image-i-nations trésor

25è dimanche de l’année C, 2022

 À l’occasion, les dictons populaires fournissent matière à réfléchir… ici et là, vous entendrez parfois :
« Plus ça change, plus c’est pareil. »
« C’est l’argent qui mène le monde. »
« Pas pris, pas vu, pas coupable. »
Expressions trompeuses d’une sagesse qui n’en est pas une – énoncé d’une triste réalité…

On peut y reconnaître l’écho des paroles du prophète Amos dans la 1ère lecture (Amos 8:4-7).

Il s’élève contre ceux qui « achètent le faible pour un peu d’argent »
Ceux-là qui « diminuent les mesures, faussent les balances… »
 
Et dans l’évangile, on retrouve Jésus qui décrit une situation semblable dans la parabole de l’intendant malhonnête (Luc 16:1-13).
Ce serviteur astucieux ordonne aux débiteurs de son maître de falsifier les factures pour bénéficier plus tard de leur reconnaissance.

Autour de nous, il est possible de retrouver une telle attitude dans des situations multiples et à une échelle bien supérieure.
L’astuce remplace l’honnêteté.
Le désir du gain et la recherche de bénéfices mal acquis se substituent à la droiture.
L’ingéniosité frauduleuse prend la place de l’intégrité.

Il est intéressant de noter que, pour Jésus, l’honnêteté est une question de… fidélité!
Fidélité au Maître que nous avons promis de suivre.

Jésus le dit clairement : « Nul ne peut servir deux maîtres. »
L’illustration ci-contre est étonnante : sur le billet d’argent, la devise présente le texte imprimé:

« In God we trust » – littéralement « Nous nous fions à Dieu » et pourtant!…
Il semble que bien souvent nous préférons nous fier au signe familier des différentes devises.

De l’argent, il en faut, c’est évident.
Il faut payer les comptes, régler les factures, acheter le nécessaire, se procurer les denrées essentielles.
La nourriture, les médicaments, le transport, les besoins personnels de la famille.
Et il faut inclure dans l’équation: assurer un juste salaire aux employés, respecter les droits des travailleurs, offrir des conditions d’emploi adéquates, s’en tenir à des horaires de travail raisonnables, etc., …
tout cela n’est pas négociable.

Mais ce qui l’est, c’est la manière d’obtenir l’argent nécessaire…

La fidélité qui prend visage de l’honnêteté – n’est-ce pas le message de Jésus pour aujourd’hui?…
Et… à chacun/e de faire les choix qui traduiront cette fidélité…

 

Note: Une autre réflexion est offerte sur un thème différent en anglais à: https://image-i-nations.com/25th-sunday-of-year-c-2022/

 

Source: Images: Pixabay    L’Évangile de Dieu   en.wikiopedia.org

18è dimanche de l’année C, 2022

Une personne qui possède tout ce qu’on peut désirer et qui n’est satisfaite de rien –
c’est le portrait qui nous est donné dans la 1ère lecture de ce dimanche (Qohélet 1:2; 2:21-23).
Désillusion, découragement, ce qu’on nomme communément ‘la déprime’ quoi!

Rien qui donne la satisfaction anticipée.
Rien qui agisse comme un baume aux blessures quotidiennes.
Rien qui ne dissipe la tristesse lancinante.
Rien qui apporte le bonheur espéré.
RIEN qui vaille – VANITÉ!

Ce mot ne désigne pas la suffisance ou l’orgueil mais plutôt la futilité, l’absence de sens au quotidien.
Le diagnostic est sérieux… et la condition qu’il décrit l’est aussi…

Et il semble que, malheureusement, cette situation soit celle de bien des gens autour de nous.
Certain/es jouissent – non, possèdent – tout ce que l’argent peut procurer mais…
leur malaise persiste…
C’est que justement ce dont ils/elles ont vraiment besoin ne s’obtient pas avec les devises les plus en valeur sur le marché mondial.

D’une telle personne, Qohélet, le sage affirme:
« Même la nuit, son cœur n’a pas de repos. »
 
Le texte de l’évangile nous donne le message de Jésus lui-même qui rappelle à ses auditeurs,
et à nous également:
« La vie de quelqu’un, même dans l’abondance, ne dépend pas de ce qu’il possède. »

La vie, la vraie, celle qui est riche non de possession mais de signification,
c’est celle que lui-même nous offre, la vie en abondance (Jean 10:10).
Cette vie qui nous permet d’être, dans les mots de Jésus: « riche en vue de Dieu » (Luc 12:13-21).

Être riche… à la manière de Dieu!
Richesse de partage et de compassion.
Richesse de sympathie et de compréhension.
Richesse d’attention aux autres et de disponibilité pour leur venir en aide.

Cette richesse ne s’évalue pas en termes monétaires, elle ne se perd pas, elle ne s’épuise pas…
mais elle est si précieuse que… seul Dieu en connaît vraiment la valeur!
 

Note: Une autre réflexion est offerte sur un thème semblable mais présenté différemment en anglais à: https://image-i-nations.com/18th-sunday-of-year-c-2022/

 

Source: Images: iStock  L’Évangile de Dieu

 

25è dimanche de l’année C – 2019

L’argent – soulignant son absolue nécessité, certains seraient tentés d’écrire… ARGENT,
oui, en lettres majuscules et… peut-être même en caractères gras!

C’est que cet objet tient une place bien grande dans nos préoccupations quotidiennes.
On y pense,
on en rêve,
on le désire,
on cherche à se l’approprier,
on le met en sécurité,
on spécule pour en avoir davantage,
on se désole si on en perd,
et… on en donne parfois, c’est certain… mais avec un degré de générosité qui varie d’une personne à l’autre!

Le monde de la finance est un monde en soi et les spécialistes en ce domaine nous rappellent souvent que :
« Le temps c’est de l’argent »! 

Qu’en sera-t-il de tous les chrétiens – tout un chacun/e d’entre nous – qui liront ou entendront le texte de l’évangile de ce dimanche? (Lc.16:1-13)
On disait que les Pharisiens du temps de Jésus se moquaient de lui car… ils aimaient l’argent! (Luc 16:14)
Et nous?

Évidemment, nous n’allons pas manquer à ce point de respect pour Jésus, mais ses paroles auront-elles un effet sur nous – sur nous et sur notre attitude face à l’argent?
Le message de Jésus demeure actuel et s’adresse personnellement à chacun/e :

« Aucun domestique ne peut servir deux maîtres :
ou bien il haïra l’un et aimera l’autre,
ou bien il s’attachera à l’un et méprisera l’autre.
Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’argent. »

Note : Une autre réflexion est disponible sur un thème différent en anglais à : https://image-i-nations.com/25th-sunday-of-year-c-2019/

Source : Images : mindsetpszychologia.hu   expresszkolcson.hu   PoetsandQuants

 

 

 

Ça, ça m’interpelle – 10è épisode

Des banques, du profit… comment?
C’est évident: en parlant de banque, on pense à l’argent.
Mais… saviez-vous qu’il y a une autre sorte d’institution bancaire?
Oui,une banque… avec une différence!
Diane Dargis nous en parle dans la vidéo qui suit.

 

Vendredi-Saint, année B

Par hasard, on rencontre une personne…
Par hasard, on retrouve un objet disparu depuis longtemps…
Par hasard, on entend à la radio une mélodie oubliée…

Par hasard, j’ai reçu un texte qui m’a immédiatement amenée à aujourd’hui, ce jour du Vendredi-Saint.
Je vous le partage, sans réflexion ou commentaire personnel.
Seule une question surgira naturellement…
Puisse ce texte vous être une inspiration, comme il l’a été pour moi.

SAUVÉE

Une petite orpheline vivait avec sa grand-mère et dormait à l’étage. Une nuit, la maison prit feu et la grand-mère mourut en essayant de sauver sa petite-fille. L’incendie se propagea rapidement et le rez-de-chaussée fut vite envahi par les flammes.

Des voisin appelèrent les pompiers, puis attendirent sans pouvoir aider, incapables d’entrer dans la maison à cause des flammes qui bloquaient toutes les entrées. Juste au moment où la rumeur circulait que les pompiers arriveraient avec quelques minutes de retard, parce qu’ils étaient tous occupés à éteindre un autre incendie, la petite fille apparut à une des fenêtres de l’étage, pleurant et criant à l’aide.

Soudain un homme apparut avec une échelle et disparut à l’intérieur. Lorsqu’il réapparut, il tenait dans ses bras la petite fille. Il la remit aux gens qui attendaient en bas de l’échelle et disparut dans la nuit. L’enquête qui fut menée révéla que l’enfant n’avait aucun parent vivant. Quelques semaines plus tard, les autorités municipales tinrent séance pour déterminer qui prendrait charge de l’enfant pour l’élever.

Une enseignante proposa de prendre la petite fille chez elle en disant qu’elle pourrait lui donner une bonne éducation. Puis un fermier offrit d’élever l’enfant sur sa ferme. Il affirma que la vie de ferme était saine et bonne. D’autres encore se proposèrent en expliquant ce qu’ils avaient à offrir à la petite fille.

Finalement, l’homme le plus riche de la ville se leva et dit : « Je peux donner à cette enfant tout ce que vous venez de mentionner, plus de l’argent et tout ce que cet argent peut acheter. »

Durant toute cette discussion la petite fille était demeuré silencieuse, les yeux baissés.

« Y-a-t-il quelqu’un d’autre qui veut prendre la parole », demanda le président de la séance. Du fond de la salle un homme s’approcha. Il marchait lentement et paraissait souffrir. Lorsqu’il arriva en avant, il s’arrêta devant la petite fille et tendit les bras. La foule fut stupéfaite. Ses bras et se mains portaient de terribles cicatrices.

L’enfant s’écria alors : « C’est l’homme qui m’a sauvée! » Spontanément elle sauta dans ses bras, le tenant comme elle l’avait tenu la nuit de l’incendie, comme pour s’accrocher à la vie. Elle enfouit son visage dans le cou de l’homme et sanglota un moment. Puis elle le regarda et lui sourit.

« La séance est levée », annonça le président.  

 

La petit fille reconnut celui qui l’avait sauvée et… elle s’en est remise à lui.
Et nous?…

 

Note: Une autre réflexion est disponible en anglais sur un thème différent à: https://image-i-nations.com/good-friday-year-b/

Source : Texte : tiré de Leadership… with a human touch, dans Concentré de Bouillon de Poulet pour l’Âme, Jack Canfield, Mark Victor Hansen, Patty Hensen, p.95-97      Images: freeimages.com   pierrelacroix.com