image-i-nations trésor

Journée Internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes – 25 novembre 2021

Journée Internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes

Si l’on demandait à un citoyen pris au hasard ce que signifie pour lui le 25 novembre, nul doute que cela ne lui évoquerait pas grande chose sauf peut-être la Sainte Catherine s’il a gardé en mémoire de vieilles traditions… C’est pourtant la date choisie par les Nations Unies pour célébrer la Journée Internationale pour l’Elimination de la Violence contre les Femmes. La couleur retenue par cette journée est le orange qui veut symboliser un monde meilleur pour les femmes et les filles. On connaît également cette journée sous le nom de Orange Day.

Orange day

Son origine remonte à 1960, lorsqu’en République Dominicaine les sœurs Mirabal furent assassinées parce qu’elles militaient pour leurs droits. Elles devinrent alors les symboles du combat pour éradiquer ce fléau qu’est la violence à l’égard des femmes.

Quelques décennies plus tard, l’événement ne parvient toujours pas à capter l’attention de la communauté internationale… Pourtant, les sévices et tortures infligés par des hommes à des millions de femmes, sont bien réels et les colonnes de tous les journaux de la terre ne suffiraient pas si l’on voulait recenser la totalité de ces crimes : aux Etats-Unis, une femme est battue par son partenaire toutes les 15 secondes; en Afrique du Sud, une femme est violée toutes les 23 secondes ; au Bangladesh, près de la moitié des femmes ont subi des abus physiques de la part de leur conjoint, …

Plusieurs organisations humanitaires, dont Amnesty International, ont uni leur force pour que cet événement constitue l’occasion d’attirer l’attention de l’opinion publique sur les violences perpétrées quotidiennement à l’encontre des femmes.

Les évenements du Nigéria

Les événements survenus au Nigeria en 2002 sont de nature à alimenter notre réflexion. En effet, des émeutes ont eu lieu à Abuja causant la mort d’une centaine de personnes et en blessant un millier. La raison de ce déferlement de violence n’était autre que l’élection de Miss Monde qui devait avoir lieu dans la capitale fédérale : un événement de portée mondiale censé améliorer l’image de ce pays troublé dont deux tiers des états ont adopté la charia.

Le président Obasanjo regrettera longtemps d’avoir autorisé la tenue d’un tel spectacle pendant la période du Ramadan. Mais au-delà de la carrière politique d’un homme, ce sont les surtout les Nigérianes qui devront supporter le poids de cette dramatique erreur.

En occident aussi…

Comment les pays occidentaux peuvent-ils être crédibles alors que les valeurs qu’ils proposent en exemple sont elles-mêmes perverties ? Quelle pourrait donc être la réaction d’un musulman nigérian, s’il considère « la nudité comme une obscénité », face à une culture (la nôtre) où l’apparence et la mode sont érigées en dogme, où les femmes sont communément battues par leur mari, où la pornographie est devenue banale et où la mise en esclavage des femmes pour satisfaire les pulsions sexuelles des hommes ne provoque que l’indifférence du législateur?

16 journées d’action proposées par l’ONU

L’ONU est partie prenante et propose 16 journées d’action contre les violences faites aux femmes, qui sont une campagne internationale qui a lieu chaque année, du 25 novembre (Journée internationale de l’élimination de la violence à l’égard des femmes) au 10 décembre (journée des droits humains). Créée en 1991 par le Centre pour le leadership global des femmes (Center for Women’s Global Leadership), cette campagne permet d’agir de manière stratégique et globale pour la prévention et l’élimination de la violence à l’encontre des femmes et des filles.

Appelez le 3919

Vous êtes victime ou témoin d’une agression ? Un numéro de téléphone dédié a été créé à l’inititative du mouvement Soroptimist Internationial Union Française. Utilisez-le, sans modération…

Un site à visiter : www.un.org    Source: Texte & Image: Journée Mondiale

Journée internationale de la fin de l’impunité pour les crimes commis contre des journalistes – 2 novembre

Journée internationale de la fin de l’impunité pour les crimes commis contre des journalistesDepuis le début du 21ème siècle, ce sont plus de 1000 journalistes qui ont été tués parce qu’ils tentaient d’informer le public sur les faits dont ils avaient été témoins. L’inventaire des noms, connus ou moins connus, serait long et on se souviendra entre autres d’Anna Politkovskaïa, assassinée à Moscou en 2006.

Impunité

Plus grave encore, à peine 10% des crimes commis contre des professionnels des médias ont abouti à une condamnation de leurs auteurs. Cette quasi-impunité constitue un encouragement pour les criminels et les groupes armés qui se font régulièrement remarquer par leurs actions contre les journalistes.

Alors, dans ces conditions, pourquoi décréter une journée internationale ? Elle aurait pu concourir dans la catégorie du « plus long intitulé pour une journée internationale », mais elle est tout à fait sérieuse et tout à fait officielle puisque décrétée par l’assemblée générale de l’ONU en 2013.

Un voeu pieux ?

On pourra se demander aussi s’il ne s’agit pas du nième avateur de la méthode Coué et si la proclamation de la « fin de l’impunité pour les crimes commis contre des journalistes » n’engage que ceux qui la lancent.

On pourra… mais cette résolution historique a le mérite de condamner l’ensemble des attaques de toute nature perpétrées contre des journalistes. Elle engage aussi les États à faire plus pour prévenir cette violence, en permettant à la justice de rechercher et condamner les auteurs des crimes.

La volonté de l’ONU est claire: promouvoir un environnement qui permette aux journalistes  d’effectuer leur travail en toute indépendance et sans ingérence de la part des autorités.

Un site à visiter : www.un.org    Source: Texte & Image: Journée Mondiale

Justice réparatrice

La semaine du 18 au 24 novembre est dédiée à la Justice réparatrice.
Elle nous permet de rencontrer ceux qui en sont les sujets de part et d’autre –
ceux qui ont été victimes et ceux qui ont commis les actes de violence.
Henriette Doré Mainville a oeuvré dans ce secteur pendant plusieurs années.
Dans cette vidéo, elle nous partage son expérience.

 

Journée mondiale de la justice internationale – 17 juillet

Le 17 juillet 1998, le statut de la Cour Pénale internationale était adopté à Rome. C’est pour marquer cet anniversaire fondateur que la journée du 17 a été décrétée « Journée de la Justice Internationale ».

La Cour Pénale Internationale
Il s’agit en fait de la première cour pénale permanente créée pour combattre l’impunité des auteurs des crimes les plus graves qui touchent la communauté internationale.

Elle est une organisation internationale indépendante, qui n’appartient pas au système des Nations Unies ni, bien entendu, à aucun état. Elle siège est à La Haye, aux Pays Bas.

Son inspiration est déjà ancienne et correspond avec la découverte des génocides, crimes de guerre et crimes contre l’humanité perpétrés tout au long du XXème siècle. Les premiers procès, comme Nuremberg (1945) et Tokyo (1946) ont jugé des auteurs de crimes de guerre, de crimes de guerre et contre l’humanité commis pendant la seconde guerre mondiale.

C’est ensuite dans les années 90, juste après la fin de la guerre froide, que des tribunaux internationaux se sont réunis pour juger des crimes de même nature comme pour l’ex-Yougoslavie ou encore le Rwanda.

Refus de l’impunité
Le refus de l’impunité, généralement partagé dans toute la communauté internationale faisait son oeuvre… Malheureusement, ces tribunaux n’étaient créés que pour une période et un conflit précis.

La nécessité d’une cour pénale indépendante et permanente est devenue une évidence et a fini par s’imposer. Le 17 juillet 1998, c’était chose faite et 120 États ont adopté le Statut de Rome, qui a posé les bases juridiques de la création de la CPI. Le Statut de Rome est entré en vigueur 4 ans plus tard, le 1er juillet 2002, après sa ratification par 60 pays.

Un site à visiter : www.icc-cpi.int Source : Texte & Image : Journée Mondiale

 

Journée internationale de commémoration de l’Holocauste – 27 janvier

Chaque année autour du 27 janvier, l’UNESCO rend hommage à la mémoire des victimes de l’Holocauste et réaffirme son engagement indéfectible à lutter contre l’antisémitisme, le racisme et les autres formes d’intolérance qui peuvent conduire à la violence ciblée sur un groupe. La date marque l’anniversaire de la libération du camp de concentration et d’extermination nazi d’Auschwitz-Birkenau par les troupes soviétiques le 27 janvier 1945, et a été officiellement proclamée Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste par l’Assemblée générale des Nations Unies.

Le thème de la commémoration en 2018, « La mémoire et l’enseignement de l’Holocauste : notre responsabilité partagée », souligne le devoir permanent de tirer les leçons et de se souvenir de l’Holocauste.

L’Holocauste a non seulement profondément meurtri les pays dans lesquels les crimes nazis ont été perpétrés, mais il a également eu des implications et des conséquences d’ordre universel en de nombreux autres endroits du monde. Les États membres partagent la responsabilité collective de remédier aux traumatismes résiduels, en maintenant des politiques de mémoire efficaces, en préservant les sites historiques et en encourageant l’enseignement, la documentation et la recherche, soixante-dix ans après le génocide.

Cette responsabilité suppose d’enseigner les causes, les conséquences et la dynamique de ces crimes afin de renforcer la résilience des jeunes face aux idéologies de haine. Alors que des génocides et des atrocités continuent de se produire dans plusieurs régions, et que nous nous apprêtons à célébrer le 70e anniversaire de la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide, cet enseignement n’a jamais été aussi pertinent qu’aujourd’hui.

Source : Texte & Image : UNESCO

International Overdose Awareness Day – 31 August

International Overdose Awareness Day is a global campaign that works towards preventing overdose, reducing the stigma associated with it, and providing support to families and loved ones of overdose victims. The unofficial awareness day is observed every year on August 31.

The day was established in 2001 by Australians Sally J. Finn and Peter Streker as a way to commemorate those who have lost their lives to overdose, and to support the loved ones whose lives have been affected by drug abuse.

Since 2012, the responsibility of organizing International Overdose Awareness Day has been taken over by the Penington Institute, an Australian non-profit health organization. Despite its Australian roots, the day is now observed all over the world.

Recognizing Symptoms of Overdose

Medical professionals define overdose as the accidental or intentional use of a drug or a substance such as alcohol or a narcotic beyond the recommended dosage. An overdose can have serious consequences, with effects ranging from mild disorientation to seizures, brain injury, and death.

Part of International Overdose Awareness Day’s agenda is to spread information about how to detect signs of substance abuse and overdose, and what to do when encountering a person who may be having an adverse reaction to a drug. Disorientation, agitation, difficulty in breathing, and vomiting can be signs of overdose and should not be ignored.

A Global Problem

Overdose is an increasing global problem. A 2014 report by the United Nations Office on Drugs and Crime (UNODC) estimates that about 183,000 people succumb to overdose around the world every year. According to the Centers for Disease Control and Prevention, an American public health organization, drug overdose is the leading cause of accidental deaths in the United States.

A vast majority of overdose deaths occur due to opioid abuse. Opioids are a class of drugs that reduce the intensity of pain by interacting with proteins called opioids found in the human brain, spinal cord, and other organs. Opiates include illegal substances like heroin, as well as legally prescribed medication such as oxycodone, codeine, and morphine.

Serious Consequences

Overdose is not the only consequence of drug dependence. In many parts of the world, the shared use of needles and drug injecting equipment can make users vulnerable to hepatitis C and HIV. According to UNODC, an estimated 13% of all drug users globally live with HIV.

Drug trafficking and drug-related illnesses and crimes can also negatively affect families and communities. One of the main purposes of International Overdose Awareness Day is to help reduce the stigma surrounding overdose by talking about it and by bringing attention to the fact that substance abuse and drug overdose is preventable.

Source: Text: time and date.com Image: The Globe and Mail

Journée de la Justice Internationale – 17 juillet

Le 17 juillet 1998, le statut de la Cour Pénale internationale était adopté à Rome. C’est pour marquer cet anniversaire fondateur que la journée du 17 a été décrétée « Journée de la Justice Internationale ».

La Cour Pénale Internationale
Il s’agit en fait de la première cour pénale permanente créée pour combattre l’impunité des auteurs des crimes les plus graves qui touchent la communauté internationale. Elle est une organisation internationale indépendante, qui n’appartient pas au système des Nations Unies ni, bien entendu, à aucun état. Elle siège est à La Haye, aux Pays Bas.

Son inspiration est déjà ancienne et correspond avec la découverte des génocides, crimes de guerre et crimes contre l’humanité perpétrés tout au long du XXème siècle. Les premiers procès, comme Nuremberg (1945) et Tokyo (1946) ont jugé des auteurs de crimes de guerre, de crimes de guerre et contre l’humanité commis pendant la seconde guerre mondiale.

C’est ensuite dans les années 90, juste après la fin de la guerre froide, que des tribunaux internationaux se sont réunis pour juger des crimes de même nature comme pour l’ex-Yougoslavie ou encore le Rwanda.

Refus de l’impunité
Le refus de l’impunité, généralement partagé dans toute la communauté internationale faisait son oeuvre… Malheureusement, ces tribunaux n’étaient créés que pour une période et un conflit précis.

La nécessité d’une cour pénale indépendante et permanente est devenue une évidence et a fini par s’imposer. Le 17 juillet 1998, c’était chose faite et 120 États ont adopté le Statut de Rome, qui a posé les bases juridiques de la création de la CPI.

Le Statut de Rome est entré en vigueur 4 ans plus tard, le 1er juillet 2002, après sa ratification par 60 pays.

Un site à visiter : www.icc-cpi.int    Source : Texte : Journée Mondiale   Images: Journée Mondiale, Wikipedia
 
 

 

= = = = = =

World Population Day – 11 July

Every year the world continues to get more and more crowded. While we’ve a tendency to pack ourselves into massive cities, and there are presently still long open stretches of countryside, every year that gets whittled away at more and more. The power and food needs of the world continue to place a greater and greater strain on our ability to meet them, and resources in general are becoming harder and harder to come by. World Population Day comes along each year to remind us that our present rate of population growth is unsustainable, and the present social and logistical issues we are experiencing to meet the demand of that population will only get worse if we don’t do something.

History of World Population Day
In 1987 there was an event called “Five Billion Day”, which recognized when the human population boiled over the 5 billion mark. Since then the United Nations Development Programme has been working to anticipate, support, and offset the needs of a rapidly growing population. The population had been deemed to be growing out of control, and an awareness was being spread about the need for family planning, ways to offset poverty, and the ability to ensure that proper maternal health was observed.

The existing strain of supporting our present population is already causing grievous crimes in the areas of human rights and gender equality. As more people come into an a world that’s already doing a poor job of taking care of its citizens, there are more and more of them coming vulnerable to human rights violations such as human trafficking and child labor. World Population Day reminds us that we are part of an ever growing world, and that to ensure there’s a great future ahead for any of us, there has to be a great future for all of us.

Source: Text: DAYSoftheYEAR, Image: Current Affairs 2017

Journée mondiale de la dignité des victimes de la traite d’êtres humains – 30 juillet

traite-etre-humain« Cette première Journée mondiale de la dignité des victimes de la traite d’êtres humains est un appel à l’action pour faire cesser ce crime et donner de l’espoir aux victimes, qui vivent souvent autour de nous alors que nous ignorons tout de leur sort. Pour arrêter les trafiquants, il nous faut couper leurs voies de financement et saisir leurs avoirs. J’exhorte tous les pays à ratifier et à appliquer intégralement la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée et son Protocole additionnel relatif à la traite d’êtres humains » M. Ban Ki-moon, Secrétaire général de l’ONU

Une urgence planétaire
L’ONU nous invite à nous interroger sur la question de l’esclavage moderne et il est vrai que cette question concerne au moins 2,5 millions de personnes réparties sur la planète. Il s’agit aussi bien d’hommes, de femmes que d’enfants qui tombent aux mains de trafiquants dans leur pays et à l’étranger. L’esclavage dit « moderne » n’a rien à envier à ce que l’humanité a pu connaître par le passé et il est non seulement honteux dans son principe que par les maltraitances qu’il engendre.

L’escalavage, quelle que soit sa forme, n’a pas sa place dans ce monde !

Un site à visiter : www.un.org   Source: Texte & Image: Journée Mondiale