image-i-nations trésor

Journée mondiale de la lutte contre les méningites – 24 avril

Journée mondiale de la lutte contre les méningites

Les journées mondiales à thématique médicale sont nombreuses tout au long de l’année, mais ce n’est pas une raison pour négliger la lutte contre la méningite. Cette maladie est une grave infection des fines membranes qui enveloppent le cerveau et la moelle épinière. Elle peut être foudroyante et est souvent mortelle.

Notons que la journée mondiale contre la méningite, traditionnellemùent célébrée le 24 avril coïncide avec la semaine européenne de la vaccination.

Se faire vacciner contre la méningite

La recherche médicale est en constant progrés et la vaccination contre la méningite est une réalité pour lutter contre les formes bactériennes de la maladie. Se vacciner, un acte citoyen…

Il est important de se souvenir que la méningite est une maladie grave. Elle affecte d’abord les méninges de l’encéphale, mais elle peut ensuite évoluer en septicémie (empoisonnement du sang) et, par conséquent, provoquer la mort du patient. Le taux de létalité de cette maladie est environ de 10 %, ce qui signifie que sur 100 personnes infectées, 10 d’entres elles meurent.

Pour ceux qui en réchappent, le tableau n’est pas plus gai : les séquelles sont importantes. 30 % des enfants ayant souffert d’une méningite présentent ensuite des retards de développement et des convulsions. Dans les cas les plus graves, la perte de certains sens comme la vue ou l’ouïe peuvent être observés.

Source: Texte & Image: Journée Mondiale

Journée mondiale des accidents vasculaires cérébraux -29 octobre

Journée mondiale des accidents vasculaires cérébraux

L’accident vasculaire cérébral tue ou peut laisser des séquelles irréversibles…

Agir Vite pour le Cerveau

Tel pourrait être le mot d’ordre de la journée de l’AVC, célébrée chaque 29 octobre. L’objectif principal de cette journée est essentiellement de sensibiliser le maximum de personnes à cette grande cause de santé publique en les incitant à composer le 15 (pour la France) dès l’apparition des premiers symptômes.

Les signes avant-coureurs des AVC

– Paralysie ou engourdissement brutaux d’un coté du corps
– Difficultés soudaines à s’exprimer
– Perte de l’attention
– Diminution très brutale de la vision d’un oeil
– Céphalée brutale et inhabituelle
– Nausées, vomissements (témoignent de HTIC)

Chaque minute compte

Faute d’une prise en charge très rapide, les lésions peuvent devenir irréversibles.

L’ancienne ministre de la santé français, Madame Roselyne Bachelot, avait en son temps rappelé la nécessité de se mobiliser pour réduire la fréquence et la gravité des séquelles fonctionnelles des AVC.

La ministre dressait alors un état des lieux chiffré de la situation française, pour le moins alarmant : Les attaques cérébrales touchent chaque année 150.000 nouvelles personnes, se positionnant ainsi à la troisième place dans les cause de mortalité en France (la deuxième chez les femmes).

Les enfants aussi…

Dans notre inconscient collectif, les AVC touchent essentiellement les adultes et le risque s’accroit avec l’âge. Et pourtant, les enfants aussi sont concernés et on recense de nombreux cas d’AVC chez des nourissons ou des enfants. L’association AVC de l’enfant s’est créée pour informer les parents sur la maladie, les causes connues, les séquelles et les conduites quand survient un accident vasculaire cérébral chez un enfant.

Un site à visiter : sante-medecine.commentcamarche.net    Source: Texte & Image: Journée Mondiale

Journée mondiale des accidents vasculaires cérébraux – 29 octobre

L’accident vasculaire cérébral tue ou peut laisser des séquelles irréversibles… 

Agir Vite pour le Cerveau
Tel pourrait être le mot d’ordre de la journée de l’AVC, célébrée chaque 29 octobre.

L’objectif principal de cette journée est essentiellement de sensibiliser le maximum de personnes à cette grande cause de santé publique en les incitant à composer le 15 (pour la France) dès l’apparition des premiers symptômes.

Connaissons-nous les signes avant-coureurs des AVC ?

  • Paralysie ou engourdissement brutaux d’un coté du corps
  • difficultés soudaines à s’exprimer
  • perte de l’attention
  • diminution très brutale de la vision d’un oeil
  • céphalée brutale et inhabituelle
  • nausées, vomissements (témoignent de HTIC)

Faute d’une prise en charge très rapide, les lésions peuvent devenir irréversibles. Chaque minute compte.

L’ancienne ministre de la santé français, Madame Roselyne Bachelot, avait en son temps rappelé la nécessité de se mobiliser pour réduire la fréquence et la gravité des séquelles fonctionnelles des AVC.

La ministre dressait alors un état des lieux chiffré de la situation française, pour le moins alarmant : Les attaques cérébrales touchent chaque année 150.000 nouvelles personnes, se positionnant ainsi à la troisième place dans les cause de mortalité en France (la deuxième chez les femmes).

Les enfants aussi…
Dans notre inconscient collectif, les AVC touchent essentiellement les adultes et le risque s’accroit avec l’âge. Et pourtant, les enfants aussi sont concernés et on recense de nombreux cas d’AVC chez des nourissons ou des enfants. L’association AVC de l’enfant s’est créée pour informer les parents sur la maladie, les causes connues, les séquelles et les conduites quand survient un accident vasculaire cérébral chez un enfant.

Un site à visiter : sante-medecine.commentcamarche.net         Source: Texte: Journée mondiale  Images: Journée mondiale   Voix des patients

Journée mondiale des accidents vasculaires cérébraux – 29 octobre

L’accident vasculaire cérébral tue ou peut laisser des séquelles irréversibles…

Agir Vite pour le Cerveau
Tel pourrait être le mot d’ordre de la journée de l’AVC, célébrée chaque 29 octobre.

L’objectif principal de cette journée est essentiellement de sensibiliser le maximum de personnes à cette grande cause de santé publique.

 Connaissons-nous les signes avant-coureurs des AVC ?
Faute d’une prise en charge très rapide, les lésions peuvent devenir irréversibles. Chaque minute compte.
L’ancienne ministre de la santé français, Madame Roselyne Bachelot, avait en son temps rappelé la nécessité de se mobiliser pour réduire la fréquence et la gravité des séquelles fonctionnelles des AVC.

La ministre dressait alors un état des lieux chiffré de la situation française, pour le moins alarmant : Les attaques cérébrales touchent chaque année 150.000 nouvelles personnes, se positionnant ainsi à la troisième place dans les cause de mortalité en France (la deuxième chez les femmes).

Les enfants aussi…
Dans notre inconscient collectif, les AVC touchent essentiellement les adultes et le risque s’accroit avec l’âge. Et pourtant, les enfants aussi sont concernés et on recense de nombreux cas d’AVC chez des nourrissons ou des enfants. L’association AVC de l’enfant s’est créée pour informer les parents sur la maladie, les causes connues, les séquelles et les conduites quand survient un accident vasculaire cérébral chez un enfant.

Un site à visiter : sante-medecine.commentcamarche.net.  Source: Texte & Image: Journée Mondiale