image-i-nations trésor

Les pissenlits du mois de mai…

Le mois de mai s’installe déjà.
Certains disent ‘le mois du muguet’, mais d’autres pensent bien vite… aux pissenlits!
Ces humbles fleurs que l’on ose parfois qualifier – quelle horreur –de ‘mauvaise herbe’, elles qui recouvrent si joliment le terrain d’un tapis doré.

Quel plaisir de voir un enfant souffler sur un pissenlit pour y lancer tout haut ses aigrettes.
Les pistils s’envolent dans le ciel aux cris joyeux du petit qui en cueille un autre, et un autre encore!
Les plus grands vous diront le nom de la fleur qui les égaient: ‘Dent-de-lion’, assurent-ils avec fierté.

Je m’émerveille de leur entrain et je me surprends à les imiter avec… mes pissenlits.
Votre surprise s’affiche bien vite… et votre front esquisse… un point d’interrogation!
Mes pissenlits à moi, ce sont… des mots, des mots qui lancent à tout venant… des pensées!

Mes pensées s’envolent et vous rejoignent… Elles murmurent…

Souvent, on s’af-faire : il faut faire ceci et faire cela.
L’enfant doit faire ses devoirs, et le comptable faire ses comptes.
La mère s’empresse de faire ses emplettes.
Le chirurgien, lui, doit faire des opérations.
Quant à l’athlète, il lui faut faire son entraînement.
Et, bien sûr, le religieux doit, religieusement (!), faire ses prières!

Mais… il arrive qu’on doit dé-faire
On a fait trop vite, sans application, sans précision – le résultat n’est pas ce qu’on avait espéré.
Oui, il faut dé-faire et… re-faire!
 
Re-faire: se mettre de nouveau à la tâche, recommencer et, cette fois, y mettre tout son cœur.
C’est coûteux, c’est pénible, c’est exigeant… mais on sent bien que c’est ce à quoi il faut s’engager.
Ce qui est important, disent les sages, c’est de s’investir soi-même dans ce que l’on fait.

Au fond, ce qu’il faut c’est par-faire ce que l’on avait ébauché maladroitement.
On avait fait sans le souci d’accomplir quelque chose qui vaille, qui vaille vraiment la peine.
On n’avait pas fait l’effort requis, la discipline manquait, on a bâclé l’entreprise et gâché le résultat.

Par-faire, faire plus parfait… Mais c’est quoi au juste?
C’est poursuivre la consigne que Jésus nous a donnée:
« Vous, soyez parfait comme votre Père céleste est parfait » (Matthieu 5:48).

On s’écrie: ‘Impossible! On n’y arrivera jamais! Qui pourrait tenter une telle aventure?’

C’est qu’on n’a pas compris qu’être parfait ce n’est PAS

  • ne jamais se tromper,
  • ne jamais faire d’erreur,
  • ne jamais flancher ou s’égarer…

C’est tout simplement faire de son mieux, quoi que l’on fasse, où que l’on soit, quoiqu’il arrive…
Tout simplement… tout bonnement… comme un enfant qui souffle sur le pissenlit qu’il a cueilli!…

 

Source: Image: Pixabay   pexels.com

Journée mondiale pour le droit aux origines – 30 mai

Journée mondiale pour le droit aux origines
Depuis 2014, il existe une journée mondiale consacrée au droit à connaître ses origines. Ce combat a été initié par un collectif, la Coordination des Actions pour le Droit à la Connaissance des Origines. La journée du 30 mai a été mise en place pour donner une plus grande visibilité à cette cause.

Des questions complexes

La question posée mérite qu’on s’y arrête. Faut-il, oui ou non, permettre aux enfants nés sous x de retrouver leurs parents biologiques alors même que l’accouchement sous X était censé rompre tout lien.

Le législateur s’est lui aussi penché sur cette question et s’est posé la question de modifier la loi en créant le Conseil National pour l’Accès aux Origines Personnelles (CNAOP) et envisagerait la possibilité que le père puisse reconnaitre l’enfant, même si la mère accouche sous X.

Les questions sont posées, les réponses pas toujours aussi simples qu’on pourrait le souhaiter. L’intérêt de cette journée sera a minima d’inciter tout un chacun à y réfléchir !

Un site à visiter : lavoixdesadoptes.com    Source: Texte & Image: Journée mondiale

Journée mondiale de l’Alzheimer – 21 septembre

En 2016, on comptait au Canada entre 564,000 et 745,000 personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. *
Une condition pénible pour elles et également lourde pour ceux et elles que l’on nomme les ‘aidants naturels’.
L’une d’elle (personnifiée par Carmen Delage) nous partage son expérience.

* Source: ici.radio-canada.ca

 

18è dimanche de l’année, C

child hands sunsetVoyant un enfant courir dans le vent et ouvrir grand ses bras pour les refermer ensuite espérant y engouffrer le vent, on sourit et on peut dire: « Il est encore jeune; il apprendra bientôt qu’on ne peut ainsi emprisonner le vent! »
Mais si on apercevait un adulte en faire autant, que dirait-on? Sans en prononcer les mots, on penserait sans doute que la personne n’est plus… en contact avec la réalité, avec la ‘vraie vie’…

C’est un peu ce qu’exprime la 1ère lecture de ce dimanche (18è dimanche, année C – Qohélet 1 :2; 2 :21-23). L’auteur de ce livre exprimant la sagesse hébraïque, répète à qui veut bien l’entendre que : « Tout est vanité! » Un mot que l’on n’entend pas très souvent de nos jours. Et dans un verset qui n’apparaît pas dans la lecture d’aujourd’hui (2 :11), l’auteur répète ces mots et ajoute : « Tout est vanité et poursuite de vent, il n’y a pas de profit sous le soleil! »

Certains diront que ce texte biblique révèle que l’auteur est pessimiste. Mais peut-être est-il plus réaliste qu’il ne paraît à prime abord. Un peu plus tôt, il a avoué avoir recherché et acquis tout ce qui peut apporter le bonheur sur cette terre mais… sans en retirer satisfaction. « Poursuite de vent… »

Il se peut que nous en ayons fait l’expérience à certaines périodes de nos vies… Rêves basés sur des illusions… Attente du partenaire idéal, qui évidemment n’existe pas… Projets dont l’issue est vouée à l’échec… Aventures folles enfantant multiples regrets… Recherche de gains illicites qui n’entraîne que déboires… Poursuite du bonheur là où il est impossible de le  trouver… et quoi encore? Chacun/e dissimule sa liste secrète, et cache aussi habilement les regrets, le désappointement, le cynisme qui l’habitent peut-être.

Et si… notre vie allait prendre fin… bientôt, très bientôt… comme celle de l’homme que Jésus nous propose en exemple dans le récit de l’évangile. Si « cette nuit même »  toutes nos poursuites, nos recherches, nos attentes allaient se terminer, où en serions-nous?

Il est bon d’y réfléchir et  de prier le Psaume d’aujourd’hui (Ps.90) : « Que nos cœurs pénètrent la sagesse… Rassasie-nous de ton amour au matin…. »
Seule la Sagesse, Dieu lui-même, peut redonner « à nos jours leur vraie mesure » (Ps.90).


Source: Image: breakopenword.blogspot.com

Épiphanie, C

Il y a plusieurs années, lors de la Fête de l’Épiphanie, le célébrant n’a pas donné d’homélie comme il le faisait d’ordinaire. Il nous a tout simplement raconté une légende. Je n’ai jamais oublié le message de La légende du quatrième Roi Mage. Vous en trouverez le texte ci-dessous et puisse-t-il vous inspirer autant qu’il l’a fait pour moi.

La nuit était froide et le ciel d’Orient éclatait en myriades d’étoiles plus belles les unes que les autres. Balthazar, Gaspard et Melchior étaient sortis sur la terrasse de leur palais, et ils ne se lassaient pas de contempler le firmament. Cette nuit-là, les Rois Mages savaient qu’un astre nouveau devait apparaître, différents de tous les autres… Un sstarlight, answeringenesis.orgigne céleste, qui annoncerait la naissance du Sauveur promis à tous les hommes.Or, voici qu’il apparut sous leurs yeux, sortant de l’infinie profondeur des cieux. Il ressemblait à une flamme immense d’où jaillissaient des milliers de lumières de toutes les couleurs. Les Mages restaient là, émerveillés, n’osant parler en présence du signe de Dieu.

C’est alors que le jeune frère de Balthazar, Artaban, les rejoignit et rompit le silence : – C’est le signe annoncé, c’est la promesse qui se réalise. Vite, il faut partir ! Balthazar, Gaspard et Melchior se préparèrent en toute hâte et, bientôt, une magnifique caravane de Magi b.chameaux, de dromadaires et de chevaux prit le chemin des montagnes et du désert d’Arabie. Les Rois Mages ne quittaient pas des yeux le signe qui les précédait et leur indiquait la route à suivre.

Chacun d’eux avait emporté pour le nouveau-né des cadeaux dignes d’un roi : Balthazar portait un coffret d’or fin, Gaspard un précieux vase d’encens et Melchior un riche flacon de myrrhe. Ils avaient déjà fait une demi-journée de marche lorsque le jeune Artaban s’aperçut que, dans sa précipitation, il avait oublié ses présents. – Continuez sans moi, dit-il, je retourne au palais et je vous rejoindrai plus tard, avec mes serviteurs.

Et c’est ainsi que Balthazar, Gaspard et Melchior suivirent l’étoile mystérieuse jusqu’au lieu où se trouvait le petit Roi du ciel. Les trois Mages se prosternèrent devant l’Enfant pour l’adorer et déposèrent à ses pieds l’or, l’encens et la myrrhe.

Pendant ce temps, Artaban avait pris beaucoup de retard. Lorsqu’il fut enfin prêt à partir avec deux compagnons, les premières lueurs de l’aube frémissaient à l’horizon. LevantMagi, Pinterest les yeux, Artaban ne vit plus le signe céleste mais, confiant, il se mit en route vers les montagnes escarpées. Quand le soleil parvint à son zénith, les voyageurs avaient déjà derrière eux plusieurs heures de route. C’est alors qu’ils aperçurent un homme allongé dans la poussière, un pèlerin épuisé par une longue marche, malade et fiévreux. – Je vais arriver en retard si je m’occupe de lui, pensa Artaban, mais je ne peux le laisser ainsi !

Avec l’aide de ses compagnons, il lui donna à boire, mit de l’huile sur ses plaies, versa de l’eau fraîche sur son front. Puis, installant le voyageur sur sa propre monture, il le transporta avec mille précautions jusqu’à la ville la plus proche et demanda à l’aubergiste de le soigner jusqu’à ce qu’il soit guéri. Pour le payer, il lui offrit un splendide saphir, que l’aubergiste reçut avec une joie non dissimulée.

Alors, Artaban se rendit compte qu’il venait de donner le premier des cadeaux destinés à l’Enfant-Sauveur… Un peu triste, il continua son chemin, qui lui parut long, beaucoup trop long. Ce n’est qu’après de nombreux jours de marche qu’il arriva à Bethléem, où devait naître le petit Roi du ciel. Hélas, Artaban arrivait trop tard ! Il apprit que les parents et l’Enfant venaient de fuir en Egypte pour protéger le petit de la colère du roi Hérode. Car, pour être sûr qu’aucun autre roi ne prendrait sa place, cet homme cruel avait décidé de faire assassiner tous les petits enfants de Bethléem qui avaient moins de deux ans. La ville était quadrillée par les soldats à cheval pendant que d’autres exécutaient leur horrible besogne.

Alors qu’il s’apprêtait à passer la porte de la ville, Artaban vit une jeune femme qui fuyait en pleurant, serrant son bébé dans ses bras. Un soldat à cheval la poursuivait, l’épée déjà tirée du fourreau. Alors Artaban s’interposa, prit la mère et l’enfant sous sa protection et demanda au soldat d’Hérode de les épargner, en échange d’un magnifique rubis. Le soldat n’en revenait pas, il allait être riche ! Après tout, il était mieux payé pour laisser ce bébé en vie que pour l’assassiner… Il accepta le marché et fit demi-tour. Le jeune Roi Mage resta quelque temps à Bethléem en compagnie de bergers qui gardaient leurs troupeaux dans les montagnes environnantes. Les bergers l’avaient accueilli avec beaucoup de joie et lui avaient montré l’étable où l’Enfant était venu au monde.

Puis Artaban se remit en route. Il décida de gagner l’Egypte pour tenter de trouver le Sauveur, afin de lui offrir le dernier présent qui lui restait, une perle d’Orient très rare. Mais les jours passaient, les semaines et les mois défilaient et Artaban errait toujours. Après avoir passé plusieurs années en Égypte, il reprit le chemin de la Palestine, pensant que peut-être le roi tant cherché était revenu dans son pays. Malheureusement, pour entreprendre ce nouveau voyage, il dut vendre sa perle précieuse.

Arrivé en terre de Palestine, voici qu’il entendit parler d’un grand prophète qui parcourait le pays et enseignait les foules. Certains l’appelaient « Maître », d’autres « Rabbi » ou encore « Seigneur ». Artaban voulait connaître cet homme. Il se rendit sur la montagne où se rassemblaient tous ceux qui écoutaient son enseignement. Dès qu’il le vit, Artaban sentit les larmes couler sur ses joues. Jamais encore, il n’avait entendu de telles paroles. Le Maître disait : – Celui qui aura tout quitté, maison, famille, richesses, pour me suivre, celui-là aura en récompense un trésor dans le ciel et la vie éternelle. Il disait aussi ; – Ce que vous aurez fait au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que vous l’aurez fait !

La nuit qui suivit, Artaban fit un rêve qui le remplit de joie et d’espérance : il vit le Maître venir vers lui accompagné de Balthazar, de Gaspard et de Melchior, le premier portant un coffret d’or fin, le second un précieux vase d’encens et le troisième un riche flacon de myrrhe. Alors, s’approchant d’Artaban, il le remercia des présents qu’il avait voulu lui offrir le jour de sa naissance.

Et, en disant cela, il ouvrit ses mains et montra au quatrième Roi Mage un saphir d’un bleu très pur, un rubis d’un rouge éclatant et une perle d’Orient très rare…

Martine Bazin http://paroissesaintbenoit.free.fr/bibliotheque/File/Quatrieme_roi_mage.pd
Source images: star, answeringenesis.org;   3 Mages, www.shutterstock.com; Artaban, www.pinterest.com