bible

Hier et aujourd'hui . . .

parchment

Ce que cette page vous réserve . . .

     

Les lectures bibliques des dimanches et jours de fête de l'année liturgique offrent un trésor dont la richesse est toujours actuelle.

De semaine en semaine, elles nous donnent l'occasion de faire de nouvelles découvertes.

La parole de Dieu devient alors signifiante et active dans nos vies et nous permet de rencontrer celui qui est lui-même Parole de Vie.

Baptême du Seigneur, année B – 2021

Parmi nous, les humains, les gestes peuvent avoir un sens particulier.
Il y a les réactions spontanées facilement comprises:
un clin d’œil, une main tendue, un sourire encourageant.
Un froncement de sourcis peut exprimer le doute ou la colère.
Les pleurs expriment la douleur, ou… une très grande joie!

Mais il y a aussi des gestes qui deviennent une attitude.
Ils expriment une prise de position, ils ont la forme d’une manifestation pour ou contre quelque chose.
L’actualité récente nous en a présenté particulièrement deux.

D’abord, chez nous, celle des gens qui se rassemblaient pour exprimer leur gratitude pendant la pandémie.
On voyait des personnes chanter pour démontrer leur appréciation à ceux et celles qu’on nommait les héros et héroïnes, ou pour encourager ceux qui souffraient de l’isolement.

L’autre manifestation qui a pris, elle aussi, une figure mondiale fut celle qui a suivi la mort tragique de l’Afro-américain, George Floyd.
On voulait démontrer sa solidarité avec ceux/celles dont la dignité est bafouée; on s’affichait clairement contre toute forme de racisme.

Ces images me sont revenues à l’esprit à la lecture du texte de l’évangile d’aujourd’hui (Mc.1:7-11).
On y voit Jésus baptisé par Jean le Baptiste – la scène est connue mais le sens l’est peut-être moins.
Personnellement, je découvre là précisément un geste symbolique.
Je perçois chez Jésus une attitude dont la signification révèle un message particulier.

Nous avons, ces jours derniers, célébrer la Nativité de Jésus, ce que les théologiens nomment le mystère de l’Incarnation.
L’Incarnation c’est Jésus qui devient un être humain, il devient l’un de nous.
Sa naissance ressemble à celle de tout nouveau-né qui a vu le jour au sein de notre humanité.
Autrement dit: À Bethléhem, on contemple Jésus devenu un membre de la famille humaine.

Et la Fête d’aujourd’hui – celle du Baptême de Jésus – répète le même message:
Jésus est devenu un membre de la famille humaine.
Il se fait solidaire de ce que nous sommes et de ce que nous vivons.

Bien des gens venaient se faire baptiser par Jean pour démontrer leur désir de revenir à Dieu.
Ils et elles exprimaient leur décision de répondre à ce que Dieu demandait de son peuple.
Ces gens voulaient désormais être fidèles au plan de Dieu pour eux.

Jésus est le Fils de Dieu par excellence, évidemment il n’a pas à revenir à Dieu.
Mais il se fait solidaire avec toutes ces personnes qui trouveront en lui le chemin vers Dieu.

Jésus est vraiment l’un de nous – il marche avec nous, il nous guide, il nous soutien.
Il nous donne courage et réconfort quand le chemin nous semble trop long et trop dur.
Il n’oblige pas mais il interpelle, il ne force pas mais il invite.
Il laisse libre mais il offre les défis qui feront de nous ce que Dieu attend de nous…

Il sait ce que cela demande de nous…
Il a connu d’expérience les longues routes et les expériences crucifiantes…
Il demeure le compagnon permanent de nos cheminements.
 
Note: Une autre réflexion est disponible en anglais sur un thème différent à: https://image-i-nations.com/baptism-of-the-lord-year-b-2021/

Source: Images: Pinterest   UBM News

Fête de l’Épiphanie, année B – 2021

« La Fête de Rois, » dit-on et, après un moment de silence une question surgit:
« Est-ce bien vrai, cette histoire-là? 
Est-ce que ce n’est pas une légende, tout simplement?»

Et d’autres questions s’ajoutent à la première:
« Les choses se sont-elles passées vraiment comme on le raconte?
Et, il y avait bien trois Rois, pas quatre?
On dit que c’était ‘des Mages’, des gens qui étudiaient les étoiles, vous croyez à tout cela? »
vous demande-t-on?

Plusieurs affirmeront avec conviction qu’il s’agit là d’un conte pour les enfants,
libre à vous d’y croire si cela a un sens pour vous.

Voilà ce qu’il fallait considérer depuis le début:
le sens de ce que l’on présente comme un événement.

L’apparition d’une étoile,
la recherche,
la quête d’information,
la découverte d’un nouveau-né,
l’offrande de trésors –

tous ces éléments doivent être perçus et reçus comme des symboles –
des symboles dont la signification se manifeste à quiconque est prêt à s’ouvrir à une révélation –
la révélations que:

Dieu éclaire ceux/celles qui le cherchent,
il guide leur marche et leur désir de le connaître,
il se manifeste à eux
il accepte ce qu’ils/elles offrent – pour Lui toute offrande est un trésor
et lui-même se donne alors à chacun/e – quelles que soient leur origine, nationalité, langue ou situation.

Un conte? Il n’y en a pas de plus vrai!
Une légende? Nulle n’est plus signifiante!

Note : Une autre réflexion est disponible sur un thème différent en anglais à: https://image-i-nations.com/feast-of-the-epiphany-year-b-2021/

 

Source : Image : Vector4free

Fête de Marie, Mère de Dieu, année B – 2021

   La fin d’une année et le début d’une nouvelle année –
Un temps particulièrement propice à la réflexion.
On regarde ce qui a été et… ce qui aurait pu être…
Ce qui s’est passé, ce qu’on a accompli et aussi…
Ce qui n’est pas arrivé, ce qu’on n’a pas réalisé.

C’est un exercice salutaire, oui, quelque chose qui peut précisément nous apporter le ‘salut’.
Vous vous demandez: ‘Quel sorte de ‘salut’?
Selon moi, un salut libérateur –
Il nous libère de nos illusions, de nos attentes puériles, de nos recherches égoïstes.

Cette réflexion nous permet de nous mettre en route –
en route vers ce qui n’est pas encore mais qui sera!
Tout ce que la nouvelle année ouvre devant nous – des possibilités multiples!
Possibilités de découvertes surprenantes, de rencontres inattendues, d’expériences enrichissantes.

Ce qui est merveilleux c’est que Marie, elle-même, a fait quelque chose de semblable.
À sa manière, évidemment, et sur les événements extraordinaires
qui l’ont faite ce qu’elle est devenue: Mère de Dieu.

Alors que nous célébrons cette réalité, un verset de l’évangile (Lc.2:16-21) précise :
« Marie, cependant, retenait tous ces événements
et les méditait dans son cœur. »

 
Il y avait de quoi!
Ce nouveau-né dans ses bras, son enfant, il était aussi… LEUR enfant, à DIEU et à elle!
L’ange l’avait bien dit :
« Tu vas enfanter un fils… il sera appelé Fils du Très-Haut » (Lc.1:31-32)

Toute une méditation que celle-là!
Et… elle nous est salutaire à nous également!…

Note: Une autre réflexion est disponible en anglais sur un thème différent à: https://image-i-nations.com/feast-of-mary-mother-of-god-year-b-2021/
 
 

Source: Images: Ted Ideas – Ted Talks   Questions That Matter – WordPress.com    Needpix.com

 

Fête de la Sainte Famille, année B – 2020

En lisant les textes de cette fête, les mots d’une même ‘famille’ me sont venus à l’esprit :
Connaître et reconnaître.

Notre société en est une où la connaissance est une valeur des plus importantes.
La science y occupe une place primordiale et, d’ordinaire, les scientifiques sont respectés pour ce qu’ils et elles contribuent à notre civilisation.

Mais je me pose la question :
notre connaissance dans de multiples domaines ne nous empêche-t-elle pas, parfois,
de reconnaître des situations, des messages, des personnes?

Les deux premières lectures de cette fête nous présentent deux aînés
(comme on les nomme aujourd’hui) –
sans doute les qualifierait-on de peu instruits – mais qui ont su reconnaître Dieu lui-même.

Et pourtant le message que Dieu leur adressait était plus que déroutant.

Mais…  

« Abram eut foi dans le Seigneur… » (1ère lecture: (Gn.15:1-6; 21:1-3)

« Grâce à la foi, Sara, elle aussi, malgré son âge,
fut rendue capable d’être à l’origine d’une descendance… »
(2è lecture :
(He.11:8.11-12,17-19)

 

Et l’évangile nous met en présence d’un autre couple de personnes âgées – Syméon et Anna –
qui ont également su reconnaître la présence divine… et cela dans un nouveau-né.
Syméon affirme : 

« Maintenant, ô Maître souverain, 
tu peux laisser ton serviteur s’en aller en paix, selon ta parole.
Car mes yeux ont vu le salut que tu préparais… »

Pour sa part, Anna « proclamait les louanges de Dieu
et parlait de l’enfant à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem. »
(Évangile: Lc.2:22-40)

 
Chaque fois, ce qui se déroule devant nos yeux semble quelque chose de bien ordinaire –
une situation familière, des acteurs humains comme nous tous et toutes.
Mais les personnages savent voir au-delà et percevoir un message plus que terrestre.

Ils auraient pu s’y méprendre, mal interpréter le message, méconnaître celui qui les interpelait…
Leur foi les a fait reconnaître et faire confiance…

Ne pouvons-nous pas en faire autant?…
 
Note: Une autre réflexion est disponible en anglais sur un thème différent à: https://image-i-nations.com/feast-of-the-holy-family-year-b-2020/
 

Source: Images: Bibleword.net   The Jesus Bible   Free Bible Images

Fête de Noël, année B – 2020

Enfin, une bonne nouvelle : le vaccin contre la Covid-19 est arrivé chez nous;
on a commencé à vacciner les personnes les plus à risque.
On affirme qu’il y a maintenant de la lumière au bout du tunnel mais…
on ajoute que le tunnel est long.

C’est cette information qui me restait présente à l’esprit en lisant les textes de la Fête de Noël.
Je m’étonne – et je m’émerveille aussi – de voir comment ce thème illumine, littéralement, le sens de cette célébration.

« Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière;
et sur les habitants du pays de l’ombre, une lumière a resplendi. » (1ère lecture, messe de la nuit)

 
« La gloire du Seigneur enveloppa les bergers de sa lumière. » (Évangile, messe de la nuit)
 
« La lumière aujourd’hui a resplendi sur nous:
un Sauveur nous est né ! » (répons du Psaume, messe de l’aurore

« Aujourd’hui la lumière a brillé sur la terre.
Peuples de l’univers, entrez dans la clarté de Dieu. » (verset de l’Alleluia,
messe du jour)

 
« En lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes;
la lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont pas arrêtée. »

 
« Le Verbe était la vraie Lumière, qui éclaire tout homme en venant dans le monde. » (Évangile, messe du jour)
 
Pour moi, la vraie lumière au bout du tunnel, c’est celle-là –
Celle de Dieu qui ne veut pas nous aider… à distance!
Il vient parmi nous, mais plus encore il se fait l’un de nous.

C’est cette réalité lumineuse qui donne une signification à ce que nous vivons en cette période de pandémie qui nous paraît parfois bien ténébreuse!

Cette lumière, elle n’est pas réservée à un petit groupe de gens –
les privilégiés, les choisis, les élus, ceux qui la méritent.
Non, « tout homme, toute personne, venant en ce monde » peut en être illuminée.

Il nous suffit « d’entrer dans la clarté de Dieu » en l’accueillant chez nous.
C’est aussi simple que cela!
 
 Note: Une vidéo sur le thème de Noël… en pandémie est disponible à: https://youtu.be/p-cbP5MQtWU

Une autre réflexion est disponible en anglais sur un thème différent à: https://image-i-nations.com/feast-of-christmas-year-b-2020/

 

Source: Images: Insurance Age   Passionistes de polynésie

4è dimanche de l’Avent, année B – 2020

Un vieux dicton, que l’on n’entend plus souvent, affirme:
« L’homme propose et Dieu dispose. »
Nos ancêtres le mentionnaient quand leurs plans ne se réalisaient pas.

Ces paroles de sagesse me sont revenues à la mémoire en lisant la 1ère lecture de ce dimanche (2 S.7:1-5,8-12,14-16).
Le roi David prend conscience qu’il vit dans un palais alors que l’Arche de l’Alliance – le lieu symbolique de la présence de Dieu – est dans « un abri de toile ».
David veut remédier à cette situation – il se propose de construire un temple digne de la majesté de Dieu.

Il fait part de son idée au prophète Nathan qui l’encourage à réaliser son plan.
Mais la nuit même, Dieu intervient en commandant à Nathan d’informer David qu’il ne doit pas mettre son plan à exécution.
Mais pourquoi? Il s’agissait d’une initiative généreuse de la part du roi et le prophète l’avait d’abord approuvée.

Voilà que Dieu justifie sa position en mentionnant une longue liste de tout ce que lui, Dieu, a fait pour David tout au long de sa vie.
Et Dieu ajoute tout ce qu’il fera encore pour sa descendance dans l’avenir.
La perspective est tout d’un coup changée – ce qui est important, ce ne sont pas les plans et les réalisations des humains
mais les plans et les réalisations de Dieu.

Je m’arrête et je regarde le déroulement de ma vie et… tous mes plans écroulés, toutes mes belles initiatives qui n’ont pas abouti…
Et soudain, je réalise que tant d’autres choses se sont matérialisées, tant de projets ont été achevés… presqu’à mon insu parce que…
Dieu s’en était mêlé, dirait-on dans le langage courant!

Avec émerveillement, je peux affirmer qu’elle est vraie pour moi aussi cette parole de Dieu :
« J’ai été avec toi partout où tu es allé. »
 
Cela devrait me suffire pour que je m’en remette à lui pour tout ce qui n’est pas encore mais qui sera!…

 

Note: Une vidéo sur les thèmes de ce dimanche est disponible à : https://youtu.be/SWTkogV5Jws

Une autre réflexion est disponible en anglais sur un thème différent à: https://image-i-nations.com/4th-sunday-of-advent-year-b-2020/

 

 Source: Image: citation-celebre.leparisien.fr

3è dimanche de l’Avent, année B – 2020

Certains textes de la Bible provoquent chez des gens une réaction spontanée.
C’est sans doute le cas pour la 1ère ligne de la 2è lecture de ce dimanche.
L’apôtre Paul écrit aux Thessaloniciens et leur dit (1 Th.5:16-24):

« Soyez toujours dans la joie. »
 
On objectera possiblement: ‘Plus facile à dire qu’à faire’ – et c’est bien vrai.
Il y a tant de situations qui semblent nous priver de joie,
tant d’expériences qui n’ont vraiment rien de joyeux.
Le quotidien apporte son lot de difficultés et de problèmes
et plusieurs diront qu’ils et elles ne peuvent plus croire à la joie!

Mais il y a un autre verset qui a retenu mon attention dans cette 2è lecture et c’est celui-ci:
« N’éteignez pas l’Esprit. »

Une expression plutôt étrange et qui n’est pas utilisée fréquemment.
De quoi s’agit-il au juste?
Serait-il possible que l’apôtre Paul recommande aux Thessaloniciens de ne pas aller à l’encontre de ce que Dieu leur dicte pas son Esprit – l’Esprit Saint?
Ce conseil nous serait bien salutaire à nous aussi.
Car l’Esprit de Dieu est justement celui qui peut nous révéler la vraie source de la joie.

Le texte continue avec une autre phrase riche de sens :
« Discernez la valeur de toute chose. 
 
Une recommandation des plus appropriées en cette période de pandémie!
Une période qui peut nous donner l’occasion de réaliser ce qui a de la valeur et ce qui n’en a pas.
Un moment de grâce qui nous permet de prendre conscience de ce qui compte vraiment dans la vie et… l’après-vie…

Période de pandémie, période de l’Avent, période de… patient apprentissage de la signification de la vie…
J’ose croire que cela peut mener aux sources de la joie, la vraie!…

Note: Une vidéo sur les thèmes de ce dimanche est disponible à: https://youtu.be/FkbFjFQHFvQ

Une autre réflexion est disponible en anglais sur un thème différent à: https://image-i-nations.com/3rd-sunday-of-advent-year-b-2020/

 

 

Source: Image: Facebook

2è dimanche de l’Avent, année B – 2020

   Il y a des moments – nous les connaissons tous – où on n’en peut plus.
On est à bout de souffle, à bout de ressources, à bout… tout simplement.
On a tout essayé, on a donné tout ce qu’on pouvait, et… ce qu’on tentait de faire a échoué.
C’est la déprime, la vraie, qui a pris possession de nous.
Des idées noires, c’est ce qui nous reste.
Le découragement, parfois même le désespoir, nous paralyse.

Dans une telle situation, on cherche souvent du réconfort, de l’encouragement.
On espère rencontrer quelqu’un qui saura nous redonner courage.
Quelqu’un qui nous aidera à retrouver une lueur d’espoir dans l’obscurité qui nous entoure.
De la consolation, voilà ce dont nous avons tant besoin en de tels moments.

Si vous avez fait une expérience de ce genre, vous savez ce dont je parle.
Mais… avez-vous déjà cherché la consolation… de Dieu?
La désirez-vous?
Lui avez-vous demandé de vous la donner?

Un parent, une amie, des collègues, peuvent nous réconforter,
mais la consolation de Dieu a une résonnance bien particulière.
Sa consolation à lui peut nous rejoindre au plus intime de nous-même.
Cette consolation, elle peut nous atteindre là où rien d’autre ne saurait pénétrer.

La 1ère lecture de ce 2è dimanche de l’Avent (Is 40:1-5,9-11) commence justement avec ces mots :

« Consolez, consolez mon peuple, – dit votre Dieu –
parlez au cœur de Jérusalem. »

C’est le message que Dieu confie au prophète, Isaïe.
Le cœur de Jérusalem, c’est le cœur de ceux et celles qui s’en remettent à lui –
ceux et celles qui osent tout attendre de lui, y compris sa consolation.

Et cette 1ère lecture se termine avec ce verset :

« Comme un berger, il fait paître son troupeau :
son bras rassemble les agneaux,
il les porte sur son cœur. »

 
Se laisser porter par Dieu… cela peut être une prière qui lui est bien agréable en cette période de l’Avent!

Note: Une vidéo sur les thèmes de ce dimanche est disponible à : https://youtu.be/d_yfRXi8nnc

Une autre réflexion est disponible en anglais sur un thème différent à: https://image-i-nations.com/2nd-sunday-of-advent-year-b-2020/

 

Source: Images: Depositphotos   The Comfort Company Blog

1er dimanche de l’Avent, année B – 2020

Si on vous demandait comment on doit approcher Dieu, vous répondriez sans doute avec respect, en étant conscient de sa majesté.
D’autres affirmeraient qu’il faut se présenter devant lui avec humilité, reconnaissant notre indignité.
D’autres encore mentionneront que louange et gratitude sont l’attitude première de quiconque se met en prière.
Certains diront qu’il est essentiel de venir à Dieu avec foi et confiance.

Personne ne mentionnerait donc qu’on peut l’approcher avec… audace!
C’est pourtant ce que les prophètes ont osé faire.
La 1ère lecture de ce dimanche l’illustre clairement dès le début (Is.63:16-17,19; 64:2-7):

« Pourquoi, Seigneur, nous laisses-tu errer hors de tes chemins ?
Pourquoi laisser nos cœurs s’endurcir et ne plus te craindre ?
Reviens, à cause de tes serviteurs. »

Étonnant vraiment!
Le prophète Isaïe se plaint à Dieu – c’est presque… une accusation – qu’il les abandonne à leur errance.
Il questionne l’attitude de Dieu qui semble permettre leur dureté de cœur !
Il ose demander à Dieu de ‘revenir’ alors qu’on sait bien que la conversion doit être… nôtre!
C’est bien le sens de la conversion, revenir à Dieu!

J’aime cette audace du prophète qui est en si bons termes avec Dieu qu’il peut lui parler ainsi.
Il peut oser PRIER ainsi!

Approcher Dieu avec respect et humilité, certainement.
Venir à lui avec louange et confiance, évidemment.
Mais aussi oser avoir avec lui une relation dans laquelle est présente l’audace confiante d’un enfant
avec son père – un père dont il n’a jamais fini de découvrir la tendresse inouïe.
 
«C’est toi, Seigneur, notre père, » rappelle à Dieu son prophète audacieux.
Tout est là!

 

Note: Une vidéo sur les thèmes de ce dimanche est disponible à : https://youtu.be/lQnK0YDmLTw

Une autre réflexion est disponible en anglais sur un thème différent à: https://image-i-nations.com/1st-sunday-of-advent-year-b-2020/

 

Source: Images : Depositphotos   DNA India   MpumalangaNewshorn   toutinfos.centerblog.net

34è dimanche de l’année A, Fête du Christ, Roi – 2020

Ce dernier dimanche de l’année liturgique célèbre la Fête du Christ, Roi de l’univers.
Cette fête date de 1925 et a été mise au calendrier des célébrations par le Pape Pie Xl.

Presqu’un siècle s’est écoulé depuis et, de nos jours, bien des gens n’ont pas une admiration particulière pour la royauté comme telle.
Le pouvoir des monarques est souvent purement symbolique car la politique est désormais le domaine attitré des présidents et des premiers ministres.

Pour plusieurs, une célébration du Christ comme Roi aura une signification si on l’explique, si on en ‘purifie’ la notion, si on lui donne un sens bien spirituel, etc.
Le titre de ROI que l’on attribue à Jésus glorifié est précisément cela : un titre que les humains lui ont conféré.
Sa réponse à Pilate sur le sujet était… une déclaration plutôt énigmatique référant à une royauté en vue d’un témoignage à la vérité (Jn.18:37).

Comment Jésus s’est-il présenté à nous? Il a dit clairement et définitivement :

 « Je suis le chemin, la vérité et la vie. » (Jn.14:6)
« Je suis le pain de vie. » (Jn.6:35)
« Je suis la lumière du monde. » (Jn.8:12)
« Je suis la porte des brebis. » (Jn.10:9)
« Je suis le bon berger. » (Jn.10:14)
« Je suis la résurrection et la vie. » (Jn.11:25) 
 
Et, étonnamment, un jour bien solennel entre tous, il a affirmé en disant à ses amis, les apôtres :

            « Je suis parmi vous comme celui qui sert… » (Lc.22:27)
 
Chacun/e a son image préférée de Jésus – les illustrations abondent qui le présentent de bien des manières.
Nul ne saurait, nul ne devrait imposer son choix.

Mais il est essentiel de demeurer conscient que notre perception de LUI reste toujours partielle et… en devenir.

Et, c’est à LUI d’en parfaire l’image dans nos esprits et nos cœurs, tout au long de notre existence.

 

Note: Une autre réflexion est disponible en anglais sur un thème différent à: https://image-i-nations.com/34th-sunday-of-year-a-feast-of-christ-the-universal-king-2020/

 

Source: Images: The Spiritual Forum    Deposit Photos