image-i-nations trésor

Dimanche de la Parole de Dieu – 23 janvier 2022

La Parole de Dieu «révèle Dieu et nous conduit à l’Homme»

Le dimanche de la Parole de Dieu a été institué par un motu proprio du Pape François, le 30 Septembre 2019. Célébré chaque 3e dimanche du temps ordinaire, ce temps veut encourager les croyants à une plus grande familiarité avec les Ecritures. Car la Parole de Dieu veut demeurer en nous pour combler nos attentes, guérir nos blessures, et venir renouveler notre foi, a d’emblée expliqué le Saint-Père dans son homélie.

La Parole nous révèle le visage d’un Dieu aimant

C’est à travers les Ecritures Saintes et la vie de Jésus que nous pouvons découvrir quel est le vrai visage de Dieu. «Il n’est pas un observateur froid, détaché et impassible, mais le Dieu-avec-nous, qui se passionne pour notre vie et s’implique jusqu’à pleurer de nos larmes», explique François. Cette Parole nous permet d’entrer en relation avec un Dieu ni neutre ni indifférent, mais qui au contraire «nous défend, nous conseille, prend position en notre faveur, s’implique et se laisse affecter par notre douleur.», souligne le Pape.

En nous racontant l’histoire de l’amour de Dieu pour l’humanité, la Parole de Dieu nous libère également des peurs et des idées préconçues à son sujet, pouvant parfois éteindre la joie de notre foi. «La Parole brise les fausses idoles, démasque nos projections, détruit les représentations trop humaines de Dieu et nous ramène à son vrai visage, à sa miséricorde», a expliqué François. «La Parole de Dieu nourrit et renouvelle la foi : remettons-la au centre de la prière et de la vie spirituelle !»

«Frères et sœurs, demandons-nous: portons-nous dans notre cœur cette image libératrice de Dieu ou bien le considérons-nous comme un juge rigoureux de notre vie, un douanier rigide ? Notre foi est-elle porteuse d’espoir et de joie ou bien est-elle encore travaillée par la peur ?»

 

Source: Texte: Claire Riobé-Cité du Vatican   Image: dreamstime.com

 

34è dimanche de l’année C, 2019 – Fête du Christ-Roi

Un Dieu humain…
Un homme-Dieu…
Un Roi-Serviteur…
Un Serviteur royal…

Un Roi affublé d’une couronne d’épines… 
dont le royaume n’est pas de ce monde…
lui ne requiert ni soldats ni esclaves.

Le Verbe de Dieu…
condamné par les spécialiste de la Parole de Dieu!…

Vous le reconnaissez?…
Vous l’avez rencontré?…

Alors, nul besoin d’explication inutile.
Prostration et vénération ne sont point requises.

Seule « l’adoration en esprit et en vérité » dont lui-même a parlé… (Jn.4:23-24)

Note : Une autre réflexion est disponible sur un thème différent en anglais à : https://image-i-nations.com/34th-sunday-of-year-c-2019-feast-of-christ-the-king/

 

Source : Image : pinterest.com

 

 

Les anonymes de l’évangile, 7è épisode

Faire une liste est un moyen de se rappeler certaines choses.
Mais faire une liste complète de tout ce que l’on veut se remémorer sur un sujet…
ça c’est autre chose!
L’évangile nous offre, oui, des listes, entre autres celle des Béatitudes.
Mais est-elle vraiment… complète?
Teresa Penafiel nous en parle dans la courte vidéo qui suit.

33è dimanche de l’année B

Les découvertes enrichissantes, les relations gratifiantes, les moments de vrai bonheur –
toutes ces expériences précieuses et bien d’autres – on voudrait qu’elles ne finissent pas.

On voudrait que tout cela dure, perdure!
Que ce qui nous est bon persiste, sans interruption, sans faille, sans défaut.
Que tout le positif de la vie demeure avec nous en permanence, que tout cela… s’éternise!

Voilà! C’est la bonne expression!
Que ne soient pas détruit, aboli, effacé à jamais, tout ce qui nous est bénéfique.

Mais, tous et toutes, nous faisons à différents moments l’expérience de…
l’usure, de la rupture.
Les brisures et les coupures viennent gâcher ce que l’on voulait conserver à tout prix.
On cherche désespérément quelque chose – quelqu’un? – qui ne nous manque pas un jour,
qui ne nous abandonne pas en nous laissant à nous-mêmes.

Et le texte de l’évangile d’aujourd’hui nous offre précisément cela 
(33è dimanche de l’année B – Mc.13:24-32) :

« Le ciel et la terre passeront, mes paroles ne passeront pas. »
 
L’affirmation de Jésus – une parole – celle même de Dieu – sans condition, infaillible,
habitée de l’assurance que seul Dieu peut donner.
Parole pour l’éternité s’il en est une !

Source toujours offerte de sécurité et de sérénité.
Il suffit… d’y puiser.

Note : Une autre réflexion est disponible sur un thème différent en anglais à : https://image-i-nations.com/33rd-sunday-of-year-b/
 

Source : Images : science-et-vie.com   Forum de Prière

La nourriture… elle est nécessaire, mais…

Depuis quelque semaines, l’évangile du dimanche nous présente Jésus
qui parle d’un sujet bien connu: la nourriture.
Il en procure même en abondance à son auditoire.
Mais il en parle d’un façon assez surprenante.
Dans la vidéo qui suit, Lise Massé le fait, elle aussi.

Message du Pape pour le Carême

Dans une semaine, la période du Carême débutera. Le Pape ne manque pas de nous adresser un message pour nous y préparer. Déjà le jour de la Toussaint, 1er novembre 2017, il avait rédigé son texte et celui-ci a été publié hier. Le pape dénonce ce qu’il nomme “la duperie de la vanité et la froidure de la charité”. En voici quelques extraits.

« Chers frères et soeurs, Cette année encore, à travers ce message, je souhaite inviter l’Église entière à vivre ce temps de grâce dans la joie et en vérité…

D’autres faux prophètes sont ces « charlatans » qui offrent des solutions simples et immédiates aux souffrances, des remèdes qui se révèlent cependant totalement inefficaces : à combien de jeunes a-t-on proposé le faux remède de la drogue, des relations « use et jette », des gains faciles mais malhonnêtes ! Combien d’autres encore se sont immergés dans une vie complètement virtuelle où les relations semblent plus faciles et plus rapides pour se révéler ensuite tragiquement privées de sens ! Ces escrocs, qui offrent des choses sans valeur, privent par contre de ce qui est le plus précieux : la dignité, la liberté et la capacité d’aimer (…)

Ce qui éteint la charité, c’est avant tout l’avidité de l’argent, « la racine de tous les maux » (1Tm 6:10); elle est suivie du refus de Dieu, et donc du refus de trouver en lui notre consolation, préférant notre désolation au réconfort de sa Parole et de ses sacrements. Tout cela se transforme en violence à l’encontre de ceux qui sont considérés comme une menace à nos propres « certitudes »: l’enfant à naître, la personne âgée malade, l’hôte de passage, l’étranger, mais aussi le prochain qui ne correspond pas à nos attentes.

La création, elle aussi, devient un témoin silencieux de ce refroidissement de la charité : la terre est empoisonnée par les déchets jetés par négligence et par intérêt ; les mers, elles aussi polluées, doivent malheureusement engloutir les restes de nombreux naufragés des migrations forcées ; les cieux – qui dans le dessein de Dieu chantent sa gloire – sont sillonnés par des machines qui font pleuvoir des instruments de mort (…)

Je voudrais que ma voix parvienne au-delà des confins de l’Église catholique, et vous rejoigne tous, hommes et femmes de bonne volonté, ouverts à l’écoute de Dieu. »

Source: Texte: La Croix, 06/02/2018 Illustration: Zenit

 

 

 

 

Ascension du Seigneur, année A

Je me souviens d’un livre de psychologie que l’éditeur présentait en affirmant que le voyage au plus profond de nous-mêmes est plus extraordinaire que les expéditions spatiales vers les planètes de notre galaxie. Affirmation audacieuse et pourtant…

Ce texte me revient à la mémoire en cette célébration de la fête de l’Ascension de Jésus.
Une phrase – c’est en fait une question – de la 1ère lecture (Actes 1 :1-11) en a réveillé en moi le souvenir.

« Pourquoi restez-vous là à regarder vers le ciel ? »

Jésus vient de disparaître aux yeux des apôtres comme s’il avait été ‘englouti’ par les nuages.
Ils ne peuvent cesser de regarder là-haut. Fascinés ? Intrigués ? Anxieux ?

C’est alors qu’ils reçoivent un message sans équivoque : ils cherchent ce qu’ils désirent là où ils ne peuvent le trouver.
Ce qu’ils désirent, évidemment, c’est la présence réelle, visible, tangible, de Jésus telle qu’ils en font fait l’expérience pendant trois ans.
Cette présence est devenue invisible, intangible mais non moins réelle.

Il leur faut en faire l’expérience autrement, dans un ‘ailleurs’, ou un ‘autrement’, avec lequel ils doivent devenir familiers.
Dans sa lettre aux Éphésiens (2è lecture : Ep.1 :17-23), Paul l’exprime ainsi :

« Que le Père dans sa gloire, vous donne un esprit de sagesse
qui vous le révèle et vous le fasse vraiment connaître.
Qu’il ouvre à sa lumière les yeux de votre cœur. »

‘Les yeux du coeur’ : Voilà comment rejoindre ‘l’ailleurs’ ou ‘l’autrement’ de ce nouveau mode de présence du Christ.
Et, faut-il le dire, il est plus profond que les profondeurs auxquelles faisait allusion l’éditeur du livre de psychologie !
Pendant son dernier repas avec ses apôtres, la veille de sa mort, Jésus en avait parlé :

« Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole,
et mon Père l’aimera et nous viendrons vers lui.
et nous ferons notre demeure chez lui. »   (Jn.14 :23)
 
Le temps est venu mais… il faut se laisser ‘apprivoiser’ pour le reconnaître et… s’ajuster à cette présence différente mais indéfectible!…

Source: Image: christianitymy.com

Un… Voyant !…

 

J’avais tout juste complété ma réflexion sur l’aveugle-né
(voir : http://image-i-nations.com/4e-dimanche-careme-annee-a/ )

J’ai alors aperçu, épinglé au babillard, plusieurs copies d’une carte d’affaires aux couleurs vives.
J’ai vite découvert ce que cette publicité proposait en multiples exemplaires!

On offrait les services d’un … VOYANT!
Vous avez bien ‘vu’ : un voyant!

 

Monsieur X met à son compte 30 années d’expérience acquise à… voir!
Et il promet un « résultat efficace, rapide et garanti. »

Il semble pouvoir nous donner la ‘vision’ de ce que, livrés à nous-mêmes, nous ne pouvons découvrir!…
Je ne sais s’il utilise des ‘longues-vues’ mais il prétend voir loin!

(Pour éviter la publicité, j’ai opéré le ‘camouflage’ de sa carte d’affaires!)

La ‘vue’ de cette carte m’a laissée songeuse et je me suis rappelé le long texte du Livres des Nombres (ch.22-24) où nous rencontrons le prophète Balaam.
Lui aussi se présente comme un ‘voyant’ – c’est d’ailleurs la description que le Premier Testament donne des prophètes.

Mais, à la différence de Monsieur X, Balaam affirme :
« Ce que Dieu me fera voir, je le révèlerai» (Nb.23:3).
« La parole que Dieu mettra dans ma bouche, je la dirai » (Nb.22:38).

 La parole de Dieu… elle peut nous rejoindre de tant de manières… mais encore faut-il être à l’écoute et désirer VOIR ce qu’elle nous offre!

Je fais mienne la prière du Psalmiste :
« Fais-moi VOIR ta lumière et ta vérité;
qu’elles me guident. »  (Ps 43:3)

 Et, demande plus audacieuse encore, celle de l’auteur du Cantique des cantiques :
« Fais-moi VOIR ton visage… » (Ct.2:14).

 

Note: On aimera peut-être voir aussi:  http://image-i-nations.com/4e-dimanche-careme-annee-a/

Source: Images: lds.org

 

.