?

De ceci... de cela...

Sous cette rubrique vous trouverez des mots, des idées, des propos, des pensées

se voulant une avenue pour aider à réfléchir, à découvrir, à franchir - peut-être -

une nouvelle étape vers... ce que vous désirez, espérez, anticipez!

Journée mondiale de la justice sociale – 20 février

justice solciale, ze-media.tnS’il est bien une notion aussi peu et mal partagée sur les différents continents, c’est bien celle de la justice sociale. Et quand l’assemblée générale des Nations Unies a proclamé le 20 février, Journée mondiale de la justice sociale, elle a certainement mesuré la distance qui séparait le voeu de certaines réalités… Elle invite les États Membres à célébrer cette journée mondiale en menant à l’échelon de leur pays des activités concrètes visant à promouvoir les buts et les objectifs proclamés lors du sommet mondial pour le développement social.

Cette journée existe depuis 2009 et doit rappeler à tous que les gouvernements se sont engagés à faire de l’élimination de la pauvreté et du chômage une de leurs priorités. Le renforcement de la justice, la promotion de l’équité, la démocratie, la participation et la transparence sont les axes de travail proposés par l’assemblée.

Mais d’où nous vient-elle ?
Parler de justice sociale nous amène invariablement à nous interroger sur l’origine de cette notion. Habituellement, les historiens nous situent l’émergence de ce combat au début du 20° siècle, à l’époque des premières réactions organisées contre la société industrielle toute puissante et son étalage insolent de richesse côtoyant l’extrême pauvreté de la classe ouvrière.

Les combats menés alors ont permis d’une part une réelle prise de conscience et, pratiquement, des avancées notables dans le droit du travail, au moins dans les pays développés. Les uns y ont vu l’influence directe de la pensée marxiste, les autres ont d’avantage reconnu l’affirmation d’un courant de pensée humaniste en lien avec l’émergence de la doctrine sociale de l’église promue par le Pape Léon XIII.

Il ne nous revient pas d’arbitrer ce débat. L’important ait qu’il ait eu lieu et que la prise de conscience des uns et des autres ait pu faire avancer les choses. Les raisons de se réjouir existent, celles de s’alarmer aussi car, dans de trop nombreux pays, la notion de justice sociale reste un voeu pieu et n’entre pas en compte dans les réflexions gouvernementales.

Un site à visiter : www.un.org    Source: Texte: Journée mondiale   Image: ze.media.tn

Journée Internationale des enfants soldats – 12 février

Ces dernières décennies, la proportion des victimes civiles des conflits armés a augmenté de façon spectaculaire; elle dépasserait à présent les 90 %. La moitié environ de ces victimes sont des enfants. Vingt millions d’enfants peut-être ont été contraints de fuir de chez eux en raison des conflits et des violations des droits fondamentaux, et vivent comme réfugiés dans les pays voisins ou sont déplacés dans leur propre pays.

Au cours de la décennie écoulée, les conflits armés ont directement tué plus de 2 millions d’enfants. Ils sont plus de trois fois plus nombreux – au moins 6 millions – à avoir été frappés d’une invalidité permanente ou grièvement blessés. Plus d’un million d’enfants ont été rendus orphelins ou ont été séparés de leur famille. Entre 8’000 et 10’000 enfants sont tués ou mutilés par des mines terrestres chaque année.

soldat-enfantOn estime que 300 000 enfants soldats – des garçons et des filles de moins de 18 ans – sont mêlés à plus de 30 conflits dans le monde. Ils sont utilisés comme combattants, coursiers, porteurs ou cuisiniers, et pour fournir des services sexuels. Certains sont recrutés de force ou enlevés, d’autres s’enrôlent pour fuir la pauvreté, la maltraitance et la discrimination, ou pour se venger des auteurs d’actes de violence commis à leur encontre ou contre leur famille.

Pendant les conflits armés, les filles et les femmes sont menacées de viol, de violence, d’exploitation sexuelle, de traite, et d’humiliation et de mutilation sexuelles. L’utilisation du viol et d’autres formes de violence contre les femmes est devenue une stratégie dont se prévalent toutes les parties aux conflits. Les rapports d’enquête établis à la suite du génocide commis en 1994 au Rwanda ont conclu que presque toutes les femmes de plus de 12 ans ayant survécu au génocide avaient été violées. Pendant le conflit dans l’ex-Yougoslavie, on a calculé que plus de 20’000 femmes avaient été victimes de violences sexuelles. Par ailleurs, les conflits désintègrent les familles, alourdissant encore le fardeau économique et psychologique pesant sur les femmes.

Environ un tiers des 25 pays où vivent la plus forte proportion d’enfants rendus orphelins par le SIDA ont été touchés ces dernières années par des conflits armés. Sept des dix pays à plus fort taux de décés parmi les moins de cinq ans sont touchés par des conflits de ce type.

Les enfants mêlés à des conflits armés sont régulièrement confrontés à des événements émotionnellement et psychologiquement douloureux, tels que la mort violente d’un parent ou d’un proche, la séparation d’avec leur famille, le fait d’avoir vu des êtres chers tués ou torturés, l’éloignement de leur foyer et de leur communauté, l’exposition aux combats, aux bombardements et à d’autres situations mettant leur vie en danger; les mauvais traitements, tels que l’enlèvement, l’arrestation, la détention, le viol ou la torture, la perturbation des études et de la vie communautaire, le dénuement et un avenir incertain. Certains prennent même part à des actions violentes. De plus, les enfants, quel que soit leur âge, sont profondément affectés par le niveau de stress que connaissent les adultes qui s’occupent d’eux.

Un site à visiter : www.in-terre-actif.com    Source: Texte & Image: Journée mondiale

Journée mondiale des malades – 11 février

maladesLa maladie et la souffrance peuvent parfois bouleverser nos vies ou celles de nos proches: pour nous encourager à donner de notre temps, soutenir les malades, être attentif à leurs besoins, une journée mondiale des malades, créée en 1992 par le Pape Jean-Paul II, est célébrée chaque année, le 11 février, jour de la fête de Notre-Dame de Lourdes.

Avoir le souci des malades
Les malades se sentent très rapidement mis à part de la vie des bien portants, c’est pourquoi les liens de solidarité, et tout ce qui permet aux personnes atteintes de maladie de se sentir écoutées, reconnues est extrêmement important. Bien que cette journée ait un sens tout particulier pour les Chrétiens, il n’est pas nécessaire d’avoir des convictions religieuses pour apporter son aide et sa compassion à des personnes souffrantes, un petit geste suffit !

Message du Pape François pour la journée 2016
« La maladie, surtout lorsqu’elle est grave, met toujours l’existence humaine à l’épreuve et apporte avec elle des interrogations qui creusent en profondeur. Parfois, le premier moment peut être de révolte : pourquoi est-ce que cela m’est arrivé ? On se sent désemparé, la tentation devient grande de penser que tout est perdu, que désormais rien n’a plus de sens… Dans ces situations, la foi en Dieu est, d’une part, mise à l’épreuve et, d’autre part, révèle en même temps toute sa puissance positive. Non parce que la foi fait disparaître la maladie, la douleur ou les problèmes qui en dérivent, mais parce qu’elle offre une clé avec laquelle nous pouvons découvrir le sens le plus profond de ce que nous sommes en train de vivre. »

Source: Texte & image: Journée mondiale

Journée internationale de l’épilepsie – 8 février

épilepsie, amazon.rLa journée « européenne » de l’épilepsie est devenue « internationale » en 2015. Elle est traditionnellement célébrée le 2ème lundi de février. Son but est de promouvoir les droits des malades épileptiques dans le monde entier.

Organisée par le Bureau international pour l’épilepsie (IBE) et la Ligue internationale contre l’épilepsie (LICE), la Journée internationale de l’épilepsie, lancée le 9 février 2015 doit permettre aux 65 millions de personnes atteintes dans le monde de rompre leur isolement et d’échapper stigmatisation. En leur permettant, ainsi qu’à leurs proches, de partager leurs expériences et histoires, la Journée veut sensibiliser à la prévalence de la maladie, garantir des droits identiques aux patients et permettre ainsi aux personnes vivant avec l’épilepsie d’accéder à la même qualité de vie. En bref, l’épilepsie ne doit pas être résumée aux crises.

L’épilepsie, une maladie mal traitée : Car en dépit de sa prévalence élevée, l’épilepsie reste une maladie cachée, mal traitée alors que traitable, entraînant un lourd fardeau pour la majorité des patients et des systèmes de santé, et synonyme de qualité de vie dégradée pour la majorité des personnes touchées. Alors que l’épilepsie n’est pas une maladie rare, que des centaines de milliers de patients vivent avec la menace de crise, à tout moment et, pour certains de récurrences plusieurs fois par 24 heures, alors que c’est aussi la maladie chronique la plus fréquente en neurologie pédiatrique, avec une incidence d’environ 0,5 à 1%, l’épilepsie reste encore insuffisamment traitée. Un enfant épileptique sur 3 va développer une épilepsie réfractaire aux antiépileptiques et avec cette épilepsie réfractaire toute une variété de pathologies physiques, psychologiques et sociales.

Source: Texte: http://blog.santelog.com/2015/02/09/journee-mondiale-de-lepilepsie   Image: amazon.fr

Journée mondiale contre le cancer et les DIP – 4 février

Le 4 février la ‘Journée mondiale’ a un double focus – d’abord, sur le CANCER, et sur une autre condition identifiée pas un acronyme peu connu: DIP.

Le cancer constitue encore aujourd’hui la première cause de mortalité dans le monde, bien avant les guerres et autres catastrophes naturelles. Il fait beaucoup moins parler de lui, mais il tue. Pourtant, il se soigne et l’intérêt de cette journée est aussi de faire prendre conscience de l’utilité d’un dépistage précoce permettant d’arriver à une guérison.

cancerL’OMS estime que le cancer aura fait 84 millions de morts entre 2005 et 2015 si aucune mesure n’est prise. C’est pour cette raison que des moyens importants sont mis en oeuvre dans le but de faire reculer le poids de cette maladie partout dans le monde.

Une initiative intéressante a été prise par l’ARC récemment, à savoir la création d’un site internet entièrement dédié au cancer et permettant aux internautes de trouver des réponses à leur questions: www.arc-cancer.net

Les différentes régions du globe ne sont pas à égalité devant le cancer et si l’hémisphère nord bénéficie de moyens importants dans la détection et le traitement des cancers, les pays du sud, comme à l’accoutumé ne bénéficient pas de telles attentions. Un dossier très documenté est disponible dans le site Notre Planète Info : www.notre-planete.info

Source: Texte et image: Journée mondiale

 Parmi les journée mondiales, internationales et nationales, la part consacrée aux journées de sensibilisation à des questions médicales est loin d’être négligeable.dip C’est le moment ou jamais de parfaire votre culture et tenter de comprendre ce que sont les DIP.

Déficits Immunitaires Primitifs
Le système immunitaire de chaque individu lui permet, en principe, de se défendre contre les attaques extérieures que sont les infections. Dans certains cas, il peut arriver que les cellules chargées de fabriquer ces défenses soient défaillantes et ne protègent plus l’individu concerné. C’est alors qu’on parle de déficit immunitaire primitif, connus sous l’acronyme DIP.

1500 DIP différents
Il n’existe pas une unique forme de déficit, cela serait trop simple ! On connaît actuellement pas loin de 150 formes de DIP différents et, rien que sur le territoire national français, ce sont plus de 5000 personnes par an qui sont atteintes de DIP.

Une journée pour sensibiliser
Sensibiliser oui, mais pas que le grand public. Puisque les malades eux-mêmes et le corps médical ensuite, sont visés par cette journée et les manifestations organisées afin de faire découvrir les DIP. Un site à visiter : www.associationiris.org

Source: Texte et image: Journée mondiale

Nous pensons donc à tous ceux et toutes celles qui luttent contre le cancer sous toutes ses formes, à leurs proches et au personnel médical pour qui cette maladie aux multiples visages demeure un défi toujours présent.

Nous gardons aussi en mémoire ceux et celles pour qui ce que l’on nomme DIP est une condition permanente.

Journée mondiale des lépreux – 31 janvier

leprosyL’origine de la lèpre se perd dans la nuit des temps. Elle apparaît en Europe dès les premiers siècles de l’ère chrétienne. Tout le bassin méditerranéen est contaminé. Elle disparaît progressivement de France et d’Europe, au cours du XVIIIe siècle. Quelques foyers persistent en Europe et en Amérique du Nord (Louisiane).

Un fléau d’hier… et d’aujourd’hui
Mais en Amérique du Sud, en Afrique, en Asie, ses victimes se comptent encore par centaines de milliers : une quinzaine de pays comptent encore plus d’un malade de la lèpre pour dix mille habitants, au premier rang desquels, l’Inde, le Brésil, Madagascar, le Myanmar, le Nigéria…

Selon les données récentes de l’Organisation Mondiale de la Santé, il n’y aurait, fin 2001, « plus que » quelque 600 000 malades enregistrés dans le leprosy. periscope.tv,intersectmed.commonde… mais plus de 750 000 nouveaux cas dépistés la même année, soit un nouveau cas, chaque minute, dans le monde.

Arrêter la lutte contre la lèpre aujourd’hui sous prétexte des succès remportés aurait tout naturellement comme conséquence le retour progressif à la situation que Raoul Follereau dénonçait encore en 1961 :  » Cela va-t-il durer ? Laisserons-nous mourir, pourrir, quinze millions d’êtres humains, alors que nous savons maintenant qu’on peut les soigner, les sauver, les guérir ? « 

La journée mondiale des lépreux est traditionnellement organisée le dernier week-end de janvier, soit pour 2016 le 31 janvier.

Les sites à visiter : deux associations oeuvrent conjointement pour assurer l’organisation matérielle de la journée mondiale des lépreux, l’association Raoul Follereau et l’Ordre de Malte.
Source: Texte: Journée Mondiale    Images: catholicmission.oeg.au   intersectmed.com;

Journée de la mémoire de l’Holocauste et de la prévention des crimes contre l’humanité – 27 janvier

barbele

« Le bourreau tue toujours deux fois, la seconde fois par l’oubli. » (Elie Wiesel)
« (…) Nous célébrons la « Journée de la mémoire de l’holocauste et de la prévention des crimes contre l’humanité ». Une mémoire qui repose sur les témoignages des acteurs et sur les travaux des historiens. Une mémoire d’autant plus vive, paradoxalement, que les survivants disparaissent, ayant à cœur, s’ils ne l’ont déjà fait, de transmettre aux générations nouvelles ce que, bien souvent, si longtemps, ils ont eu tant de peine à exprimer : « Il est dur pour la langue de prononcer de tels mots, pour l’esprit d’en comprendre le sens, de les écrire sur le papier » (Abraham Lewin).

Prévention des crimes contre l’humanité en même temps que mémoire de la Shoah, cette journée a également pour but d’intégrer à ce travail de mémoire toutes les victimes des crimes contre l’humanité. Et d’abord, pour en revenir aux victimes de la terreur nazie, outre les com- munautés juives d’Europe, qui en forment la majeure partie, les populations tziganes ou encore les malades mentaux. Ce devoir de mémoire, et de prévention est plus actuel que jamais.

Aujourd’hui comme hier, aujourd’hui comme demain, aucune forme de racisme et d’antisémitisme quelle qu’elle soit ne saurait être tolérée.

Et pourtant des faits récents perpétrés contre la communauté juive de Strasbourg nous rappellent qu’il faut rester vigilants. Une vigilance qui souligne que l’enjeu de la commémoration de la libération du camp d’Auschwitz, camp de concentration et « centre de mise à mort » (Raul Hilberg), ne concerne pas que les bourreaux et leurs victimes juives. Elle est le lieu de mémoire commun d’une mémoire européenne qui ne cesse de se constituer et l’horizon d’une humanité fondée sur la justice, la paix et la tolérance.

Un site à visiter : www.cercleshoah.org
Source: Texte & image: Journée mondiale  B.O. n°46 du 11 décembre 2003 : www.education.gouv.fr
 

Semaine de prière pour l’unité chrétienne – 18-25 janvier 2016

Ce sont les Eglises de Lettonie qui ont préparé le  thème de la Semaine de prière pour l’unité chrétienne 2016 à partir de la première lettre de Pierre.
« Appelés à proclamer les hauts faits de Dieu » (cf. 1 P 2,9-10).

Rechercher l’unité tout au long de l’annéewww.paulist.org, hads +
Dans l’hémisphère nord, la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens est célébrée du 18 au 25 janvier. Ces dates furent proposées en 1908 par Paul Wattson de manière à couvrir la période entre la fête de saint Pierre et celle de saint Paul. Ce choix a donc une signification symbolique.

Dans l’hémisphère Sud, où le mois de janvier est une période de vacances d’été, on préfère adopter une autre date, par exemple aux environs de la Pentecôte (ce qui fut suggéré par le mouvement Foi et Constitution en 1926) qui représente aussi une autre date symbolique pour l’unité de l’Église.

http://www.unitechretienne.org/semaine-de-priere/semaine-en-cours/theme-de-la-semaine »
Source : Conseil Pontifical pour la promotion de l’Unité des Chrétiens  http://www.vatican.va
N.B. On peut trouver sur ces sites la présentation et explication du thème pour chaque jour ainsi que des textes pour des célébrations.

Journée Mondiale du migrant et du réfugié – 17 janvier

journee-mondiale-migrant-reAprès le mois de décembre (Journée internationale des migrants) et le mois de juin (Journée Mondiale des réfugiés), c’est la troisième journée consacrée à cette problématique.

Au delà de ce téléscopage de dates, la Journée Mondiale du migrant et du réfugié est célébrée chaque 2° ou 3° dimanche de janvier, à l’initiative de l’église catholique. L’engagement de l’Eglise n’est pas nouveau et de nombreux prêtres et évèques prennent position dans le débat, au nom des droits de l’homme et du respect de la dignité humaine.migrant-2016

2016, la 102ème édition
Chaque année, la journée est placée sous un thème proposé par le Conseil Pontifical pour la Pastorale des Migrants et des Personnes en Déplacement. Cette année, le thème retenu est « Migrants et réfugiés nous interpellent ! La réponse de l’Evangile de la miséricorde ». Le message du pape François pour cette Journée a été présenté le 12 septembre 2015 au Vatican et il est disponible directement sur le site officiel du Vatican. Découvrir le texte intégral.

Un site à visiter : www.eglisemigrations.org        Source: Journée Mondiale

Livre-entretien du Pape François

pope with microphone Pope, mercyCopies of Pope Francis' first book 'The Name of God is Mercy ' are adjusted on a shelf ahead of its official launch, in Rome, Tuesday, Jan. 12, 2016. The book, a 100-page conversation with Italian journalist Andrea Tornielli, is being published this week in 86 countries to help kick-start Francis' Holy Year of Mercy. Tuesday's official presentation with a high-level panel discussion featuring Vatican Secretary of State Cardinal Pietro Parolin and actor Roberto Benigni signals the importance Francis places on getting the message out. (AP Photo/Alessandra Tarantino)

 La miséricorde est la carte d’identité de Dieu»

Le livre-entretien du Pape François, «Le nom de Dieu est miséricorde», a été présenté mardi 12 janvier 2016 à Rome. Le cardinal-secrétaire d’État Pietro Parolin et l’acteur et réalisateur italien Roberto Benigni étaient présents. Cet ouvrage est le fruit d’une conversation entre le Saint-Père et le journaliste italien Andrea Tornielli, spécialiste reconnu du Vatican et responsable du site Vatican Insider pour le quotidien La Stampa.

Le livre se compose de neuf chapitres et contient quarante questions et réponses sur la miséricorde, thème central de l’enseignement et du témoignage du Souverain Pontife.
Le Pape n’hésite pas à raconter ses souvenirs personnels, notamment son expérience de prêtre en Argentine. Comme cette table ronde à Buenos Aires où l’un des participants a évoqué un «jubilé du pardon», une phrase qui a beaucoup marqué François.
Dans ce dialogue qui se veut intime et personnel avec le lecteur, le Saint-Père explique que la miséricorde est l’attitude divine qui consiste à ouvrir les bras, elle est le visage d’un Dieu qui se donne et qui accueille, la carte d’identité de notre Dieu.

Source: Texte: François \ Activités | (RV) (AG-OB-RF) | 12/01/2016
Source: Images: (AP Photo/Alessandra Tarantino; www.religionnews.com; www.dailynews.co.uk; www.newsinfo.inquirer.net