image-i-nations trésor

Journée Internationale de la prévention des catastrophes naturelles – 13 octobre

Journée Internationale de la prévention des catastrophes naturelles

La « journée internationale pour la prévention des catastrophes naturelles » a été décrétée par l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations Unies (ONU) et existe depuis 1990. Ce jour est consacré chaque année à la sensibilisation du public sur les différentes thématiques liées aux risques naturels, tremblements de terre, ouragans, …

Quelques thèmes traités

  • mieux connaître les risques naturels
  • les prendre en compte dans l’urbanisme et la construction
  • informer, prévenir, éduquer
  • atténuer les risques par des aménagements et travaux préventifs.

Cette journée permet également de rappeler les enjeux de la décennie internationale pour la prévention des catastrophes naturelles 1990-2000, lancée à l’initiative de l’ONU.

138 pays prennent part à cette action concertée, dont l’objectif est de prévenir les pertes en vies humaines, des dégâts matériels et des perturbations sociales et économiques provoqués par les séismes, les éruptions volcaniques, les tempêtes et cyclones, les feux de forêts, les inondations et les glissements de terrain…

Catastrophes naturelles et déréglement climatique

Cela ne fait plus guère de doute aujourd’hui, le réchauffement climatique, quand il ne provoque pas directement les catastrophesn, contribue grandement à en augmenter les effets. N’oublions pas ques les ouragans qui dévastent régulièrement les amériques prennent leur source dans une région d’Afrique dont l’aridité grandissante amplifie le phénomène.

Un site à visiter : www.prim.net   Source: Texte (abrégé) & Image: Journée mondiale

Journée mondiale des espèces menacées – 11 mai 2019

D’après une étude de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (IUCN), ce sont plus de 20 000 espèces de plantes et animaux qui sont en danger de disparition imminente chaque année. La journée internationale a pour but de sensibiliser le monde scientifique et le grand public à ce constat inquiétant.

Au niveau européen, l’IUCN souligne que 7,5 % des espèces marines sont menacées et ont atteindrait 40 % pour la catégorie des requins et des raies. La France a elle seule figure parmi les 10 pays hébergeant le plus grand nombre d’espèces menacées. Ce ne sont pas moins de mille espèces menacées au niveau mondial qui sont présentes sur le territoire national (métropole et outre-mer confondus).

Liste rouge
La Liste rouge de l’UICN est l’indicateur par excellence qui permet de suivre l’état (et l’évolution) de la biodiversité dans le monde. Avec cet état des lieux, on sait aujourd’hui qu’une espèce de mammifères sur quatre, un oiseau sur huit et un amphibien sur trois sont menacés. Coté végétal, ce n’est guère plus brillant si on songe qu’une espèce de conifères sur trois est menacée de disparition.

Modifier nos comportements
La nature a été confiée à l’homme non pas pour qu’il la détruise mais pour pour qu’il l’apprivoise (La Bible: Gn.1:26) et ce sont souvent les comportements humains qui sont à la source de toutes ces catastrophes (déchets plastiques dans la mer, émissions polluantes danas l’atmosphère, etc…).

Faudra-t-il atteindre le point de non retour pour que l’homme accepte enfin de modifier ses habitudes de vie et de consommation ?

Note de l’éditrice: Un rapport publié cette semaine (6 mai 2019) par les Nations Unies affirme qu’un million d’espèces sont sur le point de disparaître!...
On nous dit clairement qu’une telle extinction aurait des conséquences alarmantes pour la survie du genre humain.

Un site à visiter : www.uicn.fr          Source : Texte & Image : Journée Mondiale

Journée mondiale de la radio – 13 février

En 2012, afin de mettre en relief la puissance de la radio comme plate-forme pour l’éducation et la liberté d’expression ainsi que son rôle vital dans la réponse aux crises et aux catastrophes, l’UNESCO a appelé à célébrer le 13 février de chaque année, une Journée Mondiale de la radio.

« Toutes les radios sont invitées à s’associer à cet événement », a déclaré le porte parole de l’UNESCO dans son communiqué de presse.

Média peu coûteux, nécessitant la mise en oeuvre d’une technologie relativement simple, la radio atteint des auditeurs éloignés sur tous les points du territoire et des groupes nomades. Selon l’union internationale des télécommunications, plus de 75% des foyers des pays en développement possèdent au moins un récepteur radio.

Afin d’encourager les diffuseurs publics, privés et communautaires à célébrer la Journée, l’UNESCO a créé un site web avec des messages audio en plusieurs langues ou des manuels à l’usage des radios communautaires.

Un vecteur de liberté
Nous ne saurions terminer sans faire une rapide évocation de la radio comme vecteur de liberté en en citant quelques unes de celles qui sont restées dans l’histoire : Radio Londres qui transmettait les messages à la résistance française aux plus sombres heures de l’occupation, Radio Free Europe qui permet aux populations situées derrière le rideau de fer de recevoir une information différente de celle transmise par les autorités, Radio Caroline qui émettait depuis un bateau ou encore l’épopée des radios libres de 1981 et la fin du monopole d’état en France.

Source : Texte & Image : Journée Mondiale

Journée mondiale de l’aide humanitaire – 19 août

aide-humanitaireDans de nombreuses régions du globe, les humanitaires travaillent, parfois au péril de leur vie, souvent dans l’anonymat le plus total. Même s’ils accomplissent un travail de fourmi, leurs interventions sont indispensables et permettent souvent à des populations de retrouver un minimum de dignité.

L’ONU a promulgué le 19 août, Journée Mondiale de l’aide humanitaire en espérant sensibiliser l’opinion publique à l’assistance humanitaire et à la nécessité de soutenir ces actions partout dans le monde. Un don même minime peut représenter beaucoup s’il est bien utilisé sur le terrain.

« Les travailleurs humanitaires sont ceux que nous dépêchons sur place pour montrer notre solidarité avec ceux qui souffrent. Ils représentent ce qu’il y a de meilleur dans la nature humaine mais leur travail est dangereux… »     M. Ban Ki-moon, Secrétaire général de l’ONU, Journée mondiale de l’aide humanitaire 2010

Un site à visiter : www.un.org   Source: Texte: Journée Mondiale; Image: photo © ONU

L’aide humanitaire est basé sur un certain nombre de principes fondateurs, y compris l’humanité, impartialité, la neutralité et l’indépendance. Les travailleurs humanitaires visent à fournir une assistance vitale et aider les communautés touchées par la catastrophe à récupérer, indépendamment  du lieu géographique et sans discrimination fondée sur la nationalité, le groupe social, la religion, le sexe, la race et/ou tout autre facteur. Contrairement à ce que beaucoup pourraient croire, la plupart des travailleurs humanitaires viennent du pays dans lequel ils travaillent. En générale, les gens touchés par des crises humanitaires sont souvent les premiers à aider leurs propres communautés après une catastrophe.

Fournir des secours dans les situations d’urgence, qui peuvent aller de catastrophes naturelles à celles crées par les hommes, est souvent dangereux pour les travailleurs humanitaire. Le Aid Worker Security Database fournit des informations sur le nombre d’attaques perpétrer contre des travailleurs humanitaires entre les années 2003 et 2013. Le nombre d’incidents a augmenté de 63 à 238 et le nombre total de travailleurs humanitaires soit tués, soit blessés ou enlevés est passé de 143 à 442.

En 2013, les Nation Unis et ses partenaires humanitaires se sont rejoints par les personnalités célèbres comme Beyoncé et de grandes marques telles que Gucci, Barclays Bank, Western Union et Intel pour lancer une campagne qui vise à transformer les paroles des gens en véritable engagement de soutien pour les communautés touchées par les crises humanitaires.

Source: Texte: Coalition humanitaire