image-i-nations trésor

Journée mondiale des serpents – 16 juillet

Journée mondiale des serpents

Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes ?   Racine, Andromaque, Acte V, scène 5

Nous ne répondrons pas ici à la question du dramaturge, nous nous contenterons de rappeler que le 16 juillet est, en de nombreux endroits de la planète, la Journée mondiale des serpents…

Fascination ancestrale

L’origine de cette journée reste quelque peu obscure, mais des passionnés la font vivre d’année en année. La fascination ancestrale des sociétés humaines pour ces créatures incomprises est peut-être à mettre en avant ici et la journée consacrée aux serpents pourra constituer une juste reconnaissance pour la gente serpentine.

Source: Texte & Image: Journée Mondiale

L’origine de cette journée est un peu obscure, mais son objectif très clair : réhabiliter un mal-aimé. Le serpent est sans aucun doute le plus détesté des animaux. Son corps à sang froid, son déplacement reptilien, ses yeux sans paupières et son venin parfois mortel suscitent plus souvent de la répulsion que de l’empathie.

Plus de 3000 espèces de serpents 

Couleuvres, vipères, pythons, crotales, boas, anacondas ou cobras : il existe plus de 3 000 espèces de serpents dans le monde. Il n’y a qu’un seul endroit où vous n’en trouverez pas, en Antarctique. Pourtant, les serpents sont en danger. L’agriculture et l’urbanisation détruisent leur habitat. Le trafic, plus ou moins légal, de certaines espèces participe à leur extinction. Mortes, elles finissent en sacs à main, portefeuilles ou chaussures de luxe. Vivantes, elles se retrouvent dans des vivariums particuliers. Aux États-Unis, plus de 9,5 millions de reptiles sont ainsi élevés comme animaux de compagnie.

En Floride, des chasseurs de serpents 

Les conséquences de la domestication des serpents sont parfois catastrophiques. En Floride, des pythons birmans relâchés dans la nature par des propriétaires indélicats sont devenus en 20 ans une espèce invasive, sans prédateur, dévorant tout ou presque : oiseaux, ratons laveurs, lapins et même alligators. Pour limiter leur prolifération, dans le parc protégé des Everglades, l’État a donc embauché des chasseurs de serpents. Un peu de courage et de rapidité suffisent (la morsure des pythons n’est pas mortelle). Les récompenses s’élèvent à 50 dollars pour un animal d’1,20 m, 200 dollars pour l’éradication d’un nid entier.

En Asie, c’est le goût des consommateurs pour les viandes exotiques qui menace les serpents. Dans le sud de la Chine, à Hong Kong, au Vietnam, on les apprécie frits avec de la citronnelle et des piments, marinés ou en soupe pour l’hiver. Leur chair blanche aurait une saveur proche de celle du poulet. Leur sang se boit, et le cœur de cobra, paré de vertus aphrodisiaques, se gobe cru avec un « shot » de vodka.

Source: Texte: franceinfo

Journée mondiale de la tortue – 23 mai

Journée mondiale de la tortue

Lentement mais surement, elle est arrivée dans notre calendrier. Aujourd’hui, nous célébrons la journée mondiale de la tortue.

« Rien ne sert de courir ; il faut partir à point ».C’est l’organisation à but non lucratif American Tortoise Rescue qui a lancé la Journée mondiale de la tortue au début des années 2000 pour permettre de célébrer et protéger une des plus anciennes créatures au monde.

Il y a urgence !

Il faut avoir à l’esprit que les tortues font, elles aussi, partie des éspèces menacées.

Les tortues terrestres et d’eau douce disparaissent rapidement en raison de 4 facteurs :

  • le commerce des animaux de compagnie
  • la contrebande directement liée à ce commerce
  • la popularité des aliments exotiques (eh oui, on mange de la tortue !)
  • la destruction de leur habitat 

Les biologistes et autres experts de la biodiversité prédisent la disparition des tortues terrestres et d’eau douce sauvages d’ici 50 ans si rien n’est fait pour enrayer le phénomène.

Un site à visiter : oceans.ca   Source: Texte  Image: Journée Mondiale

Les Psaumes… toujours actuels, toujours ponctuels – 10è épisode

Les créatures de toutes sortes suscitent notre admiration.
Mais celle qui devrait provoquer notre émerveillement
avec le plus d’intensité n’est autre que… nous-mêmes!
Et ce qui est le plus merveilleux c’est que…
c’est Dieu lui-même qui en a fait ainsi!
La conclusion de ces présentation sur les Psaumes nous le rappelle.

Ps.8,4 : Ça m’dit quelque chose

Nous en sommes déjà à la 10è présentation de cette série:
LES PSAUMES, ÇA M’DIT QUELQUE CHOSE.
L’un à la suite de l’autre les programmes ont offert
des réflexions pertinentes sur plusieurs Psaumes.
Un peu à la manière d’un pèlerinage, notre excursion
nous a permis de faire des découvertes enrichissantes.
Cette conclusion fera de même!