleurs – larmes amères qui surgissent malgré soi… 

Des douleurs – si profondes, torture qui se prolonge…

 

Note: On peut retrouver le même thème dans un blogue à: https://image-i-nations.com/une-longue-colonne-5-mars-2022/

Source: Images: Catholic world Report    The National

Une longue colonne… 5 mars 2022

Le sculpteur canadien Timothy Schmalz réalise des sculptures des plus symboliques; elles adressent un message à ceux/celles qui les contemplent.
L’artiste qualifie ses pièces de ‘Prières visuelles’ elles le sont, visiblement!

Il y en a une qui revêt présentement un aspect puissant d’actualité. 
Il s’agit d’une longue colonne de réfugié/es en marche vers… ce qu’ils/elles espèrent être une vie  meilleure.

Cette sculpture a une force d’évocation particulière en ce 10è jour où les bombardements de la Russie ne cessent de frapper l’Ukraine.
Plus d’un million des citoyens de ce pays se sont mis en marche pour échapper à la mort. 
Ils s’acheminent vers l’inconnu espérant sauver leur vie et celle de leurs enfants.

La sculpture interpelle quiconque l’aperçoit…

Longue, elle est trop longue cette colonne… 
D’où vient-elle… Où aboutira-t-elle?…

Des cœurs – non de pierre mais de chair…
Des peurs – bien réelles, source d’angoisse…
Des pleurs – larmes amères qui surgissent malgré soi…
Des douleurs – si profondes, torture qui se prolonge…

Qui pourra maîtriser la stupeur?
Qui éloignera le malheur?
Qui saura de ce fléau être vainqueur?

Que Dieu lui-même intervienne, osons le demander.
Que les esprits s’apaisent, que les armes se taisent.
Et que pour les assaillants se réalise la promesse faite au nom de Dieu par son prophète :

« J’ôterai le cœur de pierre et je mettrai un cœur de chair… » (Ézéchiel 36:26)

 

Source: Images: fr.depositphotos (image libre de droit par avevstaf)   Catholic World Report    The National

Noël, année C

NOËL – 4 lettres, un mot bien court.

On a dit, écrit, décrit, transcrit, tant de choses sur ce mot. On l’a évoqué, prononcé, crié, chanté… NOËL ! NOËL !

Il y a les légendes et les mythes, les histoires et les contes et, au cœur de tout cela : la RÉALITÉ – la réalité d’un Dieu qui s’est voulu… humain. À la vue de cette expression, vous arrêtez de lire…

Mais c’est cela NOËL : l’extraordinaire – certains oseraient dire – l’extravagante, décision de Dieu de se faire l’un de nous ! Il y a de quoi arrêter de lire et… considérer… s’émerveillera… adorer…

Certaines personnes décrivent cet événement comme un ‘mystère’ et c’en est un ! Il ne faut surtout pas penser qu’on ne doit pas tenter de comprendre, mais il faut poursuivre l’effort de compréhension tout au long de notre vie !

Qui oserait juxtaposer ces deux mots : DIEU et CHAIR ?! Mais il faut le faire, pas d’autre voie pour com-prendre = prendre avec soi-même cette réalité. Les théologiens, pour le faire, utilisent un terme… respectueux : IN-CARN-ATION = dans la chair.

L’apôtre Jean l’a dit sans hésitation:

 

« Le Verbe s’est fait CHAIR. » (Jn.1:14)

Et, de son côté, Paul écrit aux Philippiens : «De condition divine, il est devenu semblable aux humains. » (Ph.2:6-7)

EMMANUEL, « Dieu-avec-nous », Dieu, l’un de nous !

Si ce n’était pas cela Noël……… ce serait quoi au juste ?!

 

Note: Une autre réflexion sur un thème différent est disponible en anglais à: https://image-i-nations.com/christmas-year-c/

 

Source : Image: YouTube

 

 

 

Fête du Corps et du Sang du Christ, année A

Certaines méthodes de prière nous invitent à utiliser notre imagination tout spécialement pour la méditation de l’évangile,
Aujourd’hui, je me mêle à la foule qui écoute Jésus enseigner (Jn.6 :51-58 – fête du Corps et du Sang du Christ, année A) .
Je l’entends affirmer :

« Si vous ne mangez pas la chair du Fils de l’homme,
et si vous ne buvez pas son sang,
vous n’avez pas la vie en vous. »

 Si je n’avais jamais entendu d’homélie sur ces paroles, si je n’étais pas baptisée,
si je ne connaissais pas de théologie et n’avais jamais étudié les évangiles –
bref, si ces paroles me rejoignaient pour la toute première fois,
quelle serait ma réaction ?…

Je dirais sans doute en moi-même : ‘Pas possible, manger la chair de cet homme ;
il ne veut sûrement pas dire cela, je dois mal comprendre…’

Et voilà qu’il insiste :
« Ma chair est la vraie nourriture,
et mon sang est la vraie boisson. »

 Ma voix intérieure insisterait sans doute elle aussi :
‘Mais ça n’a pas de sens !
On ne va quand même pas le tailler en pièces et laisser couler son sang –
LE manger, LE boire, LUI !…’

Pas étonnant que je comprenne si bien cette foule entourant Jésus et qui s’exclame avec indignation:
« Ce langage-là est trop fort !
Qui peut l’écouter ? » (Jn.6 :60)
 
Seulement celui, celle, qui acceptent Son Esprit à Lui et reçoivent le don de Lui-même…
À sa manière…

Source: Images: pubtheologian.com, jesus-story.net