image-i-nations trésor

12è dimanche de l’année B – 2021

Chacun/e de nous a sa propre conception de ce qu’est la prière.
Si on nous le demande, nous pouvons en donner une définition que nous avons faite nôtre au fil des ans.
Elle s’est sans doute développée se basant sur les enseignements que nous avons reçus et les réflexions que nous avons faites.

En lisant le texte de l’évangile d’aujourd’hui (Mc.4:35-41), je me demande combien d’entre nous oserions qualifier l’exclamation des apôtres de… prière ?!
« Maître, nous sommes perdus; cela ne te fait rien? »
 
Peu d’entre nous auraient, je pense, l’audace de s’adresser à Dieu avec une telle véhémence!
Et pourtant, la prière des disciples, d’un ton qui n’est pas loin du reproche, leur a obtenu une intervention assez spectaculaire.

L’approche des disciples est sans détour, ils expriment avec impatience la peur qui les habite.
Sans doute, ils connaissent d’expérience une mer en furie, mais cette fois la situation est désespérée – ils se sentent « perdus ».
Mais Jésus est là, endormi – étonnamment dans un tel déchaînement de la nature, il dort – mais il est présent.

Je quitte un moment la scène de l’évangile et je revois mes propres situations de tempête intérieure…
L’impuissance, l’angoisse, le désespoir – cela ne m’est pas inconnu.
Mais je me demande: la prière audacieuse, même jaillie d’une foi tremblante, m’est-elle aussi familière?

J’ose croire que si Jésus a réussi à calmer la tempête sur mer de Galilée, il ne sera pas vaincu par les tempêtes qui font rage en moi…
Même s’il semble profondément endormi…
Même s’il me faut… élever la voix et… peut-être répéter ma demande avec insistance…

Il est toujours présent – c’est tout ce qui importe.

 

Note: Dans la vidéo qui suit, Teresa Penafiel nous partage son expérience personnelle et sa réflexion sur ce texte de l’évangile.

Et une autre réflexion sur un thème différent est disponible en anglais à: https://image-i-nations.com/12th-sunday-of-year-b-2021/

 

Source: Image: Espace pour mieux Chercher

Les Psaumes… toujours actuels, toujours ponctuels – 7è épisode

Des questions – la vie nous en pose,
les situations et circonstances du quotidien nous en imposent!
Cette période de pandémie en est une
où les questions de tous genres se présentent à nous
et nous causent parfois angoisse et désolation.
Osons-nous faire comme le psalmiste: poser ces questions… à Dieu?…

On m’a dit… 27è jour

Robert Gagnon doit compter… sur quelque chose…
et, comme nous tous et toutes, de temps à autre, il dit compter sur les autres.
Mais un jour, il a fait la rencontre, d’une certaine manière,
du Roi David – l’un des grands rois du peuple d’Israël.
C’est alors qu’il a fait une découverte inattendue…
 

20è dimanche de l’année C – 2019  

Les lectures de la célébration de ce dimanche présentent le tableau plus sombre de notre quotidien :
tentative d’homicide, horreur, supplice, hostilité, lutte, divisions, angoisse. 
Tous ces termes – tous ces aspects de la réalité se retrouvent dans les textes proposés à notre lecture.

Proposés à notre lecture et… à notre réflexion car ces mêmes aspects de la réalité se retrouvent dans le bulletin quotidien de nouvelles à la radio, ou à la télé.
Les descriptions peuvent varier mais les faits demeurent tristement les mêmes.

On entend souvent la question :
‘Pourquoi un Dieu bon permet-il toutes ces manifestations du mal?
Pourquoi lui, qui est tout-puissant, n’intervient-il pas pour empêcher tous ces actes mauvais?’

On peut poser la question, et la réponse nous sera donnée… un jour.
Pour le moment, il doit nous suffire de constater que Jésus lui-même ne s’est pas soustrait à cet ordre des choses dans notre univers.

La 2è lecture affirme :
« Jésus… renonçant à la joie qui lui était proposée, a enduré la croix » (He.12:1-4).

Lui connaît la raison… la réponse à notre question…
Oui, un jour elle nous sera révélée.

Pour le moment, le dernier verset du Psaume demeure notre inspiration :
« Je suis pauvre et malheureux, mais le Seigneur pense à moi.
Tu es mon secours, mon libérateur : mon Dieu, ne tarde pas ! » 
(Ps.40:18)

Note : Une autre réflexion est disponible sur un thème différent en anglais à : https://image-i-nations.com/20th-sunday-of-year-c-2019/
 
 

Source : Image : 1736 Family Crisis Center
 

Journée Internationale des personnes disparues – 30 août

personnes-disparuesL’ONU s’inquiète de l’augmentation des cas de disparition forcée et le groupe de travail sur les disparitions involontaires de la commission des droits de l’homme des Nations Unies exprime son inquiétude sur le nombre croissant de cas de disparitions forcées dans le monde.

« Les victimes de disparition forcée, dont on ignore où elles se trouvent et quel est leur sort, ne devraient pas être rappelées à notre souvenir seulement une fois par an. Chaque jour devrait être une Journée des personnes disparues », a déclaré le groupe de travail. De son coté, le Comité international de la Croix-Rouge basé à Genève déplore le manque de volonté politique de s’attaquer à ce problème.

Une tragédie oubliée
Dans un rapport intitulé: Personnes portées disparues – une tragédie oubliée, l’organisation attire l’attention sur le drame trop souvent ignoré que vivent des dizaines de milliers de familles, de la Bosnie au Népal, de la Géorgie au Sri Lanka.

« Il est impératif de faire face à cette tragédie et d’aider les familles de disparus à faire la lumière sur ce qu’il est advenu de leurs proches. Ne pas savoir si un être cher est mort ou vivant provoque une angoisse indicible, de la colère et un profond sentiment d’injustice, et empêche les proches de faire le deuil et de tourner la page », constate Pierre Krähenbühl, directeur du CICR

Un site à visiter : www.un.org   Source: Texte & Image: Journée Mondiale