bible

Hier et aujourd'hui . . .

parchment

Ce que cette page vous réserve . . .

     

Les lectures bibliques des dimanches et jours de fête de l'année liturgique offrent un trésor dont la richesse est toujours actuelle.

De semaine en semaine, elles nous donnent l'occasion de faire de nouvelles découvertes.

La parole de Dieu devient alors signifiante et active dans nos vies et nous permet de rencontrer celui qui est lui-même Parole de Vie.

5è dimanche de l’année A – 2020

Si quelqu’un vous approchait et vous disait :
« Tu sais, la gloire de Dieu dépend… un peu de toi »,
vous regarderiez sans doute cette personne avec… amusement et incrédulité!

Et si quelqu’un d’autre vous abordait en vous assurant que
si on désire que Dieu s’occupe de nous, il nous faut d’abord nous occuper des autres,
là encore, vous seriez probablement perplexe, peut-être même incrédule.

C’est pourtant le message que ce dimanche (5è dimanche de l’année A) semble nous donner.
Les textes parlent beaucoup de lumière – pas surtout celle de Dieu lui-même –
mais celle que notre vie doit réfléchir.

Le prophète Isaïe (Is.58:7-10) et Jésus lui-même (Mt.5:13-16) nous invitent, peut-être plus exactement, nous enjoignent,
à faire en sorte que nos actions apportent du bien-être aux autres.
Autrement dit, nous devons être nous-mêmes LUMIÈRE qui éclaire leur quotidien.

Au fil des jours, cette lumière aura pour nom : accueil, partage, assistance
qui pourront devenir… visages de Dieu, manifestations de sa présence!

Note : Une autre réflexion est disponible sur un thème différent en anglais à : https://image-i-nations.com/5th-sunday-of-year-a-2020/

 

Source : Images : www.haikudeck.com   vasedargile.centerblog.net

Fête de la Présentation de Jésus au Temple, année A – 2020

La fête célébrée aujourd’hui – la Préentation de Jésus au Temple
peut sembler étrange à notre culture occidentale.
La scène qu’on nous présente est celle d’un rituel de la religion juive.
Mais elle a néanmoins une signification pour nous.

C’est le texte de la 2è lecture tirée de l’épitre aux Hébreux (He.2:14-18) qui en révèle le sens.
L’auteur affirme :

« Il lui fallait donc se rendre en tout semblable à ses frères. »
 
« Il lui fallait… » l’expression suggère une… obligation, une chose à laquelle on doit se soumettre.
Mais voilà ce que lui, Dieu, a voulu, ce qu’il a choisi :
se soumettre à toutes ces ‘obligations’ auxquelles nous sommes assujettis nous-mêmes.
Quelques lignes plus loin le texte en donne la raison :

« pour devenir… miséricordieux. »
 
L’envoyé du Dieu de miséricorde ‘doit’ apprendre à l’être…
à l’être au diapason de ceux et celle pour qui il veut en être l’expression visible, tangible.

« Et parce qu’il a souffert jusqu’au bout l’épreuve de sa Passion,
il est capable de porter secours à ceux qui subissent une épreuve. »

Il sait, il comprend, il connaît d’expérience, jusque dans sa chair, ce que nous vivons !

Étonnant, extraordinaire et combien encourageant !
Notre Dieu est un Dieu qui se met à notre niveau pour nous amener au sien !

C’était ça Noël et la Fête de la Présentation est le couronnement de cette période… d’Incarnation
qui se prolonge jusqu’à… ce moment même !

Note: Une autre réflexion est disponible sur un thème différent en anglais à:
 

Source : Images : youtube.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

3è dimanche de l’année A – 2020

Les sages nous rappellent que si le soleil disparaît à l’horizon, il réapparaît.
C’est un peu ce que le texte de la 1ère lecture de ce dimanche (Is.8:23 – 9:3)  
et l’évangile qui le répète (Mt.4:12-23) illustrent d’un façon imagée et poétique.
On y évoque :

« Honte, gloire…
ténèbres, lumière…    
joie, allégresse…
Le joug qui pesait sur lui
(le peuple),
la barre qui meurtrissait son épaule…
tu les as brisés. »

 C’est ainsi que le prophète Isaïe se remémore devant Dieu les merveilles
que Lui, leur Sauveur, a accomplies en faveur du peuple qui a connu bien des épreuves.

Se pourrait-il que ce message s’adresse aussi à nous ?
Chacun/e a son lot de difficultés et, souvent, plus que sa part d’épreuves…
On ne les nomme pas toujours ‘honte, ténèbres, ou joug’
mais c’est souvent ce que ces réalités représentent dans notre quotidien :
déprime, regrets, fardeaux qui dépassent nos forces, semble-t-il…

Le soleil a disparu de notre horizon personnel
et on craint que les ténèbres se soient installées en permanence…
Il faut attendre… attendre que le soleil réapparaisse.

Cette attente, pour un/e chrétien/ne a pour nom… ESPÉRANCE…

Note : Une autre réflexion est disponible sur un thème différent en anglais à : https://image-i-nations.com/3rd-sunday-of-year-a-2020/

 

Source : Image : facebook.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2è dimanche de l’année A – 2020

Les prophètes ont souvent des intuitions –des visions intimes – qui sont vraiment révélatrices.
Elles éveillent en eux – et en nous, si nous le leur permettons – des réalités à la fois fascinantes et inspirantes.

La 1ère lecture de ce dimanche (Is.49:3,5-6) en est un exemple.
Le prophète Isaïe affirme avec conviction :

« Oui, j’ai de la valeur aux yeux du Seigneur,
c’est mon Dieu qui est ma force. »

 
Une affirmation assez audacieuse et… elle pose question…
Parmi tous les chrétien/nes qui liront ou entendront ce texte en ce dimanche,
combien seraient prêt/es à déclarer la même chose avec la même conviction ?…
Et pourtant…

Pourtant, ce devrait être le ‘credo’ personnel de chacun/e.
Croire que l’on est précieux aux yeux de Dieu
qui que l’on soit et tel/le que l’on est –
si précieux que son Fils est venu nous en donner l’assurance en devenant l’un de nous.
C’était ça Noël que nous venons de célébrer encore cette année.

Et c’est de là que, chaque jour, la force nous vient pour y croire sans l’ombre d’un doute… 

Note : Une autre réflexion est disponible sur un thème différent en anglais à : https://image-i-nations.com/2nd-sunday-of-year-a-2020/

 

Source : Image : Pinterest

 

 

 

 

 

 

 

Fête du Baptême du Seigneur, année A – 2020

Bethlehem – l’Égypte – le Jourdain : les étapes de notre pèlerinage depuis Noël.
La célébration d’aujourd’hui peut nous paraître… mystérieuse, mais…
ne le sont-elles pas toutes nos célébrations qui justement nous invitent à pénétrer LE mystère?

LE mystère de Dieu qui s’est fait l’un-de-nous, Dieu-avec-nous.
C’était le message de Noël : lumière qui illumine nos ténèbres –
ténèbres de souffrance, de pauvreté, de misère de toutes sortes.

La célébration d’aujourd’hui – Jésus qui se fait baptiser par Jean au Jourdain (Mt.3:13-17) –
nous aide à prendre conscience de NOTRE mystère : nous, les êtres humains –
dont l’humanité est coupable du pirecapable du meilleur!
 
La scène présentée par le texte de l’évangile illustre justement
le mal auquel nous sommes aux prises et la gloire qui nous est promise!

C’est jusque là que Dieu s’est fait Dieu-avec-nous, il se fait l’un-de-nous
selon la formule audacieuse de l’apôtre Paul :

« Celui qui n’avait pas connu le péché, il (Dieu) l’a fait péché pour nous
afin qu’en lui nous devenions justice de Dieu. » (2 Cor.5 :21)

Que pourrait-on ajouter?…
Que ceci est vrai, vérédique, valable, aujourd’hui en ‘cette année du Seigneur’ 2020!

Note : Une autre réflexion est disponible sur un thème différent en anglais à : https://image-i-nations.com/feast-of-the-baptism-of-the-lord-year-a-2020/

 

Source : Image : graceanglicanfellowship.org

 

 

 

 

 

 

 

Fête de l’Épiphanie, année A – 2020

Le 1er janvier, on parlait à la télévision des gens qui prennent une résolution du Nouvel An…
et des autres!
Certains expliquaient ce qu’ils et elles avaient choisi de changer dans leur quotidien.
Tous et toutes désiraient un mieux être.

En les écoutant, je me disais qu’une bonne résolution – une qui justement conduirait à un mieux être –
pourrait être : ‘Suivre son étoile’.
Oui, comme l’ont fait les Mages que nous retrouvons dans l’évangile d’aujourd’hui (Mt.2:1-12).

Cela ne veut évidemment pas dire d’attendre dans le ciel l’apparition d’un astre bien spécial.
Un ciel sans étoiles visibles ne serait pas un obstacle à une poursuite de mieux-être.
L’étoile-guide qui a pour but de rendre notre vie meilleure et riche de sens ne peut pas être observée
par ceux qui scrutent la Voie Lactée.

Elle est quelque chose de très personnel.
Quelque chose qui reflète à la fois notre personnalité et le dessein de Dieu pour nous.

Une inspiration soudaine et insistante qui illumine l’instant présent.
Une intuition persistante qui ouvre des perspectives insoupçonnées.
Un désir confus qui, en se précisant, indique une nouvelle direction.
Un appel discret à oser une aventure enrichissante.

‘Suivre son étoile’, c’est un peu tout cela…
ÉPIPHANIE : Une explosion de sens à la découverte d’une Présence!
 
Note : Une autre réflexion est disponible sur un thème différent en anglais à : https://image-i-nations.com/feast-of-the-epiphany-of-the-lord-year-a-2020/
 

Source : Image : cheristianityisjewish.org

 

 

 

 

 

 

 

Fête de Marie, Mère de Dieu, année A – 2020

 C’est aujourd’hui la célébration de Marie MÈRE –
mère d’un enfant comme les autres, et pourtant… d’un enfant pas comme les autres…
Le texte de l’évangile (Lc.2:16-21) attire l’attention sur le choix du nom que cet enfant reçoit :
 
« L’enfant reçut le nom de Jésus,
le nom que l’ange lui avait donné avant sa conception. »

Dieu a choisi Marie pour être la mère de son Fils et ce choix impliquait bien d’autres choix…
Ce nouveau-né porterait un nom choisi, non par Marie et Joseph, mais par Dieu.
Cet enfant serait Juif, Nazaréen plus précisément.
Il vivrait en Palestine et parlerait Araméen.
Sa vie se déroulerait selon le plan de celui qu’il nommerait son ‘Père’.

Des choix lourds de sens et de conséquences… que Marie n’a pas faits.
Elle en a fait UN, un seul peut-être :
celui de dire OUI à ce Dieu qui voulait avoir besoin d’un être humain !
De ce ‘Oui’, tout le reste suivrait.

En ce premier jour d’une nouvelle année, bien des choix nous attendent…
Plusieurs d’entre eux, pour nous aussi, seront faits… par Dieu –
situations, événements, rencontres seront ses messagers…

Comme par le passé, il attendra notre ‘Oui’…
Un ‘Oui’ duquel jailliront pour nous dons et bénédictions
« de sa plénitude, grâce pour grâce… » (Jn.1:16).
 

Note : Une autre réclexion est disponible sur un thème différent en anglais à : https://image-i-nations.com/feast-of-mary-mother-of-god-year-a-2020/

 

 

Source : Images : www.ldsdaily.com   mustardseedlings.com

 

 

 

 

 

 

Fête de la Sainte Famille, année A – 2019

Quittant l’Égypte, en route vers Nazareth

La Sainte Famille… on la regarde… on les imagine : Jésus, Marie et Joseph.
Imagine, car en réalité on connait bien peu ce qui se passait chez eux à Nazareth.
Mais on sait une chose, LA chose la plus importante : Dieu habitait là!
 
Et de l’image idéale de cette famille, on passe à nos familles… 
De nos jours, on utilise toutes sortes de qualificatifs pour les décrire :

Famille unie – oui, il y en a, bien sûr, et il fait bon les rencontrer.
Famille ‘éclatée’, aussi, et on le déplore…
Famille ‘reconstituée’, on la regarde avec espoir pour ce nouveau départ…
Famille ‘monoparentale’, on devine les difficultés auxquelles fait face une seule personne…

Il y a toutes ces familles et bien d’autres…
Familles dans le besoin, aux prises à des problèmes qui semblent insurmontables…
Familles de parents d’un enfant handicapé, d’un ado en fugue, d’un proche en prison…
Familles de réfugiés, de migrants refusés ici et là…
Familles d’un enfant atteint d’une maladie dite ‘orpheline’…
Et les orphelins en attente… d’une famille d’adoption…

Saintes, ces familles?
La bonne nouvelle c’est que toutes peuvent l’être!
Il suffit que Dieu habite là.
 
On se dit que la situation est trop difficile, trop compliquée, trop… désespérée…
pour que Dieu demeure chez nous.
Mais Jésus, devenu l’un-de-nous (c’est son nom : Emmanuel) a,
par le passé, fait preuve d’un extraordinaire sens d’adaptation!
Pour désigner ce sens d’adaptation on emploie un terme théologique : l’Incarnation.

C’est justement ce que l’on célèbre à Noël.
Lui nous accompagnera, petit pas par petit pas, sur la route de la sainteté…

Note: Une autre réflexion est disponible sur un thème différent en anglais à: https://image-i-nations.com/feast-of-the-holy-family-year-a-2019/

 

Source: Image: www.thechurchnews.com

 

 

 

 

 

 

 

Fête de Noël, année A – 2019

NOËL : on l’annonce, on en parle, on le chante…
On essaie aussi de…l’expliquer!

Expliquer l’inexplicable!
Comprendre l’impensable!
Décrire l’inimaginable!

Dieu devenu un être humain.
L’Éternel qui s’ajuste au temps.
Le Tout-Puissant qui se rend dépendant d’une femme de notre humanité.
Celui qui connaît tout qui doit apprendre à parler, à marcher…

La question se pose, incontournable : POURQUOI?

Toutes les scènes de la Nativité que nous bâtissons,
toutes les hymnes festives que nous chantons,
toutes les célébrations que nous performons,
ne sauraient donner une réponse…

Il a fallu que lui-même le révèle :
« Dieu a tellement aimé le monde… » (Jn.3 :16)
 
NOËL… c’est ça !
L’amour de Dieu, jusque là!

Note : Une autre réflexion est disponible sur un thème semblable en anglais à : https://image-i-nations.com/christmas-year-a-2019/
Et une vidéo de Noël est aussi offerte à : https://image-i-nations.com/noel-des-decorations-de-linspiration/

Source : Image : ldsliving.com
 

 

 

 

 

 

 

 

4è dimanche de l’Avent, année A – 2019

On l’a dit et écrit, mais il faut le répéter :
Les scènes de l’évangile nous sont parfois trop connues!
Nous les avons lues et entendues bien souvent et nous pensons les connaître.
Nous prétendons savoir le message qu’elles nous donnent… mais…

Oui, il y a un MAIS!
La ‘leçon’ que nous croyons avoir reçue nous empêche peut-être de découvrir un aspect différent du message.
Nous pensons que les choses ne pouvaient pas se passer autrement que ce qui nous est rapporté.
Et pourtant…

La scène de l’évangile de ce dimanche (Mt.1:18-24),
celle où nous voyons Joseph averti par un ange de prendre Marie comme épouse,
est un bon exemple de notre interprétation trop hâtive.

Nous concluons qu’il fallait que Joseph accepte,
il n’avait pas le choix,
il ne pouvait faire autrement!

Si nous tentons de ‘décoder’ ce texte bien connu,
si nous le lisons dans un langage du 21è siècle, la scène pourrait devenir la suivante.

Une jeune couple marié depuis 5 ans, toujours amoureux l’un de l’autre,
ne parviennent pas, malgré tous leurs efforts, à avoir un enfant.
La femme craint que le problème réside en elle, l’homme se demande si c’est lui qui en est la cause.
Mais voilà que, soudain, des signes bien visibles montrent que… quelque chose se développe chez la femme.
Une forme ‘caractéristique’, penserait-on, se manifeste.

Le mari en proie à la peine, au regret, maîtrise difficilement sa colère.
Il est certain que ce que ‘porte’ sa femme n’est pas de lui.
Un jour, il suit sa femme et la voit entrer dans une clinique –
il est en proie à une amertume proche du désespoir.
Il voit sa femme sortir en pleur.

Après avoir lui-même rencontré le médecin, il saura la vérité.
Ce que porte sa femme est une tumeur qui menace sa vie… une intervention est requise d’urgence…

À la lecture de cette ‘histoire’ cette forme d’adaptation, certains demanderont : ‘Mais où est la morale’?
Il n’y a PAS de morale, simplement une invitation – une invitation à…’humaniser’, je dirais, le texte de l’évangile.
Nous comprendrons alors le questionnement, le doute, l’angoisse, l’hésitation…
Et, finalement, oui, finalement, la FOI de Joseph et son acceptation d’une ‘mission impossible’!

Note : Une autre réflexion est disponible sur un thème différent en englais à : https://image-i-nations.com/4th-sunday-of-advent-year-a-2019/

 

Source : Image : fineartamerica.com (painting Francisco Goya)