image-i-nations trésor

22nd Sunday of Year A – 2020

Last Sunday, the gospel text showed us Peter being praised by Jesus –
praised for recognizing him as he is, the Christ.
But in today’s text, far from being congratulated, Peter is reprimanded in no uncertain terms! (Mt.16:21-27)
 
“Get behind me, Satan! You are a stumbling block to me;
you do not have in mind the concerns of God, but merely human concerns.”
 
Peter wants the best for Jesus, his friend and Master, and he thinks that… he (Peter) knows best!
According to him, it is certainly not suffering and death at the hands of the leaders of the Jews.

Jesus sees in Peter a tempter – the meaning of the word ‘Satan’,
someone who puts obstacles on the path of Jesus carrying out his mission.

Peter has yet to learn to see life’s situations in the light of “the concerns of God,”
he is focused on “merely human concerns.”
In other words, Peter has to get adjusted to God’s ways of thinking – a life-long adjustment!

Looking at our own ways of seeing situations and people, it would seem that we need to make the same adjustment –

We are constantly in danger of thinking that we know best!
We like to believe that we know what is good and appropriate for ourselves and for others!
We would not admit it – possibly not even to ourselves – but we tend to think that God’s way should follow ours!

Yes, a life-long adjustment is needed!…

 

Note: Another reflection on a similar theme in French can be found at: https://image-i-nations.com/22e-dimanche-de-lannee-a-2020/

 

Source: Images: www.this-mormon-life.com.  reasonforjesus.com

 

Les Psaumes… toujours actuels, toujours ponctuels – 5è épisode

La pandémie, elle est encore là… On voudrait bien que
toutes les consignes et les contraintes soient chose du passé;
mais, il faut bien l’admettre, on n’en est pas encore là.
On se répète: « Ça va bien aller » mais, présentement, ce n’est pas le cas.

Le Psalmiste a connu, lui aussi, des moments où ça ne va pas du tout!
Il est bon d’emprunter ses paroles.

 

 

 

Feast of the Epiphany of the Lord, Year A – 2020

Repeatedly, and in many ways, poets and prophets have said it: LIFE IS A JOURNEY.
The beginning of a new year is, somehow, a reminder of this.
Of course, a journey means setting out and being on the move.

Today’s gospel, on the Feast of Epiphany (Mt.2:1-12) illustrates this very clearly.
We see three men on the way, they have set out towards… the unknown.
Ready for whatever the journey has in store for them:
Joyful surprises, painful circumstances, threatening obstacles, suspicious encounters…
There may be moments of darkness, periods of questioning – it is all part of the journey.

Being on the move – we are!
So often running here and there, rushing, hurrying, always on the go.
But… a journey must have… a goal.
Setting out is meant to be towards a destination.

Moving for the sake of moving is not being on a journey.
We may be caught in a frenzy of perpetual movement but this cannot bring to a definite place –
the place we are longing to reach – that of happiness, peace of mind and heart, true serenity.

So, perhaps today’s feast reminds us that, at the beginning of a year still new,
we need to see clearly the destination we want to reach…
the place where we want to find ourselves… at the end of the year.

Or, at the end of our journey on this earth…

Note: Another reflection is available on a different theme in French at: https://image-i-nations.com/fete-de-lepiphanie-annee-a-2020/

 

Source: Image: www.pinterest.de

 

 

 

 

 

 

 

 

Journée Internationale d’action pour la santé des femmes – 28 mai

La Journée d’action pour la santé des femmes a été créée au Costa Rica lors de la cinquième Rencontre internationale sur la santé des femmes en 1987. Après huit ans de campagne pour combattre la mortalité et la morbidité maternelles, les femmes ont estimé qu’il fallait recentrer la campagne autour du phénomène de privatisation dans un contexte néolibéral. C’est pour cette raison que la Journée internationale d’action de 1997 a eu pour cible les problèmes d’accès à des services de santé de qualité, accès considéré comme un droit des femmes.

L’accès à des services de santé de qualité: un droit pour les femmes
En effet, au cours des dernières années, le mouvement des femmes s’est vu confronter à un défi sans précédent posé par un courant néolibéral touchant le domaine politique, économique et social. Même s’il est vrai que ces politiques ont été mises en place de manière différente selon les pays, il est impossible de ne pas voir au delà de ces différences une similitude frappante dans les résultats.

Les femmes ont de tout temps été les plus pauvres parmi les pauvres. Les réformes économiques ont accru la pauvreté chez les femmes, ainsi que la possibilité de jouir d’une bonne santé et de préserver leur bien-être.

La santé n’est plus considérée comme un droit humain élémentaire, elle s’est transformée en un nouveau « produit » qui s’achète. Avec la privatisation, l’accès à des services de santé n’a fait que se réduire davantage pour la majorité des femmes.

Des obstacles économiques
Des taux de chômage élevés chez les femmes, un accès réduit à l’éducation et des inégalités salariales entre hommes et femmes sont autant de facteurs qui limitent l’accès des femmes à des services de santé.

Des obstacles sexistes
Les problèmes de santé des femmes ne sont pas pris au sérieux et tendent à revêtir moins d’importance au sein de la société. Les femmes réussissent à obtenir moins d’informations au sujet de leur santé que les hommes. Ceci ne leur donne pas l’occasion de prendre des décisions en toute connaissance de cause quant à la nature des services de santé auxquels elles désireraient accéder.                   

Des obstacles culturels
Les services de santé négligent souvent de tenir compte des traditions et des coutumes locales associées à bon nombre d’aspects de la santé et du bien-être des femmes. La médicalisation de leurs problèmes de santé a altéré la nature des services auxquels elles ont accès, comme en témoigne la surmédicalisation de la ménopause.

Des obstacles politiques
Un manque de volonté politique au niveau national et local lorsqu’il s’agit d’organiser des services de santé tenant compte des différences entre les sexes et l’existence de législation inappropriée sur les grands problèmes de santé que connaissent les femmes, par exemple l’avortement, sont autant d’obstacles supplémentaires à l’accès des femmes à des services de santé correspondant à leurs besoins.

Un site à visiter : www.pause.pquebec.com    Source : Texte (abrégé) & Image : Journée Mondiale
 

 

Ps.25, 55, 61: Ça m’dit quelque chose

Quand les choses vont mal,
quand difficultés et problèmes s’amoncellent
et que les obstacles se multiplient sur notre route,
on se plaint parfois, on se lamente…
Le Psalmiste le faisait aussi
et… il prenait parfois Dieu à partie!

Dans la vidéo qui suit, Teresa Penafiel nous en parle.

12è dimanche de l’année, A

L’été est là – on l’annonce, officiellement!
Nos pensées s’envolent déjà vers les randonnées, les visites, les pique-niques, qui agrémenteront cette saison.
Évidemment, chaque excursion requiert des préparatifs – on pense spécialement à ce qui nous soutiendra en voyage…

Et cette longue ‘expédition’ – le voyage de la vie, lui?…
Avez-vous déjà… répertorié ce qui…

– vous soutient dans la vie?
– vous donne énergie et enthousiasme?
– vous donne la force de surmonter les obstacles?
– vous donne courage dans les difficultés?
– vous redonne espoir après un échec?

Quelques phrases des lectures de ce dimanche (12è dimanche de l’année, A)  me sont précieuses dans toutes ces situations.
Je vous les partage.

« Le Seigneur est avec moi… » (1ère lecture : Jr.20 :10-13)
 
« Ne craignez pas… Ne craignez pas…
Même les cheveux de votre tête sont tous comptés.
Soyez sans crainte… » (Évangile : Mt.10 :26-33)
 
Cela me suffit pour la vie, pour toute la vie!…

Source: Image: freepik

6è dimanche de Pâques, année A

Dans la vie quotidienne, nous nous retrouvons souvent dans des situations de… manque et de besoin.
Et souvent aussi, nous ne savons pas où nous tourner pour obtenir de l’aide.
Nous nous demandons à qui nous adresser pour une assistance qui soulagera nos divers besoins.

On pense à quelqu’un de la famille mais… eux aussi se retrouvent avec des obligations de toutes sortes et des contraintes qui ne leur permettent pas toujours de venir à notre secours.
Nous avons des ami/es, certes, et on peut parfois faire appel à eux et obtenir une réponse favorable, mais ce n’est pas toujours le cas.
Et les voisin/es ne sont pas toujours disponibles ou disposé/es…

Il est rare, oui, bien rare, que quelqu’un nous fasse la promesse d’être là avec nous, pour nous, quoiqu’il arrive…
Une promesse sans condition ni restriction, ce n’est pas quelque chose qui nous est offert bien souvent.
Et pourtant… elle est là !

Oui, mentionnée très clairement dans l’évangile de ce dimanche (6è dimanche de Pâques, année A – Jn.14 :15-21).
Elle est formulée dans des expressions sans équivoque et des termes qui nous sont familiers.

« Moi, je prierai le Père,
Je ne vous laisserai pas orphelins, je reviens vers vous.

Celui qui m’aime, moi aussi, je l’aimerai, et je me manifesterai à lui. »

Le Père… vous donnera un autre Défenseur
(Ce) Défenseur sera pour toujours avec vous : l’Esprit de vérité,
il sera en vous. »

Je relis chaque phrase et je me dis : ‘Est-ce possible ?’
Je me redis : ‘C’est une promesse et une promesse de Jésus lui-même…’
Alors…

Les difficultés ne disparaîtront pas, les obstacles ne se dissiperont pas comme la rosée du matin…
Des contrariétés, des contretemps et des contradictions, il y en aura toujours…
Des tragédies inexplicables se produiront…

MAIS, désormais nous ne serons plus seuls pour y faire face.
C’est là toute la différence…

Source: Image: You Tube

13è dimanche de l’Année, C

jesus-walks-with-his-disciples-ldsChaque dimanche, de nouveaux textes bibliques sont proposés à notre réflexion. Pour ma part, je suis souvent à la recherche de l’expression, de la phrase qui risque de passer inaperçue! Les grands thèmes et les idées maîtresses retiennent facilement notre attention. Plusieurs commentaires nous sont offerts pour les méditer.

Par contre, il y a parfois des passages très courts qui se révèlent porteurs d’un message particulier et important. C’est le cas en ce 13è dimanche de l’Année C (Lc.9 :51-62) où l’évangéliste Luc dit : « Jésus, le visage déterminé, prit la route de Jérusalem ». Il ne s’agit pas là d’un enseignement de Jésus et pourtant Luc a cru bon de faire cette remarque. Pourquoi? On ne peut que deviner certaines raisons mais, pour moi, il s’agit là du thème de ce dimanche : Détermination!

Une qualité importante, essentielle même chez le disciple du Christ. Ne pas commencer quelque chose qu’on laisse ensuite inachevée. Ne pas entreprendre une tâche et l’abandonner. Ne pas initier un travail puis laisser ce labeur incomplet. Le texte de cet évangile nous invite à ce que je nommerais : l’entêtement salutaire!003-elijah-anoints-elisha

Jésus utilise un exemple familier à ses auditeurs : celui de l’homme qui met la mais à la charrue. Jésus affirme : « Quiconque met la main à la charrue, puis regarde en arrière, n’est pas fait pour le royaume de Dieu. » Une affirmation claire et catégorique. Et elle s’adresse à nous aussi bien qu’aux gens du temps de Jésus.

On pourrait dire que la détermination est la sœur jumelle de la persévérance. La fidélité de celui qui se met à la suite du Christ se prouve dans la durée – malgré les difficultés, les obstacles, le manque d’encouragement de nos proches, l’opposition des gens, et tout ce qui pourrait se dresser sur notre route et tempérer notre enthousiasme des débuts. Tenir bon, tenir en dépit de tout et de tous et cela… jusqu’au bout! À inscrire dans mon carnet de route!…

Source: Images: www.lds.org    www.freebibleimages.org