image-i-nations trésor

Vie parfaite? Ou, vie merveilleuse?…

J’aime les publicités – oh, n’allez pas vous méprendre, je ne parle pas des multiples annonces
qui interrompent nos émissions de télé… au meilleur moment!
Non, j’aime les perles de sagesse qu’on aperçoit dans certaines vitrines de magasins
dont la présentation est à la fois astucieuse et attrayante.

Il fait bon se balader et découvrir non seulement ce qu’on offre
mais aussi comment on attire l’attention des passants et suscite leur désir d’acquérir telle ou telle chose.
Et parfois, c’est l’occasion de donner une petite pensée à approfondir.

Ce fut le cas dernièrement quand j’ai aperçu une affiche au milieu d’une décoration artistique
qui assurait : « La vie n’a pas besoin d’être parfaite pour être merveilleuse. »

Quelle sagesse et combien nécessaire de s’en souvenir!
On est parfois de bien mauvais comptables dans l’appréciation

  • des merveilles qui nous entourent
  • des merveilles qui nous arrivent comme par hasard
  • des merveilles qui se découvrent à nous au fil des jours.

Il se peut que les déboires, les mésaventures, les insuccès de notre quotidien nous fassent oublier
qu’ils ne sont que le côté ‘nuageux’ d’une journée où le soleil était quand même présent!
L’aspect négatif et sombre de notre vécu nous dissimule parfois tout le reste…
Le reste qui est beauté, générosité, créativité – la vie merveilleuse quoi!

Il y a des ‘pépins’ dans la vie – on ne peut le nier :
les difficultés, les problèmes, les échecs – ça fait partie de la vie.
MAIS une difficulté n’est pas nécessairement un désastre…
Une difficulté peut causer un détour mais – la sérendipité* aidant –
un détour peut devenir source de découverte, découverte des petits bonheurs de la vie!

Si je suis tentée de critiquer, de me plaindre, de me décourager…
je retournerai à la vitrine de ce magasin pour me souvenir que… vraiment
« La vie n’a pas besoin d’être parfaite pour être merveilleuse. »

* Pour ceux et celles qui se demandent ce qu’est la… sérendipité : Un mot fabriqué par Horace Walpole, qui l’inventa
sur la base d’un conte populaire dont les héros ne cessaient de découvrir des choses qu’ils ne cherchaient pas. »
Ergo : sérendipité, le don de faire par hasard des découvertes heureuses.

Source : Image : spiritpathways.co.za

Fête de Marie, Mère de Dieu, 1er janvier, année B

La théologie traditionnelle aimait bien les classifications.
Il fallait mettre de l’ordre dans les considérations et les réflexions sur le divin et tout ce qui s’y rattache.
Cette procédure était de rigueur pour les différents sujets traités.

C’est ainsi que l’on parlait de ‘grâce actuelle’, de ‘grâce habituelle’, de ‘grâce sanctifiante’.
Les textes de la liturgie de ce 1er janvier (année B) parlent aussi de ‘grâce’ mais d’une toute autre manière.

Dans la formule de bénédiction que Dieu confie à Moïse pour son peuple, Dieu prescrit de dire :
« Que le Seigneur te prenne en grâce… » (Nb.6:22-27)

Le psaume utilise la même formule sous forme de pétition :
« Que Dieu nous prenne en grâce… » (Ps.67:2)

Et le jour de Noël, l’évangile de Jean nous rappelait :
« De sa plénitude nous avons tous reçu, et grâce pour grâce. »   (Jn.1:16)

La GRÂCE ? Mais c’est Dieu – notre Dieu – qui est gracieux envers nous.

Avec le temps qui passe, les sociétés se transforment et le vocabulaire change.
Le mot ‘gracieuseté’ a plus ou moins disparu de nos conversations et pourtant… il exprimait une réalité riche de sens.
Le dictionnaire l’affirme en suggérant que ce mot évoque : bonté, libéralité, bienfait, faveur, bienveillance.

Dieu qui nous prend en grâce est ce Dieu qui nous comble de ses bienfaits.
Un Dieu dont la bienveillance est à l’affût pour nous gratifier de ses faveurs.
Sa libéralité va au-delà de nos attentes et sa bonté n’a pas de limites.

En ce début d’une nouvelle année, n’est-il pas bon de s’en remettre à lui au matin de chaque jour ?
Et comme Marie, de garder en notre cœur la mémoire de tout ce qu’il fait pour nous – ses merveilles.
Merveilles personnalisées pour chacun et chacune de nous et pour lesquelles nous n’aurons jamais fini de lui rendre grâce !

Source: Images: Image-i-nations   À la claire obscure – blogger

Un autre article disponible à: https://image-i-nations.com/journee-internationale-de-paix-1er-janvier/

2è dimanche de l’Avent, année B

À quelqu’un qui décrit l’avenir comme offrant des possibilités positives et réjouissantes, on dira parfois :
« Tu rêves en couleur! »
Le beau tableau de santé et succès, de chaleur et de bonheur nous laisse incrédule – allons donc, dans la ‘vraie vie’ les choses ne sont pas comme ça!

En parcourant l’une après l’autre les lectures de ce 2è dimanche de l’Avent, je me dis que ces textes nous font… rêver en couleur!
On dirait que c’est le monde… à l’envers!
Pas étonnant car on nous promet « un ciel nouveau et une terre nouvelle », rien de moins !
Ce sera un univers où les choses sont… AUTREMENT – oui, autrement que ce dont nous faisons l’expérience trop souvent dans la réalité quotidienne.

Peut-être la période de l’Avent est-elle le moment de… nous ajuster à Dieu et à sa manière de faire, plus encore à sa manière d’être!
Pas facile, vous pensez… et vous avez raison.
Ses promesses, ses dons, vont tellement au-delà de ce que nous osons imaginer.

C’est un Dieu qui ‘parle au cœur’ une Dieu qui parle de consolation.
Il fait paître son troupeau, porte sur son cœur les brebis qui allaitent. (Is 40:1-5.9-11)
Ce qu’il dit, c’est la paix…

Son salut est proche.
Le Seigneur donnera ses bienfaits. (Psaume 85)
Il prend patience… il veut que tous parviennent à la conversion. » (2è lecture – 2 P 3:8-14)

Je me répète ces paroles et j’essaie de me convaincre qu’elles se réaliseront.
Et voilà qu’une petite voix intérieure se fait entendre qui dit : ‘Elles se réaliseront si…

Si nous nous mettons à la tâche, celle-là même que décrit Isaïe dans la 1ère lecture et que répète le début de l’évangile de Marc (Mc.1:1-8).
Évidemment, il faut adapter les concepts et le vocabulaire à notre époque.
Mais la réalité demeure : Dieu fait des merveilles… avec notre collaboration.

Oui, l’Avent c’est le moment de s’ajuster à Dieu.
S’ajuster à Dieu et collaborer avec lui pour aplanir, élever, redresser… les montagnes de nos difficultés, les vallées de nos découragements, les chemins tordus de nos esclavages.

Source : Image : Pixabay

Note: Une autre réflexion sur des thèmes différents est offerte en anglais à: https://image-i-nations.com/2nd-sunday-of-advent-year-b/

Une présentation vidéo est aussi disponible à: https://image-i-nations.com/2e-dimanche-de-lavent-ghislaine-parle/